Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Les livres de Goéwin

amitie

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Romance MM, #Homosexualité, #Amitié, #Amour, #Loup, #Loup-garou, #Homophobie, #Fantasy, #Romance contemporaine

Résumé :

Yanaël est un jeune loup-garou particulier : ses dons, tout autant que sa personnalité, le rendent unique. Exclu de son clan, il se retrouve seul et livré à lui-même. Il ne peut compter que sur Loup, son alter ego lupin, qu’il adore et avec qui il partage un lien inaltérable. Après deux ans passés à tenter de se construire une nouvelle vie, un changement dans son ancienne meute vient bouleverser son existence.

Adam, Second de l'Alpha, semble prêt à tout pour l’aider à trouver sa place parmi les siens. Pourtant, les dangers rodent, sournois et impitoyables.

Ses talents et le soutien de ses nouveaux amis seront-ils suffisants pour lui permettre de relever et remporter les défis qui jalonnent sa route ?

Texte déjà publié sous le titre "Loup"

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Coup de cœur ! L’amour de deux loups d’exception, la rencontre de deux âmes sœurs au sein d’une meute extraordinaire, j’ai adoré !

J’ai découvert Nathalie Marie avec Loup, ce premier tome des Lopcande et j’ai immédiatement eu un coup de cœur. Depuis, j’ai lu presque tous ses livres publiés et c’est toujours un coup de foudre quand ce n’est pas un méga coup de cœur. J’adore la plume de cette auteure, toute de délicatesse, de tendresse et d’humanité. Je ne m’en lasse pas.

Yanaël est un jeune homme courageux qui tente de survivre au mieux depuis qu’il a été chassé injustement de sa meute. Une rencontre imprévue avec Adam, le nouveau Second de son ancienne meute, lui offre la possibilité de renouer avec sa famille, son ami Siam, de retrouver sa vie. Mais rien n’est simple, une partie de ceux qui sont responsables de son bannissement est toujours présente. De plus, le monde des loups est sauvage et violent. Le danger est partout.

J’ai adoré ce premier tome des Lopcande. Yanaël ne ressemble à personne, il possède des dons qui le mettent à part ainsi qu’une sensibilité qui font de lui un être unique. Adam ne croyait pas qu’un être comme lui pouvait exister, « ni soumis ni dominant, sans véritable violence, juste dévoué au bien de la meute et de chacun de ses loups. » Et comme si cela ne suffisait pas, il semblerait que Yanaël soit plus qu’un loup de la meute, qu’un lien tout à fait spécial existe entre lui et Adam. De plus, chacun d’eux a une relation particulière, exceptionnelle avec son loup.

Je suis tombée amoureuse de Loup, l’alter ego lupin de Yanaël. Leurs dialogues et leurs interactions sont savoureux. Loup a un caractère aussi affirmé que Yanaël et ses commentaires sont à mourir de rire, tout particulièrement son « miam » quand il parle d’Adam. C’est plein de tendresse, d’humour et il n’hésite pas à botter les fesses de Yanaël quand il le faut. Il ne le laisse pas fuir la réalité et l’oblige à faire face à ses sentiments, ses désirs.

Adam est également un personnage passionnant et attachant, un loup d’envergure avec tous les dons d’un Alpha et encore bien plus : un homme d’une profonde bonté, intensément masculin, hyper-protecteur et possessif avec Yanaël, mais aussi très respectueux et attentionné. Il joue un rôle de première importance au sein de la meute. Le repas d’Adam avec Yanaël, leurs échanges sont un régal. Leur relation promet, ils ont chacun du caractère et Yanaël n’a pas l’intention de se laisser faire et Adam le dominant va devoir apprendre à compter avec lui.

Un autre loup exceptionnel, c’est Siam, l’ami de Yanaël. Leur amitié est belle à voir ; leur délicatesse l’un envers l’autre, le respect de l’autre, de ses sentiments, mais aussi l’honnêteté de leur relation amicale, sans faux-semblants. C’est simple, on ne peut que rêver de vivre une telle relation.

Et que dire de Sihat, leur Alpha à tous ? Il est d’une telle humanité et sagesse, le bien de ses loups, de sa meute, sont sa priorité. Quant aux « méchants », eh bien, ils sont vraiment méchants et je n’ai eu aucun mal à les détester et à me réjouir de leur sort.

Tout m’a plu dans ce livre, en commençant par la couverture qui est superbe. Chaque chapitre est introduit par quelques vers qui donnent le ton, c’est très plaisant. J’ai énormément apprécié les relations qui unissent les différents protagonistes, leur amitié, le respect qu’ils se montrent et l’humour de leurs répliques.

Nathalie Marie a une plume addictive. Il m’a été presque impossible d’arrêter ma lecture, chaque chapitre donnant envie de lire le suivant. L’intrigue est superbe et j’ai énormément aimé les valeurs portées par les différents personnages.

Au final, je me répète, mais je n’ai qu’un mot ou plutôt deux : j’ai a-do-ré. Je ne peux que vous conseiller cette lecture pour vous faire votre propre opinion en espérant que comme moi, vous succomberez à la magie Nathalie Marie et au charme de ses loups.

■ kindle et ebook : 5,99 €

■ broché : 17 €

Le destin se manifeste comme bon lui semble. C’est sa liberté et son droit de le faire. Nous n’avons pas notre mot à dire là-dessus.

§ 3 Loup Les Lopcande Tome 1 Yanaël

Il avait oublié que son devoir résidait dans la protection de ses loups, de tous ses loups. Faire du mal à un soumis était impensable, négliger Yanaël et ses dons l’était tout autant. Les personnes rares devaient être défendues, au péril de sa vie si nécessaire. Elles étaient un atout irremplaçable, une richesse.

§ 4 Loup Les Lopcande Tome 1 Yanaël

Nous sommes des frères, nous sommes une famille, il ne devrait pas y avoir de distance. L’autorité devrait toujours s’imposer avec respect. Elle est parfois arbitraire, violente, mais ne devrait jamais être mépris.

§ 4 Loup Les Lopcande Tome 1 Yanaël

La confiance ne se construit pas en un jour, pour personne.

§ 8 Loup Les Lopcande Tome 1 Yanaël

Les insultes sont l’arme des faibles.

§ 9 Loup Les Lopcande Tome 1 Yanaël

L’homosexualité n’est pas une tare, encore moins un signe de faiblesse. J’exige de chacun d’entre vous de l’ouverture d’esprit. Nous sommes au vingt-et-unième siècle, je ne tolérerai pas que l’on martyrise qui que ce soit sous prétexte qu’il est différent.

§ 17 Loup Les Lopcande Tome 1 Yanaël

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ferrari F12 Berlinetta, la voiture d'Adam pour se rendre en Espagne

 

Grenade — Espagne

 

Quartier de l'Albaicìn, Grenade, où se réfugie Adam après avoir été blessé.

 

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Huis-clos, #Amitié, #Amour, #Prison, #Culpabilité, #Meurtre, #Résilience, #Adolescence, #Drogue

Résumé :

Romain arrive en prison. Les choses n’auraient jamais dû en arriver là, mais une vieille femme est morte… et il doit payer. Il va partager sa cellule avec Laurent, inculpé pour l’homicide d’un dealer. En même temps qu’ils vont apprendre à se connaître, les deux garçons vont découvrir ensemble les codes de l’univers carcéral. De façon surprenante, c’est dans cet environnement hostile et fermé qu’ils vont aussi réussir à nouer des liens d’amour et d’amitié. Réflexion sur la culpabilité, la liberté, la solidarité et le sens de la vie, Libres dans leur tête  est un émouvant huis-clos et un édifiant récit d’apprentissage.

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Coup de cœur ! Une magnifique histoire de résilience, d’amitié et d’amour !

Romain est condamné à six ans de prison dont deux avec sursis suite à un cambriolage qui a mal tourné et entraîné la mort d’une personne âgée. Même s’il n’a pas porté le coup fatal, il se sent aussi coupable que le meurtrier. Laurent est condamné à sept ans de prison suite à une bagarre qui a dégénéré. Il a tué un dealer et la légitime défense n’a pas été retenue, la faute à son manque d’empathie et à son attitude pleine de morgue. Tous deux vont se retrouver dans la même cellule.

Je remercie Stéphanie Castillo-Soler pour m’avoir proposé « Libres dans leur tête » en service presse. Sans cela, je serais passée à côté d’une véritable pépite. J’ai eu un véritable coup de cœur pour l’histoire de ces deux jeunes hommes dont la vie a brutalement basculé. Surtout celle de Laurent : jeune étudiant à qui tout souriait, rien ne le prédisposait a priori à se retrouver en prison. Pour Romain, il était déjà sur une mauvaise pente  (fréquentations douteuses et cambriolages) mais il n’a rien d’un assassin.

Très vite je me suis attachée à eux. Ils m’ont fait prendre davantage conscience de tout ce que la vie carcérale a de déshumanisant et surtout de l’effroyable lenteur des jours qui se ressemblent tous plus ou moins, de la promiscuité, du vide des journées, surtout pour ceux qui n’ont pas de goût pour la lecture ou autres activités. Par bonheur pour eux, Laurent adore lire et Romain peindre. Néanmoins les choses n’en sont pas plus faciles pour autant.

J’aime beaucoup le style de l’auteure. Avec des mots simples, beaucoup de pudeur et de délicatesse, elle nous raconte le cheminement de Romain et Laurent, les difficultés qu’ils rencontrent, leurs moments de désespoir mais aussi d’espérance. Avec eux, nous vivons le quotidien de la prison. Et si ce temps d’épreuve finalement les révélait à eux-mêmes et leur apportait l’amitié et l’amour ?

Voir les commentaires

Résumé :

Traditions, lois ancestrales, lorsque les codes de vie sont régis par le passé sans tenir compte des évolutions.
Des centaines, voire des milliers d'hommes et d'enfants vivent cloîtrés de peur d'être les cibles de la Gjakmarrja, vendetta albanaise héritée du Moyen-Âge.
Daran et ses parents ont subi, il y a presque vingt ans, la reprise de sang inscrite dans les codes du Kanun, pour une faute commise par un membre de leur famille.
Après avoir fui son pays et la mort, le voilà de retour, au terme de 18 années d'absence, de nouveau confronté à ces lois d'un autre âge.

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

♥ Coup de cœur ! ♥ Quand le passé s’invite au présent par le biais des lois ancestrales du Kanun et tellement plus…

Dès les premières lignes, dans sa Préface, Cetro nous explique ce qu’est le

Kanun, une loi ancestrale qui régit la vendetta en Albanie. Daran, alors qu’il avait 15 ans en a été victime ainsi que ses parents. Lui seul a survécu grâce à son exfiltration en France. Dix-huit ans après, il retourne chez lui, à la demande de Sœur Christina qui lui avait sauvé la vie en le faisant fuir et de nouveau, il va se trouver confronté au Kanun : ses deux meilleurs amis ont un énorme différent et l’un d’entre eux, Mehmet, veut appliquer les codes du Kanun à l’autre, Pashko. Sr Christina espère que Daran pourra les réconcilier et éviter de nouveaux crimes.

L’auteur a pris soin de nous préciser dès le début qu’il s’agit d’une histoire qu’il a inventée mais il nous offre une telle galerie de personnages, une intrigue tellement réaliste que cela pourrait tout à fait exister. « Kanun », c’est une histoire d’amour et de haine, d’amitié et de trahisons. C’est également un pays, l’Albanie, et Cetro se fait poète par la bouche de

Daran qui retrouve son pays pour lequel il éprouve un amour passionné malgré les souvenirs douloureux. Les paysages sont magnifiques et donnent envie de les découvrir.

« Kanun », c’est encore un livre addictif à 200 % : une fois commencé, vous ne pourrez plus le lâcher et je lui dois une nuit blanche, de celles que connaissent tous les amoureux de la lecture : « allez, encore un chapitre… Impossible de m’arrêter là… ». Car Cetro, avec le talent qui le caractérise, est un maître manipulateur, un magicien, une plume à nulle autre pareille. Vous pensiez lire une histoire de vengeance mais il y a bien plus que cela et il ne cesse de nous surprendre tout au long de la lecture et ce, jusqu’à la dernière page !

Il nous offre des personnages inoubliables et qui vous touchent, vous bouleversent. Il y a Daran bien sûr, le héros principal, un jeune homme au grand cœur, qui va essayer de faire la paix avec son passé. Puis il y a Sœur Christina, une bonne sœur de choc, qui n’a peur de rien et n’a pas la langue dans sa poche. Mais j’ai surtout craqué pour Zamir, un petit bonhomme de 10 ans, une véritable bouille à bisous pleine d’espièglerie, qui a une relation bouleversante avec sa grand-mère. Cetro a su garder son cœur d’enfant et il a un don pour faire revivre cette innocence, cette beauté, dans ses jeunes personnages.

Lire Cetro, c’est chaque fois s’embarquer pour une aventure humaine. Au-delà de l’intrigue, c’est de la vie qu’il s’agit. Ici, il nous fait découvrir le Kanun. Je ne sais pas vous,  mais moi c’était la première fois que j’en entendais parler et découvrir qu’aujourd’hui encore il était d’actualité et que des familles entières vivaient prisonnières dans leurs maisons, terrifiées et complètement impuissantes, a été un choc. Et comme toujours, l’auteur dénonce une situation intolérable. Mais il nous parle aussi avec beaucoup de délicatesse et de pudeur, d’amour et de souffrance, d’amitié et de fidélité, de trahison, du poids des non-dits, des secrets qui se cachent dans le passé.

Que vous connaissiez Cetro ou non, je n’ai qu’une chose à dire : foncez ! « Kanun » est une véritable pépite mais chacun de ses livres l’est. À chaque fois, il nous conte une histoire totalement différente, il nous emporte dans son univers où se mêlent tendresse et douleur, colère et pardon, rédemption… Et tout cela d’une plume qui sait se faire poétique, pleine d’humour, mais aussi tranchante et crue. C’est un coup de cœur et je remercie l’auteur pour m’avoir une fois de plus transportée, émue, bouleversée… et complètement surprise.

Le Kanun

 

Le pont du village de Mes

 

Ruines du château de Rozafa à Shkodër

 

Ruines du château de Rozafa à Shkodër

 

Carte de l'Albanie

 

Carte détaillée Shkodër, Albanie

 

Lac de Shkodra

 

Voir les commentaires

Résumé :

Un regard, ou est-ce la moto qui réveille mes souvenirs ?
En attendant, ma vie se retrouve chamboulée.
Vingt ans que je n’avais plus été bercé dans les bras d’un homme.
Suis-je prêt à tout envoyer en l’air pour ces yeux de velours andalous qui m’enflamment ?
Un simple grain de poussière dans ma vie bien rangée, trop bien rangée, peut-être ?
Est-ce le démon de midi, ou est-ce plus profond ?

 

Adrien n’a pas conscience que la vie qu'il mène est en train de l’étouffer.
Oui, tout va bien pour lui… en apparence !
La rencontre avec le beau Xavier - Xax - le bouleverse d’un seul regard et cela semble réciproque.
Sont-ils prêts à assumer ce que leur rencontre déclenche en eux ?

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Coup de cœur ! Une magnifique histoire d’amour, une passion irrésistible, mais pas seulement… !

Adrien, la quarantaine, marié, deux enfants, a eu un coup au cœur quand un homme en moto est venu chercher Cyril, son employé. Son amour pour Charles, mort dans un accident il y a plus de vingt ans, refait alors brutalement surface. Adrien se retrouve complètement perdu entre passé et présent. Il prend conscience avec rudesse que cela fait plusieurs années qu’il étouffe, que son amour pour sa femme Virginie s’est peu à peu transformé en une immense tendresse et surtout que sa rencontre avec Xax, l’ami de Cyril, le bouleverse et le déstabilise en profondeur.

Je remercie H. Auriel pour sa confiance. Elle m’a confié son livre et je l’ai lu en avant-première. Pour être exacte, je l’ai dévoré et lu d’une traite tant j’ai été happée par l’histoire de ces trois hommes — Adrien, Cyril et Xax — mais aussi par l’histoire de ceux qui les entourent. C’est un coup de cœur tant l’auteure a su les rendre attachants et dépeindre à merveille leur psychologie. L’attirance entre Adrien et Xax est irrésistible et les scènes entre eux sont torrides mais toujours pleines de délicatesse.

Ce qui fait la richesse de ce livre, c’est que l’histoire ne se borne pas à leur passion. Ce sont deux hommes qui ont vécu, qui ont une famille, des amis pour Xax et H. Auriel nous partage leurs sentiments, leurs souffrances, les blessures qu’ils portent et dont ils ne sont pas guéris. Ils sont bouleversants dans leur fragilité. L’auteure nous conte également les conséquences que la situation entraîne pour l’épouse, les enfants d’Adrien et nous ne pouvons qu’être touchés par leur détresse. L’humour est également très présent, un humour tendre qui vous fait partager l’émotion des personnages.

C’est le troisième livre MM que je lis d’H. Auriel qui écrit également sous le nom d’Elena Guimard et je suis totalement conquise par sa plume. Je vous recommande chaudement « Un grain de poussière… », vous ne pourrez qu’être touchés par l’amour d’Adrien et de Xax.

La moto, ducati-diavel, de Xax

La moto, ducati-diavel, de Xax

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Écologie, #Voyages, #Aventure, #Amitié, #Fantastique, #Jeunesse, #Dépollution, #Recyclage, #Environnement

Résumé :

Un récit d'anticipation porté par des personnages originaux, débordant d'idées et d'énergie, illustré avec brio tout en 3D, qui entraîne le lecteur dans des aventures fantastiques. Les héros se disputent la vedette, entre humour et bravoure, pour réparer les dégâts des Hommes et imaginer un avenir meilleur.

Alors que la surface de la Terre est devenue invivable pour eux, les Koboltz, petit peuple qui ressemble aux hommes comme deux gouttes d'eau mais vivant sous terre, se battent pour préserver la nature.
Les Koboltz ont pour véritable obsession de ne pas polluer la planète. Ils ne mangent aucun animal, cultivent leurs céréales, leurs fruits et légumes sans produits chimiques, et traitent absolument tous leurs déchets.
Leur seul objectif : protéger la planète mise à mal par les hommes.
Entre vie souterraine et missions à l'extérieur pour sauver la Terre de graves dangers écologiques, les Koboltz, toujours enthousiastes et volontiers blagueurs, sont les nouveaux défenseurs de la planète !


Tome 2 : Mission Québec
La cité koboltz de Karmah a été choisie par la communauté internationale pour former des troupes d'élite appelées à se déplacer dans le monde entier. Une première mission hors de France est confiée à l'équipe de Mananann et ses amis : rejoindre le magicien Rakiriko, en tournée au Canada, afin d'aider les Koboltz québecois à lutter contre la pollution liée à la collecte de pétrole.
Cette aventure va les entraîner dans les paysages enneigés d'Amérique, entre légendes indiennes, trappeurs et peuplades extraordinaires. Mange-cailloux et peuple des Aunis (créés de toutes pièces avec des objets de récupération) ne seront pas de trop pour les aider sur ces territoires glacés. Une aventure rythmée, truffée d'humour et de personnages plus étranges les uns que les autres.

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Nos malicieux Koboltz chez nos cousins du Québec.

J’ai retrouvé avec bonheur les Koboltz, ces petits êtres elfiques facétieux qui ont créé une armée chargée de dépolluer la planète et qui espèrent que les hommes prendront conscience du danger qu’ils courent et lui font courir. L’auteur a tissé des liens d’amitié avec eux et les Koboltz l’ont choisi « pour sensibiliser les jeunes générations à la préservation de la Terre. » « La situation est grave : sans une réaction profonde de notre part, de nombreuses espèces animales et végétales auront bientôt définitivement disparu de la surface de la Terre. »

Nos petits amis sont excités comme des puces : il neige ! Le capitaine Koltrann, qui, suite à ses précédentes aventures a vu son état mental s’altérer, a décidé de sortir malgré l’interdiction afin d’en profiter. Malheureusement pour lui, il va être la victime de l’espièglerie de notre équipe. Si l’on y ajoute sa capacité hallucinante à accumuler gaffes et maladresses, on peut dire que le malheureux en voit de toutes les couleurs. Tout au long du récit, il lui arrive plein de mésaventures, toutes plus cocasses les unes que les autres.

Alors que Mananann fête ses 11 ans, Taylmia annonce à nos amis que leur cité a été choisie comme Centre de Formation de troupes d’élite qui se déplaceront tout autour de la terre. Et leur première mission aura lieu au Québec où ils retrouveront Rakiriko, le magicien. L’équipe se compose de Mananann, Elmione, Tammpo, Alvyane, Klayni et de l’infortuné capitaine Koltrann qui a bien tenté de se défiler, mais sans succès. Avec les Koboltz du Québec, ils vont former une équipe de choc qui sera chargée de saboter les énormes tuyaux de pétrole qui traversent le Canada avec tous les risques de pollution que cela représente ainsi que les sites d’extraction.

Je remercie NetGalley ainsi que les Éditions Slalom qui m’ont permis de suivre les aventures de nos malicieux petits Koboltz par l’envoi de ce service presse. Comme pour le premier tome, j’ai été totalement conquise par le texte et les illustrations. Benoit Grelaud, à travers des personnages attachants, avec une écriture simple et des mots bien choisis sensibilise les plus jeunes à l’écologie. Il s’adresse d’abord aux enfants mais son livre parlera tout autant aux adultes.

Dans « Mission Québec », nous apprenons quelques termes québécois comme « bienvenue » qui signifie « de rien », ce qui ouvre la porte à des quiproquos amusants. L’auteur nous enseigne également le rôle primordial que jouent les castors dans l’équilibre de la Nature. Nous apprenons aussi que ce n’est que « depuis décembre 2015 qu’une loi considère qu’un animal est un être sensible… Avant, il était considéré comme n’ayant pas plus de valeur qu’un objet quelconque. » Benoit Grelaud nous conte également la légende du capteur de rêves, encore appelé « attrapeur de rêves ». Quant aux illustrations, elles sont magnifiques et dues au talent de Sylvain Even qui donne vie aux personnages créés par l’auteur.

Au final, un livre que je vous recommande chaudement. Il ravira petits et grands.

page 11

page 11

page 33

page 33

page 60

page 60

page 73

page 73

page 108

page 108

page 123

page 123

page 130

page 130

page 166

page 166

page 198

page 198

page 208

page 208

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Policier, #Suspense, #Famille, #Adolescence, #Young Adult, #Amitié, #Amour

Résumé :

« On déménage. À la fin du mois. »
Pour Rose, tout a commencé ce jour-là. Le choc, la colère, la révolte...
Le moment du départ. L'installation dans la nouvelle maison. Les promenades nostalgiques sur la falaise...

Rose, quinze ans, est intelligente et plutôt mignonne, mais ce n'est jamais simple de tout quitter, surtout quand on se retrouve dans une petite ville inhospitalière du nord de la France. Plutôt que de chercher à se faire des amis, elle sombre petit à petit dans la dépression...
De son côté, son père, qui est commissaire de police, s'enlise dans une enquête pour meurtre qui plonge toute la ville dans l'angoisse.

Un jour, Rose est agressée sur les quais. Dès lors, l'enquête va faire partie de sa vie. En s'y intéressant, elle va être amenée à remettre en question toutes ses certitudes... jusqu'au dénouement, qui vous laissera sans voix !

Un rebondissement à chaque chapitre, des personnages charismatiques, des secrets de famille, de belles histoires d'amour et d'amitié... Il y a de tout dans ce roman, qui s'adresse aussi bien aux grands adolescents qu'aux amateurs de suspense. Au-delà de l'intrigue policière et sentimentale, il interroge la relation entre les ados et leurs parents.

Et vous, jusqu'où seriez-vous prêt à aller par amour ?

Mon avis :  ♥ ♥ ♥ ♥

Quand deux adolescents se lancent dans une enquête…

Rose est désespérée. Suite à la mutation de son père, François Moreau, elle doit quitter la Camargue et son cheval Dorys qu’elle adore pour habiter dans le Nord, à Escarpeville. François Moreau, commandant de police, qui est originaire de cette petite ville, a été missionné pour arrêter le tueur qui vient d’assassiner une famille entière de policiers. Escarpeville n’a rien pour séduire Rose et la jeune fille, dans un premier temps, se montre odieuse avec ses parents. Elle est très jolie et a beaucoup de charme. Pourtant, loin de se faire des amis, elle se tient à l’écart des jeunes de son âge et ne tarde pas à sombrer dans une profonde dépression. Jusqu’à ce soir où elle est sauvée de justesse d’une agression.

Je remercie Andy Pearce qui m’a proposé son roman par l’intermédiaire de Simplement Pro. Il y a des livres dont on sait dès les premières lignes qu’on va être captivé, « Je serai toujours là pour toi » en fait partie. Dès le début, on ne peut plus s’arrêter et je l’ai lu d’une seule traite. C’est très bien écrit ; Andy Pearce a une plume fluide et agréable et il dépeint à merveille les affres de l’adolescence, les difficultés à grandir, à renoncer à ses illusions, les premières amours…

Nous allons suivre Rose, une adolescente de quinze ans. C’est le personnage principal et on ne peut que s’attacher à elle. Ses sentiments sont exacerbés et elle m’a rappelé mon adolescence, cette période difficile où tout prend des proportions paroxystiques. Nous la voyons reprendre goût à la vie aidée par sa rencontre avec Cloé, une adolescente de son âge qui a été elle aussi déracinée. J’ai trouvé dommage que son personnage ne soit pas davantage fouillé. Puis elle va trouver un nouveau sens à son existence en se lançant, par amour pour son père, dans une enquête avec son voisin et ami Anthony. La psychologie, les sentiments — amitié, amour — sont très bien décrits par l’auteur. Il évoque avec pudeur et délicatesse les problèmes de couple, les difficultés de communication, les relations difficiles parents/enfants surtout en période d’adolescence, les secrets de famille.

Andy Pearce nous offre un roman qui plaira autant aux adolescents qui se reconnaîtront en Rose et Anthony qu’aux adultes. L’enquête est bien menée et le suspense se maintient jusqu’à la fin qui est surprenante et qui m’a laissée un peu dans l’expectative : j’ai trouvé que tout allait un peu trop vite, que cela aurait mérité d’être approfondi.

Spooky le bearded-collie

Spooky le bearded-collie

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Romance, #Romance contemporaine, #Humour, #Amour, #Amitié, #Famille

Résumé :

Tout les oppose... mais ils ne pourront bientôt plus se passer l'un de l'autre.

Pour rester en bonne santé, Mélissa ne jure que par les remèdes naturels, le yoga et un régime végétarien. Alors, quand sa meilleure amie lui dégote un poste de secrétaire dans un cabinet médical, on ne peut pas dire qu’elle soit enchantée, même si elle ne peut s’offrir le luxe de refuser. D’autant qu’elle connaît l’un des jeunes médecins du cabinet, Benjamin, et que leur première rencontre a été aussi catastrophique qu’explosive. Mais, si le destin a choisi de remettre Benjamin sur sa route, c’est sûrement pour une bonne raison… 

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Un livre qui vous met la joie au cœur et le sourire aux lèvres.

Mélissa broie du noir. Elle vit en colocation avec sa grand-mère, Nina, une femme adorable qu’en d’autres temps on aurait appelé une grand-mère indigne, tant elle est pleine de vie et de fantaisie, tout comme ses amies. Mélissa a décidé de faire une pause et de ne pas avoir de relation amoureuse pour l’instant. Grâce à sa meilleure amie Charlotte, elle vient de trouver un remplacement de secrétariat dans un cabinet médical. On compte sur elle pour ne pas se laisser déstabiliser par le psychiatre de l’équipe qui fait pleurer et fuir toutes les remplaçantes. Autant dire qu’elle y va à reculons ! En plus, elle ne jure que par la médecine naturelle, le yoga et le végétarisme. Et comme si cela ne suffisait pas, elle y retrouve le docteur Benjamin Ferrier. Leur première rencontre n’a pas été un franc succès et elle rêve de le convertir à ses idées ; le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils sont rarement d’accord mais les contraires s’attirent, c’est bien connu…

Cette romance contemporaine est un régal et j’ai ri du début à la fin. Je remercie chaleureusement NetGalley ainsi que les Éditions Harlequin HQN pour l’envoi de ce service presse qui m’a fait faire la connaissance de Nina Kelly, une auteure pleine d’humour et de fantaisie. Elle nous offre une galerie de personnages tous plus attachants les uns que les autres mais également très drôles. Les dialogues sont des petits chefs d’œuvre d’humour et les situations sont hilarantes. Entre le gang des grand-mères qui joue les marieuses et cherchent à caser Mélissa à tout prix quand elles ne tentent pas de séduire les pompiers, les patients de Benjamin qui feraient perdre la patience à un saint, l’incroyable bagout de Mélissa, l’auteure m’a captivée de la première à la dernière page. Mais cela ne l’empêche pas d’aborder des sujets plus graves, tels que les blessures familiales, les problèmes de couple, la difficulté à grandir et à trouver sa place dans le monde, la peur de voir mourir ceux qu’on aime, les relations frère/sœur. Et puis j’ai vraiment adoré le personnage de Mélissa et ses choix de vie. Elle fait partie de ces amies de lecture qui ont pris un bout de mon cœur.

Conclusion : un roman que je vous recommande chaudement. En ce qui me concerne, c’était mon premier livre de Nina Kelly et je compte bien découvrir ses autres œuvres.

Le véritable amour est patient, ma chérie. Il ne se nourrit pas d’illusions ni de chimères. Il se satisfait de l’autre dans tous ses défauts et ne cherche pas à le changer. Le plus bel amour que tu puisses offrir à un homme est l’amour d’une femme qui l’aime pour lui, pour ce qu’il lui apporte, mais qui pourrait être heureuse seule également. Cet amour-là ne rend pas l’autre dépendant, c’est juste le cadeau d’être côte à côte et de pouvoir grandir ensemble.
– Ça ne ressemble pas trop à l’amour romantique que tout le monde vante…
– Ton bonheur ne peut pas dépendre d’un homme. Car si tu n’es pas heureuse, tu le lui reprocheras. Tu peux être épanouie avec ton homme, ton amoureux peut rendre le ciel plus bleu, les oiseaux plus joyeux si tu veux, mais s’il n’est pas là, tu dois être capable de savourer ce beau ciel bleu quand même.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Romance, #Romance contemporaine, #Drame, #Acceptation de soi, #Homosexualité, #Amour, #Amitié

Résumé :

Aurora, dite « Rory », est une jeune femme révoltée depuis le terrible accident de voiture qui l’a blessée tant physiquement que psychologiquement. Soutenue par son meilleur ami Gus, elle tente de reprendre confiance en elle en s’engageant pour des causes diverses et variées.

Sunshine, lui, est un rêveur. Élevé dans un ashram, il croit au karma et au destin, et consacre toute son attention aux autres, comme pour oublier une enfance malheureuse.

Lorsqu’ils se rencontrent sur le campus de l’université, tout oppose cette jeune femme de bonne famille et cet idéaliste sans attache… Et pourtant, ils s’attirent comme des aimants. Mais dans leur entourage, tout le monde ne voit pas ce rapprochement d’un bon œil. La volonté d’une personne est-elle plus forte que le destin ?

Mon avis :  ♥ ♥

Avis mitigé.

Depuis son accident de voiture un an plus tôt, Aurora qu’on appelle Rory, n’est plus la même et son meilleur ami Gus s’en inquiète. Elle multiplie les mauvais choix et les conséquences sont loin d’être anodines. Elle va faire la connaissance de Sunshine, un jeune homme élevé dans un ashram qui croit au dharma et au karma et qui fait des câlins pour transmettre son énergie positive. A priori, tout les oppose et pourtant…

Je remercie NetGalley ainsi que les Éditions Montlake Romance pour l’envoi de ce service presse.

Dès le début, Maddie D. nous plonge dans l’action. Nous faisons la connaissance de Rory et de Sunshine qui sont avec Gus les personnages principaux. L’auteure alterne les chapitres donnant la parole tantôt à Sunshine, tantôt à Rory, ce qui nous permet de découvrir leurs points de vue et donne du rythme au récit. Autant j’ai apprécié Sunshine, autant Rory m’a déplu. Je l’ai trouvée pénible. D’accord, elle a eu un grave accident de voiture, une énorme cicatrice serpente tout le long de sa jambe et elle a dû renoncer à l’athlétisme où elle excellait mais je la trouve insupportable avec cette colère qui ne la quitte pas et lui fait faire n’importe quoi. Elle se conduit vraiment comme une gamine capricieuse. Sunshine a également souffert, bien que d’une manière différente, il cache son passé, mais j’aime énormément ses convictions. Un autre personnage que j’ai apprécié, c’est celui de Gus et je lui ai trouvé bien du mérite à supporter Rory.

Maddie D. évoque bien des problèmes : femmes battues, génocide des Indiens, animaux cobayes dans les laboratoires, difficultés à dévoiler et faire accepter son homosexualité, violence transmise par la famille… Ce qui est dommage, c’est que c’est juste survolé alors que cela aurait mérité plus de profondeur. Peut-être cela sera-t-il le cas dans le second tome. De plus, c’est absolument incroyable la différence de comportement qu’a Rory avec les adolescents dont elle s’occupe. La différence est telle qu’il est difficile de croire qu’il s’agit de la même personne. Ce premier tome est riche de mystère, on se pose beaucoup de questions et on en ressort catastrophé par la fin. Maddie D. nous laisse en plein drame. Sa plume est superbe mais j’ai quand même eu du mal à adhérer pleinement à l’intrigue, j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de longueurs.

Voir les commentaires

Résumé :

C’est décidé. Demain, Siloé, jolie brune parisienne

un peu toquée et accro aux granules d’homéopathie, change de job !
 

Elle convoque ses meilleurs amis pour un conseil de guerre

dans leur bar préféré. La jeune femme est déterminée.

Mais aussi très maladroite, voire carrément gaffeuse.

Et certaines choses n’arrivent qu’à elle… Comme le fait de passer

un entretien d’embauche avec le psychopathe beaucoup

trop charmant qui l’a menacée deux jours plus tôt

(tout ça parce qu’elle l’a vaguement insulté au volant…).
 

Valérien, le psychopathe en question, un grand brun aux yeux bleus,

affublé d’une petite sœur tout aussi gaffeuse que Siloé,

expert en recrutement, lui propose un étrange marché.
 

Que va trouver Siloé au bout de son chemin ?

Un job ou un amoureux, ou les deux, ou rien du tout ?

 

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Ma nouvelle amie, Siloé !

Trop, c’est trop ! Bientôt trois ans que Siloé est payée à ne rien faire ou presque. C’est décidé, elle va chercher un nouvel emploi malgré la conjoncture économique difficile. Et pour se booster le moral, elle bat le rappel de ses meilleurs amis, Anne-Laure, Sébastien et Carine pour un conseil de guerre au bar Tok.

Disons-le tout de suite : j’ai a-do-ré ! Roxane Dambre fait partie de ces auteurs dont j’achète tous les livres les yeux fermés, sans lire le résumé, tant je suis certaine de ne pas être déçue. En plus là, il m’a été offert et dédicacé, ce dont je remercie de nouveau l’auteure. Cela m’a beaucoup touchée. Et effectivement, Siloé et ses mésaventures ainsi que tous ses amis, psychopathe y compris, m’ont totalement conquise. Il faut dire qu’elle est gâtée, entre Anne-Laure qui ne jure que par le mariage et les collègues de son mari, Sébastien qui propose de la pistonner pour un emploi de femme de ménage et Carine pour qui hors des études, point de salut, on comprend qu’elle se shoote… à l’homéopathie. La composition de son CV avec leur aide est un pur délice. Qu’est-ce que j’ai ri ! Dans les personnages aussi amusants qu’attachants, n’oublions pas sa collègue Carmen et surtout, Bidule son hamster de compagnie qui la suit partout et même au travail, ce qui donne plein de scènes cocasses. Quant au psychopathe brun aux yeux clairs, Valérien, je veux bien en rencontrer un comme ça tous les jours.

Siloé est une adorable gaffeuse, qualité qu’elle partage avec la sœur de Valérien, Philippa, qui la bat à plate couture. J’ajouterai même qu’à leur niveau, elles sont hors-compétition. Les entretiens d’embauche surréalistes de Siloé, les petits amis de Philippa, les scènes de catastrophe se succèdent les unes après les autres et j’étais pliée de rire à chaque fois. Quant à Bidule, le hamster qui ronfle quand il est ivre, il fallait y penser. Et en même temps, c’est un livre plein de tendresse : trop mignons les trois frères aux noms d’empereurs romains qui veillent sur les amours de leur petite sœur. Et puis, il y a l’écriture légère et pétillante de Roxane Dambre qui nous offre un roman qui fait du bien, où l’émotion flirte avec les fous rires. C’est superbement écrit et tellement bien vu. Que du bonheur !

Un livre absolument délicieux qui vous fera passer un excellent moment, vous mettra le moral au beau fixe et donnera à la vie toutes les couleurs de l’arc-en-ciel.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Fantastique, #Jeunesse, #Littérature, #Amour, #Amitié, #Aventure, #Fin du monde, #Dystopie, #Humanité

Résumé :

2 035, 31º C en-dessous de 0. Depuis des années, le Crépuscule baigne Aurillac dans un ciel de sang. L'Hiver s'est installé, un hiver éternel qui dévore les terres et fige l'océan dans la banquise. La Malesève, cette armée de pins monstrueux, a mis à genoux la civilisation. Alors, devant la fin d'un monde, que reste-t-il d'autre que l'amour ? L'amour qui va pousser Johan à braver le froid et les pins pour retrouver sa bien-aimée, l'amour qui va pousser son frère, Théo, à lui ouvrir la voie, l'amour toujours qui incitera Khalid et la jolie Fanie à tout laisser derrière eux pour les suivre. L'amour est-il assez fort pour triompher de la Malesève et de ce qu'elle a fait des hommes ?

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

L’amour sera-t-il suffisant face à un hiver apocalyptique, une forêt vampire et des monstres dont les pires ne sont pas ceux que l’on pense ?

Le monde tel que nous le connaissons a disparu. Une nouvelle ère glaciaire a vu le jour donnant naissance à un univers hostile, crépusculaire et surtout

à la Malesève, une forêt de pins vampires et de nouvelles créatures monstrueuses. Pourtant, Johan pour l’amour de Léa va affronter tous les dangers pour rejoindre celle qu’il aime. Et son frère Théo, leur ami Khalid et la jolie et indomptable Fanie vont le suivre par amour pour lui. Mais l’amour sera-t-il suffisant face à la Malesève, ses créatures et ce qu’elle engendre chez les hommes ?

J’ai eu un coup de cœur pour cette dystopie écrite par Jean-Luc Marcastel et pour ses personnages. Nous avons Johan, le mystérieux Johan, habité par Corbeau, grand maître de l’art du sabre et qui ne quitte guère son katana. Amoureux de Léa, il ne supporte plus d’être loin d’elle et surtout de ne pas pouvoir la protéger ni savoir comment elle va. Rien ne pourra l’empêcher de tenter de la rejoindre et surtout pas la Malesève, cette monstrueuse forêt de

pins qui dévore et colonise tout. Puis nous avons Théo, le frère aîné de Johan, un militaire hanté par ce qu’il a vu et dû faire et qui n’ignore rien de ce qui habite la Malesève. Mais pour l’amour de son frère, il est prêt à le suivre, où qu’il aille. Ensuite, nous faisons la connaissance de Fanie, petite fée brune mal-aimée par les siens, qui les a choisis pour famille et qui est amoureuse en secret de Johan. Rien ne pourra l’écarter du voyage. Le dernier à rejoindre cette équipe sera Khalid, le petit Arabe, l’ami fidèle qui n’hésitera pas à quitter celle qu’il aime afin de soutenir ses amis. Ils ne le savent pas encore mais c’est au bout d’eux-mêmes qu’ils vont devoir aller.

Jean-Luc Marcastel nous offre une fois de plus une magnifique histoire, avec des personnages attachants que l’on quitte à regret. De lui, j’avais lu « Praërie » que j’avais adoré et je suis totalement conquise par « Le dernier hiver ». C’est avant tout une histoire d’amour et de courage, d’héroïsme même, de fidélité et d’honneur. Le monde qu’a créé l’auteur est effrayant, cauchemardesque et les créatures qui en sont issues le sont tout autant. Pourtant, c’est l’homme qui reste le pire et le plus cruel des prédateurs. À côté de cela, nous avons de beaux messages sur l’Homme et l’Humanité, l’Amour, l’Altruisme… Et je trouve que la phrase mise en exergue sur la couverture résume tout à fait le livre : « Un cri d’amour qui repousse les ténèbres. »

Jean-Luc Marcastel m’a fait rêver, rêver de ce monde où des créatures fantastiques qui se sont adaptées aux nouvelles conditions de vie vont fraterniser avec nos amis. J’ai ri aux propos de Khalid : « Mon grand-père, y faisait des babouches, […], et mon grand-père, y disait toujours »… et cette note d’humour était bienvenue car les situations que notre quatuor va affronter sont très dures. Ce livre apocalyptique nous fait réfléchir à l’Humanité et son devenir dans des situations extrêmes. Il est un message d’espoir dans la mesure où malgré la folie de certains (dictateurs, sectes, religions sanguinaires) il reste quelques humains qui n’ont pas sombré dans la barbarie, la haine et la violence.

L’écriture de l’auteur est emplie de poésie et il a une imagination débordante. La fin qu’il a imaginée est surprenante et grandiose, il fallait y penser. Jean-Luc Marcastel a le don de nous faire ressentir les émotions, de peindre les paysages et les personnes de façon telle que l’on a l’impression d’y être. C’est un conteur hors-pair et je ne peux que vous conseiller ce livre qui plaira à tous les amateurs de fantastique, qu’ils soient petits ou grands.

Vallée de la Jordanne sous la neige

 

« Le dernier hiver » de Jean-Luc Marcastel — Hachette, Collection Black Moon
« Le dernier hiver » de Jean-Luc Marcastel — Hachette, Collection Black Moon
« Le dernier hiver » de Jean-Luc Marcastel — Hachette, Collection Black Moon
Stade de Bergerac

Stade de Bergerac

« Le dernier hiver » de Jean-Luc Marcastel — Hachette, Collection Black Moon

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog