Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Les livres de Goéwin

Articles avec #amitie catégorie

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Romance, #Romance contemporaine, #Course automobile, #Rallye, #Amour, #Amitié, #Trahison, #Deuil, #Drame

Résumé :

Il ne faut pas se fier aux apparences...
Milo Morgan est un pilote de rallye, aussi prometteur qu’impulsif. Suite à une panne, il rencontre Flora dans une étrange maison, isolée au milieu de la forêt landaise. Belle et fragile, cette femme n’est pas pour lui. Et ce n’est pas Stéphy, la meilleure amie de Flora, très attachée à la tranquillité de cette dernière, qui dira le contraire ! Seulement, le destin est capricieux. Ils se retrouveront à Monaco, au cœur de la compétition féroce opposant Milo à son rival de toujours, Octave.
Et ce n’est pas la seule épreuve que Milo et Flora devront affronter : un véritable prince, une maison hantée, une journaliste acharnée ! Comment deviner que leur passé les rattrapera et qu’ils ont bien plus en commun qu’ils ne le pensent ?

Mon avis :

Une très belle romance empreinte de mystère et pleine de sensibilité.

À priori, les routes de Milo et Flora n’auraient jamais dû se rencontrer, ils appartiennent tous deux à des mondes différents. Mais c’était sans compter sur le hasard ou le Destin malicieux. Leur rencontre est très drôle tant ils sont aux antipodes l’un de l’autre. Milo Morgan est un pilote de rallye qui vit sa vie à 100 à l’heure. Flora Pendeli vit recluse dans une immense demeure dans les Landes, La Commanderie, qui est un ancien monastère des Templiers. Secrète, introvertie, elle croit aux revenants et dit sa demeure hantée ce qui hérisse le pragmatisme de Milo. Et pourtant…

Je remercie Caroline Costa qui m’a proposé cette jolie lecture ainsi que Something Else Éditions. J’ai tout de suite été happée par le mystère qui entoure Flora et par l’univers fantastique créé par l’auteure, Caroline Costa s’y entend pour ménager le suspense et j’ai été dévorée de curiosité.

Flora m’a plu immédiatement, elle est si touchante dans sa fragilité et sa fidélité à son mari mort. Par contre, il m’a fallu du temps pour apprécier Milo. Au début, j’ai trouvé qu’il se montrait vraiment d’une condescendance détestable dans ce qu’il pensait de Flora et ce qu’il supposait de sa condition. Apprenez cher Monsieur qu’il ne faut jamais se fier aux apparences. Et puis quel mauvais caractère ! Arrogant, agressif, limite calculateur et capricieux, il cache bien son cœur et ses émotions. Mais une fois dépassée cette carapace, on découvre un homme d’honneur attachant et sensible, attentif au bien-être de son ami Jorge Vega, soucieux de ne pas blesser Flora et plein de délicatesse. Et j’ai vite eu pour lui les yeux de Flora.

Par contre dès le départ j’ai douté de la bonne foi de Stéphy. Je l’ai trouvée beaucoup trop excessive dans son désir de protéger Flora ; cela fait dix ans qu’elle est veuve et je ne vois vraiment pas quel mal il y a à ce qu’elle tourne la page et qu’elle sorte de son isolement. De même, ce que j’ai pu détester le coureur automobile Octave Wurst, le rival de Milo. Quel personnage infect ! Idem pour la journaliste Lana, quelle plaie !

Vous le devinez déjà, j’ai adoré cette romance qui naît dans un manoir landais isolé et qui se développe entre circuits automobiles et courses de rallye, dans les magnifiques paysages de la principauté de Monaco, des Landes, des bords de l’Atlantique et de la Grèce… J’ai goûté le contraste qu’il y a entre le bruit, la fièvre, le survoltage des courses et la splendeur des paysages avec la sérénité qui en découle. Caroline Costa a une écriture fluide et addictive et elle sait à merveille rendre les atmosphères qu’il s’agisse du monde des rallyes automobile, d’une soirée princière ou des scènes plus intimistes entre Flora et Milo.

Une romance que je vous recommande, vous voyagerez, rêverez et vous ne serez pas au bout de vos surprises avec tous les rebondissements que nous a concocté l’auteure.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Romance, #Littérature, #Amnésie, #Drame, #Amour, #Amitié

Résumé :

Vous savez, vous, de quoi est fait l'amour ? Et ce qu'il deviendrait si votre partenaire amoureux perdait tous ses souvenirs ?

L'amour n'est-il tissé que de promesses et de souvenirs ?

Marie et Damien viennent de fêter leurs trente ans. Ils s'aiment depuis l'adolescence. Ils ont plein de projets pour l'avenir.
Mais Damien est victime d'un accident. Il est frappé d'amnésie. Il a tout oublié... jusqu'à Marie.
Que peut devenir leur amour dans ces conditions ?

Ce roman raconte le combat d'une femme pétillante et déterminée à sauver son amour et, sans doute, une part d'elle-même.

Mon avis :

Parce que c’était lui, parce que c’était elle…

Marie et Damien sont jeunes et amoureux, ils viennent de fêter leur anniversaire, ils ont trente ans et la vie leur sourit. Ils envisagent de se marier et d’avoir leur premier enfant. Malheureusement, Damien se fait renverser par une voiture et c’est le drame : il se réveille amnésique et n’a plus aucun souvenir de Marie. Qu’en est-il de leur amour ?

Je remercie Valérie Bel pour sa confiance et le bonheur que j’ai eu à lire ce superbe récit empreint d’humour et d’émotion.« Nous danserons encore sous la pluie » est une magnifique histoire d’amour. Valérie Bel a une écriture empreinte de poésie, pleine de délicatesse dans les scènes d’amour. Marie a 65 ans lorsqu’elle nous conte ses souvenirs. Avec beaucoup de finesse et de sensibilité, elle revient sur cette période noire qui a suivi l’accident de Damien. Tous deux se sont retrouvés comme deux étrangers et le défi pour Marie est de parvenir à raviver les souvenirs de Damien tout en ménageant sa susceptibilité car il n’a pas un caractère facile.

J’ai eu beaucoup de mal à interrompre ma lecture tant j’avais hâte de savoir s’il retrouvait la mémoire. Je me suis immédiatement attachée à eux avec une préférence pour Marie. J’ai compati de tout cœur avec elle, sa situation n’est pas facile et elle n’est guère soutenue dans ses efforts en-dehors du spécialiste qui a soigné Damien. J’ai adoré détester sa belle-mère, cette peste qui, certes, est désolée pour son fils mais si cela lui permet de supplanter sa belle-fille et de récupérer son fils… Ah ! le pouvoir des petites phrases assassines !

Même si je comprends à quel point cela doit être difficile pour Damien d’avoir tout oublié, j’ai trouvé que son comportement de mufle n’était guère excusable et j’ai énormément admiré Marie pour son courage, sa patience, son amour mais aussi son inventivité. Valérie Bel a su à merveille nous décrire la psychologie de ses personnages. Marie est une jeune femme sensible, à la fois forte et fragile. Et quel humour ! J’ai ri bien souvent à ses réparties ainsi qu’à ses déguisements.

L’auteure nous offre un beau message sur l’amour et la passion que l’on doit entretenir si on ne veut pas qu’ils se fanent. De même, elle nous démontre qu’avec de la persévérance et de la patience, il est possible de tout surmonter. Il ne faut jamais baisser les bras et Marie est une battante qui ne manque pas de fantaisie quand il s’agit de souffler sur les braises d’un amour moribond.

Une magnifique symphonie qui conjugue amour, humour, espoir et bonheur.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Romance, #Romance contemporaine, #Comédie, #Humour, #Amour, #Amitié, #Mariage, #Famille

Résumé :

Un mariage… En général c’est une bonne nouvelle, non ? Un moment sympa, une fête, une ambiance géniale ? C’est comme ça normalement, non ?
Alors pourquoi celui de Maggy, ma meilleure amie, part en vrille dès qu’on avance un peu dans l’organisation ? Et les problèmes, ça se déplace en troupeau ! La liste est longue ! Sans compter ce crétin de William, égocentrique, arrogant et… meilleur ami du marié ! Ce type me donne envie de vomir.
Et où est passé le futur marié ? Disparu, envolé, le jour du mariage.
Si je suis dans un cauchemar, je veux me réveiller tout de suite.
Mais je vais prendre en main tout ça. Je vais sauver le mariage de Maggy, parce qu’elle est géniale et qu’elle mérite d’être heureuse.
Moi ? C’est Cassie. Grande gueule, gaffeuse, mais prête à tout. Ce mariage aura lieu. Quoi qu’il advienne !

Mon avis :

Coup de cœur pour cette romance qui est une véritable cure de bonne humeur et de joie de vivre.

J’ai eu le coup de foudre pour ce livre et je remercie Sylvie Noël pour cette belle lecture et les excellents moments que j’ai passés en compagnie de Cassie et de tous les autres.

Cassie est vraiment une fille au cœur d’or, elle est l’amie que nous souhaiterions toutes avoir à nos côtés. Meilleure amie de Maggy qui se marie et dont elle est le témoin, elle prend tout en charge avec générosité et efficacité pour que ce mariage soit le plus beau jour de la vie de son amie. Et elle y a du mérite car rien, vraiment rien, ne va se passer comme prévu.

Primo elle ne peut pas supporter Will, meilleur ami et témoin de David, le futur marié. Au premier regard, elle l’a détesté et j’ai bien ri à leurs prises de bec. J’ai adoré également les pitreries du petit diable et du petit ange qui illustrent les réactions de Cassie. Fous rires assurés à la lecture. Cassie doit gérer les états d’âme de Maggy qui stresse un maximum durant tous les préparatifs. Il faut dire que les évènements ne la ménagent guère. Entre l’enterrement de vie de jeune fille qui manque tourner au punching ball, les imprévus de dernier moment, la mère de la mariée qui est une véritable tornade et qui veut mettre son grain de sel partout, les choses ne sont pas simples. Rien ne leur sera épargné, jusqu’au futur marié qui disparaît la veille du mariage, ce qui ajoute une touche de suspense car il est trop amoureux pour s’être enfui.

L’écriture de l’auteure est très agréable et elle a un don pour nous faire ressentir les émotions de ses personnages. L’amitié qui unit Cassie et Maggy fait chaud au cœur tout comme l’amour entre David et Maggy. Il y a d’autres moments où j’ai été émue aux larmes et c’est vraiment à regret que j’ai tourné la dernière page. J’aimerais bien retrouver Cassie dans un second tome qui lui serait consacré.

J’ai vraiment adoré cette comédie pleine d’humour et de fantaisie mais riche d’émotion, de tendresse et d’amour.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Policier, #Suspense, #Enquête, #Cinéma, #Amitié, #Tibet, #Bouddhisme, #Bernard Grandjean

Résumé :

Namdang est une paisible bourgade du Sikkim, au pied de l’Himalaya. Paisible, vraiment ?

Un vieux lama tibétain se passionne pour la photo de Speedy Ping, célèbre acteur chinois. Pourquoi ?

Et quand, réfugié dans la maison que son ami Anil Roy, vedette de Bollywood, possède à Namdang, Speedy Ping échappe de peu à un assassinat, le mystère s’épaissit.

Qui sont ses ennemis ?

Que veulent-ils ?

Gopika, jeune et jolie enseignante, et son ami Doc Tenzin, médecin traditionnel tibétain, vont tenter de résoudre l’énigme. Entre mirages du cinéma indien et mystères du Tibet...

Crimes en Himalaya est la nouvelle série policière de Bernard Grandjean, qui met en scène un duo atypique : Gopika, jeune enseignante indienne et Doc Tenzin, médecin traditionnel tibétain.

Ensemble, sur les terres himalayennes et sur fond de turbulences politiques entre Tibet, Chine et Inde, et de corruptions en tous genres, ils vont mener l’enquête pour résoudre meurtres, intrigues, mystères...

 Mon avis :

Partez pour l’Himalaya et enquêtez avec la jolie Gopika et Tenzin Mingour, un médecin tibétain.

Alors que nos trois amis, Gopika Pathak, jeune femme d’une grande beauté

Gopika

et passionnée de cinéma, professeur d’anglais et de hindi à l’école tibétaine de Namdang, Tenzin Mingour, médecin tibétain traditionnel mais également un nakpa ce qui veut dire qu’il prononcé des vœux bien que n’étant pas moine et Thoubten Norbou, lama au monastère de Namdang pique-niquent ensemble ainsi qu’ils le font chaque semaine, la conversation vient à porter sur un célèbre acteur chinois d’origine tibétaine, Speedy (Gyeltsen) Ping, qui se serait enfui de Chine suite à une accusation de corruption. Lorsqu’il découvre la photo qui illustre un article consacré à la star, Thoubten Norbou se montre fortement intrigué par le talisman que Ping Ping porte autour de son cou, ce qui attise fortement la curiosité des deux autres. Curiosité qui ne fera que se renforcer lorsque Speedy Ping, qui s’est réfugié à Namdang dans la demeure de son ami acteur Anil Roy échappe de peu à la mort.

Nous faisons la connaissance de nos trois héros et à travers eux nous apprenons plein de choses sur la médecine traditionnelle tibétaine, sur les coutumes de ce peuple, leur nourriture, sur le bouddhisme, le quotidien dans un monastère, mais aussi sur Bollywood. Grâce à Gopika Pathak et à son amour du cinéma, nos trois amis vont être entraînés dans une enquête fertile en questions et en rebondissements qui les mettra en rapport avec des stars de Bollywood. Lama Thoubten et Doc Tenzin tous deux nés au Tibet ont connu les camps de rééducation chinois et se sont enfuis en Inde. Speedy Ping, également d’origine tibétaine, se réfugie à

Région du Sikkim au nord de L'Inde

Namdang pour échapper aux conséquences de ses actes : il est devenu malgré lui blanchisseur d’argent sale pour le Vieux Camarade Weng, un chinois puissant et corrompu aussi dangereux que retors qui ne lui a guère laissé le choix. Malheureusement le gouvernement chinois a découvert le pot aux roses et notre acteur a sauté dans le premier avion, ce qui l’a conduit d’abord à Bombay où son ami Anil Roy, un autre acteur, lui conseille de mettre par écrit et dans un coffre-fort toutes les malversations auxquelles il a été associé puis de trouver un compromis avec Weng. En attendant il pourra se cacher dans la demeure qu’il possède à Namdang. À cause d’un empoisonnement digestif, il va entrer en relation avec Doc Tenzin, ce qui nous permet de découvrir la médecine tibétaine.

J’ai énormément apprécié ma lecture du « Talisman tibétain ». J’ai retrouvé avec grand plaisir la plume de Bernard Grandjean

Bernard Grandjean

que j’avais découvert avec « La demoiselle de Rosling ». Ici l’auteur nous fait partager son amour pour le Tibet à travers les aventures de ses trois héros dont deux sont en exil. À travers ses descriptions, j’ai pu saisir la pauvreté matérielle dans laquelle ils vivent et la profonde bonté qui les anime. Et j’ai surtout ressenti la joie qui les habite. Bernard Grandjean a une écriture limpide et agréable, teintée d’humour. Grâce à sa plume, je me suis retrouvée au pied de l’Himalaya, il m’a fait voyager, respirer l’air de la montagne. Il dépeint à merveille la psychologie de ses personnages et je me suis immédiatement attachée à eux. Je me réjouis d’ailleurs de les retrouver dans un prochain ouvrage. J’ai aimé découvrir leur passé, leurs blessures et me suis passionnée avec Gopika pour l’enquête menée par Doc Tenzin. Il faut dire que les mystères sont nombreux et que les intrigues ne sont pas simples entre chinois corrompus, lamas énigmatiques, meurtres et tentatives de meurtres, sans oublier l'étrange talisman que porte Ping Ping. Mais Gopika et Doc Tenzin ne s’en laissent pas conter et leur sagesse viendra à bout de toutes les difficultés.

Je ne peux que vous conseiller ce roman, premier d’une série nommée « Crimes en Himalaya ». Du mystère, du suspense, de l’humour, de l’amitié, une belle découverte de la région du Sikkim dans l’Inde et de la culture tibétaine… N’hésitez pas et vous deviendrez accro.

Le lion des neiges

Le lion des neiges

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Alpinisme, #Littérature, #Roman, #Aventure, #Amitié, #Témoignage, #Montagne, #Humour, #Voyage

Résumé :

Quand Jean-Christophe Rufin et Sylvain Tesson
emmènent un éditeur sujet au vertige
à 4800 mètres d’altitude…

Éditeur parisien, Ludovic Escande est plus habitué aux salons littéraires qu’aux bivouacs en haute montagne. Un soir, il confie à son ami Sylvain Tesson qu’il traverse une période difficile, l’écrivain lui lance : « Mon cher Ludovic, on va t’emmener au sommet du mont Blanc ! ».

Il n’a jamais pratiqué l’alpinisme et souffre du vertige. Pourtant il accepte, sans réfléchir. S’il veut atteindre le toit de l’Europe, il devra affronter les glaciers à pic, les parois vertigineuses, la haute altitude et le manque d’oxygène. La voie que lui font emprunter Sylvain Tesson et Jean-Christophe Rufin est périlleuse pour un débutant. Mais c’est le plus court chemin pour retrouver goût au bonheur.

Avec sincérité et humour, Ludovic Escande raconte cette folle ascension qui est aussi et surtout une formidable aventure amicale, littéraire et spirituelle.

Mon avis :

Un livre réjouissant sur le dépassement de soi-même et la vertu curative de l’effort.

Alors qu’il partage un repas au restaurant avec son ami Sylvain Tesson et qu’il lui apprend que son couple bat de l’aile, celui-ci décide de l’emmener au sommet du mont Blanc. Cela ne s’annonce pas facile car Ludovic n’est pas alpiniste et surtout a une peur bleue du vide. Mais Sylvain a réponse à tout et lui prépare un programme d’exercices pour qu’il soit prêt le jour J.

Écrivain, aventurier, alpiniste, stégophile, grand voyageur, rien ne fait peur à

Sylvain Tesson

Sylvain Tesson et surtout pas d’emmener avec lui conquérir le mont Blanc un néophyte ayant peur du vide, Ludovic Escande. Nous sommes en juillet 2014. Complètement déprimé par la séparation d’avec sa femme et bien que s’étant entraîné, Ludovic qui est d’abord un éditeur plus habitué des bureaux que des murs d’escalade, carbure à la cigarette, l’alcool, les somnifères et les anxiolytiques. Avec Sylvain et Daniel Du Lac,

Daniel Du Lac

champion du monde d’escalade et guide de haute montagne,

Ludovic Escande

Ludovic attaque sa première montée qui culmine à 2 752 mètres et doit durer environ 8 heures : le but, parvenir en haut de la pointe Percée. Froid, appel du vide, angoisse, panique, avec l’aide de ses amis, Ludovic parviendra  à l’Aiguille percée. Après une journée d’entraînement aux parois de Contamines censée lui avoir appris toutes les techniques de grimpe, nos trois lascars auxquels s’est ajouté Jean-Christophe Ruffin, médecin, écrivain académicien, alpiniste, et une autre journée d’escalade des glaciers dans le massif des Cosmiques, se lancent dans la conquête du mont Blanc.

Avec une préparation pour le moins farfelue fortement teintée de nuits courtes, tabac, alcool, « L’ascension du mont Blanc » est un hommage à « l’amitié mais plus encore [au] goût du risque et [aux] joies du débordement.

Durant toute ma lecture j’ai été partagée entre l’amusement et l’inquiétude pour Ludovic : quelle inconscience ou quelle témérité ! Mais aussi quel courage ! Il parvient à dominer ses crises de panique et de découragement, son vertige, la douleur causée par une blessure au pied. Cela dit, je pense que l’auteur a écrit avec beaucoup d’humilité et que sa forme physique, sa force étaient quand même bien meilleures que ce qu’il laisse entendre.

Jean-Christophe Rufin

Les descriptions sont superbes et l’écriture précise et pleine d’humour. J’ai énormément apprécié les aventures de nos quatre héros, des hommes simples et passionnés qui ont su nous faire partager leur amour de la montagne et leur goût du dépassement.

Un livre qui vous met la joie au cœur, qui vous rend léger, un magnifique témoignage d’amitié, de courage et de bonne humeur et une thérapie contre le mal-être.

Un grand merci à NetGalley et aux Éditions Allary pour cette belle lecture.

Sylvain Tesson et Jean-Christophe Rufin

Sylvain Tesson et Jean-Christophe Rufin

Jean-Christophe Rufin

Jean-Christophe Rufin

La Pointe Percée

La Pointe Percée

La Pointe Percée

La Pointe Percée

Notre-Dame de Paris détail flêche

Notre-Dame de Paris détail flêche

Flêche Notre-Dame de Paris

Flêche Notre-Dame de Paris

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Littérature, #Musique, #Nostalgie, #Amitié, #Amour

Résumé :

Tout a démarré ce soir-là. Le soir de mon quarantième anniversaire. Une soirée de retrouvailles entre amis, dans la chaleur estivale d'un mois de juillet. Un moment de rêve pour le doux nostalgique que je suis. Un rêve inespéré et salvateur.
Je m’appelle Jean, je vis seul, séparé de mon ex-femme, Louise, la mère de ma fille Juliette, âgée de douze ans. Je suis devenu malgré moi un solitaire, souvent rempli de tristesse et de vague à l’âme. Mélancolique de cet amour perdu.

Tout a démarré ce soir-là, dans la chaleur de cette nuit d’été, entouré de ces amis bienveillants et veillant bien. Le cerveau embrumé par les rires, l’alcool, la joie et le plaisir de s’être retrouvés. Parmi les cadeaux, un objet à la fois neuf et suranné. Un vinyle. Un magnifique vinyle.

Tout a démarré ce soir-là, avec cet objet à l’esthétisme implacable bientôt déclencheur des nouveaux élans et de nouvelles quêtes insoupçonnées.
Quêtes musicales et amoureuses. Un nouveau départ à ma vie.

Mon avis :

Un livre où nostalgie et musique s’entremêlent.

Alors qu’il fête son quarantième anniversaire, Jean reçoit un cadeau qui va changer toute sa vie : un disque vinyle, une réédition 33T de Tostaky de Noir Désir, va lui ouvrir les portes de tous les changements.

Si vous êtes un passionné de musique, un amoureux du rock, un nostalgique des années 80 mais pas que, ce livre est fait pour vous. Avec Jean, vous allez revisiter le passé grâce à des morceaux de musique choisis. Sébastien Poussin nous offre une véritable anthologie musicale. Et c’est vrai que souvent par la magie d’un air, d’une chanson, nous nous retrouvons propulsés plusieurs années en arrière.

Jean est un professeur d’anglais qui ne s’est jamais vraiment remis de son divorce avec Louise qu’il revoit fréquemment lorsqu’il vient chercher et ramener sa fille Juliette qu’il a un week-end sur deux. Grâce au cadeau de ce disque, il va se découvrir une passion pour les vinyles et sortir de sa routine, faire des rencontres, recommencer à vivre.

La plume de Sébastien Poussin est fluide et limpide. Il dépeint à merveille la psychologie de ses personnages. Le seul bémol en ce qui me concerne, c’est que j’ai trouvé trop long. Jean est très sympathique mais il se complait un peu trop dans l’introspection et puis il se laisse porter par les évènements ce qui m’a empêchée de l’apprécier vraiment. Néanmoins c’est une jolie lecture avec de beaux messages sur l’amitié, l’amour, la vie qui offre de nouvelles opportunités lorsqu’on sait les saisir.

Un grand merci à NetGalley et aux Éditions Librinova pour cette découverte.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Littérature, #Quête, #Roman psychologique, #Psychologie, #Suspense, #Amitié, #Amour, #Drame

Résumé :

1979. Quatre ados vivent un été enchanté dans la campagne lorraine, rêvant autour de la jeunesse débridée d’Augustin d’Hippone, au rythme de la musique de Led Zeppelin.

1985. Le plus prometteur d’entre eux est assassiné. Qui l’a tué ?

2008. Son fils cherche à comprendre ce qui est arrivé à son père quand il avait son âge. Que s’était-il noué entre les quatre amis l’été de leurs 17 ans ? Dans sa quête, il rencontre la fille de l’un d’eux. Quelle est l’origine de leurs prénoms : lui Robert, elle Esfera ? Quel est le rapport avec le sentiment d’Esfera de vivre entourée de brouillard ? Que verront-ils surgir lorsque celui-ci se dissipera ? L’amour peut-il y avoir sa place ?

Thriller, roman psychologique et d’initiation aussi bien que récit d'une quête d'identité, La fille au mitote fait monter le suspense au fur et à mesure de rebondissements inattendus jusqu’au dénouement final, qui prend le lecteur par surprise.

Mon avis :

Un premier roman surprenant et difficile à classer.

Thriller, roman psychologique et d’initiation, récit d’une quête d’identité, roman policier ? Oui et non dans la mesure où ce roman ne correspond pas vraiment à ce que nous évoquent les termes ci-dessus. C’est un peu de tout cela mais traité à la manière de l’auteure. La plume de Marceline Bodier est superbe et l’univers qu’elle nous décrit captivant. Il correspond tout à fait à la définition du mitote : « “Votre esprit tout entier est un brouillard que les toltèques appellent un mitote (prononcez mi-to-té). Votre esprit est un rêve dans lequel des milliers de personnes parlent en même temps, et personne ne comprend personne. Telle est la condition de l’esprit humain : un grand mitote, à cause duquel il vous est impossible de voir qui vous êtes vraiment. » (https://voyageaucoeurdelhumain.wordpress.com/tag/accords-tolteques/)

Je remercie NetGalley ainsi que les Éditions Librinova pour l’envoi de ce Service Presse. J’avais été attirée par le résumé et je pensais me plonger dans un thriller plein de suspense et de rebondissements. À ma grande surprise, cela n’a pas été vraiment le cas. Alors si dans les faits, le résumé est tout à fait exact, la manière dont Marceline Bodier développe son intrigue nous offre plutôt la chronique d’une époque ainsi que la quête d’identité de ses personnages, différente selon la génération à laquelle elle s’adresse. L’auteure a particulièrement travaillé leur psychologie et on suit leur parcours sans aucun ennui. Les descriptions sont extrêmement réalistes et empreintes d’une certaine poésie. Marceline Bodier nous conte une histoire, chaque fois différente selon celui qui nous la narre, on voit comment une même scène peut être perçue différemment selon la personne et le suspense monte petit à petit. Qui a tué Stéphane, ce jeune homme charismatique et tellement prometteur stoppé à l’orée de l’âge adulte ? La fin m’a totalement surprise et laissée un peu sur ma faim. Il y a tellement de questions qui restent sans réponse.

Une belle lecture que j’ai quittée à regret.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Littérature, #Roman, #Fiction, #Japon, #Seconde Guerre mondiale, #Suspense, #Solidarité, #Paix, #Amitié, #Historique

Résumé :

1958. Dans une grotte d’Hatoma, petite île japonaise, trois corps et un journal intime sont découverts. Le journal appartient à Hiromi, une jeune fille de seize ans ayant grandi aux Etats-Unis.

Réfugiée à Hatoma lors de la deuxième guerre mondiale, Hiromi découvre un jour deux déserteurs cachés dans une grotte alors qu’elle ramasse du sable étoilé – de petits fossiles en forme d’étoiles. L’un est Japonais, l’autre Américain. Les deux hommes sympathisent malgré la barrière de la langue et, lassés de la guerre et de ses horreurs, ils se créent un espoir commun : survivre, sans plus jamais faire de mal.

Hiromi s’occupe d’eux, les nourrit et les soigne, en dépit du danger : si leur secret vient à être découvert, elle risque elle-aussi la mort pour trahison. Alors que la guerre continue de faire rage à l’extérieur, le trio survit jour après jour, à l’abri de la grotte. Jusqu’au jour où la menace pénètre cet antre de paix.

2011. Vingt ans plus tard, une jeune universitaire s’intéresse de plus près à cette histoire. Décidée à éclaircir la part d’ombre qui entoure ce lieu, elle découvre au fil de ses recherches le dénouement de cette histoire captivante d’héroïsme, en des temps où s’engager pour la paix était l’acte le plus dangereux qui soit.

Mon avis :

Un livre déroutant et captivant.

Tout a commencé le 2 avril 1945. Hiromi a 16 ans et pour échapper à la guerre, elle s’est réfugiée sur l’île japonaise d’Hatoma. Alors qu’elle ramasse du sable étoilé, elle aide un soldat japonais, Iwabuchi, à sauver un soldat américain, Bob. Iwabuchi est déserteur, il s’est aménagé une grotte où il se cache pour éviter d’être exécuté. Bob fuit lui aussi les horreurs de la guerre. Entre ces deux hommes et Hiromi vont naître une profonde amitié. Elle va les nourrir et les soigner sans tenir compte du danger car si elle est prise à les aider, elle sera exécutée avec eux. Parviendront-ils à cacher ce havre de paix et à sortir vivants de cette guerre ?

Je remercie NetGalley ainsi que les Éditions Amazon Crossing pour ce Service Presse qui m’a fait voyager loin dans le temps mais qui m’a également transportée sur une île japonaise. Je suis tombée sous le charme de cette histoire où violence et poésie sont intimement mêlées. La plume de Roger Pulvers est limpide et délicate. Ses héros sont attachants et particulièrement émouvants. Á une époque où œuvrer pour la paix est considéré comme une trahison et passible de la peine de mort, ces trois êtres qui à priori étaient ennemis vont s’entraider pour survivre. J’ai tremblé bien des fois pour eux, surtout à cause des voisines d’Hiromi qui ne cessent de la surveiller et de la suivre.

Ce livre nous fait réfléchir sur l’absurdité de la guerre et sur toutes les horreurs qu’elle entraîne. Poussières d’étoiles doit son nom à la quête d’Hiromi qui ne cesse de remplir des bouteilles de ce sable étoilé. Elle m’a fait penser à cette citation du Petit Prince de Saint-Exupéry : « C’est véritablement utile puisque c’est joli. » La relation qui s’instaure entre Hiromi, Bob et Iwabuchi est très belle, la barrière des langues ne les empêche pas de se comprendre même si le fait qu’Hiromi parle anglais facilite les choses.

C’est également une histoire pleine de suspense. La vie d’Hiromi, Iwabuchi et Bob était racontée dans un journal qui a été découvert par une équipe d’investigation du Corps des Marines Américains le 11 novembre 1958. Mais pour apprendre ce qui est réellement arrivé à nos trois amis, il nous faudra attendre 2011, année où grâce à son professeur, une jeune étudiante, Shiho Hosaka, choisira de faire sa thèse sur les évènements d’Okinawa.

Une histoire magnifique qui est un hymne à la solidarité, la paix et l’amour, à l’entente entre les peuples.

« Hatoma-jima est une île de l'archipel des Îles Yaeyama au sud-ouest du Japon, faisant partie de l'archipel Sakishima, avec les îles Miyako à l'est et les îles Senkaku plus au nord, et donc des îles Ryūkyū. Administrativement, elle fait partie du bourg de Taketomi dans la préfecture d'Okinawa. » Wikipedia

« Hatoma-jima est une île de l'archipel des Îles Yaeyama au sud-ouest du Japon, faisant partie de l'archipel Sakishima, avec les îles Miyako à l'est et les îles Senkaku plus au nord, et donc des îles Ryūkyū. Administrativement, elle fait partie du bourg de Taketomi dans la préfecture d'Okinawa. » Wikipedia

— Ce truc que tu appelles sable étoilé.
— Il n’y a rien dedans. C’est juste du sable étoilé.
— Mais c’est quoi, le sable étoilé ?
— C’est un tout petit animal marin qui vit…
— Quoi ? Il y a des animaux dans ces bouteilles ?!
— Oui. Du moins, ce qu’il en reste après leur mort. Ils ont une forme d’étoile minuscule. On peut les garder comme porte-bonheur, comme petite étoile personnelle.

« Poussières d’étoiles » de Roger Pulvers — Éditions Amazon Crossing
« Poussières d’étoiles » de Roger Pulvers — Éditions Amazon Crossing

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Romance, #Romance contemporaine, #Littérature, #Amour, #Amitié

Résumé :

Camille et Camille sont-ils amants comme tout le monde l'imagine ? Depuis qu'un hasard facétieux les a réunis, ils ne se sont plus jamais quittés. Au long d'une année de leur vie, riche en surprises, ils s'étourdissent l'un et l'autre de nouvelles rencontres, de joies et d'espoirs, se désespèrent de désillusions ou de chagrins trop frais. Jusqu'à ce qu'un voyage en Espagne, où l'on construit bien des châteaux, les entraîne vers d'autres horizons.

Elle et Lui oseront-ils enfin aller au bout de leur quête d'amour ? Sauront-ils s'avouer qu'ils ne pourraient vivre l'un sans l'autre ? À moins que...

Mon avis :

Une romance pleine de poésie et de douceur.

Camille Depresle et Camille Depresle,  lui et elle portent le même prénom et le même nom de famille bien que n’ayant aucun lien de parenté, tous deux sont originaires de la Normandie, enseignent l’anglais et partagent une même passion pour tout ce qui a trait à la culture anglaise ; de plus ils sont presque voisins. Depuis qu’ils se sont rencontrés, tous les mardis ils se retrouvent tantôt chez l’un, tantôt chez l’autre pour une soirée en tête à tête. Leurs liens ne seraient pas plus puissants s’ils étaient nés jumeaux. Il est homosexuel, elle est hétéro, tous deux enchaînent les liaisons décevantes, les laissant amers et insatisfaits, toujours en quête de l’amour avec un grand “A”. Tous ceux qui les connaissent pensent qu’ils sont amants. Leur amitié se transformera-t-elle en amour ?

Je remercie Anita Berchenko ainsi que Les Éditions du 38 pour ce Service Presse grâce auquel j’ai découvert la plume de Julie-Anne de Sée. D’emblée, j’ai été frappée par le vocabulaire élégant et recherché et je suis tombée sous le charme de son écriture et de ses personnages. Nos deux Camille sont raffinés et délicats, ils aiment savourer les plaisirs de la table mais également sa décoration : quand ils se retrouvent le mardi soir, c’est un plaisir pour le palais mais également pour les yeux, pour l’oreille par le choix de la musique. Tous est soigné de façon à créer une harmonie et l’auteure a le don de nous le faire ressentir.

Julie-Anne de Sée joue de l’ambigüité des deux prénoms et des situations. Les réflexions que se font nos deux Camille sont pleines d’humour. Ils ne se cachent rien et échangent les confidences. Tous deux sont attachants et fragiles. Lui, à chaque nouvel amant, croit avoir trouvé la perle rare, celui avec lequel il pourra tout partager et à chaque rupture, il se retrouve désespéré. Elle, est restée méfiante depuis son divorce douloureux qui l’a faite sombrer dans la dépression. Heureusement, chaque Camille sait pouvoir compter sur l’autre pour le consoler et l’aider à retrouver son équilibre. Ils sont bouleversants dans leur quête d’amour. L’auteure décrit avec beaucoup de délicatesse leurs sentiments et nous nous retrouvons en eux.

Ce livre est plein de tendresse, de douceur de vivre. Il m’a donné l’envie de ralentir le rythme, de retrouver le goût de la belle vaisselle et des beaux objets. C’est également un joli clin d’œil à nos compagnons à quatre pattes qui partagent nos vies : lui vit avec Maurice, un petit chien Shih Tzu ; elle partage sa vie avec deux chattes, Lolly et Pop.

Une belle histoire qui se savoure et nous fait voyager avec nos deux Camille qui sont vraiment adorables.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Romance MM, #Surdité, #Amitié, #Amour, #Érotisme, #Vengeance, #Handicap, #Divorce, #Lois, #Blessures du passé

Résumé :

Thomas a 35 ans et mène une vie d’enseignant tout ce qu’il y a de plus banale... Ou presque. Un soir d’hiver, il rencontre Julien.

Julien, qui se fait tabasser.

Julien, ses cheveux d’or et sa gueule d’ange.

Julien, qui le regarde avec des yeux pleins d’amour.

Pas moyen de faire autrement, Thomas le prend sous son aile. Mais une chose est sûre : il n’a jamais été attiré par les hommes. Et ce n’est pas près de changer.

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Une romance pas si légère qui aborde de graves problèmes de société.

Alors qu’il sort de cours, Thomas vole au secours de Julien qu’il a d’abord pris pour une femme et qui se fait agresser dans l’indifférence générale. Ému par la détresse du jeune homme mais également sous le charme, Thomas finit par le recueillir chez lui. Thomas est sourd et souffre de temps en temps de crises d’acouphènes qui le mettent hors d’état de faire quoi que ce soit. Entre ces deux êtres blessés par la vie, l’amour sera-t-il possible ?

Encore un grand merci à Anita Berchenko et aux Éditions du 38 pour ce Service Presse. Tout d’abord j’ai été assez surprise, je m’attendais à lire une romance légère et je suis tombée sous le charme de deux êtres que la vie n’a pas ménagés. Thomas est sourd et il enseigne la langue des signes dans un Institut de Formation. Il sort d’un divorce plus que difficile et douloureux avec Mathilde qui l’a profondément marqué. Il souffre régulièrement de violents acouphènes accompagnés de migraines qui le rendent quasi aveugle. Julien a eu une enfance épouvantable et ensuite a multiplié les amants avant de tomber sous la coupe d’un pervers. Passionné de cuisine, il souhaite en faire son métier.

Je me suis profondément attachée à eux ainsi qu’à leur amie Caroline. Leurs caractéristiques principales sont la générosité, le pardon, la résilience, l’amitié et Pauline Derussy nous conte une magnifique histoire d’amour, pleine d’espoir et de tendresse. Sa plume fluide et légère est tout entière au service de ces deux hommes qui vont s’apprivoiser petit à petit et se guérir mutuellement. Ensemble ils traverseront encore bien des épreuves mais grâce à leur amour, ils en viendront à bout. L’auteure dénonce en particulier la difficulté que rencontrent les personnes sourdes et malentendantes lors de procès où le manque d’interprètes en langue des signes conduit à une situation tout à fait scandaleuse. J’ai énormément apprécié que l’un des héros souffre d’un handicap ; il y a trop peu de livres qui donnent la parole à des personnes handicapées ou des personnes tout à fait ordinaires. Alors un grand merci à Pauline Derussy pour l’avoir fait !

Une belle histoire de résilience et d’amour entre deux hommes, une ode à l’amitié et à la tendresse.

Voir les commentaires

1 2 3 > >>