Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Les livres de Goéwin

Articles avec #fantasy catégorie

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Fantasy, #Dystopie, #Société, #Fantastique

Résumé :

De dangereux changements climatiques ont profondément modifié la vie des habitants de l’Intérieur. Au cœur de l’hiver permanent, seule la cité bulle de Sol détient le secret de l’éternel printemps. Elle réserve cet incroyable privilège à une population d’élus, descendants des premiers bâtisseurs. Mais tout manquement aux règles édictées par les conseillers et les prêtres conduit au bannissement. Et la première règle est d’ignorer les souffrances des exclus, de ceux qui, exilés des territoires glacés, sont condamnés à choisir entre la mort par le froid ou le supplice des mines de pierre noire. 

Au sein de la cité comme dans les rangs des exclus, la colère gronde. Marqué par la mort des siens, Inok n’a plus rien à perdre. Il décide de tout faire pour percer le secret du printemps et détruire l’ordre établi par les maîtres de Sol. 

Habituée des mondes imaginaires, l’auteur d’Allia ou encore des Voleurs de lumière nous entraîne avec Sol dans un univers en mutation, miroir inquiétant de notre société égoïste.

Mon avis :

Une magnifique dystopie que j’ai dévorée en quelques heures.

Je remercie Anita Berchenko ainsi que Les Éditions du 38 pour ce Service Presse qui m’a permis de découvrir la plume envoûtante de Sylvie Kaufhold. J’ai adoré cette lecture et ses personnages. L’égoïsme des uns est contrebalancé par la générosité des autres. L’hiver permanent s’est étendu petit à petit sur la majeure partie du pays à l’exception de Sol, la cité-bulle, où règne un éternel printemps. Chassés par le froid accompagné de la famine, Inok et sa famille ont quitté leur maison, leur village, pour rejoindre la cité mythique où ils espèrent trouver chaleur et travail. Hélas, à leur arrivée, ils doivent déchanter. Si la cité existe bel et bien, elle n’ouvre ses portes qu’à ceux qui ont les moyens financiers d’y accéder ou encore aux jeunes filles que leur beauté met à part : pour quel sort ? Eux sont condamnés à travailler dans la mine des pierres noires où seuls les plus résistants survivent. Quant au logement, seules quelques planches en bois les protègent bien mal de la rigueur de l’hiver. Une note d’espoir, que ce soit dans les faubourgs ou à l’intérieur même de Sol, la révolte s’organise.

À l’intérieur de la cité-bulle, le monde est très structuré : le premier conseiller aidé des moines et des conseillers gouverne les artisans et les marchands. Pour vivre heureux à Sol, il suffit de suivre ce commandement : « Ce que je ne vois pas n’existe pas » et Inok va devoir résister à cette tentation. À Sol, on cultive l’égoïsme ; il suffit de refuser de voir le mal, la souffrance, l’injustice, et se convaincre que tout est bien dans l’ordre des choses pour jouir du bonheur d’être au chaud et d’être protégé. Mais malheur à ceux qui n’obéissent pas, ils sont bannis sans pitié quand ils ne sont pas jetés aux oubliettes. Inok ne peut oublier ceux qui sont morts à cause des mines, ceux qui continuent à souffrir à l’extérieur. Il va tout faire pour découvrir le secret du printemps éternel de Sol afin que tous puissent en bénéficier.

Sol, c’est un peu le reflet de notre société égoïste de consommateurs où seuls comptent le pouvoir d’achat, la recherche du profit et la possession. Ce faisant nous demeurons trop souvent indifférents au sort du SDF que nous croisons dans la rue et nous détournons le regard. Et je ne parle même pas du problème des migrants. Nous sommes pour l’écologie mais pas prêts à faire les efforts nécessaires. Nous savons que l’on meurt de faim, de la guerre, non loin de nos frontières mais tant que cela ne nous touche pas directement, nous nous en fichons ou étouffons vite le sentiment de culpabilité qui nous a envahis.

L’univers créé par Sylvie Kaufhold est assez sombre mais ses personnages sont lumineux de générosité, d’empathie et de courage. Et surtout, comme dans la vie de tous les jours, rien n’est tout noir ou tout blanc. En dehors de quelques irréductibles, les habitants de Sol peuvent se montrer solidaires, prêts à risquer leur vie pour venir en aide à Inok. Le rythme du récit est soutenu et les descriptions sont réalistes. Je me suis très bien représentée les lieux et le contraste brutal entre Sol et ses faubourgs mais aussi le travail de la mine. L’auteure nous interpelle et nous pousse à nous interroger. Elle nous délivre de beaux messages d’amour et d’amitié, de solidarité.

Je pourrais encore vous parler longuement car il y a bien des personnages attachants dans ce roman et j’espère vous avoir donné envie de les découvrir. Personnellement, je verrais bien une suite, est-ce qu’elle est prévue ?

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Fantasy, #Romance, #Trahison, #Vengeance, #Vampire, #Loup-garou, #Sorcière, #Magie

Résumé :

1860, au cœur de Londres, le royaume de Ténégria rassemblant les surnaturels est en proie au chaos suite à une tentative de prise de pouvoir d'une organisation sanguinaire.

Au cœur de ce tumulte, Alicia lutte pour sa survie en cachant son passé. Sa rencontre avec un agaçant vampire risque de mettre à mal sa sécurité et peut être même son cœur.
Entrez dans l'univers de Ténégria où la trahison est de mise et les apparences souvent trompeuses !!

Mon avis :  

Un premier roman de fantasy prometteur malgré quelques faiblesses.

Depuis que la reine Abigaïl a été assassinée et que le royaume de Ténégria est tombé sous la coupe de l’Ordre composé de la sorcière Morgane, du vampire Sebastian et du loup-garou Ludwig, Alicia se cache sous l’habit d’une servante. Néanmoins elle fait partie de la Ligue qui les combat. Elle espère ainsi pouvoir assouvir sa vengeance : tuer Morgane. Pour cela elle va s’allier à Louis Matharel et à son frère Melchior, deux vampires appartenant également à la Ligue.

Séverine Silbert nous offre des personnages attachants et j’ai particulièrement apprécié Charlotte, la cousine des frères Matharel, qui est guérisseuse et d’une grande générosité. Par contre j’ai regretté que les personnages de Louis et d’Alicia ne soient pas davantage travaillés. Louis semble avoir un problème avec les femmes qu’il considère comme “les créatures les plus dangereuses au monde” mais on ignore pourquoi. Ensuite je l’ai trouvé vraiment inconséquent, il décide de s’allier avec elle alors qu’il ignore tout de ce qu’elle est : quand on joue un jeu aussi dangereux que le sien, il me paraît peu crédible de se lancer ainsi dans l’aventure au risque d’être trahi. Idem pour le journal qu’elle lui a fourni : il est d’une importance capitale mais il ne se dépêche nullement de le confier à son frère pour qu’il le traduise. Et il en est ainsi tout du long, Alicia et Louis multiplient les inconséquences et se conduisent plus  comme des adolescents coléreux et susceptibles qu’en adultes responsables.

L’intrigue est très intéressante, l’histoire passionnante mais j’ai trouvé que l’on passait trop vite d’une scène à l’autre. Les descriptions auraient méritées un plus grand développement de façon à introduire les actions. Il m’a manqué quelque chose pour que je sois totalement embarquée dans l’histoire. Pourtant l’écriture est fluide, les rebondissements se succèdent, l’humour est présent, les personnages sont attachants. Un premier tome addictif et d’une grande richesse. J’attends beaucoup de la suite car le final nous promet beaucoup de révélations et d’aventures.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Fantasy, #Loup, #Magie, #Suspense, #Aventure

Résumé :

La terreur règne sur la Pangée. Depuis des décennies, le Grand Guide impose sa volonté grâce à ses redoutables valkyries. Personne ne semble pouvoir l’arrêter. Même la Ligue des ombres et les hommes de la résistance ne parviennent plus à endiguer son pouvoir.
 
Or, la rencontre inattendue entre un fils de forgeron et un louveteau des Hauts-Monts fera basculer l’avenir du continent. Poursuivis par le Grand Guide, Valerian et Indra devront parcourir un monde dont ils ignorent tout. Un monde de magie, de djinns, et de civilisations oubliées. Ils pourront néanmoins compter sur le soutien d’un aubergiste excentrique, d’un magicien et de son étrange furet, mais aussi d’un rodeur pour le moins énigmatique.
 
Tout au long de son périple, le jeune homme découvrira à ses dépens l’existence de la magie en ses deux branches que sont l’Art et le Don. Val devra faire preuve de courage et d’ingéniosité car il est l’élu tant attendu par la résistance, celui qui pourrait réunir toutes les races pour faire face à la tyrannie du Grand Guide. Unique, il est l’Étinceleur.

Mon avis :

Coup de cœur ! Un premier roman de fantasy captivant et attachant de la première à la dernière page.

Valérian dit Val, 16 ans, est un enfant abandonné à sa naissance qui a été recueilli par tout le village de Nébia avant d’être adopté par Earl le forgeron et Maureen. Est-ce pour cela qu’à chaque recensement il doit partir se cacher en forêt ? Malgré cela, sa vie ne différait en rien de celle des jeunes de son âge jusqu’à ce jour où il porte secours à un loup géant des Hauts-Monts et sauve son louveteau qui se révèle être une femelle et s’appeler Indra. Val et Indra désormais vont tout partager et ne faire qu’un. Hélas le temps de l’insouciance est passé pour Val et avec Indra, ils vont devoir fuir devant une féroce valkyrie et les soldats de l’Empire. Ils vont découvrir le monde et faire d’étonnantes rencontres. Mais surtout Val va se révéler l’Étinceleur, le seul capable de maîtriser l’Art et le Don ensemble.

Je suis immédiatement tombée sous le charme de cette histoire. Mathieu Videcoq a le don de nous faire vivre ce qu’il écrit, de nous faire ressentir les sentiments de ses personnages tous plus attachants les uns que les autres. J’avoue, je suis amoureuse d’Indra, la louve au pelage gris-bleu et aux yeux d’émeraude, à la sagesse ancestrale et au caractère bien trempé. J’ai adoré ses réflexions, ses réactions, sa manière de voir le monde et de considérer les deux-pattes que nous sommes, ses dialogues avec Val. L’auteur nous offre également de beaux moments de tendresse entre Val et Indra ou encore avec la petite Érine. Comment ne pas être séduite par ce pouvoir qu’a Val de communiquer non seulement avec Indra mais encore avec les esprits des animaux ? Cela correspond à l’un de mes rêves d’enfant.

Sur leur route ils vont rencontrer bien des personnages hauts en couleur, Rodd le Rôdeur, Alan l’aubergiste, Diego le gitan, Finnigan le magicien et son furet Lyra… Tous ont en commun la lutte contre l’injustice, le sens de l’honneur, le courage, l’amour et le respect de la vie, des animaux, de la nature. Mais Mathieu Videcoq n’omet pas de préciser que tout combat, même s’il s’agit de lutter contre l’injustice, la tyrannie, va entraîner souffrance et mort au même titre que ceux qu’ils combattent.

La plume de Mathieu Videcoq est fluide et captivante. Il s’agit d’un premier roman attachant, émouvant, avec une incroyable maîtrise de la langue française, une intrigue passionnante avec plein de rebondissements, des personnages fascinants aux belles valeurs. Rien n’y manque, les descriptions sont juste ce qu’il faut et l’humour et le suspense sont présents tout au long du récit. En tant que deux-pattes totalement fan de la Pangée et d’Indra, à quand la suite monsieur l’auteur ? J’en trépigne d’impatience.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Fantasy, #Littérature Jeunesse, #Quête, #Magie, #Suspense, #Légendes, #Aventure

Résumé :

Le troisième Monde est menacé. Un puissant sorcier œuvre pour le plonger dans le chaos et les ténèbres en imposant sa domination.

Mais la prophétie d'un mage ancien offre encore un espoir. Elle annonce la venue de trois héros. Habitants d'un tout autre monde, ils seront bientôt appelés à sauver celui de la Magie.

Leur arrivée est imminente mais nul ne le sait encore. Nul ne sait qui ils sont.
Les Elus, eux-mêmes, ignorent que leur destin est déjà écrit.

Mon avis :

Un roman de fantasy foisonnant et tout à fait passionnant !

Les jumelles Marie et Lucie ainsi que leur cousin José sont partis faire une ballade à bicyclette en forêt. Alors qu’ils sont perdus, ils découvrent une mystérieuse maison coloniale bien cachée. Dévorés de curiosité, ils décident de la visiter. À l’étage, ils découvrent un mystérieux miroir qui cache une porte. Dans la pièce cachée, ils trouvent un coffret à bijoux qui recèle un magnifique médaillon en cuivre représentant un mage tenant une boule de cristal et une épée. Alors que les trois cousins se disputent le médaillon, chacun tirant dessus pour tenter de l’obtenir, il se brise en trois. Une violente tempête se lève et magiquement les emporte dans le coffret qui est devenu une porte vers ailleurs. Lorsqu’ils reprennent conscience, les trois cousins sont séparés et sont chacun en possession d’un fragment du médaillon. Ils vont tout mettre en œuvre pour se réunir et leur chemin va se révéler plein de surprises et de péril.

Je remercie Egérie qui m’a proposé son manuscrit par l’intermédiaire de Simplement Pro. Une fois ma lecture commencée, je n’ai plus arrêté. Le monde que nous propose l’auteure est complet et nos trois héros sont attachants. Leurs réflexions sont pleines d’humour. De plus, durant leur quête pour se retrouver, ils vont se lier d’amitié avec des personnages très sympathiques, Widley un jeune voleur au caractère bien trempé, sa grand-mère Scatach la magicienne, Valandra une magnifique jeune femme et son père Calchas un puissant devin, Yzhi le sage. Leur route pavée de dangers les mettra en relation avec toutes sortes de personnages mythiques, fées, griffon, nains, elfes, dryades, nymphes, trolls, dragons et j’en passe. Le Troisième Monde créé par Egérie est magique et les descriptions qu’elle nous en donne sont pleines de poésie et très précises. On sent qu’elle maîtrise son sujet.

Il est très difficile de faire du nouveau en fantasy et « Les Élus » m’ont fait penser au « Monde de Narnia », trois jeunes héros qui basculent dans un autre monde ainsi qu’au « Seigneur des Anneaux » avec ses elfes, ses nains, son sorcier maléfique. Ils ont beau avoir vingt ans, ils se conduisent davantage comme des adolescents d’une quinzaine d’années. Mais le style de l’auteur, sa plume nerveuse et élégante font qu’on ne s’ennuie pas un seul instant. Chaque chapitre donne la parole à un des cousins et j’ai suivi leurs aventures comme si j’y étais.

Un premier roman prometteur, une saga fantasy qui s’adresse plutôt à un public jeune et qui les ravira.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Romance, #Romance historique, #Fantasy, #Fantasy médiévale, #Érotisme, #Amour, #Suspense, #Historique

Résumé :

Deijan et Guilendria se connaissent depuis l’enfance.

Lui rêve d’exploits guerriers et d’héroïsme, de carrière militaire et de liberté. Mais son destin va l’enchaîner à une existence qu’il exècre, et faire de lui un homme désabusé, amer et froid.

Guilendria, elle, rêve... de lui, depuis le jour de leur rencontre. Timide et discrète jusqu’à la transparence, elle a voué son cœur à Deijan. Et la vie va la combler... de la plus cruelle des manières !

L’amour peut-il vraiment triompher de tout ?

Pénétrez dans le monde de Nordie, ou quand le souffle de la fantasy rencontre l’émoi de la romance.

Mon avis :

Coup de cœur ! Totalement addictif.

Alors que Deijan adore sa vie de soldat, Major de la garde royale de Belterre, Fléau des écumeurs, la mort de son père et de son frère aîné le propulse comte de Bucail, chef de famille de son domaine, situation qu’il abhorre. À l’inverse, Guilendria, sœur de son meilleur ami Darien, se réjouit de son retour car elle l’aime en secret depuis 15 ans et elle va devenir son épouse. Hélas elle découvre en son époux un homme aigri, dur et froid qui la rejette sans pitié. Entre ces deux êtres que tout semble séparer, l’amour parviendra-t-il à les réunir avant qu’il ne soit trop tard ?

Cécile Ama Courtois a créé un univers de fantasy médiévale envoûtant et j’ai adoré ses personnages, particulièrement celui de Guilendria. Au départ c’est une jeune femme rêveuse et particulièrement fragile, timide, discrète, presque transparente. J’ai eu fortement envie de la secouer au début de son mariage avec Deijan pour la faire réagir. Mais l’adversité va la révéler et elle va se transformer en femme forte, résolue, pleine de ressources. Je l’ai trouvée vraiment admirable face à Iphoras, le chef des écumeurs. Elle est morte de peur mais forte de son amour pour Deijan, elle va se battre pour le sauver, le cacher et protéger tous ceux qui dépendent d’elle. Elle va être soutenue par Sauge, sa femme de chambre et amie, un autre personnage de femme remarquable par son courage et sa fidélité. Quant à Deijan, j’étais démangée par l’envie de lui flanquer des baffes. Il est vraiment détestable dans les premiers chapitres et la manière dont il traite son épouse est intolérable. Son comportement va changer du tout au tout lorsqu’il va se retrouver grièvement blessé et totalement impuissant. Mais comment réagira-t-il lorsqu’il découvrira ce qui s’est réellement passé, ce que lui a caché Guilendria ? Elle est extraordinaire dans son désir de trouver du bon à tout prix chez ceux qui l’entourent, de comprendre ce qui a pu motiver tant de haine et de violence et cela même chez Iphoras.

L’univers de Nordie est sombre, plein de brutalité. Les exactions commises par les écumeurs, ces voleurs qui violent et tuent sans état d’âme, sont insupportables et l’auteure n’édulcore rien. Le monde qu’elle a créé est impitoyable et le vocabulaire qu’elle utilise très recherché et tout à fait adapté à cette époque médiévale. Elle maîtrise admirablement les codes de la fantasy et de la romance. Sa plume est fluide et réaliste, pleine d’élégance et de poésie. Elle nous immerge dans un monde de passion, de larmes, de batailles mais également dans un huis-clos entre Deijan et Guilendria où elle fait la part belle à l’amour et à l’érotisme. La manière dont Guilendria séduit son mari ne manque pas de sel et j’ai aimé les touches d’humour qui parsèment le livre. Ses descriptions de l’amour sont magnifiques.

Pour finir, j’ajouterai que j’ai terminé ma lecture totalement frustrée. Quelle fin ! Argh je trépigne d’impatience de connaître la suite, j’ai fureté partout sur le blog de l’auteure et sur ses pages Facebook pour tenter de trouver une date, quand sortira la suite ? S’il te plait, Cécile, c’est cruel de nous abandonner ainsi dans une telle expectative !

Carte de Nordie

Carte de Nordie

Calendrier Nordien

Calendrier Nordien

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Fantastique, #Historique, #Fantasy, #Bit Lit, #Littérature, #Amour, #Aventure

Résumé :

1986, Manhattan. Depuis que Rose et Vassili ont quittés la France en avril 1943 sans en informer quiconque, Rose a coupé les ponts avec son mentor, le comte Artus de Janlys. Jusqu'au soir où son serviteur se présente en personne à l'entrée du fief de lady Rose : Artus est à New York, et il demande à rencontrer son infante. Il a besoin de son aide pour le piège qu'il ourdit de très, très longue date contre son ennemi de toujours, manigances qui nécessitent également l'intervention de Gabriel de la Cerda, un Arimath aussi frivole et versatile que dangereux...

Mon avis :

Toujours aussi merveilleusement addictif.

Mars 1986 : déjà 43 ans que Rose, le cœur brisé, a fui la France et la fratrie d’Holival avec Vassili dans le but de se reconstruire. Désormais elle règne sur Manhattan, altière et dangereuse, poursuivant de sa vindicte les membres du IIIème Reich ayant échappé à la justice. Grâce au Malboge Club, mortels et immortels se pressent dans son établissement lui permettant de tisser son réseau. Mais alors qu’elle est parvenue à éviter tout contact avec lui, voilà qu’Artus se présente à sa porte. Les retrouvailles entre les deux amants sont plus qu’ardues. Artus requiert l’aide de son infante contre son ennemi de toujours, l’Érudit. Les dangers sont multiples et les passions se déchaînent.

J’ai retrouvé le sublissime comte Artus de Janlys, l’éblouissante Lady Rose, le magnifique prince Vassili Golitsyne et l’incomparable vicomte Adelphe d’Holival avec bonheur. Ces quatre êtres d’exception sont toujours aussi envoûtants et extraordinaires. Noblesse, honneur, beauté, courage, fidélité, intrépidité sont ce qui les caractérisent mais également cruauté, ruse, vengeance, combats hors normes… L’amour qui les unit est aussi ce qui les déchire. Impitoyables, ils poursuivent leurs quêtes sans que rien ne puisse les arrêter.

Avec Rose Morte, Céline Landressie a créé un univers à nul autre pareil, sombre, dangereux, addictif. Sa plume est magique, je la soupçonne d’avoir du sang d’enchanteresse dans les veines. Le vocabulaire est très riche et tout à fait adapté à cette saga. La psychologie des personnages est très fouillée et très bien rendue. Bref la lecture est un régal. L’histoire de nos héros se poursuit et les ombres se font de plus en plus menaçantes. Nous en apprenons davantage sur chacun d’eux et l’auteure ne les ménage pas. Les secrets sont de plus en plus épais et les relations entre Rose et Artus toujours aussi difficiles. Combien j’ai hâte de découvrir la suite d’Ikebana, avec l’espoir que l’amour finira par triompher de tout.

Dans ce quatrième tome, les intrigues sont de plus en plus compliquées ; les complots, les traîtrises, les alliances, les manipulations ne cessent de se multiplier entre les différentes Maisons. Et à chaque page, je n’ai cessé de me demander quel mystérieux obstacle pouvait empêcher Artus d’avouer son amour à Rose. Nous y retrouvons également le prince Gabriel de la Cerda qui appartient à la Maison Arimath mais agit surtout pour son propre compte. La trompeuse duchesse de Calabre, Constance d’Altavilla, refait aussi son apparition pour le plus grand déplaisir de Rose dont les pouvoirs se sont encore accrus et font d’elle une des plus dangereuses prédatrices de la Maison Arimath. Enfin la quête de l’Aîné, le premier de tous les immortels, se poursuit, toujours plus hasardeuse et mortelle.

J’ai tourné la dernière page avec regret et j’ai hâte de retrouver Artus, Rose, Adelphe et Vassili. Si vous ne la connaissez pas encore, je ne peux que vous conseiller de découvrir cette saga extraordinaire de Rose Morte, vous ne pourrez qu’être conquis.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Fantasy, #Magie, #Quête, #Loup, #Fantastique, #Aventure

Résumé :

Vous qui tenez ce livre, Êtes-vous en quête de rêve ? De péripétie ? De magie ? De Féérie ? De complot ? d'intrigue ? Si non, posez-le. Ce livre n'est pas pour vous. Lors de ce récit, vous suivrez Algorn, un jeune homme dont le sang est imprégné des plus grands pouvoirs que ce monde ait vu naître : celui des dragons. Entrez à Neptusa ! Accompagnez Algorn dans ses quêtes et ses rencontres aussi bien merveilleuses que maléfiques. Découvrez le monde à ses côtés ! Mais veillez à rester sur vos gardes. Entrer dans ce monde ne garantit pas d'en sortir.

Mon avis : ♥ ♥

Un univers très riche et plein de féérie.

Algorn est un magnifique jeune homme de 17 ans, d’une vive intelligence, doué de pouvoirs encore méconnus. Malgré l’interdiction, il continue à s’exercer comme mage. Courageux et même téméraire, il ne supporte pas l’injustice ce qui va l’entraîner dans des aventures périlleuses. Grâce à lui, nous allons découvrir un univers de magie avec des créatures enchantées mais également le secret de ses pouvoirs.

Je remercie les Éditions Librinova ainsi que NetGalley qui m’ont permis de découvrir un nouveau jeune auteur, Ben David, grâce à ce Service Presse pour lequel j’avais postulé, attirée par la magnifique couverture de ce livre et par le résumé. L’auteur a créé un univers magnifique avec des créatures magiques d’une grande beauté et sagesse. J’ai adoré suivre Algorn qui est un personnage attachant et plein de qualités. Il a passé les premières années de sa vie dans une famille aimante et les relations qu’il entretient avec ses frères et sœurs sont emplies de tendresse et d’humour. Je suis totalement tombée sous le charme du Crylace qui n’est autre qu’un loup mais pas n’importe lequel : un esprit du Nord doué d’une grande sagesse et d’énormes pouvoirs. Il va jouer un grand rôle dans la vie d’Algorn à qui il sauvera la vie et qu’il introduira dans sa nouvelle vie.

Je ne peux que vous conseiller ce livre qui ravira tous les amateurs de fantasy, tous les amoureux des loups et des dragons mais aussi des fées. Ben David a une écriture fluide et limpide. Ne vous laissez pas refroidir par le prologue qui est un peu déroutant tant il est rempli d’informations. Ne vous inquiétez pas, la suite vous éclairera. C’est un premier roman attachant, plein de fantaisie, d’aventures et de rebondissements. Je l’ai dévoré en quelques heures et j’ai hâte de connaître la suite. Seul petit bémol : il reste encore beaucoup de fautes d’orthographe, d’accords, mais cela n’enlève rien à la qualité de l’intrigue.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Fantasy

Résumé :

Le jour de sa majorité, les sombres pressentiments de la princesse Erina se réalisent. Son frère Erik, le roi, est détrôné par un de ses féaux, qui s'est allié aux envahisseurs. Leur plus farouche conquérant, le duc Dambre, lance ses armées contre les terres du Nord.

Après s'être miraculeusement échappée du château familial, Erina, contrainte à l'exil, entame un long périple accompagnée d'un gabarier et d'un chef de bande. Mais un assassin impitoyable, Morsange, soudoyé par ses ennemis, s'est lancé à sa poursuite.

En chemin, la jeune femme découvrira la destinée tragique de ses parents, et peu à peu révélera sa véritable nature. Pendant ce temps, le tyran qui règne sur le territoire des Ombres attend son heure...

 

Mon avis :

Des aventures menées tambour battant.

Alors que la princesse Erina s’apprête à fêter son anniversaire, 16 ans, âge de la majorité, le royaume est attaqué par leur vieil ennemi de toujours, le duc Dambre bras droit du roi de la Terre des Ombres. Son frère le roi Erik se retrouve emprisonné suite à la trahison de leur vassal, Talbernot qui les a livrés au duc Dambre mais Erina parvient à s’enfuir. Désireuse de rejoindre les terres de sir Argun au Nord, elle va entamer un long périple au cours duquel elle va se découvrir d’immenses pouvoirs qu’elle va devoir apprendre à maîtriser. Les rencontres, bonnes et mauvaises, vont se succéder. Dans son exil, elle sera aidée par Nohlan le batelier et Barbe Lame, un chef de brigands totalement acquis à sa cause. Ils devront lutter contre Morsange, un assassin lancé aux trousses de la princesse et chargé de la ramener morte ou vive.

Ce premier tome du Cycle des Tempêtes est une succession d’aventures et de rebondissements. Brice Milan multiplie les intrigues, les coups du sort, les retournements de situation. Les chapitres, courts, contribuent à donner un rythme endiablé au livre. On ne s’ennuie pas une seule seconde et on tourne les pages les unes après les autres. J’avoue avoir hâte de découvrir la suite des aventures d’Erina et je remercie l’auteur pour ce Service Presse.

Les personnages sont nombreux et pour la plupart attachants. Je pense en particulier à Erina qui a bien du mal à ne pas se laisser emporter par son caractère et à dominer ses pouvoirs ; à Erik, prince malchanceux qui ne se laisse pas abattre par les coups durs ; à Nohlan le batelier amoureux de sa princesse ; à Barbe Lame, le bandit au grand cœur qui veille sur Erina comme sur la prunelle de ses yeux ; à Silveira, la Semeuse de rêves et sa louve blanche Shania. Par contre, j’ai détesté l’infâme traître Talbernot, le monstrueux roi des Ombres et le duc Dambre.

Chaque médaille ayant son revers, l’auteur a voulu aller un peu trop vite et certaines scènes, certains personnages auraient mérité d’être un peu plus approfondis mais vu qu’il y aura deux autres tomes, il est fort possible qu’on y trouve les réponses. Par contre, une relecture portant sur les noms des personnages serait nécessaire. À cinq reprises au moins, l’auteur s’est trompé dans le prénom du personnage ce qui fait assez bizarre.

Au final, une belle découverte, un récit de fantasy totalement addictif.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Fantasy, #Humour

Résumé :

Avec Le chevalier à la canne à pêche, nous sommes au cœur d’un innombrable dispositif d’existence de la littérature fantasy. Le monde est peuplé de formes de vies diverses : des fées, des harpies, des gnomes, des farfadets, un dieu, des géants, des morts-vivants, des revenants cycliques, des anges, des humains, des gorgones et un tas d’autres figures indéfinies. Tous ces « gens » coexistent pour le meilleur et le bien pire. La violence est omniprésente. Violence belliqueuse, violence des passions, violence de la vulgarité, violence de la magie, violence des poussées de rationalité, même. Et c’est le grand conflit intercontinental. Un puissant archange œuvre avec ses fantassins et ses angelots kamikazes à envahir le continent sur lequel notre œil se pose. Un Oracle œuvre à le défendre. Un groupe d’hirsutes compagnons et compagnes sont en quête. Et roule le tonnerre de la vie et du cycle de la guerre, ni bons ni méchants, juste... étants.

Cet ouvrage échevelé, picaresque, bigarré, pourléchant, fantasy en un mot, fonctionne comme une bande dessinée ou un jeu vidéo. Le scénario en est solidement ficelé, savoureusement cohérent. L’écriture est à la fois grandiose et précise. Les scènes d’action sont enlevantes, magistralement peintes, superbement dirigées, magnifiquement visualisables. Les personnages sont attachants. Ils ont une psychologie, ce qui est loin d’être un luxe au sein du contexte en cause. Voici incontestablement une occasion de bien jubiler, dans l’épanouissement d’un genre immense qui établit cette solide jonction entre le fantastique contemporain et les vieux contes folkloriques que nous narraient autrefois les bonshommes et les bonnes femmes sans dents autour du feu de camp ou sous la tente clanique. Oui, oui, c’est magique : les pages se tournent toutes seules...

À l’âge de 33 ans, à l’occasion d’une longue convalescence, Guilhem se met sérieusement à sa passion d’écrire et trouve en un an un éditeur pour son premier roman écrit dans le genre Soft SF et intitulé La plante verte. Il s’improvise aussi scénariste et DonJon Legacy, une série de Bad Fantasy, commence à être diffusée en 2016. Le chevalier à la canne à pêche, le deuxième roman de Guilhem, s’inscrit dans le même genre, mais est une histoire bien distincte de sa série. Guilhem s’amuse toutefois à faire s’y croiser des éléments et personnages de ses deux univers.

 

Mon avis :

Un livre pour tous les amoureux de fantasy humoristique et de Terry Pratchett.

Sélène une petite fille de 11 ans, orpheline, d’une maladresse ahurissante, a un talent extraordinaire pour s’attirer des ennuis. Du coup, elle a un mystérieux protecteur amoureux secret qui vient à son aide. Elle ne l’a jamais vu mais est persuadée, après déductions, qu’il s’agit de Tylsä, un garçon un peu plus âgé qu’elle et elle lui demande de devenir son mari. Mais Tylsä va se retrouver engagé dans l’armée. Sélène décide alors de partir à sa recherche, suivie par son véritable amoureux et protecteur, Lupin.

Le monde créé par Guilhem est totalement démentiel, d’une démesure foisonnante. Nos héros humains Sélène et Lupin vont être emmenés à cheminer avec At Coum un teignome, Sthéna une gorgone,  Anorin un revenant qui parle en vers, Geungshi un mort-vivant, Le Prof un ours-nandi, les cinq compères à la recherche d’un trésor. Ils vont être confrontés à un Archange belliqueux, des angelots transformés en kamikazes, des paladins, des orcs, des ogres, des anges et des elfes chevauchant des licornes, un Oracle, des fées, des harpies, un Dieu… et j’en oublie certainement. Durant ce voyage, Sélène se découvrira dotée d’une magie d’une puissance extraordinaire et Lupin suite à sa rencontre avec une ondine va voir sa vie complètement transformée.

Guilhem a une écriture jubilatoire, un style flamboyant. C’est haletant, surprenant, intense et très bien écrit. C’est cocasse et violent, c’est un véritable feu d’artifices. Les affrontements sont grandioses, épiques. Je n’ai pas vraiment accroché à l’histoire et j’ai eu un peu de mal à terminer ma lecture, l’univers de l’auteur étant peut-être un peu trop fou pour moi mais je suis certaine qu’il ravira tous ceux qui aiment Terry Pratchett.

Un livre original, un auteur d’une imagination débordante, des personnages de fantasy qui font flèche de tout bois.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Fantasy, #Littérature, #Anges, #Démons, #Archanges, #Bible, #Apocalypse

Résumé :

Tout s’annonçait pourtant bien, en cette rentrée à la Sorbonne. J’étais acceptée dans la prestigieuse Ecole Pratique des Hautes Etudes pour une thèse en langues sémitiques et hébraïques.
La promesse d’années d’études éclatantes, à moi les secrets des civilisations disparues ! Et puis...
Et puis Yann a débarqué dans ma vie. 50 ans, 1m80, yeux bleus, cheveux argent coupés ras, blouson de cuir, énorme moto.
Avec une histoire invraisemblable de parchemins vieux de plusieurs millénaires à traduire, pour lesquels il avait besoin de moi.
Parchemins qu’il aurait piqués dans les réserves secrètes du Vatican. Oui, parce qu'en plus il est prêtre!
Au début, j’ai cru à un bizutage organisé par ma directrice de thèse. La traduction des parchemins allait sûrement aboutir à « Bravo, Aurore! » ou « Bienvenue dans les meilleures années de ta vie ! »
Mais dans la bibliothèque de l’université, le livre que je venais chercher a été détruit.
Et les deux bibliothécaires atrocement torturés avant d’être tués, par une créature terrifiante qui m’appelle « Aurore chérie » et m’explique que nous allons faire équipe.
Moi, je ne suis pas croyante, Dieu et les anges, ça ne me dit rien. Mais je le sais maintenant, les démons, eux, existent.
Et le pire d’entre eux, Asmodeus, un des rois de l’Enfer, vient de m’obliger à faire alliance avec lui.

Mon avis :

Coup de cœur ! J’adore ! Envoûtant, captivant, un livre merveilleux qui vous rend heureux !

Décidément rien ne va comme il faudrait ! Après avoir échappé de justesse à un accident, Aurore Frasier découvre le lendemain que son dossier de réinscription à la prestigieuse université de la Sorbonne a été perdu. Seul avantage, on lui prête un badge de directeur qui lui permet d’aller partout, ce qui se révèlera bien utile les jours suivants. Puis elle est invitée au restaurant par un mystérieux motard qui lui rappelle son ex à cause de la couleur bleue de la moto et qui n’a rien du dragueur en série qu’elle le soupçonnait d’être. Ce bel homme athlétique est en fait un prêtre du nom de Yann. Il a en sa possession de vieux parchemins qui proviennent des archives du Vatican et il cherche quelqu’un qui puisse les traduire. Aurore, Doctorante en langues sémitiques et hébraïques, lui semble être la personne idéale et elle est bien décidée à découvrir ce que cachent ces mystérieux documents. La tâche se révèle plus ardue que prévue car il lui faut d’abord identifier le dialecte utilisé. Alors qu’elle se rend à la bibliothèque avec le père Yann pour consulter un ouvrage du nom de Suppléments de l’Akkadien, Aurore se retrouve devant un bibliothécaire inconnu qui n’est autre que le démon Asmodée, roi des enfers. Il a tué après les avoir torturés les précédents bibliothécaires, il poursuit les mêmes buts que Yann et Aurore et il décide qu’il va faire équipe avec eux. Pour cela il revêt l’apparence innocente d’une étudiante et grâce à lui, nous découvrons les anges gardiens de Yann et Aurore qui ne sont autres que l’archange Michel pour Yann et Hariel pour Aurore. Et Aurore qui ne croyait ni en Dieu, ni en ses anges, ni aux miracles, va découvrir la foi en commençant par croire à la réalité des démons. Or si les démons existent…

Je le redis, j’ai A-DO-RÉ et je sais déjà que ce livre va faire partie de mes livres de chevet et que je le relirai plusieurs fois, toujours avec le même plaisir. Et pour cela, j’espère qu’il sortira en version papier car pour mes livres préférés, je préfère les avoir sous cette forme. J’ai lu les précédents romans de Roxane Dambre, Animae et Scorpi que j’ai également énormément aimés avec une petite préférence pour Animae mais Aurora vient de leur passer devant.

Cela a d’abord été une énorme surprise. Quand un livre de Roxane Dambre sort, je l’achète les yeux fermés et je l’ai commencé sans avoir lu le résumé. Or l’auteure commence par un résumé du livre de la Genèse dans la Bible, la Création du monde par Dieu, puis par un résumé des théories scientifiques de la formation de ce même monde. Et c’est brillant, lumineux et passionnant. Ensuite nous découvrons nos personnages principaux et comme toujours avec elle, ils sont merveilleusement attachants. Aurore est adorable, elle a la candeur et l’innocence d’un enfant, un courage extraordinaire et ses réflexions frappées au coin du bon sens sont rigolotes au possible. Le père Yann, devenu oncle Yann pour elle, est lui aussi plein d’humour et j’aimerais bien avoir un oncle tel que lui. Quant à Asmodée qui rappelons-le est quand même un démon prince de l’enfer, eh bien, elle est à mourir de rire et malgré son appartenance démoniaque, je l’ai trouvée fascinante et attachante par certains côtés. Et que dire des anges, Michel, Hariel, Gabriel ? On ne peut qu’être sous le charme.

J’ai ri d’un bout à l’autre de ma lecture mais Roxane Dambre nous offre également une histoire pleine d’amour et de tendresse. Quant à l’intrigue dont je ne dirai rien pour ne pas spoiler, disons qu’elle est super bien trouvée et je regrette de ne pas avoir eu l’auteure comme catéchiste. J’adore ses explications “théologiques” qui nous apprennent l’essentiel mais qui révèlent également une bonne connaissance du sujet. Je pense d’ailleurs que ce livre plaira autant aux croyants qu’aux non-croyants. D'ailleurs les anges se retrouvent dans toutes les religions.

Pour finir, je dirai que ce livre vous rend heureux, il vous fait rire et sourire, il vous rend la vie plus belle. Alors, n’hésitez surtout pas, plongez-vous dans Aurora, et vous ne voudrez plus la quitter.

Voir les commentaires

1 2 3 > >>