Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Les livres de Goéwin

Articles avec #fantasy catégorie

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Fantasy, #Magie, #Quête, #Loup, #Fantastique, #Aventure

Résumé :

Vous qui tenez ce livre, Êtes-vous en quête de rêve ? De péripétie ? De magie ? De Féérie ? De complot ? d'intrigue ? Si non, posez-le. Ce livre n'est pas pour vous. Lors de ce récit, vous suivrez Algorn, un jeune homme dont le sang est imprégné des plus grands pouvoirs que ce monde ait vu naître : celui des dragons. Entrez à Neptusa ! Accompagnez Algorn dans ses quêtes et ses rencontres aussi bien merveilleuses que maléfiques. Découvrez le monde à ses côtés ! Mais veillez à rester sur vos gardes. Entrer dans ce monde ne garantit pas d'en sortir.

Mon avis : ♥ ♥

Un univers très riche et plein de féérie.

Algorn est un magnifique jeune homme de 17 ans, d’une vive intelligence, doué de pouvoirs encore méconnus. Malgré l’interdiction, il continue à s’exercer comme mage. Courageux et même téméraire, il ne supporte pas l’injustice ce qui va l’entraîner dans des aventures périlleuses. Grâce à lui, nous allons découvrir un univers de magie avec des créatures enchantées mais également le secret de ses pouvoirs.

Je remercie les Éditions Librinova ainsi que NetGalley qui m’ont permis de découvrir un nouveau jeune auteur, Ben David, grâce à ce Service Presse pour lequel j’avais postulé, attirée par la magnifique couverture de ce livre et par le résumé. L’auteur a créé un univers magnifique avec des créatures magiques d’une grande beauté et sagesse. J’ai adoré suivre Algorn qui est un personnage attachant et plein de qualités. Il a passé les premières années de sa vie dans une famille aimante et les relations qu’il entretient avec ses frères et sœurs sont emplies de tendresse et d’humour. Je suis totalement tombée sous le charme du Crylace qui n’est autre qu’un loup mais pas n’importe lequel : un esprit du Nord doué d’une grande sagesse et d’énormes pouvoirs. Il va jouer un grand rôle dans la vie d’Algorn à qui il sauvera la vie et qu’il introduira dans sa nouvelle vie.

Je ne peux que vous conseiller ce livre qui ravira tous les amateurs de fantasy, tous les amoureux des loups et des dragons mais aussi des fées. Ben David a une écriture fluide et limpide. Ne vous laissez pas refroidir par le prologue qui est un peu déroutant tant il est rempli d’informations. Ne vous inquiétez pas, la suite vous éclairera. C’est un premier roman attachant, plein de fantaisie, d’aventures et de rebondissements. Je l’ai dévoré en quelques heures et j’ai hâte de connaître la suite. Seul petit bémol : il reste encore beaucoup de fautes d’orthographe, d’accords, mais cela n’enlève rien à la qualité de l’intrigue.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Fantasy

Résumé :

Le jour de sa majorité, les sombres pressentiments de la princesse Erina se réalisent. Son frère Erik, le roi, est détrôné par un de ses féaux, qui s'est allié aux envahisseurs. Leur plus farouche conquérant, le duc Dambre, lance ses armées contre les terres du Nord.

Après s'être miraculeusement échappée du château familial, Erina, contrainte à l'exil, entame un long périple accompagnée d'un gabarier et d'un chef de bande. Mais un assassin impitoyable, Morsange, soudoyé par ses ennemis, s'est lancé à sa poursuite.

En chemin, la jeune femme découvrira la destinée tragique de ses parents, et peu à peu révélera sa véritable nature. Pendant ce temps, le tyran qui règne sur le territoire des Ombres attend son heure...

 

Mon avis :

Des aventures menées tambour battant.

Alors que la princesse Erina s’apprête à fêter son anniversaire, 16 ans, âge de la majorité, le royaume est attaqué par leur vieil ennemi de toujours, le duc Dambre bras droit du roi de la Terre des Ombres. Son frère le roi Erik se retrouve emprisonné suite à la trahison de leur vassal, Talbernot qui les a livrés au duc Dambre mais Erina parvient à s’enfuir. Désireuse de rejoindre les terres de sir Argun au Nord, elle va entamer un long périple au cours duquel elle va se découvrir d’immenses pouvoirs qu’elle va devoir apprendre à maîtriser. Les rencontres, bonnes et mauvaises, vont se succéder. Dans son exil, elle sera aidée par Nohlan le batelier et Barbe Lame, un chef de brigands totalement acquis à sa cause. Ils devront lutter contre Morsange, un assassin lancé aux trousses de la princesse et chargé de la ramener morte ou vive.

Ce premier tome du Cycle des Tempêtes est une succession d’aventures et de rebondissements. Brice Milan multiplie les intrigues, les coups du sort, les retournements de situation. Les chapitres, courts, contribuent à donner un rythme endiablé au livre. On ne s’ennuie pas une seule seconde et on tourne les pages les unes après les autres. J’avoue avoir hâte de découvrir la suite des aventures d’Erina et je remercie l’auteur pour ce Service Presse.

Les personnages sont nombreux et pour la plupart attachants. Je pense en particulier à Erina qui a bien du mal à ne pas se laisser emporter par son caractère et à dominer ses pouvoirs ; à Erik, prince malchanceux qui ne se laisse pas abattre par les coups durs ; à Nohlan le batelier amoureux de sa princesse ; à Barbe Lame, le bandit au grand cœur qui veille sur Erina comme sur la prunelle de ses yeux ; à Silveira, la Semeuse de rêves et sa louve blanche Shania. Par contre, j’ai détesté l’infâme traître Talbernot, le monstrueux roi des Ombres et le duc Dambre.

Chaque médaille ayant son revers, l’auteur a voulu aller un peu trop vite et certaines scènes, certains personnages auraient mérité d’être un peu plus approfondis mais vu qu’il y aura deux autres tomes, il est fort possible qu’on y trouve les réponses. Par contre, une relecture portant sur les noms des personnages serait nécessaire. À cinq reprises au moins, l’auteur s’est trompé dans le prénom du personnage ce qui fait assez bizarre.

Au final, une belle découverte, un récit de fantasy totalement addictif.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Fantasy, #Humour

Résumé :

Avec Le chevalier à la canne à pêche, nous sommes au cœur d’un innombrable dispositif d’existence de la littérature fantasy. Le monde est peuplé de formes de vies diverses : des fées, des harpies, des gnomes, des farfadets, un dieu, des géants, des morts-vivants, des revenants cycliques, des anges, des humains, des gorgones et un tas d’autres figures indéfinies. Tous ces « gens » coexistent pour le meilleur et le bien pire. La violence est omniprésente. Violence belliqueuse, violence des passions, violence de la vulgarité, violence de la magie, violence des poussées de rationalité, même. Et c’est le grand conflit intercontinental. Un puissant archange œuvre avec ses fantassins et ses angelots kamikazes à envahir le continent sur lequel notre œil se pose. Un Oracle œuvre à le défendre. Un groupe d’hirsutes compagnons et compagnes sont en quête. Et roule le tonnerre de la vie et du cycle de la guerre, ni bons ni méchants, juste... étants.

Cet ouvrage échevelé, picaresque, bigarré, pourléchant, fantasy en un mot, fonctionne comme une bande dessinée ou un jeu vidéo. Le scénario en est solidement ficelé, savoureusement cohérent. L’écriture est à la fois grandiose et précise. Les scènes d’action sont enlevantes, magistralement peintes, superbement dirigées, magnifiquement visualisables. Les personnages sont attachants. Ils ont une psychologie, ce qui est loin d’être un luxe au sein du contexte en cause. Voici incontestablement une occasion de bien jubiler, dans l’épanouissement d’un genre immense qui établit cette solide jonction entre le fantastique contemporain et les vieux contes folkloriques que nous narraient autrefois les bonshommes et les bonnes femmes sans dents autour du feu de camp ou sous la tente clanique. Oui, oui, c’est magique : les pages se tournent toutes seules...

À l’âge de 33 ans, à l’occasion d’une longue convalescence, Guilhem se met sérieusement à sa passion d’écrire et trouve en un an un éditeur pour son premier roman écrit dans le genre Soft SF et intitulé La plante verte. Il s’improvise aussi scénariste et DonJon Legacy, une série de Bad Fantasy, commence à être diffusée en 2016. Le chevalier à la canne à pêche, le deuxième roman de Guilhem, s’inscrit dans le même genre, mais est une histoire bien distincte de sa série. Guilhem s’amuse toutefois à faire s’y croiser des éléments et personnages de ses deux univers.

 

Mon avis :

Un livre pour tous les amoureux de fantasy humoristique et de Terry Pratchett.

Sélène une petite fille de 11 ans, orpheline, d’une maladresse ahurissante, a un talent extraordinaire pour s’attirer des ennuis. Du coup, elle a un mystérieux protecteur amoureux secret qui vient à son aide. Elle ne l’a jamais vu mais est persuadée, après déductions, qu’il s’agit de Tylsä, un garçon un peu plus âgé qu’elle et elle lui demande de devenir son mari. Mais Tylsä va se retrouver engagé dans l’armée. Sélène décide alors de partir à sa recherche, suivie par son véritable amoureux et protecteur, Lupin.

Le monde créé par Guilhem est totalement démentiel, d’une démesure foisonnante. Nos héros humains Sélène et Lupin vont être emmenés à cheminer avec At Coum un teignome, Sthéna une gorgone,  Anorin un revenant qui parle en vers, Geungshi un mort-vivant, Le Prof un ours-nandi, les cinq compères à la recherche d’un trésor. Ils vont être confrontés à un Archange belliqueux, des angelots transformés en kamikazes, des paladins, des orcs, des ogres, des anges et des elfes chevauchant des licornes, un Oracle, des fées, des harpies, un Dieu… et j’en oublie certainement. Durant ce voyage, Sélène se découvrira dotée d’une magie d’une puissance extraordinaire et Lupin suite à sa rencontre avec une ondine va voir sa vie complètement transformée.

Guilhem a une écriture jubilatoire, un style flamboyant. C’est haletant, surprenant, intense et très bien écrit. C’est cocasse et violent, c’est un véritable feu d’artifices. Les affrontements sont grandioses, épiques. Je n’ai pas vraiment accroché à l’histoire et j’ai eu un peu de mal à terminer ma lecture, l’univers de l’auteur étant peut-être un peu trop fou pour moi mais je suis certaine qu’il ravira tous ceux qui aiment Terry Pratchett.

Un livre original, un auteur d’une imagination débordante, des personnages de fantasy qui font flèche de tout bois.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Fantasy, #Littérature, #Anges, #Démons, #Archanges, #Bible, #Apocalypse

Résumé :

Tout s’annonçait pourtant bien, en cette rentrée à la Sorbonne. J’étais acceptée dans la prestigieuse Ecole Pratique des Hautes Etudes pour une thèse en langues sémitiques et hébraïques.
La promesse d’années d’études éclatantes, à moi les secrets des civilisations disparues ! Et puis...
Et puis Yann a débarqué dans ma vie. 50 ans, 1m80, yeux bleus, cheveux argent coupés ras, blouson de cuir, énorme moto.
Avec une histoire invraisemblable de parchemins vieux de plusieurs millénaires à traduire, pour lesquels il avait besoin de moi.
Parchemins qu’il aurait piqués dans les réserves secrètes du Vatican. Oui, parce qu'en plus il est prêtre!
Au début, j’ai cru à un bizutage organisé par ma directrice de thèse. La traduction des parchemins allait sûrement aboutir à « Bravo, Aurore! » ou « Bienvenue dans les meilleures années de ta vie ! »
Mais dans la bibliothèque de l’université, le livre que je venais chercher a été détruit.
Et les deux bibliothécaires atrocement torturés avant d’être tués, par une créature terrifiante qui m’appelle « Aurore chérie » et m’explique que nous allons faire équipe.
Moi, je ne suis pas croyante, Dieu et les anges, ça ne me dit rien. Mais je le sais maintenant, les démons, eux, existent.
Et le pire d’entre eux, Asmodeus, un des rois de l’Enfer, vient de m’obliger à faire alliance avec lui.

Mon avis :

Coup de cœur ! J’adore ! Envoûtant, captivant, un livre merveilleux qui vous rend heureux !

Décidément rien ne va comme il faudrait ! Après avoir échappé de justesse à un accident, Aurore Frasier découvre le lendemain que son dossier de réinscription à la prestigieuse université de la Sorbonne a été perdu. Seul avantage, on lui prête un badge de directeur qui lui permet d’aller partout, ce qui se révèlera bien utile les jours suivants. Puis elle est invitée au restaurant par un mystérieux motard qui lui rappelle son ex à cause de la couleur bleue de la moto et qui n’a rien du dragueur en série qu’elle le soupçonnait d’être. Ce bel homme athlétique est en fait un prêtre du nom de Yann. Il a en sa possession de vieux parchemins qui proviennent des archives du Vatican et il cherche quelqu’un qui puisse les traduire. Aurore, Doctorante en langues sémitiques et hébraïques, lui semble être la personne idéale et elle est bien décidée à découvrir ce que cachent ces mystérieux documents. La tâche se révèle plus ardue que prévue car il lui faut d’abord identifier le dialecte utilisé. Alors qu’elle se rend à la bibliothèque avec le père Yann pour consulter un ouvrage du nom de Suppléments de l’Akkadien, Aurore se retrouve devant un bibliothécaire inconnu qui n’est autre que le démon Asmodée, roi des enfers. Il a tué après les avoir torturés les précédents bibliothécaires, il poursuit les mêmes buts que Yann et Aurore et il décide qu’il va faire équipe avec eux. Pour cela il revêt l’apparence innocente d’une étudiante et grâce à lui, nous découvrons les anges gardiens de Yann et Aurore qui ne sont autres que l’archange Michel pour Yann et Hariel pour Aurore. Et Aurore qui ne croyait ni en Dieu, ni en ses anges, ni aux miracles, va découvrir la foi en commençant par croire à la réalité des démons. Or si les démons existent…

Je le redis, j’ai A-DO-RÉ et je sais déjà que ce livre va faire partie de mes livres de chevet et que je le relirai plusieurs fois, toujours avec le même plaisir. Et pour cela, j’espère qu’il sortira en version papier car pour mes livres préférés, je préfère les avoir sous cette forme. J’ai lu les précédents romans de Roxane Dambre, Animae et Scorpi que j’ai également énormément aimés avec une petite préférence pour Animae mais Aurora vient de leur passer devant.

Cela a d’abord été une énorme surprise. Quand un livre de Roxane Dambre sort, je l’achète les yeux fermés et je l’ai commencé sans avoir lu le résumé. Or l’auteure commence par un résumé du livre de la Genèse dans la Bible, la Création du monde par Dieu, puis par un résumé des théories scientifiques de la formation de ce même monde. Et c’est brillant, lumineux et passionnant. Ensuite nous découvrons nos personnages principaux et comme toujours avec elle, ils sont merveilleusement attachants. Aurore est adorable, elle a la candeur et l’innocence d’un enfant, un courage extraordinaire et ses réflexions frappées au coin du bon sens sont rigolotes au possible. Le père Yann, devenu oncle Yann pour elle, est lui aussi plein d’humour et j’aimerais bien avoir un oncle tel que lui. Quant à Asmodée qui rappelons-le est quand même un démon prince de l’enfer, eh bien, elle est à mourir de rire et malgré son appartenance démoniaque, je l’ai trouvée fascinante et attachante par certains côtés. Et que dire des anges, Michel, Hariel, Gabriel ? On ne peut qu’être sous le charme.

J’ai ri d’un bout à l’autre de ma lecture mais Roxane Dambre nous offre également une histoire pleine d’amour et de tendresse. Quant à l’intrigue dont je ne dirai rien pour ne pas spoiler, disons qu’elle est super bien trouvée et je regrette de ne pas avoir eu l’auteure comme catéchiste. J’adore ses explications “théologiques” qui nous apprennent l’essentiel mais qui révèlent également une bonne connaissance du sujet. Je pense d’ailleurs que ce livre plaira autant aux croyants qu’aux non-croyants. D'ailleurs les anges se retrouvent dans toutes les religions.

Pour finir, je dirai que ce livre vous rend heureux, il vous fait rire et sourire, il vous rend la vie plus belle. Alors, n’hésitez surtout pas, plongez-vous dans Aurora, et vous ne voudrez plus la quitter.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Fantasy, #Vengeance, #Alchimie, #Famille, #Urban Fantasy

Résumé :

Si  votre cœur est animé par la vengeance,   que devient votre âme ?

« Mon frère, si tu crois encore assez en quelque chose pour t’y raccrocher, fais-le ; car je vais te retrouver et te tuer. »

Laissez-vous emporter par ce premier opus des aventures fantastiques de Ray Shepard !

EXTRAIT

Les décennies se sont écoulées, faisant place à une nouvelle génération de duellistes et d’alchimistes. Nombreux sont ceux tournés vers ce que j’appelle le côté sombre de l’âme. Ils se sont laissé dévorer par l’ambition et le pouvoir. Certains ont même créé des spectres surpuissants au prix de sacrifices innommables. Changer son double animal signifie modifier son âme. Et cela ne reste jamais sans conséquences.
La Djaaba s’est corrompue. De sombres complots pour le Pouvoir ont alors vu le jour.
C’est dans ce monde que mon père est né. Dans ce monde qu’il a vécu et qu’il s’est battu pour changer les choses.
Ce qui ne devait être qu’une simple histoire de famille, s’est mué en un affrontement fraternel au cœur d’une guerre civile.

Cette histoire est son Histoire, telle que ma mère me l’a contée. L’Histoire de Ray Shepard.

Mon avis :

Fantastiquement addictif !

Van nous rapporte l’histoire de son père Ray Shepard telle qu’elle lui a été contée par sa mère. À Penngrad, la Société est régie par une hiérarchie assez stricte. Au sommet, nous trouvons les riches et les nobles formant la Caste de la Djaaba. Ils sont aidés par la Confrérie des Assassins, Les Gouttes pourpres ainsi que par leurs gardes qui constituent La Milice. À Penngrad, chaque être est fait de chair, de sang et de fluide. Chacun est lié à un spectre qui est la moitié de son âme, son double animal. Il fut peut-être un temps où détenteurs et spectres vivaient en harmonie mais ce n’est plus le cas aujourd’hui. Ils se sont transformés en duellistes et bêtes de combat, ils utilisent l’alchimie qu’ils ont mise au service de la recherche du pouvoir, de l’ambition, du désir de tout contrôler. Et pour cela tous les moyens sont bons pour y parvenir, y compris les pires. Quant à Ray Shepard, il est amnésique depuis quatre ans à cause d’une dépense trop importante de fluide pour tenter de retrouver la femme qu’il aime, Léane. Il est le charismatique leader des UCB et ne vit que pour sa vengeance.

Ces quelques lignes de résumé ne rendent absolument pas justice à la richesse et à la beauté de ce livre. Morgane Rugraff a créé un monde absolument fabuleux et fascinant. Penngrad et ceux qui l’habitent sont captivants, ses héros et leurs spectres attachants. Pour vous donner une idée, Ray a un tigre blanc pour spectre dont le nom est Aerön. Mariah est accompagnée d’un grand lynx, Luthéus, Kaily d’une panthère noire,  Athénestia… Les relations entre eux et leurs spectres sont magiques et j’ai adoré voir leurs spectres sympathiser, montrer des sentiments.

« Amnésie » nous conte la vie de Ray Shepard mais pas uniquement. C’est également la vie de Mariah ; de Kaily complètement subjuguée par Ray et de son frère Jack rival de Ray et amoureux de Mariah ; de Matt le bras droit de Ray et de tous les autres qu’il serait trop long de citer mais qui sont tout autant passionnants. Tout comme Kaily, j’ai été complètement subjuguée par Ray. Il est certes habité par la haine et la vengeance mais on sent derrière une sensibilité qu’il a refoulée, un sens de l’honneur et le culte de l’amitié, la fidélité. Et bien qu’il soit littéralement consumé par cette haine et cette soif de vengeance, je lui fais confiance pour ne pas se laisser totalement submerger. J’avoue que j’ai hâte de découvrir la suite et Morgane Rugraff m’a dit que le tome 2 était prévu pour le 09 janvier 2018, date que j’ai soigneusement notée.

En suivant les aventures de Ray, nous découvrons un peu plus Penngrad et il existe bien plus de castes que celles indiquées au départ : les Héritiers, la Guilde des Ombres, l’Organisation Entité… La psychologie des différents personnages est très bien dépeinte, l’amitié, l’amour mais aussi la jalousie, la peur. L’auteure nous offre un monde complet et a su donner vie à ses héros. Les combats entre duellistes et spectres sont hallucinants et en même temps remplis d’une certaine poésie malgré la violence. La plume de Morgane Rugraff m’a complètement envoûtée et je reste sous le charme de ce monde et de ses habitants.

Je n’ai qu’un conseil à vous donner : n’hésitez surtout pas à vous plonger dans la vie de « Ray Shepard — Amnésie » et vous aussi vous aurez bien du mal à quitter Penngrad.

« Ray Shepard T 1 Amnésie » par Morgane Rugraff — Plume Blanche Éditions

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Érotisme, #Romance MM MF et MMF, #Amour, #Fantasy, #Anges, #Démons, #Amazones

Résumé :

Lorsque Dieu fait payer aux Anges le prix de leur arrogance…

Ce roman contient des scènes érotiques explicites en duo ou trio, homo et hétérosexuelles, et s'adresse à un public averti.

Mon avis :

Envoûtant !

J’ai d’abord flashé sur la couverture que je trouve absolument superbe. Puis le résumé m’a intriguée et lorsque j’ai lu sur Facebook les commentaires de celles qui avaient commencé la lecture, j’ai craqué.

Tamara, une Haute Guerrière, est loin d’être enthousiasmée lorsqu’elle apprend que deux anges déchus vont lui être offerts. Mais lorsqu’elle les découvre, ils ont droit à toute son attention : deux anges déchus dont l’un à l’égo particulièrement surdimensionné, des amazones et un démon. L’histoire est encore plus complexe que ce que le résumé laissait entendre et lorsque j’ai commencé sa lecture, je n’ai reposé ma liseuse que lorsque j’ai eu terminé. Bien trop vite et je me réjouis à l’idée qu’il va y avoir une suite.

« La chute », c’est une histoire de rédemption et de pardon. Tous nos actes ont des conséquences et nos choix lorsqu’ils sont mauvais ont des effets dévastateurs. C’est l’une des premières leçons que vont découvrir nos déchus. C’est également une belle histoire d’amour et de générosité « où les hommes aiment des hommes, parfois des femmes, mais des femmes qui toujours laissent leurs hommes s'aimer » comme l’écrit joliment Blood Angel sur sa page Facebook. Le texte est un hymne à la tolérance et l’acceptation de soi et l’auteure nous démontre qu’en amour, ce qui compte ce sont les sentiments. L’écriture est fluide et les mots bien choisis. Les scènes d’amour qu’elles soient MM, MF ou MMF sont écrites avec délicatesse et empreintes de tendresse.

Alors oui, c’est un livre pour public averti mais c’est avant tout une belle histoire d’amour.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Fantasy

Résumé :

Ici commence l’histoire de celles et ceux qui s’apprêtent à réécrire les légendes de la Moïra.

Au large du continent, sur une terre aux paysages sauvages où se mêlent hautes montagnes, rivières tumultueuses et vastes forêts, les Hommes, les Elfes et les Orques tentent, tant bien que mal, de préserver une harmonie aussi précieuse que précaire.

Forgée cinq cent ans plus tôt, l’alliance des Hommes et des Elfes sombre peu à peu dans les brumes de l’oubli. Les liens du passé se distendent, tandis que l’ancien règne de terreur du Maître et de son Triangle Noir ressurgit des profondeurs de la forêt, menaçant l’équilibre de l’île toute entière.

Retrouvez la fourberie qui s'insinue sur la Moïra, où les noirs desseins de mystérieux personnages semblent peu à peu se mettre en place dans "Le serpent et la reine", le second épisode de notre série "Les légendes de la Moïra".

Mon avis :

Un second épisode toujours aussi addictif.

Alors qu’elle se trouve sur un pont suspendu au-dessus d’un profond canyon, la guerrière Kendall se retrouve prisonnière des trolls dans une cellule où se trouve Sathon. Ils font alliance tous deux pour s’échapper. Grâce à un subterfuge, Sathon est parvenu à se procurer la clé de leur cellule.

Je regrette de nouveau le format choisi pour ce roman. Il s’écoule beaucoup trop de temps entre chaque épisode ce qui oblige le lecteur à relire l’épisode précédent pour se remémorer l’intrigue. Et vu qu’il s’agit d’une première Saison et qu’on en est au deuxième épisode, je pense que cela va devenir de plus en plus difficile pour le lecteur.

Dans ce second épisode nous retrouvons la guerrière Kendall en très mauvaise posture. Elle va retrouver sa liberté avec l’aide de Sathon et on se demande qui est-il en réalité et quel rôle va-t-il jouer. Gavriel Howard Feist nous offre une description envoûtante et poétique de la Cité des elfes, Elvandora, et de la beauté de ses habitants. Grâce aux retours dans le passé, nous comprenons ce qui va se jouer dans le présent et nous restons sur notre faim.

Encore un épisode bien trop court !

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Contes, #Fantasy, #Magie

Résumé :

Il était une fois, caché au cœur de la bibliothèque de la Bête, un livre très mystérieux.
En le découvrant, Belle va pénétrer dans un univers fascinant. Mais ne dit-on pas que les apparences sont parfois trompeuses ? Belle retrouvera-t-elle le chemin du retour ?

L’histoire pourrait bien ne jamais la laisser partir.

Belle aime les livres, elle est intelligente… et prisonnière du château de la Bête. Pourtant, elle s’y sent à présent chez elle et s’est liée d’amitié avec les habitants. Quand elle découvre Nevermore, un livre enchanté, Belle se retrouve aspirée dans un monde de charme et d’intrigue.

La vie de Belle entre les pages de Nevermore est trépidante. Conversations passionnantes sur fond de luxe parisien avec des personnages pleins de mystère… et même une rencontre qu’elle n’aurait jamais crue possible. Que demander de plus ?

À Nevermore, Belle peut avoir tout ce qu’elle a toujours désiré. Mais un doute subsiste : que deviennent ses amis au château de la Bête ? Belle peut-elle vraiment faire confiance à ses nouveaux compagnons ? Ce monde est-il seulement réel ? Belle devra percer la vérité à jour si elle ne veut pas s’y perdre à jamais.

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥

Surprenant et envoûtant !

Tout le monde connait l’histoire de La Belle et de la Bête. Nous retrouvons donc Belle prisonnière de la Bête et de son château ensorcelé où règne un hiver éternel. Belle s’ennuie. Certes elle a sympathisé et s’est attachée aux serviteurs mais ce sont tous des objets : Zip la tasse à thé ébréchée, Lumière le candélabre doré, Big Ben la pendule en bronze, madame Samovar la théière en porcelaine, Plumette le plumeau au manche représentant un paon et Sultan le tabouret à fanfreluches. Ses rapports avec la Bête se sont améliorés mais restent difficiles. Aussi quand elle découvre un livre magique du nom de Nevermore qui lui permet d’entrer dans son histoire et de découvrir un monde dont elle a toujours rêvé, Belle est incapable de résister au plaisir de retrouver ses nouveaux amis et elle se rend à Nevermore de plus en plus souvent et de plus en plus longtemps. Mais il faut se méfier des apparences…

Ce livre m’a vraiment surprise, je m’attendais à l’intrigue du film et dans les premières pages, je me suis retrouvée face à la Mort et à l’Amour en train de disputer une partie d’échecs et le moins qu’on puisse dire, c’est que la Mort ne joue pas franc-jeu. C’est une très mauvaise joueuse qui déteste perdre et qui ne manque aucune occasion de tricher. Toutes deux vont parier sur l’issue de l’histoire entre la Belle et la Bête. La Bête parviendra-t-elle à aimer et se faire aimer de la Belle ?

Prête à tout pour gagner, la Mort introduit frauduleusement le livre enchanté de Nevermore dans la bibliothèque de la Bête afin que Belle le trouve et abandonne la Bête, son château ainsi que tous ces habitants. Le piège est redoutable et terriblement séduisant. Belle s’ennuie, il lui offre de la distraction. Elle souffre de la solitude, elle se fait plein de nouveaux amis qui échangent avec elle. Elle a soif de découvertes, elle peut se rendre partout où elle le souhaite. Résister à la tentation semble impossible…

Heureusement Belle possède un cœur plein d’amour et une volonté qui la pousse à ne jamais baisser les bras. Quant à la Bête, je l’ai trouvée touchante, émouvante, dans ses efforts pour apprivoiser Belle et pour surmonter son mauvais caractère. Évidemment les choses seraient plus faciles si lui ou ses serviteurs pouvaient expliquer à Belle pourquoi elle se retrouve là.

Jennifer Donnelly a écrit ce livre pour les adolescents à compter de 13 ans mais il séduira également les plus âgés qui ont su garder un cœur d’enfant. Il nous parle du combat éternel qui oppose l’Amour à la Mort mais est aussi une magnifique leçon de courage, de sacrifice et d’amour en plus de nous démontrer qu’il ne faut jamais renoncer à se battre.

Sois toujours l’auteure de ton histoire. Ne laisse plus jamais qui que ce soit l’écrire pour toi.

La Belle et la Bête : Histoire éternelle, page 263

L’amour n’est pas fait pour les lâches.

La Belle et la Bête : Histoire éternelle, page 264

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Fantasy, #Jeunesse, #Loup, #Métamorphes, #Bit Lit, #Suspense

Résumé :

Stéphanie est une jeune femme comme une autre, jusqu'au soir où elle se fait enlever par un serial killer. Elle tente désespérément de s'enfuir quand une mystérieuse créature la mord à la jambe...

 

Mon avis :

Un excellent premier tome qui rend accro et donne envie de lire la suite…

Stéphanie, après être parvenue à surmonter une déprime, se fait enlever alors qu’elle fait son running dans la forêt. Elle parvient à échapper de justesse à son agresseur grâce à l’aide d’une mystérieuse bête sauvage et à sa volonté de s’en sortir. Mais elle a été cruellement mordue au mollet.

Je découvre S. N. Lemoing avec ce premier tome de Shewolf que j’ai lu d’une traite. J’ai bien aimé l’univers de l’auteure et nous suivons Stéphanie dans son évolution. Il y a eu avant sa morsure puis après. C’est un personnage très sympathique auquel on s’attache d’emblée. Elle a de belles qualités de courage et d’optimisme et c’est une jeune femme pleine de bonté et de compassion. C’est également une battante. Elle est à un tournant-clé de son existence et va se faire de nouveaux amis comme Marina qui va devenir un peu comme une sœur pour elle et avec qui elle pourra partager tous ses secrets. Il y a également Steve qui sera non seulement un ami mais qui va la guider dans sa nouvelle vie.

L’auteure a une plume agréable et fluide, son histoire est très bien construite et captivante. Elle mêle avec bonheur l’univers de la fantasy avec les lycanthropes à celui du policier : l’enlèvement de Stéphanie, l’enquête pour retrouver son kidnappeur mais aussi l’auteur de plusieurs disparitions. Et je ne parlerai pas de la fin pour ne pas spoiler mais j’attends avec impatience de découvrir la suite.

Au final, une lecture très agréable qui ravira les jeunes et les moins jeunes.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Fantasy, #Aventure, #Amitié, #Magie

Résumé :

Cal est en prison ! Après avoir échappé aux griffes du Maître des Sangraves, Tara doit repartir sur AutreMonde. Une entreprise périlleuse qui la verra affronter des monstres aux crocs désagréablement pointus et des souverains sans scrupules, déjouer les ruses du Ravageur d'Ame, ou combattre les sombres desseins du terrible Magister. Ce qui fait tout de même beaucoup pour la jeune sortcelière et son incontrôlable pouvoir ! Aidée de Moineau, la terrifiante Bête du Lancovit, de Manitou, son grand-père transformé en labrador, de Robin, le séduisant demi-elfe, et de Fabrice, le terrien, Tara parviendra-t-elle à libérer son ami ? Et lorsqu'elle rencontrera le fantôme de son père, quel secret lui révèlera-t-il ? Humour, magie et suspense pour une nouvelle aventure de Tara Duncan, une sortcelière pas comme les autres.

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Toujours aussi accro !

Alors qu’avec ses amis Fabrice, Moineau, Robin et Cal, Tara espère profiter de quelques jours de vacances plus que mérités sur Terre après leurs aventures sur AutreMonde, l’Empire d’Omois fait arrêter Cal accusé du meurtre du garçon dans le vortex (voir tome 1). Il n’en faut pas plus pour que tous repartent sur AutreMonde en compagnie de Manitou, l’arrière-grand-père de Tara transformé en labrador, pour témoigner dans le procès et tenter de faire évader Cal. C’est le début d’aventures toutes plus folles et trépidantes les unes que les autres.

Sophie Audouin-Mamikonian nous entraîne de nouveau dans son univers complètement addictif où humour et magie se mêlent harmonieusement pour notre plus grand bonheur. Tara et ses amis vont devoir faire face aux intrigues politiques, se battre contre Le Ravageur d’Âme qui a décidé de conquérir le monde, échapper aux manigances de Magister toujours déterminé à enlever Tara mais aussi aux tentatives de meurtre, faire un tour au pays des Démons pour disculper Cal, rencontrer le fantôme du père de Tara… Et tout cela en utilisant un pouvoir qui se révèle parfaitement incontrôlable.

Je me suis régalée avec ce second tome. J’ai ri je ne sais combien de fois. Je suis toujours plus émerveillée par le talent et l’imagination plus que débordante de l’auteur. Lire un Tara Duncan, c’est faire une cure de joie et de bonne humeur , c’est retrouver le pays merveilleux de l’enfance où tout devient possible, où nos rêves n’ont plus aucune frontière !

Voir les commentaires

1 2 > >>