Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Les livres de Goéwin

Articles avec #humour catégorie

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Romance, #Romance contemporaine, #Comédie, #Humour, #Amour, #Amitié, #Mariage, #Famille

Résumé :

Un mariage… En général c’est une bonne nouvelle, non ? Un moment sympa, une fête, une ambiance géniale ? C’est comme ça normalement, non ?
Alors pourquoi celui de Maggy, ma meilleure amie, part en vrille dès qu’on avance un peu dans l’organisation ? Et les problèmes, ça se déplace en troupeau ! La liste est longue ! Sans compter ce crétin de William, égocentrique, arrogant et… meilleur ami du marié ! Ce type me donne envie de vomir.
Et où est passé le futur marié ? Disparu, envolé, le jour du mariage.
Si je suis dans un cauchemar, je veux me réveiller tout de suite.
Mais je vais prendre en main tout ça. Je vais sauver le mariage de Maggy, parce qu’elle est géniale et qu’elle mérite d’être heureuse.
Moi ? C’est Cassie. Grande gueule, gaffeuse, mais prête à tout. Ce mariage aura lieu. Quoi qu’il advienne !

Mon avis :

Coup de cœur pour cette romance qui est une véritable cure de bonne humeur et de joie de vivre.

J’ai eu le coup de foudre pour ce livre et je remercie Sylvie Noël pour cette belle lecture et les excellents moments que j’ai passés en compagnie de Cassie et de tous les autres.

Cassie est vraiment une fille au cœur d’or, elle est l’amie que nous souhaiterions toutes avoir à nos côtés. Meilleure amie de Maggy qui se marie et dont elle est le témoin, elle prend tout en charge avec générosité et efficacité pour que ce mariage soit le plus beau jour de la vie de son amie. Et elle y a du mérite car rien, vraiment rien, ne va se passer comme prévu.

Primo elle ne peut pas supporter Will, meilleur ami et témoin de David, le futur marié. Au premier regard, elle l’a détesté et j’ai bien ri à leurs prises de bec. J’ai adoré également les pitreries du petit diable et du petit ange qui illustrent les réactions de Cassie. Fous rires assurés à la lecture. Cassie doit gérer les états d’âme de Maggy qui stresse un maximum durant tous les préparatifs. Il faut dire que les évènements ne la ménagent guère. Entre l’enterrement de vie de jeune fille qui manque tourner au punching ball, les imprévus de dernier moment, la mère de la mariée qui est une véritable tornade et qui veut mettre son grain de sel partout, les choses ne sont pas simples. Rien ne leur sera épargné, jusqu’au futur marié qui disparaît la veille du mariage, ce qui ajoute une touche de suspense car il est trop amoureux pour s’être enfui.

L’écriture de l’auteure est très agréable et elle a un don pour nous faire ressentir les émotions de ses personnages. L’amitié qui unit Cassie et Maggy fait chaud au cœur tout comme l’amour entre David et Maggy. Il y a d’autres moments où j’ai été émue aux larmes et c’est vraiment à regret que j’ai tourné la dernière page. J’aimerais bien retrouver Cassie dans un second tome qui lui serait consacré.

J’ai vraiment adoré cette comédie pleine d’humour et de fantaisie mais riche d’émotion, de tendresse et d’amour.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Alpinisme, #Littérature, #Roman, #Aventure, #Amitié, #Témoignage, #Montagne, #Humour, #Voyage

Résumé :

Quand Jean-Christophe Rufin et Sylvain Tesson
emmènent un éditeur sujet au vertige
à 4800 mètres d’altitude…

Éditeur parisien, Ludovic Escande est plus habitué aux salons littéraires qu’aux bivouacs en haute montagne. Un soir, il confie à son ami Sylvain Tesson qu’il traverse une période difficile, l’écrivain lui lance : « Mon cher Ludovic, on va t’emmener au sommet du mont Blanc ! ».

Il n’a jamais pratiqué l’alpinisme et souffre du vertige. Pourtant il accepte, sans réfléchir. S’il veut atteindre le toit de l’Europe, il devra affronter les glaciers à pic, les parois vertigineuses, la haute altitude et le manque d’oxygène. La voie que lui font emprunter Sylvain Tesson et Jean-Christophe Rufin est périlleuse pour un débutant. Mais c’est le plus court chemin pour retrouver goût au bonheur.

Avec sincérité et humour, Ludovic Escande raconte cette folle ascension qui est aussi et surtout une formidable aventure amicale, littéraire et spirituelle.

Mon avis :

Un livre réjouissant sur le dépassement de soi-même et la vertu curative de l’effort.

Alors qu’il partage un repas au restaurant avec son ami Sylvain Tesson et qu’il lui apprend que son couple bat de l’aile, celui-ci décide de l’emmener au sommet du mont Blanc. Cela ne s’annonce pas facile car Ludovic n’est pas alpiniste et surtout a une peur bleue du vide. Mais Sylvain a réponse à tout et lui prépare un programme d’exercices pour qu’il soit prêt le jour J.

Écrivain, aventurier, alpiniste, stégophile, grand voyageur, rien ne fait peur à

Sylvain Tesson

Sylvain Tesson et surtout pas d’emmener avec lui conquérir le mont Blanc un néophyte ayant peur du vide, Ludovic Escande. Nous sommes en juillet 2014. Complètement déprimé par la séparation d’avec sa femme et bien que s’étant entraîné, Ludovic qui est d’abord un éditeur plus habitué des bureaux que des murs d’escalade, carbure à la cigarette, l’alcool, les somnifères et les anxiolytiques. Avec Sylvain et Daniel Du Lac,

Daniel Du Lac

champion du monde d’escalade et guide de haute montagne,

Ludovic Escande

Ludovic attaque sa première montée qui culmine à 2 752 mètres et doit durer environ 8 heures : le but, parvenir en haut de la pointe Percée. Froid, appel du vide, angoisse, panique, avec l’aide de ses amis, Ludovic parviendra  à l’Aiguille percée. Après une journée d’entraînement aux parois de Contamines censée lui avoir appris toutes les techniques de grimpe, nos trois lascars auxquels s’est ajouté Jean-Christophe Ruffin, médecin, écrivain académicien, alpiniste, et une autre journée d’escalade des glaciers dans le massif des Cosmiques, se lancent dans la conquête du mont Blanc.

Avec une préparation pour le moins farfelue fortement teintée de nuits courtes, tabac, alcool, « L’ascension du mont Blanc » est un hommage à « l’amitié mais plus encore [au] goût du risque et [aux] joies du débordement.

Durant toute ma lecture j’ai été partagée entre l’amusement et l’inquiétude pour Ludovic : quelle inconscience ou quelle témérité ! Mais aussi quel courage ! Il parvient à dominer ses crises de panique et de découragement, son vertige, la douleur causée par une blessure au pied. Cela dit, je pense que l’auteur a écrit avec beaucoup d’humilité et que sa forme physique, sa force étaient quand même bien meilleures que ce qu’il laisse entendre.

Jean-Christophe Rufin

Les descriptions sont superbes et l’écriture précise et pleine d’humour. J’ai énormément apprécié les aventures de nos quatre héros, des hommes simples et passionnés qui ont su nous faire partager leur amour de la montagne et leur goût du dépassement.

Un livre qui vous met la joie au cœur, qui vous rend léger, un magnifique témoignage d’amitié, de courage et de bonne humeur et une thérapie contre le mal-être.

Un grand merci à NetGalley et aux Éditions Allary pour cette belle lecture.

Sylvain Tesson et Jean-Christophe Rufin

Sylvain Tesson et Jean-Christophe Rufin

Jean-Christophe Rufin

Jean-Christophe Rufin

La Pointe Percée

La Pointe Percée

La Pointe Percée

La Pointe Percée

Notre-Dame de Paris détail flêche

Notre-Dame de Paris détail flêche

Flêche Notre-Dame de Paris

Flêche Notre-Dame de Paris

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Tabac, #Humour, #BD

Résumé :

Pas si facile d'arrêter de fumer. Pour preuve, ce journal de bord de l'expérience personnelle d'une jeune et talentueuse auteur dans lequel sont consignées ses frasques et ses petites victoires... qui va assurément faire un tabac !

Mon avis :

Un petit livre rigolo sur les affres de l’arrêt du tabac.

Dans cet album, Cati Baur a mis en images son parcours pour arrêter de fumer et c’est vraiment très bien vu. On sent le vécu. Étant moi-même une fumeuse qui ne cesse d’arrêter la cigarette pour malheureusement la reprendre, je me suis tout à fait reconnue dans les diverses situations évoquées. Et j’ai bien ri. Et je suis tout à fait d’accord avec la fin de ce petit livre : « …en fait, jamais, jamais rien n’est acquis. »

Une BD qui décrit à merveille les difficultés rencontrées lorsqu’on veut arrêter de fumer.

« J'arrête de fumer » de Cati Baur — Éditions Delcourt
« J'arrête de fumer » de Cati Baur — Éditions Delcourt
« J'arrête de fumer » de Cati Baur — Éditions Delcourt

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Romance contemporaine, #Humour, #Amitié, #Famille, #Littérature, #Amour, #Aventure

Résumé :

Quand Charlène débarque à New Haven pour une année d’échange universitaire, elle ne s’attend pas à ce qu’on lui propose une colocation avec deux parfaits inconnus. Pourtant, la voilà bientôt installée avec Warren, l’homme au sourire irrésistible, et Finn, qui la trouble terriblement.

Problème : elle ne sait pas lequel des deux elle préfère.

Règles à respecter absolument :

1. Ne pas coucher avec Warren.

2. Ne pas coucher avec Finn.

3. Ne pas tomber amoureuse.

L’année s’annonce compliquée.

Mon avis :

Entre les deux son cœur balance !

Cela commence très fort pour Charlène. Alors qu’elle s’envole pour l’Amérique où elle a un poste d’enseignante du français dans la prestigieuse Université de Yale et l’assurance d’une colocation avec Abby, une jeune américaine qui parle français comme si c’était sa langue natale et qui prépare un mémoire sur Marcel Proust et Virginia Woolf, à son arrivée elle découvre qu’il y a un changement de programme et non des moindres. Elle va se retrouver colocataire de deux magnifiques spécimens masculins : Warren, le frère d’Abby, aux yeux verts et au sourire irrésistible ; Finn, au regard de miel plus que troublant. Succombera-t-elle à la tentation ?

Je remercie Anita Berchenko et Les Éditions du 38 pour ce Service Presse et l’excellence de cette Collection Corail qui se trouve justement sous la direction de l’auteure Julie Derussy. Je suis tombée immédiatement sous le charme de sa plume pleine de verve et d’humour, de son style direct et de ses personnages tous plus attachants les uns que les autres. Charlène est une adorable jeune femme que je qualifierai de solaire. Elle vit les choses à fond et a l’habitude de dialoguer avec elle-même, souvent à haute-voix. J’ai dû délaisser ma terrasse ne voulant pas être prise pour une folle par mes voisins tellement j’ai ri à certaines de ses réflexions et expressions. La voir s’émerveiller devant la neige, sa découverte de New-York, la beauté de la Nature est un délice. Julie Derussy a une manière très poétique de décrire les scènes d’amour et j’ai été fortement tentée de lire la fin du livre avant terme tant j’étais curieuse de savoir qui Charlène allait finalement choisir. Je la comprends tout à fait car entre Warren et Finn, difficile de les départager. Chacun d’eux est plein de charme et de qualités. Quant à Abby la sœur de Warren, c’est une véritable petite tornade et une excellente amie.

Julie Derussy nous offre à travers Charlène un véritable voyage de découverte de l’Amérique et plus particulièrement de l’Ouest. C’est tellement bien décrit qu’on s’y croirait. Elle a vraiment un don pour nous partager ses ressentis, ses émotions. C’est si réaliste que j’ai cru pendant un moment qu’il s’agissait d’une autobiographie. Renseignements pris, je n’avais pas tout faux puisqu’effectivement, elle a “ fait un merveilleux road trip dans l’Ouest” et est tombée amoureuse de New York mais l’histoire des colocataires vient de son imagination. De plus, grâce à elle, mon vocabulaire anglais s’est enrichi d’expressions familières qu’on n’apprend pas sur les bancs des écoles.

Une magnifique romance qui fait la part belle à l’amitié et à l’amour mais où les drames de la vie ne sont pas exclus.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Romance contemporaine, #Romance, #Suspense, #Humour, #Amitié, #Amour

Résumé :

Pourquoi le patron de Faye lui tourne-t-il autour ? Qu’attend-il d’elle ?

Hors de question qu’il la mette dans son lit, en tout cas. D’autant que la jeune femme se verrait bien tomber dans les bras d’Oliver, le séduisant Horse-Guard qu’elle vient de rencontrer. Mais est-ce vraiment raisonnable ?

Rien n’est simple, dans la nouvelle vie de Faye... Et tout est passionnant !

Mon avis :

Une romance pleine d’humour et de surprises.

Tout d’abord je tiens à remercier Anita Berchenko et Les Éditions du 38 pour ce Service Presse. La nouvelle Collection Corail est tout à fait séduisante et j’aime énormément les couvertures de ses livres aux couleurs de l’été.

Baptisée Faye en l’honneur de Faye Dunaway par une mère grande admiratrice de l’actrice, Faye est une jeune française qui a trouvé un emploi à Londres. Alors que son nouveau patron Henry Hair l’attend dans son bureau, elle se retrouve coincée dans un ascenseur. Pour l’aider à se remettre de ses émotions, Henry l’invite au restaurant. Ayant pris goût à sa compagnie, il l’invite désormais tous les jours à déjeuner puis à l’accompagner à des soirées mondaines. Faye est de plus en plus perplexe. Henry est un bel homme à la moustache à la Rhett Buttler mais il a également la réputation d’être grand amateur de femmes. Pourtant il ne cherche pas à la séduire. Faye, esseulée à Londres où elle n’a qu’une seule mais excellente amie, Anny, qu’elle considère comme une sœur, accepte toutes les invitations de son boss. Mais où cela va-t-il la mener ? Et puis il y a Oliver le frère d’Anny qui vient d’aménager juste en dessous de son studio, séduisant horse-guard qui est un véritable fantasme sur pattes.

J’ai adoré cette romance et l’humour très fin de Caroline Costa. Les réflexions que se fait Faye en particulier face à Henry m’ont bien fait rire. Faye est une jeune femme délicieuse et très attachante. Dès le départ, on a envie de la mettre en garde et en même temps, je suis certaine que beaucoup d’entre nous se retrouveront en elle : il n’est pas facile de savoir dire “non”. Comme elle, nous nous demandons ce qui motive Henry. Que de suppositions toutes plus folles les unes que  les autres ai-je pu faire ! Mais qui est réellement Henry ? L’idylle de Faye et Oliver nous est contée avec beaucoup de délicatesse et d’humour. Caroline Costa a une plume légère et fluide, elle nous offre une romance pleine de suspense et de mystère. La tension monte au fur et à mesure que nous tournons les pages pour un final remarquable.

Une romance qui se dévore et qui donne envie de découvrir la suite puisqu’il s’agit d’un premier tome.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Fantasy, #Humour

Résumé :

Avec Le chevalier à la canne à pêche, nous sommes au cœur d’un innombrable dispositif d’existence de la littérature fantasy. Le monde est peuplé de formes de vies diverses : des fées, des harpies, des gnomes, des farfadets, un dieu, des géants, des morts-vivants, des revenants cycliques, des anges, des humains, des gorgones et un tas d’autres figures indéfinies. Tous ces « gens » coexistent pour le meilleur et le bien pire. La violence est omniprésente. Violence belliqueuse, violence des passions, violence de la vulgarité, violence de la magie, violence des poussées de rationalité, même. Et c’est le grand conflit intercontinental. Un puissant archange œuvre avec ses fantassins et ses angelots kamikazes à envahir le continent sur lequel notre œil se pose. Un Oracle œuvre à le défendre. Un groupe d’hirsutes compagnons et compagnes sont en quête. Et roule le tonnerre de la vie et du cycle de la guerre, ni bons ni méchants, juste... étants.

Cet ouvrage échevelé, picaresque, bigarré, pourléchant, fantasy en un mot, fonctionne comme une bande dessinée ou un jeu vidéo. Le scénario en est solidement ficelé, savoureusement cohérent. L’écriture est à la fois grandiose et précise. Les scènes d’action sont enlevantes, magistralement peintes, superbement dirigées, magnifiquement visualisables. Les personnages sont attachants. Ils ont une psychologie, ce qui est loin d’être un luxe au sein du contexte en cause. Voici incontestablement une occasion de bien jubiler, dans l’épanouissement d’un genre immense qui établit cette solide jonction entre le fantastique contemporain et les vieux contes folkloriques que nous narraient autrefois les bonshommes et les bonnes femmes sans dents autour du feu de camp ou sous la tente clanique. Oui, oui, c’est magique : les pages se tournent toutes seules...

À l’âge de 33 ans, à l’occasion d’une longue convalescence, Guilhem se met sérieusement à sa passion d’écrire et trouve en un an un éditeur pour son premier roman écrit dans le genre Soft SF et intitulé La plante verte. Il s’improvise aussi scénariste et DonJon Legacy, une série de Bad Fantasy, commence à être diffusée en 2016. Le chevalier à la canne à pêche, le deuxième roman de Guilhem, s’inscrit dans le même genre, mais est une histoire bien distincte de sa série. Guilhem s’amuse toutefois à faire s’y croiser des éléments et personnages de ses deux univers.

 

Mon avis :

Un livre pour tous les amoureux de fantasy humoristique et de Terry Pratchett.

Sélène une petite fille de 11 ans, orpheline, d’une maladresse ahurissante, a un talent extraordinaire pour s’attirer des ennuis. Du coup, elle a un mystérieux protecteur amoureux secret qui vient à son aide. Elle ne l’a jamais vu mais est persuadée, après déductions, qu’il s’agit de Tylsä, un garçon un peu plus âgé qu’elle et elle lui demande de devenir son mari. Mais Tylsä va se retrouver engagé dans l’armée. Sélène décide alors de partir à sa recherche, suivie par son véritable amoureux et protecteur, Lupin.

Le monde créé par Guilhem est totalement démentiel, d’une démesure foisonnante. Nos héros humains Sélène et Lupin vont être emmenés à cheminer avec At Coum un teignome, Sthéna une gorgone,  Anorin un revenant qui parle en vers, Geungshi un mort-vivant, Le Prof un ours-nandi, les cinq compères à la recherche d’un trésor. Ils vont être confrontés à un Archange belliqueux, des angelots transformés en kamikazes, des paladins, des orcs, des ogres, des anges et des elfes chevauchant des licornes, un Oracle, des fées, des harpies, un Dieu… et j’en oublie certainement. Durant ce voyage, Sélène se découvrira dotée d’une magie d’une puissance extraordinaire et Lupin suite à sa rencontre avec une ondine va voir sa vie complètement transformée.

Guilhem a une écriture jubilatoire, un style flamboyant. C’est haletant, surprenant, intense et très bien écrit. C’est cocasse et violent, c’est un véritable feu d’artifices. Les affrontements sont grandioses, épiques. Je n’ai pas vraiment accroché à l’histoire et j’ai eu un peu de mal à terminer ma lecture, l’univers de l’auteur étant peut-être un peu trop fou pour moi mais je suis certaine qu’il ravira tous ceux qui aiment Terry Pratchett.

Un livre original, un auteur d’une imagination débordante, des personnages de fantasy qui font flèche de tout bois.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Humour

Résumé :

Obsessionnelle, parano et hypocondriaque, Nora Hamzawi partage ses petites angoisses ordinaires avec humour et autodérision.
À mi-chemin entre séances chez le psy et journal intime, elle décortique des scènes de nos vies pour mieux y trouver sa place.
Comment fait-on pour avoir l’air à l’aise en soirée ? Qui sont ces gens qui fréquentent les stations de skis ? Y a-t-il un âge pour arrêter de regarder La Boum ? Pourquoi est-ce qu’on est obligé de se tutoyer dans les magasins bios ?
Son regard sur le monde, sa perception des situations et son désarroi, amusé et sensible, révèlent l’absurdité et la folie du quotidien.

En bref, si vous vous demandez régulièrement si vous êtes normal ou à côté de la plaque, cette introspection sans filtre devrait vous aider à relativiser !

Boulimique de travail, Nora Hamzawi fait des chroniques délirantes sur France Inter et partage ses humeurs chaque semaine dans Grazia. Dans ce journal d’une trentenaire névrosée, elle reprend le meilleur de ses textes qu’elle enrichit de nombreux inédits, illustrés par Anna Wanda Gogusey. Elle se produit également sur la scène du République, où son show, « Nora Hamzawi », fait salle comble depuis deux ans.

Mon avis :

Excellent !

Je remercie NetGalley ainsi que les Éditions Mazarine pour m’avoir fait découvrir Nora Hamzawi par le biais des Services Presse. Et j’ai adoré cette découverte. « 30 ans 10 ans de thérapie » est un livre que l’on peut mettre dans toutes les mains et qui pourrait être prescrit comme un remède à la sinistrose ambiante. C’est un mélange entre un journal intime et une séance de psychothérapie. Nora c’est un peu chacune de nous. Elle se pose les questions que nous nous posons sauf qu’elle va jusqu’au bout lorsque nous nous arrêtons au politiquement correct.

Nora est légèrement névrosée, un brin parano et totalement hypochondriaque. Saupoudrons le tout de mauvaise foi et ajoutons-y les superbes illustrations de Anna Wanda Gogusey. De plus c’est bien écrit et on se représente les scènes facilement. Avec impertinence et légèreté, Nora nous partage ses sentiments face aux problèmes qu’elle rencontre. Elle se moque avec beaucoup d’humour des soucis rencontrés dans la vie quotidienne. Avec énormément de verve, elle nous renvoie à nous-mêmes et qu’est-ce que ça fait du bien de découvrir que nous ne sommes pas seules à penser comme ça ! Je n’ai pas arrêté de rire, tout particulièrement au chapitre de Doctissimo et l’hypochondrie, des repas de famille, des rencontres avec les anciennes copines, des régimes… Bon j’arrête, j’ai ri à tous les chapitres. Comme c’est bien vu et comme c’est vrai !

Un livre qui vous rend la vie plus légère et qui fait du bien.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Romance, #Comédie, #Chick Lit, #Humour, #Télé-réalité

Résumé :

Salomé rêve d’être actrice ; mais, pour l’instant, son plus grand rôle se résume à demander « moutarde ou ketchup ? » aux clients du food-truck dans lequel elle travaille. Alors, quand Pierre, un journaliste, lui propose de participer à une émission de télé-réalité, elle n’hésite pas longtemps avant d’accepter. D’accord, tout n’est qu’apparences et faux-semblants dans ce genre de productions. OK, le beau célibataire qu’elle va devoir séduire n’en a sûrement rien à faire de trouver l’amour. Mais il y a cette toute petite, cette infime chance d’être repérée par un grand producteur ! Et puis, cela lui permettra de passer un peu plus de temps avec Pierre, qui est aussi le présentateur de l’émission. Alors, oui, elle assume : pour réaliser son rêve, elle est prête à tout… ou presque !

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥

Hilarant !

Alors qu’elle ne rêve que de devenir une actrice célèbre, Salomé doit se contenter d’un emploi miteux dans un food-truck. Mais tout va changer. En effet, Pierre, journaliste et présentateur de l’émission de télé-réalité « Prêtes à tout » lui propose de participer. Après un moment d’hésitation, Salomé signe le contrat car c’est peut-être SA chance de rencontrer enfin un producteur qui fera décoller sa carrière et puis il y a quand même 1 million de francs suisses à la clé pour la gagnante. Alors bien sûr il va lui falloir partager la vie de 7 folles hystériques pour tenter de séduire « un homme célibataire, bronzé, musclé et décérébré », mais il y a le beau Pierre qui l’intrigue et l’attire…

J’ai passé un excellent moment avec ce livre et je remercie NetGalley et les Éditions Harlequin HQN pour ce service presse. Je me suis bien amusée et j’ai bien ri. Cléo Buchheim nous offre une satire de l’univers de la télé-réalité et c’est à mourir de rire. Certes elle force le trait mais les situations et les dialogues sont vraiment cocasses. Le Bachelor a un corps de rêve mais aucune conversation ce qui rend difficile les dialogues avec lui. Les filles du casting sont également de vraies caricatures et heureusement qu’il s’agit d’une comédie parce que vraiment ils ne font pas honneur au genre humain. Que ce soit le Bachelor ou les filles, ils doivent avoir un petit pois à la place du cerveau et bien sûr les hormones en folie. L’auteur porte un regard acéré sur notre société de consommation où la recherche de la célébrité et de la richesse font de nous des voyeurs et des exhibitionnistes. Elle a une plume fluide, agréable et ses personnages sont attachants. Elle parvient même à nous rendre attendrissants Dante le séducteur ou les filles du casting grâce à leurs travers ou leurs faiblesses. J’ai beaucoup ri mais ils m’ont touchée en même temps.

J’ai énormément apprécié le personnage de Salomé. C’est une jeune femme pleine d’humour qui se remet plus ou moins bien de sa rupture avec son petit ami. C’est quelqu’un de profondément gentil et généreux et les autres ont tendance à profiter d’elle. Heureusement elle a pour meilleur ami Shervin, son collègue de travail et colocataire, un jeune homme homosexuel équilibré et doué pour le bonheur. Il est un peu comme son frère, elle peut tout lui dire et il est d’excellent conseil. Et puis il y a une belle histoire d’amour émouvante et tendre mais je ne vous en dirai pas plus.

Alors si vous voulez passer un bon moment de détente, plongez-vous dans l’univers de Cléo Buchheim et accompagnez Salomé dans ses mésaventures.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Humour, #Comédie, #Deuil, #Relations frère-sœur

Résumé :

Isabelle a 32 ans, un chihuahua nain prénommé Woody-Allen et une carrière d’actrice comparable à celle du Titanic : prometteuse en théorie, catastrophique en pratique.

Le jour où elle refuse la demande en mariage de l’homme qu’elle aime, sous prétexte qu’elle ne veut pas d’enfant, elle se retrouve à la rue, avec pour toute fortune vingt-quatre euros sur son compte en banque. Elle est alors forcée d’accepter le seul travail qu’on lui propose : utiliser ses talents de comédienne pour séduire Jan Kozlowski, un jeune veuf sur le point de se remarier.
La voilà donc partie en Italie, dans la maison de vacances de la richissime et déjantée famille Kozlowski. Seule ombre aux deux semaines de dolce vita qui se profilent : pour exécuter en toute discrétion sa mission « séduction », Isabelle devra jouer le rôle de l’irréprochable nanny anglaise de Nicolas, 8 ans, qui n’a pas prononcé un seul mot depuis la mort de sa mère cinq ans plus tôt. Isabelle est bien loin d’imaginer à quel point cette rencontre improbable avec ce petit garçon blessé par la vie va bouleverser sa vision du monde.

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Coup de cœur ! Une comédie débordante d’humour et de tendresse !

Isabelle est une jeune femme de 32 ans désarmante qui déborde de charme. Lorsque nous faisons sa connaissance, elle vient de craquer pour une petite chienne chihuahua âgée, borgne et boiteuse qui ressemble à un rat d’égout d’après Quentin son compagnon.  C’est bien connu, l’amour rend aveugle et Isabelle la trouve sublime. Actrice sans cachet, elle gagne sa vie en travaillant quelques heures au MacDo. Sa vie va prendre un tournant à 180° lorsqu’après avoir refusé la demande en mariage de Quentin parce qu’elle ne veut pas d’enfant et rompu avec lui, elle se retrouve à la rue complètement fauchée. Elle va alors accepter la proposition d’Adriana Valentini, une adolescente de 17 ans, qui lui propose 10.000 euros pour séduire son veuf de père et ainsi faire échouer son mariage avec Colombe de la Fontardière. Pour cela, elle devra remplacer la nounou de son petit frère pendant 15 jours durant leurs vacances en Italie. Problème : Isabelle déteste les enfants et Nicolas le petit frère n’a plus dit un mot depuis la mort de sa mère, il y a cinq ans. Mais bon, elle est actrice non ?

Ce livre est un petit bijou. Marie Vareille possède ce talent rare qui consiste à aborder les sujets les plus graves avec légèreté et délicatesse. Parce que ne nous leurrons pas, il s’agit de deuil, de la douleur d’avoir perdu une mère et une épouse. Nicolas est un petit garçon tellement blessé qu’il en est devenu muet. L’auteur a ajouté une touche de paranormal. En effet, Nicolas voit sa mère et les dialogues qu’il a avec elle sont surprenants et un peu déstabilisants. Ses deux sœurs Adriana et Zoé, son père Jan ont eux aussi chacun réagi à leur manière pour tenter de gérer cette absence.

Et malgré cela, j’ai ri d’un bout à l’autre du livre. Les aventures d’Isabelle et tout particulièrement sa rencontre avec la grand-mère italienne des enfants est à mourir de rire. Isabelle est confondante de naturel et elle a un don tout particulier pour mettre les pieds dans le plat et sortir des réflexions qu’il serait plus sage de taire. Ses démêlées avec les enfants sont très drôles mais en même temps pleines de tendresse et ce n’est pas un hasard s’ils s’apprivoisent mutuellement.

Marie Vareille nous offre des personnages tous plus attachants les uns que les autres qu’il s’agisse d’Isabelle, de ses amis ou de la famille qui l’a embauchée. Il y a beaucoup d’amour et de tendresse dans ce livre et je remercie NetGalley ainsi que les Éditions Mazarine pour ce service presse. Marie Vareille est une auteure que je vais suivre. C’est le second livre que je lis d’elle, le premier étant « Elia la Passeuse d’âmes » que j’avais énormément apprécié. Elle écrit très bien, ses intrigues sont fascinantes et elle a l’art de croquer le quotidien avec humour.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Romance, #Comédie, #Humour

Résumé :

Moi, c’est Lola. Petite (pas tant que ça). Grosse (aucun commentaire). Et (presque) mariée (enfiiiiin !).

Vous y croyez ? Moi, Lola, je vais me marier. Et pas avec le premier venu, non, avec mon Sexy-Fossettes rien qu’à moi, l’homme le plus hot de toute la planète. En plus du mariage à préparer, j’ai aussi décidé d’ajouter : un déménagement de New York à Montpellier, un bébé qui me transforme en grosse baleine et… la rencontre officielle de Jerry et de mes parents. Un homme normalement constitué se tirerait en vitesse pour échapper à tout ça – et surtout à ma famille de dingues –, mais, heureusement,  mon futur mari est tout sauf un homme comme les autres !

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥

Hilarant ! Un régal !

Je remercie NetGalley et les Éditions Harlequin HQN pour ce service presse que j’ai adoré.

Lola et Jerry quittent New-York pour Montpellier. Jerry va ainsi faire la connaissance de toute la famille « de dégénérés » (ainsi les nomme-t-il en pensée) de Lola.

J’ai ri d’un bout à l’autre du récit. Les mésaventures de Lola, enceinte, et de Jerry confronté à son futur et terrifiant (pour lui) beau-père sont désopilantes. Les réflexions de Lola lorsqu’elle essaie de se glisser dans des vêtements devenus trop étroits sont à mourir de rire. Et je gage que je ne serai certainement pas la seule à me remémorer certains épisodes personnels : que celle qui n’a jamais tenté de rentrer dans un pantalon trop étroit lui jette la première pierre ! Heureusement Jerry, monsieur Sexy-Fossettes, est là pour l’aider à ne pas sombrer à la suite de ses combats contre des vêtements récalcitrants. Et que dire de Raspoutine le chat, surnommé Catzilla par Jerry qui a beaucoup de mal à se faire accepter par le félin ? Sans oublier Chewbacca le spitz nain des parents de Lola, avec lequel il ne s’entend pas mieux. Cela dit, il y a quand même une ombre au tableau : il semblerait que Jerry cache de lourds secrets qu’il se refuse à révéler à Lola.

Louisa Méonis nous offre des dialogues pleins d’humour avec des répliques impayables et tout un tas de situations cocasses. Je n’ai pas lu la saison 1 de Lola mais je suis bien décidée à combler cette lacune.

Conclusion : une histoire récréative très agréable. Seul bémol : je n’aime pas les livres qui multiplient les saisons et les épisodes, je préfère un seul recueil, donc en ce qui concerne la saison 2, j’attendrai qu’elle soit complète pour découvrir la suite.

Voir les commentaires

1 2 3 > >>