Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Les livres de Goéwin

Articles avec #amour catégorie

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Romance, #Romance contemporaine, #Course automobile, #Rallye, #Amour, #Amitié, #Trahison, #Deuil, #Drame

Résumé :

Il ne faut pas se fier aux apparences...
Milo Morgan est un pilote de rallye, aussi prometteur qu’impulsif. Suite à une panne, il rencontre Flora dans une étrange maison, isolée au milieu de la forêt landaise. Belle et fragile, cette femme n’est pas pour lui. Et ce n’est pas Stéphy, la meilleure amie de Flora, très attachée à la tranquillité de cette dernière, qui dira le contraire ! Seulement, le destin est capricieux. Ils se retrouveront à Monaco, au cœur de la compétition féroce opposant Milo à son rival de toujours, Octave.
Et ce n’est pas la seule épreuve que Milo et Flora devront affronter : un véritable prince, une maison hantée, une journaliste acharnée ! Comment deviner que leur passé les rattrapera et qu’ils ont bien plus en commun qu’ils ne le pensent ?

Mon avis :

Une très belle romance empreinte de mystère et pleine de sensibilité.

À priori, les routes de Milo et Flora n’auraient jamais dû se rencontrer, ils appartiennent tous deux à des mondes différents. Mais c’était sans compter sur le hasard ou le Destin malicieux. Leur rencontre est très drôle tant ils sont aux antipodes l’un de l’autre. Milo Morgan est un pilote de rallye qui vit sa vie à 100 à l’heure. Flora Pendeli vit recluse dans une immense demeure dans les Landes, La Commanderie, qui est un ancien monastère des Templiers. Secrète, introvertie, elle croit aux revenants et dit sa demeure hantée ce qui hérisse le pragmatisme de Milo. Et pourtant…

Je remercie Caroline Costa qui m’a proposé cette jolie lecture ainsi que Something Else Éditions. J’ai tout de suite été happée par le mystère qui entoure Flora et par l’univers fantastique créé par l’auteure, Caroline Costa s’y entend pour ménager le suspense et j’ai été dévorée de curiosité.

Flora m’a plu immédiatement, elle est si touchante dans sa fragilité et sa fidélité à son mari mort. Par contre, il m’a fallu du temps pour apprécier Milo. Au début, j’ai trouvé qu’il se montrait vraiment d’une condescendance détestable dans ce qu’il pensait de Flora et ce qu’il supposait de sa condition. Apprenez cher Monsieur qu’il ne faut jamais se fier aux apparences. Et puis quel mauvais caractère ! Arrogant, agressif, limite calculateur et capricieux, il cache bien son cœur et ses émotions. Mais une fois dépassée cette carapace, on découvre un homme d’honneur attachant et sensible, attentif au bien-être de son ami Jorge Vega, soucieux de ne pas blesser Flora et plein de délicatesse. Et j’ai vite eu pour lui les yeux de Flora.

Par contre dès le départ j’ai douté de la bonne foi de Stéphy. Je l’ai trouvée beaucoup trop excessive dans son désir de protéger Flora ; cela fait dix ans qu’elle est veuve et je ne vois vraiment pas quel mal il y a à ce qu’elle tourne la page et qu’elle sorte de son isolement. De même, ce que j’ai pu détester le coureur automobile Octave Wurst, le rival de Milo. Quel personnage infect ! Idem pour la journaliste Lana, quelle plaie !

Vous le devinez déjà, j’ai adoré cette romance qui naît dans un manoir landais isolé et qui se développe entre circuits automobiles et courses de rallye, dans les magnifiques paysages de la principauté de Monaco, des Landes, des bords de l’Atlantique et de la Grèce… J’ai goûté le contraste qu’il y a entre le bruit, la fièvre, le survoltage des courses et la splendeur des paysages avec la sérénité qui en découle. Caroline Costa a une écriture fluide et addictive et elle sait à merveille rendre les atmosphères qu’il s’agisse du monde des rallyes automobile, d’une soirée princière ou des scènes plus intimistes entre Flora et Milo.

Une romance que je vous recommande, vous voyagerez, rêverez et vous ne serez pas au bout de vos surprises avec tous les rebondissements que nous a concocté l’auteure.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Romance, #Littérature, #Amnésie, #Drame, #Amour, #Amitié

Résumé :

Vous savez, vous, de quoi est fait l'amour ? Et ce qu'il deviendrait si votre partenaire amoureux perdait tous ses souvenirs ?

L'amour n'est-il tissé que de promesses et de souvenirs ?

Marie et Damien viennent de fêter leurs trente ans. Ils s'aiment depuis l'adolescence. Ils ont plein de projets pour l'avenir.
Mais Damien est victime d'un accident. Il est frappé d'amnésie. Il a tout oublié... jusqu'à Marie.
Que peut devenir leur amour dans ces conditions ?

Ce roman raconte le combat d'une femme pétillante et déterminée à sauver son amour et, sans doute, une part d'elle-même.

Mon avis :

Parce que c’était lui, parce que c’était elle…

Marie et Damien sont jeunes et amoureux, ils viennent de fêter leur anniversaire, ils ont trente ans et la vie leur sourit. Ils envisagent de se marier et d’avoir leur premier enfant. Malheureusement, Damien se fait renverser par une voiture et c’est le drame : il se réveille amnésique et n’a plus aucun souvenir de Marie. Qu’en est-il de leur amour ?

Je remercie Valérie Bel pour sa confiance et le bonheur que j’ai eu à lire ce superbe récit empreint d’humour et d’émotion.« Nous danserons encore sous la pluie » est une magnifique histoire d’amour. Valérie Bel a une écriture empreinte de poésie, pleine de délicatesse dans les scènes d’amour. Marie a 65 ans lorsqu’elle nous conte ses souvenirs. Avec beaucoup de finesse et de sensibilité, elle revient sur cette période noire qui a suivi l’accident de Damien. Tous deux se sont retrouvés comme deux étrangers et le défi pour Marie est de parvenir à raviver les souvenirs de Damien tout en ménageant sa susceptibilité car il n’a pas un caractère facile.

J’ai eu beaucoup de mal à interrompre ma lecture tant j’avais hâte de savoir s’il retrouvait la mémoire. Je me suis immédiatement attachée à eux avec une préférence pour Marie. J’ai compati de tout cœur avec elle, sa situation n’est pas facile et elle n’est guère soutenue dans ses efforts en-dehors du spécialiste qui a soigné Damien. J’ai adoré détester sa belle-mère, cette peste qui, certes, est désolée pour son fils mais si cela lui permet de supplanter sa belle-fille et de récupérer son fils… Ah ! le pouvoir des petites phrases assassines !

Même si je comprends à quel point cela doit être difficile pour Damien d’avoir tout oublié, j’ai trouvé que son comportement de mufle n’était guère excusable et j’ai énormément admiré Marie pour son courage, sa patience, son amour mais aussi son inventivité. Valérie Bel a su à merveille nous décrire la psychologie de ses personnages. Marie est une jeune femme sensible, à la fois forte et fragile. Et quel humour ! J’ai ri bien souvent à ses réparties ainsi qu’à ses déguisements.

L’auteure nous offre un beau message sur l’amour et la passion que l’on doit entretenir si on ne veut pas qu’ils se fanent. De même, elle nous démontre qu’avec de la persévérance et de la patience, il est possible de tout surmonter. Il ne faut jamais baisser les bras et Marie est une battante qui ne manque pas de fantaisie quand il s’agit de souffler sur les braises d’un amour moribond.

Une magnifique symphonie qui conjugue amour, humour, espoir et bonheur.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Romance, #Romance contemporaine, #Comédie, #Humour, #Amour, #Amitié, #Mariage, #Famille

Résumé :

Un mariage… En général c’est une bonne nouvelle, non ? Un moment sympa, une fête, une ambiance géniale ? C’est comme ça normalement, non ?
Alors pourquoi celui de Maggy, ma meilleure amie, part en vrille dès qu’on avance un peu dans l’organisation ? Et les problèmes, ça se déplace en troupeau ! La liste est longue ! Sans compter ce crétin de William, égocentrique, arrogant et… meilleur ami du marié ! Ce type me donne envie de vomir.
Et où est passé le futur marié ? Disparu, envolé, le jour du mariage.
Si je suis dans un cauchemar, je veux me réveiller tout de suite.
Mais je vais prendre en main tout ça. Je vais sauver le mariage de Maggy, parce qu’elle est géniale et qu’elle mérite d’être heureuse.
Moi ? C’est Cassie. Grande gueule, gaffeuse, mais prête à tout. Ce mariage aura lieu. Quoi qu’il advienne !

Mon avis :

Coup de cœur pour cette romance qui est une véritable cure de bonne humeur et de joie de vivre.

J’ai eu le coup de foudre pour ce livre et je remercie Sylvie Noël pour cette belle lecture et les excellents moments que j’ai passés en compagnie de Cassie et de tous les autres.

Cassie est vraiment une fille au cœur d’or, elle est l’amie que nous souhaiterions toutes avoir à nos côtés. Meilleure amie de Maggy qui se marie et dont elle est le témoin, elle prend tout en charge avec générosité et efficacité pour que ce mariage soit le plus beau jour de la vie de son amie. Et elle y a du mérite car rien, vraiment rien, ne va se passer comme prévu.

Primo elle ne peut pas supporter Will, meilleur ami et témoin de David, le futur marié. Au premier regard, elle l’a détesté et j’ai bien ri à leurs prises de bec. J’ai adoré également les pitreries du petit diable et du petit ange qui illustrent les réactions de Cassie. Fous rires assurés à la lecture. Cassie doit gérer les états d’âme de Maggy qui stresse un maximum durant tous les préparatifs. Il faut dire que les évènements ne la ménagent guère. Entre l’enterrement de vie de jeune fille qui manque tourner au punching ball, les imprévus de dernier moment, la mère de la mariée qui est une véritable tornade et qui veut mettre son grain de sel partout, les choses ne sont pas simples. Rien ne leur sera épargné, jusqu’au futur marié qui disparaît la veille du mariage, ce qui ajoute une touche de suspense car il est trop amoureux pour s’être enfui.

L’écriture de l’auteure est très agréable et elle a un don pour nous faire ressentir les émotions de ses personnages. L’amitié qui unit Cassie et Maggy fait chaud au cœur tout comme l’amour entre David et Maggy. Il y a d’autres moments où j’ai été émue aux larmes et c’est vraiment à regret que j’ai tourné la dernière page. J’aimerais bien retrouver Cassie dans un second tome qui lui serait consacré.

J’ai vraiment adoré cette comédie pleine d’humour et de fantaisie mais riche d’émotion, de tendresse et d’amour.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Littérature, #Musique, #Nostalgie, #Amitié, #Amour

Résumé :

Tout a démarré ce soir-là. Le soir de mon quarantième anniversaire. Une soirée de retrouvailles entre amis, dans la chaleur estivale d'un mois de juillet. Un moment de rêve pour le doux nostalgique que je suis. Un rêve inespéré et salvateur.
Je m’appelle Jean, je vis seul, séparé de mon ex-femme, Louise, la mère de ma fille Juliette, âgée de douze ans. Je suis devenu malgré moi un solitaire, souvent rempli de tristesse et de vague à l’âme. Mélancolique de cet amour perdu.

Tout a démarré ce soir-là, dans la chaleur de cette nuit d’été, entouré de ces amis bienveillants et veillant bien. Le cerveau embrumé par les rires, l’alcool, la joie et le plaisir de s’être retrouvés. Parmi les cadeaux, un objet à la fois neuf et suranné. Un vinyle. Un magnifique vinyle.

Tout a démarré ce soir-là, avec cet objet à l’esthétisme implacable bientôt déclencheur des nouveaux élans et de nouvelles quêtes insoupçonnées.
Quêtes musicales et amoureuses. Un nouveau départ à ma vie.

Mon avis :

Un livre où nostalgie et musique s’entremêlent.

Alors qu’il fête son quarantième anniversaire, Jean reçoit un cadeau qui va changer toute sa vie : un disque vinyle, une réédition 33T de Tostaky de Noir Désir, va lui ouvrir les portes de tous les changements.

Si vous êtes un passionné de musique, un amoureux du rock, un nostalgique des années 80 mais pas que, ce livre est fait pour vous. Avec Jean, vous allez revisiter le passé grâce à des morceaux de musique choisis. Sébastien Poussin nous offre une véritable anthologie musicale. Et c’est vrai que souvent par la magie d’un air, d’une chanson, nous nous retrouvons propulsés plusieurs années en arrière.

Jean est un professeur d’anglais qui ne s’est jamais vraiment remis de son divorce avec Louise qu’il revoit fréquemment lorsqu’il vient chercher et ramener sa fille Juliette qu’il a un week-end sur deux. Grâce au cadeau de ce disque, il va se découvrir une passion pour les vinyles et sortir de sa routine, faire des rencontres, recommencer à vivre.

La plume de Sébastien Poussin est fluide et limpide. Il dépeint à merveille la psychologie de ses personnages. Le seul bémol en ce qui me concerne, c’est que j’ai trouvé trop long. Jean est très sympathique mais il se complait un peu trop dans l’introspection et puis il se laisse porter par les évènements ce qui m’a empêchée de l’apprécier vraiment. Néanmoins c’est une jolie lecture avec de beaux messages sur l’amitié, l’amour, la vie qui offre de nouvelles opportunités lorsqu’on sait les saisir.

Un grand merci à NetGalley et aux Éditions Librinova pour cette découverte.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Littérature, #Quête, #Roman psychologique, #Psychologie, #Suspense, #Amitié, #Amour, #Drame

Résumé :

1979. Quatre ados vivent un été enchanté dans la campagne lorraine, rêvant autour de la jeunesse débridée d’Augustin d’Hippone, au rythme de la musique de Led Zeppelin.

1985. Le plus prometteur d’entre eux est assassiné. Qui l’a tué ?

2008. Son fils cherche à comprendre ce qui est arrivé à son père quand il avait son âge. Que s’était-il noué entre les quatre amis l’été de leurs 17 ans ? Dans sa quête, il rencontre la fille de l’un d’eux. Quelle est l’origine de leurs prénoms : lui Robert, elle Esfera ? Quel est le rapport avec le sentiment d’Esfera de vivre entourée de brouillard ? Que verront-ils surgir lorsque celui-ci se dissipera ? L’amour peut-il y avoir sa place ?

Thriller, roman psychologique et d’initiation aussi bien que récit d'une quête d'identité, La fille au mitote fait monter le suspense au fur et à mesure de rebondissements inattendus jusqu’au dénouement final, qui prend le lecteur par surprise.

Mon avis :

Un premier roman surprenant et difficile à classer.

Thriller, roman psychologique et d’initiation, récit d’une quête d’identité, roman policier ? Oui et non dans la mesure où ce roman ne correspond pas vraiment à ce que nous évoquent les termes ci-dessus. C’est un peu de tout cela mais traité à la manière de l’auteure. La plume de Marceline Bodier est superbe et l’univers qu’elle nous décrit captivant. Il correspond tout à fait à la définition du mitote : « “Votre esprit tout entier est un brouillard que les toltèques appellent un mitote (prononcez mi-to-té). Votre esprit est un rêve dans lequel des milliers de personnes parlent en même temps, et personne ne comprend personne. Telle est la condition de l’esprit humain : un grand mitote, à cause duquel il vous est impossible de voir qui vous êtes vraiment. » (https://voyageaucoeurdelhumain.wordpress.com/tag/accords-tolteques/)

Je remercie NetGalley ainsi que les Éditions Librinova pour l’envoi de ce Service Presse. J’avais été attirée par le résumé et je pensais me plonger dans un thriller plein de suspense et de rebondissements. À ma grande surprise, cela n’a pas été vraiment le cas. Alors si dans les faits, le résumé est tout à fait exact, la manière dont Marceline Bodier développe son intrigue nous offre plutôt la chronique d’une époque ainsi que la quête d’identité de ses personnages, différente selon la génération à laquelle elle s’adresse. L’auteure a particulièrement travaillé leur psychologie et on suit leur parcours sans aucun ennui. Les descriptions sont extrêmement réalistes et empreintes d’une certaine poésie. Marceline Bodier nous conte une histoire, chaque fois différente selon celui qui nous la narre, on voit comment une même scène peut être perçue différemment selon la personne et le suspense monte petit à petit. Qui a tué Stéphane, ce jeune homme charismatique et tellement prometteur stoppé à l’orée de l’âge adulte ? La fin m’a totalement surprise et laissée un peu sur ma faim. Il y a tellement de questions qui restent sans réponse.

Une belle lecture que j’ai quittée à regret.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Romance, #Historique, #Amour, #Famille, #Relations frère-sœur, #Écosse, #Highlander, #Sensualité

Résumé :

S'enfuir avec le ténébreux Adair Mac Taran ? Marianne Beauxville ne peut s'y résoudre. Certes, cette solution lui permettrait d'échapper au mariage que son frère, seigneur normand, veut lui imposer. Mais Adair est-il vraiment un homme de confiance, comme il le prétend ? Après tout, malgré son charme indéniable, il est écossais et donc un ennemi potentiel. Plus grave encore, ce barbare n'a pas hésité à lui voler un baiser scandaleux, au mépris des convenances. Autant de raisons qui poussent Marianne, prudente, à refuser son aide. Un refus dont Adair n'a manifestement pas tenu compte puisqu'il surgit dans sa chambre, la veille des noces, pour l'enlever...

Mon avis :

 

Au pays des highlanders.

Marianne de retour du couvent se voit contrainte par son frère d’épouser un vieil écossais parce qu’il l’accepte sans dot et qu’il sera un soutien appréciable pour lui. Mais elle refuse de se soumettre et envisage de s’enfuir. Marianne est normande, elle n’aime pas l’Écosse ni les écossais qu’elle considère comme des barbares et lorsqu’elle pensait à son mariage, c’était avec un seigneur normand. Seulement lors de sa tentative de fuite, elle tombe sur Adair, un invité de son frère au charme dévastateur avec lequel elle échange un troublant baiser. Le jeune homme comprenant plus tard qu’il l’a empêchée de fuir un mariage détesté décide de lui proposer son aide, aide qu’elle refuse sèchement. Seulement Adair décide de ne pas en tenir compte et de reprendre contact avec elle. Pour cela il va se retrouver dans la chambre de la jeune femme…

Je remercie NetGalley ainsi que les Éditions Harlequin pour l’envoi de ce Service Presse même si je n’ai pas vraiment accroché à ce roman. Jusqu’à plus de la moitié du tome environ, j’ai trouvé Marianne détestable à cause de son mépris pour tout ce qui concerne l’Écosse et ses habitants et surtout sa mauvaise foi, son manque de reconnaissance. Elle est vraiment bornée et odieuse dans sa volonté d’accuser toujours Adair et de le rendre responsable de tout ce qui ne va pas dans sa vie. Je l’ai trouvée réellement antipathique. Heureusement par la suite, elle se montrera une femme forte et résolue à tout pour sauver son bonheur. Quant à Adair il se conduit de manière bien impulsive et dénuée de sagesse pour quelqu’un qui a été choisi pour devenir le chef de clan lorsque son père mourra.

Dans la seconde moitié par contre, les personnages principaux se révèlent pleins de qualités, courage, sagesse, et heureusement parce que l’intrigue est riche de rebondissements. Ils doivent faire face à bien des problèmes et la romance prend tout son sens. La plume de Margaret Moore est fluide et agréable, son univers médiéval très bien décrit ce qui nous donne une lecture facile et dépaysante.

Une romance historique pleine de drames et de passion qui a pour cadre l’Écosse du XIIIème siècle et qui vous entraînera dans une histoire de succession et de problèmes familiaux.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Thriller, #Fantastique, #CETRO, #Amour, #Suspense, #Horreur, #Paranormal, #Société

Résumé :

La suite de "Au nom de l'art".
Au nom de l'art ou de tout autre concept présenté comme étant d'intérêt supérieur (science, patrie, religion, ...), certains sont prêts à tout, y compris au pire.
Au nom de la vie, la leur et celle de leurs proches, d'autres sont prêts à se surpasser, jusqu'à se mettre en péril.
Asseyez-vous, préparez votre cœur... et lisez.

Mon avis : ♥

Coup de cœur même si… Bouleversant ! L’amour plus fort que la mort.

Je remercie Cetro pour sa confiance. Il m’a envoyé Au nom de la vie en Service Presse et j’ai eu l’impression d’embarquer sur des montagnes russes émotionnelles. Cette deuxième partie est encore meilleure que la première. En orfèvre confirmé, l’auteur joue avec nos émotions et nous fait passer de l’amour à la haine, de la vengeance au pardon, de l’angoisse la plus noire à l’espoir le plus vif. D’ailleurs, je n’ai pas cessé de penser à « la petite fille espérance » de Charles Péguy : « Ce qui m’étonne, dit Dieu, c’est l’espérance. Et je n’en reviens pas. Cette petite espérance qui n’a l’air de rien du tout. Cette petite fille espérance. Immortelle. »

Cédric Veto maîtrise la langue française à la perfection, c’est un magicien des mots. Il peut passer du langage le plus pur au vocabulaire le plus ordurier et cela ne fait que rendre son texte plus addictif tant cela colle à l’intrigue. Il nous offre des textes magnifiques, dignes de figurer dans Les lettres de l’âne Cetro, de véritables pépites. Je pense en particulier à un passage sur la peur de vieillir ; il dénonce notre société égoïste et le regard déshumanisant que nous portons sur les SDF qui croisent notre route. Il stigmatise notre société qui “abandonne les plus faibles” et dont nous nous faisons “tous les complices en détournant les yeux”. Et plus que tout il dénonce l’incroyable capacité de l’homme à nuire “au nom de Dieu, de la patrie, de la science, ou de l'art...”

Mais Au nom de la vie est également une magnifique ode à l’Amour, l’amour fraternel de Soraya pour Noah, amour qui la pousse à se dépasser, se surpasser, à tout risquer pour le protéger, amour qui transcende la peur, la souffrance, la mort. Soraya est un merveilleux personnage de femme, de jeune femme plutôt, d’un courage et d’une témérité extraordinaires. Je ne suis pas prête de l’oublier. C’est aussi une superbe reconnaissance de l’amour d’une mère pour ses enfants qu’elle aimera envers et contre tout, amour qui se sacrifie pour leur bonheur et leur bien-être, un amour pour lequel rien n’est impossible. L’auteur sait également dépeindre à merveille l’innocence d’un enfant et nous bouleverser avec la petite Virginie.

C’est également un magnifique portrait de nos compagnons à quatre pattes avec Jack, un petit chien qui est une merveille d’amour inconditionnel et de confiance, mais aussi Nestor. Cetro sait nous communiquer son amour des animaux.

Alors bien sûr, nous retrouvons les pourritures du premier tome. S’y ajoutent même des nouveaux, Emmanuel et Brigitte en particulier, ce qui m’a bien fait rire, une Madame C, Sandra de son prénom, qui est vraiment abjecte. Et puis, Cetro a créé un nouveau personnage, Estelle Jorgensen, journaliste au "Petit Auvergnat retors", tout à fait attachante, avec sa quête de justice et son souci de venir en aide aux personnes en détresse. De plus, elle possède un don, celui de percevoir les choses, de ressentir l’état d’esprit des victimes.

Et n’oublions pas l’humour partout présent malgré l’horreur des situations. L’auteur a un don pour les formules, les situations humoristiques et j’ai bien ri à certaines de ses réflexions en particulier celles concernant le Dr Delarace et sa complice ou encore des tirades comme “On ne juge pas de l'intelligence d'un poisson rouge à sa capacité à grimper aux arbres” ou “Il a dû sacrément battre les cartes et s'emmêler les pinceaux, là-haut, le créateur...” La description du sac d’Estelle vaut son pesant d’or et je crois que beaucoup d’entre nous s’y retrouveront.

Un thriller implacable où l’horreur se conjugue avec des moments bouleversants d’humanité, haletant, intense, addictif, un suspense diabolique mais un roman parfois plein de poésie, de tendresse, un concentré de Cetro qui vous touchera et que vous ne pourrez oublier.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Romance, #Romance historique, #Fantasy, #Fantasy médiévale, #Érotisme, #Amour, #Suspense, #Historique

Résumé :

Deijan et Guilendria se connaissent depuis l’enfance.

Lui rêve d’exploits guerriers et d’héroïsme, de carrière militaire et de liberté. Mais son destin va l’enchaîner à une existence qu’il exècre, et faire de lui un homme désabusé, amer et froid.

Guilendria, elle, rêve... de lui, depuis le jour de leur rencontre. Timide et discrète jusqu’à la transparence, elle a voué son cœur à Deijan. Et la vie va la combler... de la plus cruelle des manières !

L’amour peut-il vraiment triompher de tout ?

Pénétrez dans le monde de Nordie, ou quand le souffle de la fantasy rencontre l’émoi de la romance.

Mon avis :

Coup de cœur ! Totalement addictif.

Alors que Deijan adore sa vie de soldat, Major de la garde royale de Belterre, Fléau des écumeurs, la mort de son père et de son frère aîné le propulse comte de Bucail, chef de famille de son domaine, situation qu’il abhorre. À l’inverse, Guilendria, sœur de son meilleur ami Darien, se réjouit de son retour car elle l’aime en secret depuis 15 ans et elle va devenir son épouse. Hélas elle découvre en son époux un homme aigri, dur et froid qui la rejette sans pitié. Entre ces deux êtres que tout semble séparer, l’amour parviendra-t-il à les réunir avant qu’il ne soit trop tard ?

Cécile Ama Courtois a créé un univers de fantasy médiévale envoûtant et j’ai adoré ses personnages, particulièrement celui de Guilendria. Au départ c’est une jeune femme rêveuse et particulièrement fragile, timide, discrète, presque transparente. J’ai eu fortement envie de la secouer au début de son mariage avec Deijan pour la faire réagir. Mais l’adversité va la révéler et elle va se transformer en femme forte, résolue, pleine de ressources. Je l’ai trouvée vraiment admirable face à Iphoras, le chef des écumeurs. Elle est morte de peur mais forte de son amour pour Deijan, elle va se battre pour le sauver, le cacher et protéger tous ceux qui dépendent d’elle. Elle va être soutenue par Sauge, sa femme de chambre et amie, un autre personnage de femme remarquable par son courage et sa fidélité. Quant à Deijan, j’étais démangée par l’envie de lui flanquer des baffes. Il est vraiment détestable dans les premiers chapitres et la manière dont il traite son épouse est intolérable. Son comportement va changer du tout au tout lorsqu’il va se retrouver grièvement blessé et totalement impuissant. Mais comment réagira-t-il lorsqu’il découvrira ce qui s’est réellement passé, ce que lui a caché Guilendria ? Elle est extraordinaire dans son désir de trouver du bon à tout prix chez ceux qui l’entourent, de comprendre ce qui a pu motiver tant de haine et de violence et cela même chez Iphoras.

L’univers de Nordie est sombre, plein de brutalité. Les exactions commises par les écumeurs, ces voleurs qui violent et tuent sans état d’âme, sont insupportables et l’auteure n’édulcore rien. Le monde qu’elle a créé est impitoyable et le vocabulaire qu’elle utilise très recherché et tout à fait adapté à cette époque médiévale. Elle maîtrise admirablement les codes de la fantasy et de la romance. Sa plume est fluide et réaliste, pleine d’élégance et de poésie. Elle nous immerge dans un monde de passion, de larmes, de batailles mais également dans un huis-clos entre Deijan et Guilendria où elle fait la part belle à l’amour et à l’érotisme. La manière dont Guilendria séduit son mari ne manque pas de sel et j’ai aimé les touches d’humour qui parsèment le livre. Ses descriptions de l’amour sont magnifiques.

Pour finir, j’ajouterai que j’ai terminé ma lecture totalement frustrée. Quelle fin ! Argh je trépigne d’impatience de connaître la suite, j’ai fureté partout sur le blog de l’auteure et sur ses pages Facebook pour tenter de trouver une date, quand sortira la suite ? S’il te plait, Cécile, c’est cruel de nous abandonner ainsi dans une telle expectative !

Carte de Nordie

Carte de Nordie

Calendrier Nordien

Calendrier Nordien

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Romance FF, #Amour, #Lettre, #Romance, #Littérature, #Romance contemporaine, #Nouvelle

Résumé :

Cette femme. Votre obsession depuis quatre ans.
Vous l'avez rencontrée dans les Balkans, vous la retrouvez à Saint-Malo.
Elle vous agace toujours autant, pourtant il vous est impossible de vous détacher d'elle.
Il vous faut encore lui écrire. Trouverez-vous un jour le moyen de faire autrement?
Il me semble que vous lui aviez promis des fleurs. Les avez-vous choisies? Vous devriez en prendre avec des épines...

Mon avis :

Une romance FF toute de délicatesse.

Je remercie Flore Avelin pour sa confiance et pour m’avoir adressé ce Service Presse. L’auteure sait rendre à merveille toute la palette du sentiment amoureux, espoir, désespoir, attente… C’est avec grand plaisir que j’ai retrouvé sa plume pleine de délicatesse et de poésie. On sent chez elle une sensibilité à fleur de peau. Avec beaucoup de pudeur, Daphné écrit une seconde lettre à Catherine. Celle-ci est toujours la garce égocentrique, froide et arrogante, de la première rencontre. Mais malgré cela, Daphné est toujours autant envoûtée par elle et son cœur et sa raison se livrent une bataille sans merci.

J’ai savouré ce texte court mais riche d’émotions. Bien qu’il y ait peu d’action, Flore Avelin sait nous captiver du début à la fin. Avec des mots bien choisis, une écriture limpide, elle dépeint à merveille la psychologie de ses deux personnages. Autant je trouve Daphné touchante, autant Catherine m’est toujours aussi antipathique.

Un très beau texte pour une belle histoire d’amour.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Fantastique, #Historique, #Fantasy, #Bit Lit, #Littérature, #Amour, #Aventure

Résumé :

1986, Manhattan. Depuis que Rose et Vassili ont quittés la France en avril 1943 sans en informer quiconque, Rose a coupé les ponts avec son mentor, le comte Artus de Janlys. Jusqu'au soir où son serviteur se présente en personne à l'entrée du fief de lady Rose : Artus est à New York, et il demande à rencontrer son infante. Il a besoin de son aide pour le piège qu'il ourdit de très, très longue date contre son ennemi de toujours, manigances qui nécessitent également l'intervention de Gabriel de la Cerda, un Arimath aussi frivole et versatile que dangereux...

Mon avis :

Toujours aussi merveilleusement addictif.

Mars 1986 : déjà 43 ans que Rose, le cœur brisé, a fui la France et la fratrie d’Holival avec Vassili dans le but de se reconstruire. Désormais elle règne sur Manhattan, altière et dangereuse, poursuivant de sa vindicte les membres du IIIème Reich ayant échappé à la justice. Grâce au Malboge Club, mortels et immortels se pressent dans son établissement lui permettant de tisser son réseau. Mais alors qu’elle est parvenue à éviter tout contact avec lui, voilà qu’Artus se présente à sa porte. Les retrouvailles entre les deux amants sont plus qu’ardues. Artus requiert l’aide de son infante contre son ennemi de toujours, l’Érudit. Les dangers sont multiples et les passions se déchaînent.

J’ai retrouvé le sublissime comte Artus de Janlys, l’éblouissante Lady Rose, le magnifique prince Vassili Golitsyne et l’incomparable vicomte Adelphe d’Holival avec bonheur. Ces quatre êtres d’exception sont toujours aussi envoûtants et extraordinaires. Noblesse, honneur, beauté, courage, fidélité, intrépidité sont ce qui les caractérisent mais également cruauté, ruse, vengeance, combats hors normes… L’amour qui les unit est aussi ce qui les déchire. Impitoyables, ils poursuivent leurs quêtes sans que rien ne puisse les arrêter.

Avec Rose Morte, Céline Landressie a créé un univers à nul autre pareil, sombre, dangereux, addictif. Sa plume est magique, je la soupçonne d’avoir du sang d’enchanteresse dans les veines. Le vocabulaire est très riche et tout à fait adapté à cette saga. La psychologie des personnages est très fouillée et très bien rendue. Bref la lecture est un régal. L’histoire de nos héros se poursuit et les ombres se font de plus en plus menaçantes. Nous en apprenons davantage sur chacun d’eux et l’auteure ne les ménage pas. Les secrets sont de plus en plus épais et les relations entre Rose et Artus toujours aussi difficiles. Combien j’ai hâte de découvrir la suite d’Ikebana, avec l’espoir que l’amour finira par triompher de tout.

Dans ce quatrième tome, les intrigues sont de plus en plus compliquées ; les complots, les traîtrises, les alliances, les manipulations ne cessent de se multiplier entre les différentes Maisons. Et à chaque page, je n’ai cessé de me demander quel mystérieux obstacle pouvait empêcher Artus d’avouer son amour à Rose. Nous y retrouvons également le prince Gabriel de la Cerda qui appartient à la Maison Arimath mais agit surtout pour son propre compte. La trompeuse duchesse de Calabre, Constance d’Altavilla, refait aussi son apparition pour le plus grand déplaisir de Rose dont les pouvoirs se sont encore accrus et font d’elle une des plus dangereuses prédatrices de la Maison Arimath. Enfin la quête de l’Aîné, le premier de tous les immortels, se poursuit, toujours plus hasardeuse et mortelle.

J’ai tourné la dernière page avec regret et j’ai hâte de retrouver Artus, Rose, Adelphe et Vassili. Si vous ne la connaissez pas encore, je ne peux que vous conseiller de découvrir cette saga extraordinaire de Rose Morte, vous ne pourrez qu’être conquis.

Voir les commentaires

1 2 3 > >>