Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Les livres de Goéwin

Articles avec #aventure catégorie

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Fantasy, #Magie, #Quête, #Loup, #Fantastique, #Aventure

Résumé :

Vous qui tenez ce livre, Êtes-vous en quête de rêve ? De péripétie ? De magie ? De Féérie ? De complot ? d'intrigue ? Si non, posez-le. Ce livre n'est pas pour vous. Lors de ce récit, vous suivrez Algorn, un jeune homme dont le sang est imprégné des plus grands pouvoirs que ce monde ait vu naître : celui des dragons. Entrez à Neptusa ! Accompagnez Algorn dans ses quêtes et ses rencontres aussi bien merveilleuses que maléfiques. Découvrez le monde à ses côtés ! Mais veillez à rester sur vos gardes. Entrer dans ce monde ne garantit pas d'en sortir.

Mon avis : ♥ ♥

Un univers très riche et plein de féérie.

Algorn est un magnifique jeune homme de 17 ans, d’une vive intelligence, doué de pouvoirs encore méconnus. Malgré l’interdiction, il continue à s’exercer comme mage. Courageux et même téméraire, il ne supporte pas l’injustice ce qui va l’entraîner dans des aventures périlleuses. Grâce à lui, nous allons découvrir un univers de magie avec des créatures enchantées mais également le secret de ses pouvoirs.

Je remercie les Éditions Librinova ainsi que NetGalley qui m’ont permis de découvrir un nouveau jeune auteur, Ben David, grâce à ce Service Presse pour lequel j’avais postulé, attirée par la magnifique couverture de ce livre et par le résumé. L’auteur a créé un univers magnifique avec des créatures magiques d’une grande beauté et sagesse. J’ai adoré suivre Algorn qui est un personnage attachant et plein de qualités. Il a passé les premières années de sa vie dans une famille aimante et les relations qu’il entretient avec ses frères et sœurs sont emplies de tendresse et d’humour. Je suis totalement tombée sous le charme du Crylace qui n’est autre qu’un loup mais pas n’importe lequel : un esprit du Nord doué d’une grande sagesse et d’énormes pouvoirs. Il va jouer un grand rôle dans la vie d’Algorn à qui il sauvera la vie et qu’il introduira dans sa nouvelle vie.

Je ne peux que vous conseiller ce livre qui ravira tous les amateurs de fantasy, tous les amoureux des loups et des dragons mais aussi des fées. Ben David a une écriture fluide et limpide. Ne vous laissez pas refroidir par le prologue qui est un peu déroutant tant il est rempli d’informations. Ne vous inquiétez pas, la suite vous éclairera. C’est un premier roman attachant, plein de fantaisie, d’aventures et de rebondissements. Je l’ai dévoré en quelques heures et j’ai hâte de connaître la suite. Seul petit bémol : il reste encore beaucoup de fautes d’orthographe, d’accords, mais cela n’enlève rien à la qualité de l’intrigue.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Fantastique, #Littérature, #Voyage dans le temps, #Suspense, #Aventure, #Paranormal, #Historique

Résumé :

Le célèbre historien-enquêteur Wilson Grant se retrouve embarqué malgré lui, dans des circonstances mystérieuses, à Chester, ville du Cheshire, en Angleterre. Seul et perdu, il est accueilli par une singulière famille dont la demeure semble abriter de nombreux secrets. Bientôt, des incidents surviennent et se multiplient. Les langues se délient, les découvertes se font jour quant aux mystérieux hôtes de la propriété des Ombres, tandis que resurgissent d'anciennes superstitions. Wilson s'enlise dans une des plus obscures et intrigantes énigmes qui lui soit offerte. Face à d'incroyables révélations, il va devoir se plonger dans une enquête qui l'obligera à affronter les instincts humains les plus sombres...

Mon avis :

Un livre surprenant et addictif.

Alors qu’il s’est assoupi sur un banc de la gare de King’s Cross à Londres, Wilson Grant a la surprise de se réveiller assis au pied d’un arbre “au milieu de nulle part”. Il est recueilli par Sir Duncan Stredfort qui l’accueille dans son domaine des Ombres et lui apprend qu’il se trouve dans la ville de Chester, à plus de 300 km de Londres. Historien et chroniqueur dans le domaine du paranormal, Wilson ne tarde pas à se rendre compte que Les Ombres ainsi que ses hôtes abritent nombre de secrets et de présences mystérieuses.

Tout d’abord je remercie NetGalley ainsi que les Éditions Librinova qui m’ont fait découvrir ce livre en Service Presse. Il s’agit d’un roman fantastique écrit par Eve Ruby Lenn. Sa plume est fluide et ses descriptions empreintes de poésie. Elle a créé tout un univers étrange et déconcertant autour d’une mystérieuse maison baptisée Les Ombres et de ses habitants Duncan et Killian Stredfort ainsi que leur gouvernante Sara. Tous trois abritent bien des mystères. Avec Les Ombres Les Observateurs, l’auteure nous offre un livre foisonnant, elle nous conte une multitude d’histoires, nous fait voyager dans le temps, nous délivre de beaux messages. Il y est question de justice, de vérité mais également de mystérieuses entités au service de cette justice et cette vérité qui hantent le domaine lorsque la nuit vient. Ses personnages sont très fouillés et leur psychologie bien étudiée.

Eve Ruby Lenn a un vocabulaire très riche qui nous permet de bien nous immerger dans cette époque victorienne. Par contre j’ai trouvé qu’il y avait des longueurs, que le texte était beaucoup trop policé en particulier dans les dialogues ce qui pour moi a nui au rythme. Du coup je suis restée spectatrice,  à distance, je ne suis pas parvenue à véritablement m’attacher aux personnages, à ressentir leurs émotions. C’est dommage car l’histoire par elle-même est tout à fait surprenante et addictive.

Voir les commentaires

Résumé :

Lorsque Marco Stenzza, champion de Taekwondo, apprend que sa mère est sur le point de mourir, il est déjà trop tard. Cependant, en vidant l’appartement de la défunte, il a la surprise de trouver une convocation chez un notaire. C’est ainsi que Marco se découvre co-héritier d’une maison avec la jolie Aurélia Massard d’Espan, cadette d’une noble et riche famille.

Dès qu’il la voit, il tombe fou amoureux d’elle. Hélas, la jeune femme est déjà fiancée à un Prince libanais. Quand Hugo, le père de la belle héritière, le recrute comme garde du corps, Marco n’est pas au bout de ses surprises. Entre amour et haine, il ignore que cette rencontre qui ne doit rien au hasard lui fera vivre des aventures explosives, au péril de sa vie.

Une romance pleine de suspense et de rebondissements qui vous entraînera au bout du monde.

Mon avis :

Coup de cœur ! Une magnifique histoire d’amour et bien plus encore.

« L’amour n’est jamais simple, mais quand il est vrai et sincère, c’est une force qui peut soulever le monde. » C’est la phrase que Gilles Milo-Vacéri a mise en exergue sur sa page Facebook pour parler d’Alpha et Oméga. Voilà pourquoi j’aime cet auteur, je sais quand j’ouvre un de ses livres que je ne serai jamais déçue, qu’il va me parler d’amour, d’un amour qui vaut la peine de tout risquer pour lui, de la vie où il faut se battre pour pouvoir avancer, de l’amitié qui nous la rend plus belle, qu’il va me faire rêver d’un monde où les hommes n’ont pas besoin d’être des super-héros pour avoir du courage, de l’honneur et du cœur. Je sais qu’il va me faire voyager et que je vais apprendre plein de choses. Je sais aussi qu’il aura mis quelque énigme, quelque mystère dans son intrigue et même une note de surnaturel et je sais que quand je refermerai son livre, j’aurai un grand sourire, le cœur plus léger et de nouveaux amis car ses personnages ont une densité, une profondeur et une psychologie qui font qu’on ne les oublie pas.

Alpha & Oméga, c’est tout cela et encore plus. Tout d’abord un grand MERCI à Anita Berchenko et aux Éditions du 38 qui m’ont permis de découvrir ce livre en avant-première grâce au Service Presse. Alors qu’il effectue un stage de Taekwondo à Séoul (Corée du Sud), Marco est contacté en urgence par son ami et mentor Jean. Sa mère qui souffre d’un cancer est au plus mal. Marco embarque sur le premier vol et rentre immédiatement sur Paris. Hélas, quand il arrive, sa mère est déjà décédée le laissant seul au monde, avec des questions non résolues. Enfant battu à coups de ceinturon par un père alcoolique, Marco n’a jamais compris pourquoi sa mère n’a pas divorcé. Il l’aime, bien qu’elle ne lui ait jamais montré d’affection ni consolé ou défendu. Alors qu’il trie les affaires de la défunte, il trouve dans le courrier la lettre de convocation d’un notaire l’invitant “en tant que cohéritière à l’ouverture du testament de feu Monsieur Georges Massard d’Espan…” Accompagné de Jean, il apprend lors de l’ouverture du testament qu’il hérite de la moitié de la maison du défunt, l’autre moitié revenant à Aurélia Massard d’Espan. Dès qu’il l’a vue, Marco est irrémédiablement tombé amoureux de la jeune femme, malheureusement fiancée au Prince héritier Omar Benschritt-Maalouf, un homme d’une rare bêtise qui se croit tout permis et qui va se montrer particulièrement odieux. Marco refuse sa part d’héritage et l’offre à Aurélia qui est très attachée à la maison avec cette justification : « On ne brise pas les rêves des petites filles. » Marco et Aurélia l’ignorent encore mais c’est le début d’une grande aventure où tous deux seront amenés à donner le meilleur d’eux-mêmes.

J’ai adoré ce livre et une fois commencé, je ne l’ai lâché qu’après avoir tourné la dernière page, très tôt dans la matinée. Gilles Milo-Vacéri nous offre une belle histoire d’amour à la veille de cet été avec de beaux personnages tous plus attachants les uns que les autres, exception faite du prince libanais et de ses sbires. Marco est un rêveur d’une folle générosité. Il vit pauvrement mais refuse un héritage. C’est un maître en Taekwondo, sport de combat qu’il pratique depuis l’âge de cinq ans, âge auquel il a rencontré son ami Jean, propriétaire d’une salle d’arts martiaux. Jean lui a appris le Taekwondo mais surtout l’a aimé comme un père et a toujours été là pour lui. Il l’a aidé à supporter l’insupportable. Marco est désarmant, il a la candeur d’un enfant et quand il aime, il ne garde rien pour lui. Aurélia est une jeune femme qui appartient à la noblesse et dont la famille est l’une des plus grandes fortunes de France. Cela aurait pu créer un gouffre entre elle et Marco mais elle a su rester simple et franche. Dotée d’un caractère fougueux, elle n’accepte pas l’injustice et n’hésite pas à se battre pour ce qu’elle croit juste. D’ailleurs toute sa famille est attachante, qu’il s’agisse de son père Hugo ou de sa sœur Alexandrine, dite Alex que j’ai trouvée géniale. Même lorsqu’il s’agit de personnages secondaires, l’auteur nous les dépeint à merveille, ce sont de vrais caractères et cela contribue à rendre l’intrigue encore plus palpitante.

Gilles Milo-Vacéri, en plus de la romance, nous offre du mystère et du suspense tout en dénonçant le mal que peuvent faire les secrets de famille. Il nous parle également de solitude et des blessures d’un passé qui ne se referment jamais totalement. Et tout au long du livre, nous nous demandons ce que cachait la mère de Marco. Qui était-elle vraiment ? Et qu’était-elle exactement pour Georges Massard d’Espan, l’oncle défunt d’Aurélia ? Pourquoi n’a-t-elle jamais quitté son époux qui la battait elle et son fils ? Quel douloureux secret cache Hugo, le père d’Aurélia, secret qui l’empêche de briser les fiançailles de sa fille ? L’auteur joue également avec nos nerfs : le prince libanais est un vrai bandit. Marco et les Massard d’Espan parviendront-ils à lui échapper ?

Et puis il nous fait voyager et rêver : de Séoul à Paris, puis une croisière qui fait escale à la plage de l'Anse Canot, Marie Galante, Île de la Guadeloupe ; ensuite il nous entraîne dans la visite d’un marché à Fort de France en Martinique, nous fait pique-niquer sur la plage de Sainte-Lucie, Les Îles du Vent. Et pour finir, nous nous retrouvons sur la plage de Saint-Jean-de-Luz en France. Que des noms de destinations qui invitent au rêve et au voyage !

J’ajouterai que la plume de Gilles Milo-Vacéri est pleine d’élégance, que le vocabulaire employé est d’une grande richesse et qu’il manie l’humour comme personne. Enfin avec Marco il nous offre l’une des plus belles déclarations d’amour que j’aie lu. Alpha & Oméga est une romance pleine de sensibilité, porteuse de beaux messages d’espoir et de vie. Je ne peux que vous conseiller de vous y plonger, vous ne le regretterez pas.

Il ne pleurait pas, pourtant, il était dévasté et tout s’effondrait en lui. Sans bruit. Sans cri. Dans un abîme de tristesse qu’il ne connaissait que trop bien. La vie lui avait appris depuis longtemps à cacher, à taire ses émotions, à ne jamais montrer combien il pouvait souffrir.

Jean lui avait toujours appris à relever la tête, même après un combat perdu ou un échec, quel qu’il puisse être. Mais parfois, c’était vraiment difficile.

Tant qu’il y avait de la vie, l’espoir était permis et pour le moment, il poursuivait ses rêves.

Oui, lui savait très bien ce que les souvenirs d’enfance pouvaient remuer et engendrer comme douleur. Le passé collait toujours aux semelles, que l’on porte des sabots ou de jolis escarpins de cuir très coûteux, rien n’y faisait.

On regardait toujours son passé dans les yeux, avec plus ou moins de tristesse ou de courage, mais on était souvent seul pour l’affronter.

Non, même l’argent n’apaisait pas les blessures de l’enfance, rien ni personne ne pouvait offrir une parfaite cicatrisation des douleurs, des rancœurs, des joies perdues et des peines éternelles. Tout restait gravé dans la chair et il suffisait d’un lieu, d’un moment ou d’un objet pour que toutes ces souffrances reviennent, aussi brûlantes qu’au premier jour.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Aventure, #Historique, #Malédiction, #Spéléologie, #Suspense, #Légendes

Résumé :

Amateurs d’Indiana Jones, ce livre est fait pour vous !

Il aura suffi d’un simple retard de bateau pour que, en trois jours, tout bascule.
Le musée de l’or de Bogota, l’évocation de la Colombie à l’époque des conquistadors, ce fameux Eldorado porteur de rêves, voici un fond d’écran presque magique pour le nouveau roman de Jean-Pierre Van Den Abeele, La Malédiction du Shaman.
À l’ombre des grands gisements d’or des montagnes de la Sierra Macarena, l’auteur nous entraîne dans un périple surprenant et riche d’émotions.
En route vers le lac sacré de Guatavita et l’aventure commence, ponctuée de fâcheuses rencontres avec les trafiquants et la corruption locale mais aussi de magnifiques surprises.
L’ancienne carte géographique conservée par le Padre Pio jouera-t-elle le rôle de talisman nécessaire pour venir en aide aux paysans pauvres de ces régions ?
Randonnée dangereuse, ancienne mine d’or à redécouvrir, monastère fortifié inaccessible, une quête teintée d’absolu, de passion et parsemée d’obstacles. Un parcours où les héros vont finir, semble-t-il, par gagner.
Mais attention au pouvoir du vieux shaman qui veille sur les tombes de ses ancêtres que toutes ces recherches profanent…

Cet ouvrage tient du récit d’aventures, avec l’histoire d’un groupe humain et l’histoire de la Colombie mises en perspective, mais c’est aussi le souffle de l’étrange et du mystère qui nous enveloppe.

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥

Surprenant et addictif.

Je remercie La Compagnie Littéraire ainsi que le site Simplement pour ce Service Presse. J’ai été tout d’abord attirée par la magnifique couverture de « La malédiction du Shaman » qui m’a légèrement induite en erreur. Certes, il y a un shaman et une malédiction mais ils ne sont que très peu présents dans le livre.

Notre héros principal qui est aussi le narrateur se trouve à Bogota pour affaires. Il se lie d’amitié avec le conservateur du Musée de l’Or et suite à un retard de bateau, il décide de faire un peu de tourisme et de se rendre sur les bords du lac de Guatavita, lieu historique riche de légendes du mythique Eldorado à l’époque des Conquistadors. Hélas pour lui, il va être la victime naïve de deux escrocs, se retrouver en prison pour trafic d’objets d’art et obligé de verser une forte rançon à un commissaire lié aux deux bandits. Il va être incarcéré en compagnie d’un religieux prêtre, le Padre Pio qui n’a rien à voir avec le célèbre moine capucin canonisé de San Giovanni Rotondo. Le malheureux est également victime de la corruption du commissaire et est emprisonné car il refuse de lui communiquer certains renseignements concernant les emplacements d’une ancienne mine d’or et d’un monastère fortifié construit par les jésuites. Il confie un plan d’accès à la mine à notre héros en lui demandant de l’apporter à un de ses amis, Pablo Ortiz, un prêtre qui vit dans un petit village, San Miguel. Grâce à l’or, le père Pablo Ortiz pourra venir en aide aux campesinos.

Tous les ingrédients sont réunis pour la chasse aux trésors, une mystérieuse mine d’or et un non moins mystérieux monastère fortifié, tous deux nous ramenant à l’époque de l’Eldorado et des Conquistadors. Jean-Pierre van den Abeele nous offre des personnages attachants : le narrateur et Pablo Ortiz, courageux et idéalistes, mais aussi Ernesto qui de chef de cartel de drogue va devenir un de leurs meilleurs soutiens. L’auteur a une écriture élégante et soignée. Étant lui-même un spéléologue reconnu, on sent sa maîtrise dans les descriptions des grottes et leurs accès. Il sait maintenir notre intérêt d’un bout à l’autre du récit car cette chasse au trésor est riche en mésaventures, rebondissements, mauvaises rencontres et belles découvertes. Mais qu’en est-il du Shaman et de sa malédiction ?

Un livre qui ravira tous les fans d’Indiana Jones et tous les amateurs d’aventures.

Le Musée de l'Or à Bogota

Le Musée de l'Or à Bogota

Le Musée de l'Or à Bogota

Le Musée de l'Or à Bogota

Le Lac sacré de Guatavita

Le Lac sacré de Guatavita

Musée de l'Or à Bogota

Musée de l'Or à Bogota

Masque funéraire

Masque funéraire

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Fantasy, #Aventure, #Amitié, #Magie

Résumé :

Cal est en prison ! Après avoir échappé aux griffes du Maître des Sangraves, Tara doit repartir sur AutreMonde. Une entreprise périlleuse qui la verra affronter des monstres aux crocs désagréablement pointus et des souverains sans scrupules, déjouer les ruses du Ravageur d'Ame, ou combattre les sombres desseins du terrible Magister. Ce qui fait tout de même beaucoup pour la jeune sortcelière et son incontrôlable pouvoir ! Aidée de Moineau, la terrifiante Bête du Lancovit, de Manitou, son grand-père transformé en labrador, de Robin, le séduisant demi-elfe, et de Fabrice, le terrien, Tara parviendra-t-elle à libérer son ami ? Et lorsqu'elle rencontrera le fantôme de son père, quel secret lui révèlera-t-il ? Humour, magie et suspense pour une nouvelle aventure de Tara Duncan, une sortcelière pas comme les autres.

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Toujours aussi accro !

Alors qu’avec ses amis Fabrice, Moineau, Robin et Cal, Tara espère profiter de quelques jours de vacances plus que mérités sur Terre après leurs aventures sur AutreMonde, l’Empire d’Omois fait arrêter Cal accusé du meurtre du garçon dans le vortex (voir tome 1). Il n’en faut pas plus pour que tous repartent sur AutreMonde en compagnie de Manitou, l’arrière-grand-père de Tara transformé en labrador, pour témoigner dans le procès et tenter de faire évader Cal. C’est le début d’aventures toutes plus folles et trépidantes les unes que les autres.

Sophie Audouin-Mamikonian nous entraîne de nouveau dans son univers complètement addictif où humour et magie se mêlent harmonieusement pour notre plus grand bonheur. Tara et ses amis vont devoir faire face aux intrigues politiques, se battre contre Le Ravageur d’Âme qui a décidé de conquérir le monde, échapper aux manigances de Magister toujours déterminé à enlever Tara mais aussi aux tentatives de meurtre, faire un tour au pays des Démons pour disculper Cal, rencontrer le fantôme du père de Tara… Et tout cela en utilisant un pouvoir qui se révèle parfaitement incontrôlable.

Je me suis régalée avec ce second tome. J’ai ri je ne sais combien de fois. Je suis toujours plus émerveillée par le talent et l’imagination plus que débordante de l’auteur. Lire un Tara Duncan, c’est faire une cure de joie et de bonne humeur , c’est retrouver le pays merveilleux de l’enfance où tout devient possible, où nos rêves n’ont plus aucune frontière !

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Fantasy, #Aventure

Résumé :

La mère de Tara Duncan a été enlevée ! Tara et Manitou, son grand-père transformé en labrador, partent sur AutreMonde affronter dragons, Vampyrs et Sangraves. Mais bientôt le trop puissant pouvoir de Tara fait des envieux, et elle devient la cible de complots dont seuls son sens de l'humour et son courage pourront la sauver. Elle devra parvenir à délivrer sa mère, découvrir qui veut l'assassiner et pourquoi.

 

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Totalement sous le charme depuis plusieurs années !

Je suis une Taraddict depuis presque le début, entendez par là que depuis plus de 13 ans, je guette la sortie du dernier Tara Duncan et que je me replonge avec toujours autant de plaisir dans l’univers totalement fantastique et addictif créé par Sophie Audouin-Mamikonian. Et j’ai vraiment envie de vous le faire découvrir et aimer.

Tara’tylanhnem dite Tara, 12 ans, joue avec ses meilleurs amis Betty et Fabrice. Tout irait pour le mieux si Tara n’avait pas développé depuis 3 ans des dons de lévitation, de télékinésie qui échappent à son contrôle lorsqu’on la surprend. La découverte de ces pouvoirs par les adultes va l’entraîner dans un monde totalement différent. Tara qui est orpheline et élevée par sa grand-mère apprend ainsi qu’elle est une sortcelière, que son labrador n’est autre que son arrière-grand-père Manitou et surtout que sa mère qu’elle croyait morte vit toujours, prisonnière depuis plus de 10 ans du cruel Magister, maître des Sangraves. Ce dernier va tenter d’enlever Tara pour s’approprier ses pouvoirs. Pour sa protection, Tara accompagnée de Manitou, va se rendre sur AutreMonde sous la houlette bienveillante du Haut-mage Chemnashaovirodaintrachivu dit Chem qui n’est autre qu’un Dragon. Elle va découvrir le royaume du Lancovit avec son facétieux Château vivant, se lier d’amitié avec Cal le malicieux petit Voleur patenté, Gloria dite Moineau, le beau Robin demi-elfe, rencontrer Dragons, Vampyrs, Elfes, Fafnir la naine… Elle devra faire face à la jalousie, à des tentatives de meurtres, d’enlèvements… Parviendra-t-elle à retrouver sa mère et à la sauver ?

Tout d’abord, il faut savoir que Tara Duncan s’adresse aux enfants à partir de 9 ans ainsi qu’aux adolescents. Après rien n’empêche les adultes de les lire et d’apprécier, ce qui est mon cas. Sophie Audouin-Mamikonian a créé un monde dément, baroque, fantastique, extravagant et d’une richesse infinie : chaque livre est accompagné des cartes représentant pays et continents ainsi que d’un lexique car il y a aussi des animaux tout à fait extraordinaires et que vous ne rencontrerez nulle part ailleurs que sur AutreMonde. L’imagination fertile de Sophie a créé toute une flore et une faune propres à AutreMonde qui ne va cesser de s’agrandir au fil des tomes.

L’humour se retrouve à toutes les pages. J’avoue que lire Tara c’est faire une cure de bonne humeur et de fous rires tant les situations, les noms, les réflexions sont drôles. Rien que les noms et caractéristiques de certains animaux provoquent le rire : j’ai la chance de pouvoir imaginer et me représenter les scènes ce qui fait que j’ai arrêté de lire en public pour éviter d’être prise pour une folle.

L’écriture est simple et agréable. C’est un livre qui se dévore, on n’a pas le temps de souffler, nous allons de découvertes en découvertes, de rebondissements en rebondissements. C’est vraiment un moment hors du temps et cela fait beaucoup de bien.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Roman historique, #Policier, #Énigmes, #Jeu de piste, #Sciences occultes, #Aventure

Résumé :

« Automne 1503, trois alchimistes sont retrouvés assassinés dans des circonstances dramatiques. Convaincue qu’un terrible complot se trame à l’ombre de la Couronne, la reine Anne de Bretagne lance sur la piste des suspects le plus improbable des duos d’enquêteurs : le baron de Comballec, un soldat rude et autoritaire, accompagné d’Héloïse Sanglar, une séduisante jeune femme experte en apothicairerie.

Pour déjouer l’incroyable machination conçue par un esprit dérangé, ils devront décrypter les énigmes d’un mystérieux parchemin et récolter des indices en différents hauts lieux symboliques du Royaume. Mais les apparences sont souvent trompeuses. Dissimulés en coulisses, les véritables ennemis sont bien décidés à contrecarrer les efforts de nos héros. Dans ces conditions, le chasseur peut rapidement devenir gibier à son tour…
Vitrail aux pouvoirs mortifères, sciences occultes, disparitions mystérieuses… les menaces ploient sur la jeune Héloïse, bien décidée à venir à bout des adversaires du roi. Mais les temps sont difficiles quand on est une femme, et afin de survivre, il lui faudra l’aide de tous ses alliés. Peut-être même devra-t-elle faire appel à son amour de jeunesse, le chevalier Bayard. À moins que l’attrait grandissant que Comballec exerce sur elle ne bouleverse ses plans… »

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥

Un roman historique passionnant aux intrigues machiavéliques !

Je remercie tout d’abord NetGalley et les Éditions J. C. Lattès qui m’ont envoyé ce livre en sp. Je ne connaissais pas l’auteur et n’avais donc pas lu le premier tome mais cela ne m’a pas gênée du tout.

Cela commence très fort : Maître Barello, alchimiste, a conçu pour de mystérieux commanditaires un verre d’un rouge flamboyant qui possède le pouvoir de tuer. Il est assassiné par un homme albinos qui après l’avoir poignardé grave sur son front un énigmatique message. Or Maître Barello est le troisième alchimiste à disparaître de la sorte. La Reine Anne de Bretagne, persuadée qu’il s’agit d’un complot mettant le Royaume en péril fait appel à deux enquêteurs : Henri de Comballec, baron  de Conches et capitaine des archers, est un homme rude totalement dévoué à sa reine ; Héloïse Sanglar, apothicaire de 24 ans, est une jeune femme au caractère bien trempé d’une grande beauté et d’une intelligence plus grande encore.

Tous deux vont se lancer dans une enquête difficile et à hauts risques. La découverte d’un mystérieux parchemin au texte en vers  sibyllins va les conduire dans un jeu de piste riche en énigmes, embuscades, assassinats qui va les mener de Bourges à Reims en passant par Autun. Durant leur périple, Héloïse et Henri vont apprendre à se connaître puis à s’apprécier. Héloïse profondément éprise du chevalier Bayard succombera-t-elle au charme d’Henri de Comballec ? Parviendront-ils à temps à la cathédrale de Reims pour sauver le roi Louis XII ?

Éric Fouassier nous offre un magnifique roman historique doublé d’une enquête policière tout à fait palpitante. Il maintient le suspense jusqu’à la fin et il est bien difficile de savoir qui sont vraiment les alliés et les ennemis des enquêteurs royaux. Qui est le chasseur et qui est le gibier ? Il est tellement facile de passer du rôle de prédateur à celui de proie. Il a su donner vie à cette époque du XVIème siècle et utiliser un vocabulaire correspondant à l’époque. Grâce à l’alternance des chapitres concernant les aventures de Bayard d’une part et d’Héloïse d’autre part, nous avons une description passionnante de la vie à la Cour, des champs de bataille et des guerres en cours et de la vie quotidienne du peuple en ce temps-là. Il nous fait rencontrer des figures historiques comme Anne de Bretagne, la douce reine Jeanne de France, le chevalier Bayard, la comtesse Louise de Savoie mère du futur François Ier.

Ses personnages sont attachants. J’ai bien aimé l’évolution d’Henri de Comballec : de taciturne et désagréable — au début il a bien du mal à supporter Héloïse qu’il considère comme une « femelle effrontée » — il ne va pas tarder à succomber à son charme. Héloïse est un très beau personnage de femme qui ne s’en laisse guère conter. Magnifique rousse aux yeux verts, c’est une jeune femme courageuse et pleine de ressources. À une époque où les femmes n’ont guère de droits et surtout pas celui de posséder une apothicairerie, grâce aux enseignements de son père qui lui a donné l’éducation généralement réservée aux hommes et à l’appui de la reine, Héloïse est une apothicaire reconnue pour son talent et ses vastes connaissances. C’est grâce à elle et à son esprit qu’Henri de Comballec peut avancer dans son enquête. Et puis nous avons Bayard, le « chevalier sans peur et sans reproche » héros des guerres d’Italie. Amoureux d’Héloïse et aimé d’elle, c’est avec grand-plaisir que j’ai vu ce personnage historique prendre vie sous la plume d’Éric Fouassier.

Ce roman est encore l’occasion de découvrir la médecine telle qu’elle se pratiquait alors, l’utilisation des plantes médicinales et de leurs principes actifs mais aussi une évocation de l’alchimie, sorte de science occulte qui cherchait à fabriquer de l’or par la transmutation des métaux et à rendre l’homme immortel. C’est également l’opportunité d’en apprendre davantage sur l’art du vitrail avant que les maîtres-verriers ne soient supplantés par les peintres.

« Le piège mortel » ravira tous les amoureux de romans historiques mais également tous ceux qui aiment les enquêtes policières et résoudre des énigmes.

Son père lui avait transmis non seulement les secrets de son métier, mais aussi et surtout le goût de la liberté. Quelles que soient les circonstances, elle entendait agir en femme indépendante et peu soucieuse des convenances.

« Le piège de verre», page 30

Il estimait que les médicaments ne servent qu’à soutenir la nature dans sa tâche, mais ne peuvent jamais se substituer à elle.

« Le piège de verre », page 297

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Gilles Milo-Vacéri, #Thriller, #Loup, #Légendes Amérindiennes, #Fantastique, #Aventure, #Amour, #Amitié

Résumé :

« Quand Lorenza Beaumont, reporter de guerre, rencontre Grégory Nashoba, homme d’affaires et expert mondial en Canis Lupus, elle ne se doute pas que sa vie va basculer. Elle découvre la personnalité fascinante de Grégory, dernier descendant d’une puissante lignée amérindienne, au cœur d’une mystérieuse légende.

Un attentat à la bombe décime sa famille et le blesse très grièvement. À sa sortie de l’hôpital, Greg n’aura qu’une obsession, retrouver les responsables de ce drame.

La journaliste restera à ses côtés et, de Paris en Afghanistan, des hauts plateaux éthiopiens jusqu’aux États-Unis, ils vont traquer ensemble les meurtriers, aidés par leur ami Pierre Bonnefeu, divisionnaire de Police. Entre trafic d’armes et de stupéfiants, mettant leur vie en jeu face à des tueurs avides et sanguinaires, ils affronteront le pire de l’âme humaine.

Les assassins n’auraient jamais dû s’en prendre à la famille de Grégory, car ils ont réveillé le Gardien de la Terre des Loups, un fauve qui ne connaît ni pitié, ni pardon. »

Mon avis :

Plus qu’un coup de cœur, un coup de foudre ! Bouleversant, émouvant, poignant ! Exaltant ! Épique !

Je remercie Gilles Milo-Vacéri et Les Éditions du 38 pour m'avoir envoyé « Terre des Loups » en SP. Je viens de le terminer et Greg, Lorenza, Alpha et Riga me manquent déjà. Cela a été un véritable crève-cœur lorsque j’ai tourné la dernière page.

Alors que plongée dans ses pensées, elle s’apprête à traverser la chaussée sans faire attention, Lorenza Beaumont, reporter de guerre, est sauvée in extrémis par Grégory Nashoba, richissime homme d’affaires expert en canis lupus. Très vite, elle va tomber sous le charme de cet homme charismatique qui ne ressemble à aucun autre. Dernier descendant d’une lignée amérindienne pawnee, il est le Gardien légendaire de la Terre des Loups.

Après qu’il ait été grièvement blessé lors d’un attentat à Paris où il perdra deux membres de sa famille, Lorenza ne le quittera plus. L’enquête s’annonce difficile et Pierre Bonnefeu, patron de la DST, ne décolère pas. Aucun indice ni aucune revendication pour l’attentat. À force de recherches, les experts finissent par découvrir que les explosifs utilisés proviennent de matériel britannique et plus spécialement des armes envoyées aux troupes anglaises en Afghanistan. Avec Lorenza, Grégory va se lancer sur la piste des explosifs pour retrouver les assassins et le commanditaire. Cette traque les conduira de Paris au Caire, puis en Éthiopie et enfin en Iran et en Afghanistan où ils seront confrontés à la lie de l’humanité et échapperont de justesse à la mort. De plus le commanditaire et l’assassin n’ont toujours pas renoncé à se débarrasser de Grégory et la traque va se poursuivre jusqu’aux États-Unis.

Gilles Milo-Vacéri nous offre un thriller haletant avec des personnages forts et il ne nous laisse pas souffler une seconde. Les événements s’enchaînent à un rythme trépidant. La description de l’attentat et de ses conséquences est saisissante et nous plonge en plein cauchemar. J’ai physiquement ressenti l’angoisse et la panique de Lorenza. L’auteur nous fait vivre des montagnes russes d’émotion : souffle coupé, joie, horreur, soulagement, émerveillement, colère, frissons, attendrissement, stupeur, dégoût et j’en passe…

C’est également un grand roman d’aventures où l’amour et l’amitié sont au cœur de l’intrigue. Ses personnages au caractère bien trempé sont plus qu’attachants et ils véhiculent des valeurs fortes comme l’honneur, le courage, l’amitié, l’amour… Quant aux méchants, ce sont de vraies pourritures dénuées de toute morale.

Enfin l’auteur a ajouté une touche de fantastique qui ne fait que rendre son thriller encore plus addictif. Et puis il y a les loups et leur magie, Alpha, Riga, toute la meute : je ne veux pas trop en parler pour ne pas spoiler mais la rencontre de Lorenza avec Alpha est vraiment bouleversante, une expérience mystique surnaturelle.

Je suis toujours émerveillée par la richesse des connaissances de Gilles Milo-Vacéri ainsi que la qualité des informations qu’il nous partage. L’écriture est fluide et élégante, pleine de poésie à certains moments et les dialogues sont ciselés. J’ai adoré tout particulièrement ce qui concernait les loups, les légendes et la sagesse amérindiennes. Comme il l’a écrit sur son blog, la disparition des Amérindiens « reste l’un des tout premiers génocides de notre histoire » et c’est vraiment une grande perte pour l’humanité car ils auraient eu tellement à nous apprendre. L’auteur a su nous faire partager son amour des loups et de la culture amérindienne et je souhaite que ce livre touche beaucoup de lecteurs et suscite en eux l’envie de protéger les loups et de respecter davantage Dame Nature, « Mère-Grande » comme ils l’appelaient.

Gilles Milo-Vacéri m’a fait rêver de cette Terre des Loups et souhaiter que ce ne soit pas un rêve mais la réalité. Une chose est sûre, « Terre des Loups » va devenir un de mes livres de chevet au même titre que « Le Petit Prince ».

ils refusaient la disparition des loups, symboles mêmes de l’équilibre naturel des forces de leur Monde.

Je suis quelqu’un de simple et j’ai appris une chose dans la vie, vivre caché est gage de paix et préserve des ennuis. Alors je reste dans l’ombre et anonyme.

J’ai appris à maîtriser ma peur, rien de plus, et le vrai courage, c’est de faire ce qui est juste.

Il est parti faire la paix avec les esprits, appeler sur lui la bienveillance de Mère Grande et libérer l’esprit du Loup.

Il existe des forces naturelles qui nous dépassent complètement et que bien peu d’entre nous connaissent. Grégory Nashoba est le dernier descendant d’un grand guerrier Pawnee et dans ses veines coulent les anciennes légendes et les plus grands mystères.

ils invoquent l’esprit du loup, le gardien de la vérité et de la justice.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Saint-Exupéry, #BD, #Aventure, #Aviation, #Désert

Résumé :

« Octobre 1926. Antoine de Saint-Exupéry, qui rêve de devenir pilote d’avion, réussit à se faire engager à Toulouse pour travailler au sein de la compagnie Latécoère, future Aéropostale. Créée quelques mois après la Première Guerre mondiale, cette société relève le pari d'acheminer le transport du courrier par avion entre la France et l’Amérique du Sud via l’Afrique de l’Ouest. Très vite, Saint-Exupéry est dépêché à Cap Juby, une escale stratégique située en plein Sahara. Là, au contact des tribus nomades, le jeune pilote puise son inspiration pour l’écriture de son premier roman Courrier Sud. La genèse du Petit Prince, qui fera de lui un auteur mondialement reconnu, n’est pas loin...

Dans une subtile fiction inspirée de faits réels, Pierre-Roland Saint-Dizier et Cédric Fernandez vous proposent de retracer l’histoire de l’Aéropostale à travers le regard de ceux qui l’ont faite, parfois au péril de leur vie.

Ce titre a le soutien de la Fondation Antoine de Saint-Exupéry et tout album acheté contribue au soutien de ses actions en faveur de l'éducation des jeunes en difficulté. »

 

Mon avis :

Totalement sous le charme !

Alors qu’il embarque sur le paquebot qui va l’emmener en Amérique du Sud, Saint-Exupéry se rappelle de son arrivée à Toulouse trois ans plus tôt et de sa rencontre avec Didier Daurat à la tête des Lignes Aériennes Latécoère. Ne rêvant que de voler, Antoine de Saint-Exupéry devra d’abord faire ses preuves comme mécano. Puis il va devenir pilote sur la ligne Toulouse-Casablanca et sur Casablanca-Dakar. Envoyé à Cap-Juby comme chef d'Aéroplace, il est chargé de dépanner les avions dans la zone insoumise du Rio del Oro. C’est là qu’il va découvrir le désert qui le fascine, apprendre l’arabe pour pouvoir communiquer avec les tribus, tenter d’apprivoiser un fennec et commencer à écrire « Courrier Sud ».

J’ai adoré redécouvrir cette tranche de vie d’Antoine de Saint-Exupéry, l’un des héros de l’Aéropostale. La bande dessinée donne vie à cette période-clé de sa vie. On y découvre les prémices du « Petit Prince » et cela m’a donné envie de relire « Courrier Sud », « Vol de nuit », « Terre des hommes » ainsi que « Citadelle »… tous ses livres en fait. Les dessins sont magnifiques et les auteurs ont fait un travail absolument fantastique. C’est un hommage rendu à tous ces hommes courageux, héroïques, pionniers de l’Aéropostale pour lesquels « quoi qu’il arrive le courrier doit passer ».

4ème de couverture

4ème de couverture

« Saint-Exupéry T 1  — Le Seigneur des sables » de P.-R. Saint-Dizier et C. Fernandez. Éditions Glénat
« Saint-Exupéry T 1  — Le Seigneur des sables » de P.-R. Saint-Dizier et C. Fernandez. Éditions Glénat
« Saint-Exupéry T 1  — Le Seigneur des sables » de P.-R. Saint-Dizier et C. Fernandez. Éditions Glénat
« Saint-Exupéry T 1  — Le Seigneur des sables » de P.-R. Saint-Dizier et C. Fernandez. Éditions Glénat
Henri Guillaumet et Antoine de Saint-Exupéry

Henri Guillaumet et Antoine de Saint-Exupéry

Henri Guillaumet et Antoine de Saint-Exupéry

Henri Guillaumet et Antoine de Saint-Exupéry

Juin 1930 : Accident de Guillaumet. Son avion s’écrase dans les Andes. Saint-Exupéry entreprend plusieurs vols pour le retrouver. Guillaumet réussit à se sauver en traversant les montagnes à pied.

Juin 1930 : Accident de Guillaumet. Son avion s’écrase dans les Andes. Saint-Exupéry entreprend plusieurs vols pour le retrouver. Guillaumet réussit à se sauver en traversant les montagnes à pied.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Dystopie, #Prophétie, #Dictature, #Amitié, #Aventure

Résumé :

« Les prophéties n'existent que si quelqu'un a suffisamment de courage pour les réaliser. »

« Elia est une Passeuse d'Âmes, un être sans émotions. Elle doit exécuter ceux qui sont devenus des poids pour la société : vieux, malades, opposants... Mais un jour elle ne parvient plus à obéir aux ordres et s'enfuit dans la région la plus déshéritée du pays, là où les Passeurs d'Âmes sont considérés comme les pires ennemis. Au plus profond d'immenses mines à ciel ouvert, Elia découvrira, telle une pépite, une destinée qui la dépasse. »

Mon avis :

Un roman pour adolescents captivant aux intrigues et rebondissements addictifs !

Dans un monde où l’individualisme est un crime et où chacun n’existe que pour servir la communauté, Elia doit cacher ses cheveux roux qui font d’elle une anomalie à éradiquer. La vie de chaque être est régie par un système de castes, les Kornésiens faisant partie de l’élite et les Nosobas étant considérés comme des sous-êtres. Elia est une jeune kornésienne qui travaille tous les matins à l’hôpital en tant que passeuse d’âmes : elle euthanasie ceux que la vieillesse rend inutiles à la communauté ainsi que les volontaires mais également les gens dangereux et les condamnés. Elle est censée être totalement dénuée de cœur et de sentiments. Jusqu’au jour où on lui amène un jeune prisonnier nosoba à euthanasier : il a été condamné pour avoir volé des médicaments pour sauver son petit frère. Elia, touchée par la supplique du jeune homme de lui laisser la vie lui permet de s’échapper et le déclare mort. Hélas elle est démasquée et condamnée. Pour la sauver son père lui tatoue sur son épaule le « N » des nosobas et lui enlève la puce qui l’identifie. Il l’envoie dans le Nord pour se cacher au milieu des Nosobas.

J’ai été totalement happée par cette histoire pleine de rebondissements et où les intrigues se multiplient. Marie Vareille nous offre un premier tome addictif avec des personnages attachants. Nous suivons Elia et sa prise de conscience progressive : le système existant est profondément injuste et les Nosobos ne sont pas des sous-êtres comme on le lui a appris. Les amis qu’elle va se faire sont également attachants et j’ai hâte de découvrir la suite de leurs aventures.

La mort est notre lot quotidien, petite, ici chaque famille a ses morts, ses morts de faim, ses morts de fatigue, ses condamnés à mort. On s’habitue à tout.

[…] ce n’était qu’au plus sombre de la nuit, que le soleil ressuscitait les lumières de l’aube.

Voir les commentaires

1 2 > >>