Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Les livres de Goéwin

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Fantastique, #Science-fiction, #Chats, #Philosophie, #Communication, #Écologie

Résumé :

« Pour nous, une seule histoire existait : celle de l'humanité.
Mais il y a eu LA rencontre.

Et eux, les chats, ont changé à jamais notre destinée. »

« A Montmartre vivent deux chats extraordinaires. Bastet, la narratrice qui souhaite mieux communiquer et comprendre les humains. Pythagore, chat de laboratoire qui a au sommet de son crâne une prise USB qui lui permet de se brancher sur Internet. Les deux chats vont se rencontrer, se comprendre s’aimer alors qu’autour d’eux le monde des humains ne cesse de se compliquer. A la violence des hommes Bastet veut opposer la spiritualité des chats. Mais pour Pythagore il est peut-être déjà trop tard et les chats doivent se préparer à prendre la relève de la civilisation humaine. »

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥

Une lecture amusante et pleine d’enseignements !

Bastet est la ravissante chatte de Nathalie ou plutôt, pardon, Nathalie est la servante de Bastet dont la préoccupation majeure est de parvenir à communiquer, à établir un dialogue avec cette espèce humaine si différente et bizarre. Bastet fait la connaissance de son voisin, Pythagore, un chat siamois porteur d’un Troisième Œil qui n’est autre qu’un port USB greffé à l’intérieur de son crâne qui lui permet de se connecter à Internet et d’apprendre et de comprendre toute l’histoire de l’humanité et de l’univers. Grâce à lui Bastet va affiner sa perception des choses et développer son intuition. Ils vont s'unir et s'aimer pour tenter de sauver l'humanité.

Je me suis amusée d’un bout à l’autre de ma lecture. Bernard Werber a eu l’excellente idée de se mettre dans la peau d’un chat et la narratrice n’est autre que Bastet qui est, il faut bien le reconnaître, une véritable chipie. Ses réflexions sur ses congénères, sur sa servante humaine, sont d’un humour piquant et ses petites phrases assassines nous délivrent quelques vérités bien senties comme par exemple lorsque le téléspectateur est plus ému par un match de foot que par la vision des victimes des attentats. Bastet est une chatte philosophe qui souhaite développer une spiritualité basée sur la communication et la compréhension de l’autre, quelle que soit sa race : chat, humain, rat, lion, chien, poisson… Pour cela, il faudrait rétablir le culte de Bastet, divinité égyptienne : « Bastet incarne la féminité sereine. Déesse musicienne de la joie, elle est aussi maîtresse du foyer et protectrice des naissances. Toutefois, la lionne qui sommeille en elle se réveille face à ses ennemis. C'est ainsi que Bastet protège le défunt dans l'Au-delà et peut tuer le serpent Apophis qui tente de renverser la barque solaire. » (https://www.bubastis.be/religion/dieux/bastet.html). Son message est celui de la tolérance et du respect.

L’humanité va très mal, la violence ne cesse de s’exacerber, les actes de terrorisme se multiplient et la guerre n’est pas loin. Les évènements se précipitent et très vite l’humanité, ici circonscrite à Paris, doit faire face à l’invasion des rats et à une épidémie foudroyante de peste. Les chats et les humains vont devoir s’unir s’ils veulent survivre.

Grâce à Pythagore qui partage avec Bastet toutes ses connaissances, nous n’ignorons plus rien de la place des chats dans l’humanité depuis ses débuts : divinisés par les Égyptiens, diabolisés par l’Église, sauveurs de l’humanité en protégeant les récoltes et tuant souris et rats porteurs du peste…

Dans le même temps, nous retrouvons une Bastet qui, incapable de résister à la lumière  rouge du laser, se venge en urinant dans les chaussures du mâle de Nathalie qui l’a humiliée. J’adore son bon sens félin face au tabac : « Je ne la comprendrai jamais. Pourquoi se mettre volontairement de l’air sale dans les poumons ? » Les enseignements de Pythagore sur la religion, bien qu’un peu simplistes, n’en sont pas moins intéressants et puis il est irrésistible en chat zen pratiquant la méditation.

Bernard Werber aborde plusieurs thèmes qui lui sont chers : écologie, religion, réincarnation, souffrance animale… Ce livre est d’une grande richesse et vu le nombre de problèmes évoqués, si l’auteur avait dû tous les développer, il lui aurait fallu plusieurs tomes. Alors je sais que les critiques sont assez mitigées, il y a ceux qui ont adoré et ceux qui ont détesté. Pour ma part, j’ai bien aimé. J’ai apprécié ce livre plein d’humour et voir notre monde par les yeux de nos félins est délectable, il y a plein de passages savoureux et énormément de leçons de sagesse.

 

Je crois que tous les actes que nous effectuons entraînent forcément la satisfaction des uns et la contrariété des autres. Vivre et agir c'est forcément déranger les ordres établis.

page 52

Être instruite me semble le plus grand des privilèges et je plains ceux qui vivent dans l'ignorance.

page 63

La connaissance oblige à changer d'état d'esprit et personne ne veut remettre en question sa vision limitée du monde.

page 92

Mais pour qui se prennent-ils, ces humains ? Ils ont transformé la forêt et l'herbe en une ville de ciment, ils ont transformé les arbres en meubles, ils nous ont transformés en... jouets jetables !
Ne sommes-nous donc pour eux que des êtres que l'on met à la poubelle après usage, comme tous les objets dont ils se débarrassent lorsqu'ils ne les amusent plus ?

pages 109-110

Il faut faire du bien à son corps pour que son âme ait envie d'y rester.

page 184

Ils ont brisé le fragile équilibre qui maintient l'harmonie de la nature. Quelle erreur !

page 241

Ah ! les mâles. Je ne m'y ferai jamais. Il a tellement peur d'avouer qu'il a de l'attachement pour moi !

page 244

Finalement, il n'y a que nous, les femelles, qui osons avoir des émotions profondes et les exprimer sans pudeur.
Je n'aimerais pas être un mâle, j'aurais l'impression d'être handicapée des sentiments.

page 245

Commenter cet article

Goéwin 24/02/2017 22:36

Merci, c'est très gentil, heureuse qu'il vous ait plu.

Angelilie 24/02/2017 21:40

beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte et un enchantement.