Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Les livres de Goéwin

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Policier, #Musique

Résumé :

« Qui a tué Lucie Fersen, star incontestée de la musique contemporaine, qui avait le génie et la beauté d'un ange ? Le soir du réveillon, Sybille, jeune journaliste, assiste au concert du prestigieux Fersen Orchestra et à l'effondrement de sa chef d'orchestre face au public. L'ex-enfant prodige, comparée à Mozart, adulée et couverte de prix, est à 36 ans au faîte de la gloire et de la maturité. Tout le contraire de Sybille et de sa bande d'amis qui vont avoir 30 ans et peinent à s'émanciper. Mais ne serait-ce pas un atout pour découvrir la faille du personnage génial, paradoxal et déchirant qu'était Lucie ? »

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥

Fascinant !

Alors que Sibylle, journaliste, s’apprête pour le réveillon de Noël en famille, le chef du service Culture l’envoie à la générale du Fersen Orchestra. La chef d’orchestre, Lucie Fersen, est une star mondialement connue qui dirige elle-même ses œuvres : Symphonies de l’Apocalypse. Soudain, le drame, Lucie s’effondre, elle a trente-six ans, un an de plus que Mozart lorsqu’il est mort. Très vite, Sibylle et le public apprennent qu’il s’agit d’un crime. Mais qui se cache derrière le tireur ? Qui est le commanditaire ? Sibylle va mettre tout son talent au service de l’enquête menée par sa meilleure amie, Anouk, commissaire au Quai des Orfèvres avec l’aide de leur ami commun Benjamin, avocat.

J’ai adoré ce livre. Stéphanie Janicot m’a embarquée dès les premières pages. Son style est simple et efficace. Les scènes se déroulent devant nos yeux comme si nous y étions. Très vite, on s’attache aux différents protagonistes, le suspense est maintenu jusqu’à la fin et l’enquête est tout à fait addictive.

Grâce aux différents témoignages des proches de Lucie lors des interrogatoires, nous découvrons la vie de cette petite fille, véritable petit prodige à l’image de Mozart : à l’âge de cinq ans, elle joue d’un violoncelle plus grand qu’elle. À partir de ses sept ans, elle se produit sur les plus grandes scènes. Adolescente, sous le nom de Lucifer, elle monte son propre groupe de rock avant de prendre la direction de l’orchestre de son père, le Fersen Orchestra et d’écrire ses propres œuvres. Mais derrière la star charismatique, l’artiste à la beauté angélique, se cache une petite fille blessée qui a perdu sa mère à l’âge de cinq ans dans un accident de voiture dans laquelle elle se trouvait et dont les cordes vocales s’étaient brisées.

À travers les interrogatoires de son agent artistique, de sa cousine, de ses différents secrétaires qui tous peuvent être coupables, nous entrons plus avant dans la vie de cette artiste qui ne vivait que pour la musique et qui dans la vie de tous les jours ressemblait un peu à une autiste ; elle n’était guère douée pour vivre en société. Dans le même temps, nous suivons son meurtrier et même si nous ne savons pas qui est le ou la commanditaire, nous sentons que nous approchons peu à peu d’une vérité douloureuse.

Nos trois enquêteurs n’ont pas tellement mieux réussi à s’intégrer dans la société. Pris chacun par leur travail, tous trentenaires ou presque, ils peinent à entrer véritablement dans l’âge adulte et à prendre leurs responsabilités.

Je remercie Masse Critique de Babelio ainsi que les Éditions Albin Michel qui m’ont permis de découvrir ce livre à l’enquête addictive avec des personnages émouvants que j’ai quittés à regret.

Commenter cet article