Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Les livres de Goéwin

Articles avec #manipulation catégorie

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Thriller, #Thriller psychologique, #Corruption, #Manipulation, #Éthique, #Politique Fiction, #Suspense

Résumé :

Le crime était une maladie. On a découvert le traitement.
Qu'y a-t-il dans la tête de Franck Corsa, le psychopathe le plus dangereux de France ?
Pour la première fois, grâce aux progrès fulgurants de l'imagerie cérébrale, quelques scientifiques peuvent le savoir. Ils proposent alors un marché au prisonnier : effacer les causes du mal dans son cerveau par une opération chirurgicale jamais tentée à ce jour.
Lorsque Corsa se réveille, il n'est plus le même homme. Bonté, compassion, douleur : toute une gamme de sentiments humains lui est brusquement révélée.
Seul problème : être un homme bon ne faisait pas partie de ses plans.

Mon avis :

Un thriller foisonnant, addictif, mais pas toujours crédible.

Je remercie NetGalley ainsi que les Éditions Robert Laffont pour ce Service Presse. Je regrette de ne pas avoir fait attention au fait qu’il s’agissait d’un second tome faisant suite à Neuroland. Cela ne gêne en rien la compréhension de l’intrigue mais on sent quand même que certains éléments nous manquent. Par exemple, qu’est-il arrivé exactement à Franck Corsa pour qu’il soit obligé d’être bandé des pieds à la tête ?

Franck Corsa est l’un des pires psychopathes de France et face à sa victime, Maria, non seulement il n’a aucun remords mais il a l’intention de recommencer dès qu’il sera libre. C’est pour cela qu’il accepte de se soumettre aux analyses ainsi qu’à l’opération du cerveau et au traitement qui lui sont proposés : on lui implantera dans le cerveau des cellules souches qui viendront réparer les causes de sa psychopathie. Franck n’y croit absolument pas ; d’abord pour lui, son cerveau est parfaitement normal et donc l’implantation de cellules souches ne modifiera en rien son comportement. Mais s’il n’y a que cela pour se retrouver libre, aucun problème, il jouera la comédie. Sauf que ces fameuses cellules sont bien en train de le transformer et cela le rend fou de rage de se découvrir plein d’empathie, de remords, de désir de se racheter.

Sébastien Bohler a écrit un thriller dense, foisonnant, débordant d’intrigues et de rebondissements. Maria et son fiancé Vincent sont pratiquement les seuls personnages attachants du livre avec Olga la psychiatre. Quant aux autres, nous avons le choix entre les politiciens qui n’ont aucun sens moral et qui acceptent des rétrocommissions, un médecin qui est une véritable ordure pratiquant le viol et la traite humaine, un directeur de laboratoire plus préoccupé par l’obtention du Prix Nobel que par le respect de la vie humaine et des lois.

Maria est une toute jeune femme qui a connu l’enfer à cause de Franck et qui est profondément marquée. À cause des viols subis, elle ne parvient pas à avoir de relations physiques avec Vincent malgré tout leur amour. Elle manifeste un courage absolument hallucinant en continuant à côtoyer Franck. Elle est à l’origine de l’expérience visant à lui implanter des cellules souches car elle est persuadée que si elle parvient à comprendre ses motivations, elle pourra guérir. Et effectivement, Franck commence à manifester de l’empathie, à regretter ses actes et à vouloir se racheter. Dès qu’il montre des marques de repentir, Maria est guérie, comme ça, en un clin d’œil. Bien que je le lui souhaite, cela ne me paraît pas très crédible. De même, l’opération que Franck pratique sur lui-même me semble totalement irréaliste.

Il y a encore bien d’autres passages où il me semble que l’auteur n’a fait que survoler les problèmes. Je pense que cela est dû à la nécessité de tout faire contenir dans un seul volume. Sébastien Bohler nous conte tellement d’histoires différentes qui à elles seules auraient presque mérité un tome séparé pour être traitées en profondeur : la proposition de loi de réforme de santé pénale ; le passé de Franck qui nous permet de comprendre en partie ce qu’il est devenu ; les expériences menées sur le cerveau, comment en est-on arrivé là ? y a-t-il eu des expériences menées avant de les tester sur des cobayes humains ? à moins que cela ait été indiqué dans le premier tome ? ; la neurosophie ainsi que le rôle de Carlo et ses techniques de méditation ; Vincent et sa découverte du code neural…

L’auteur dénonce également l’exploitation éhontée de la misère existant dans certains pays par les grandes puissances. Ainsi nous faisons la connaissance du docteur Andrew Nichols, un médecin qui non seulement est complice de ceux qui empoisonnent l’eau du fleuve au Nicaragua mais en plus profite de son ascendant pour se livrer à des actes de viol et d’avortements forcés pour se procurer des cellules souches.

J’ai dévoré ce thriller politico-médical. Je me suis particulièrement attachée à Maria qui n’a peur de rien pour faire éclater la vérité ou défendre la justice. Comme j’ai vraiment envie de savoir ce qui lui est arrivé, je compte bien lire le premier tome Neuroland et j’attends avec impatience la suite de ses aventures. Idem pour Vincent qui se retrouve dans une position très inconfortable à la fin de ce livre. Quant à Franck, j’espère vraiment qu’on parviendra à le mettre hors d’état de nuire définitivement.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Policier, #Psychologie, #Suspense, #Manipulation

Résumé :

Rien n'est plus éphémère que la mémoire d'un enfant...

Quand Malone, du haut de ses trois ans et demi, affirme que sa maman n'est pas sa vraie maman, même si cela semble impossible, Vasile, psychologue scolaire, le croit.

Il est le seul. Il doit agir vite. Découvrir la vérité cachée. Trouver de l'aide. Celle de la commandante Marianne Augresse par exemple. Car, déjà, les souvenirs de Malone s'effacent. Ils ne tiennent plus qu'à un fil. Le compte à rebours a commencé.

Qui est vraiment Malone ?

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Bluffant ! Addictif ! Michel Bussi se joue plus que jamais de nous dans un roman plein d’émotions et de suspense.

La commandante Marianne Augresse a fort à faire pour attraper Timo Soler et ses complices dans le braquage de Deauville. Dans le même temps, elle est obnubilée par le désir d’avoir un enfant et donc de trouver un homme que l’idée de faire un enfant ne fera pas fuir. Et comme si cela ne suffisait pas, voilà qu’un psychologue scolaire Vasile Dragonman la contacte à propos d’un enfant de trois ans et demi qui déclare que sa maman n’est pas sa vraie maman.

Le rythme est assez lent mais très vite je me suis laissée emporter par l’histoire de Malone, cet enfant à qui sa peluche Gouti parle. Et c’est magistral de la part de Michel Bussi car en utilisant le langage et la logique de l’enfant, nous sommes complètement perdus et ressentons toutes les frustrations des adultes qui entourent Malone et qui tentent de comprendre.

Les explications que Vasile donne à la commandante sur la mémoire et ses mécanismes chez l’enfant de zéro à quatre ans sont passionnantes et très instructives, ainsi que les différents types de mémoire. Vasile est un personnage très attachant : passionné par son métier, il l’exerce avec fougue et n’hésite pas à prendre des risques lorsqu’il s’agit de venir en aide à un enfant. Or là, pour lui, il y a vraiment urgence car la mémoire de Malone peut disparaître d’un moment à l’autre.

Marianne Augresse, la commandante, est un autre personnage attachant et sympathique. Elle est sur tous les fronts mais son horloge biologique est de plus en plus insistante et son regard sur les hommes s’en ressent. Elle est très attirée par Vasile mais n’est pas insensible au charme de son équipier Jibé, un vrai fantasme sur pattes mais marié et père modèle. Depuis quelques mois, elle s’est liée d’amitié avec Angélique, une jeune femme coiffeuse. Toutes deux échangent des confidences et se soutiennent mutuellement lors de soirées partagées.

Mais plus que tout, l’auteur nous parle de l’amour maternel, de l’amour qu’éprouve une femme pour un enfant qui n’est pas forcément le sien et de tout ce qu’elle est capable par amour pour cet enfant. Amanda est bouleversante dans son amour pour Malone et il y a d’autres personnages féminins  qui sont tout autant émouvants. Michel Bussi multiplie les mystères, les fausses pistes, les retournements de situation pour un final absolument imprévu. Il nous manipule à l’image de ses personnages et on en arrive à ne plus savoir qui manipule qui. Et puis j’aime beaucoup son humour, un humour léger que l’on retrouve dans les conversations, au fil des rencontres mais aussi dans certaines situations.

C’était le quatrième livre de l’auteur que je lisais et je compte bien continuer. Michel Bussi nous offre toujours des intrigues de qualité au service d’histoires émouvantes et pleines d’humanité qui nous touchent profondément.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Karine Giebel, #Thriller, #Folie, #Manipulation, #Suicide

Résumé :

Tu te croyais forte. Invincible. Installée sur ton piédestal, tu imaginais pouvoir régenter le monde.
Tu manipules ? Tu deviendras une proie.
Tu domines ? Tu deviendras une esclave.


Tu mènes une vie normale, banale, plutôt enviable. Tu as su t'imposer dans ce monde, y trouver ta place.
Et puis un jour...
Un jour, tu te retournes et tu vois une ombre derrière toi.
À partir de ce jour-là, elle te poursuit. Sans relâche.
Juste une ombre.
Sans visage, sans nom, sans mobile déclaré.
On te suit dans la rue, on ouvre ton courrier, on ferme tes fenêtres.
On t'observe jusque dans les moments les plus intimes.
Les flics te conseillent d'aller consulter un psychiatre. Tes amis s'écartent de toi.
Personne ne te comprend, personne ne peut t'aider. Tu es seule.
Et l'ombre est toujours là. Dans ta vie, dans ton dos.
Ou seulement dans ta tête ?
Le temps que tu comprennes, il sera peut-être trop tard...

Tu commandes ? Apprends l'obéissance.
Tu méprises ? Apprends le respect.
Tu veux vivre ? Meurs en silence...

Mon avis :

Machiavélique ! Un thriller haletant impossible à lâcher !

Karine Giebel joue avec nous et nous plonge dans l’horreur, au plus profond de la folie. J’ai arrêté toutes mes occupations pour connaître la suite de cette histoire. Impossible de m’arrêter avant la fin. Et durant toute ma lecture, les fausses pistes se sont multipliées. J’ai soupçonné tous les protagonistes de cette histoire, j’avais même bien identifié l’un des suspects mais je me suis aussi demandée tout du long : et si Cloé avait tout imaginé ? Si c’était bien une crise de paranoïa ? Quant à la fin, elle est diabolique à souhait et surprenante malgré tout.

Karine Giebel nous offre un thriller très sombre et qui met à mal toutes nos certitudes. Car ce qui arrive à Cloé pourrait très bien se passer dans la vraie vie et alors comment réagirions-nous ?

Cloé n’a pas une personnalité sympathique : elle est arrogante, dure, méprisante, c’est une arriviste qui a un caractère épouvantable et même si c’est une armure qui cache de profondes blessures, à aucun moment je ne l’ai trouvée attachante. Il en va différemment pour le commandant Alexandre Gomez broyé par la souffrance et désespéré. La machination est en marche et elle est implacable.

Je n’en dirai pas plus pour ne pas dévoiler l’intrigue mais je vous conseille ce thriller angoissant et je gage que vous serez incapables tout comme moi de le lâcher avant la fin.

Voir les commentaires