Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Les livres de Goéwin

Résultat pour “Comment je n'ai jamais réussi

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Littérature, #Suspense, #Résilience, #Thriller, #Enlèvement, #Angoisse

Résumé :

Comment retrouver son chemin quand on a tout perdu ?

Annabelle a une vie merveilleuse. Un mari qui l'aime, deux petites filles adorables, une famille soudée.
Jusqu'à ce jour de septembre où elle est brutalement arrachée à ses proches, laissée pour morte au milieu de la forêt. Lorsqu'elle reprend conscience, sa mémoire s'est effacée. Plus de traces... Pour remonter le fil de sa vie, Annabelle va devoir affronter la face cachée d'un bonheur qu'elle croyait parfait.

Avec une extrême sensibilité, Sophie Renouard explore les zones d'ombre d'une existence ordinaire. Captivant.

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Un thriller bouleversant de sensibilité.

Annabelle et Philippe ont réuni autour d'eux leur famille à l'occasion du baptême de leur fille Violette âgée de six semaines. Ils sont les heureux parents d'une autre petite fille, Zélie, quatre ans. À la fin de la journée de festivités, Annabelle avec ses deux filles quitte Paris pour rejoindre son père et son frère à Lyons, en Normandie, un voyage de 106 kilomètres qu'elle connaît par cœur. Violette ayant faim, la jeune femme s'arrête dans un café pour lui donner un biberon. Alors qu'elle se lave les mains dans les toilettes, elle est violemment agressée, enlevée puis laissée pour morte à l'autre bout de la France, dans une forêt du Pays Basque. Elle est sauvée par Émile, un vieil ermite de quatre-vingt douze ans qui va soigner ses blessures et la recueillir. La jeune femme ne se souvient de rien, elle est devenue totalement amnésique.

Je remercie Babelio Masse Critique ainsi que les Éditions Albin Michel pour l'envoi de ce service presse qui m'a permis de découvrir Sophie Renouard. « On n'efface pas les souvenirs » est son premier livre et une fois commencé, je n'ai pas pu le lâcher. Elle débute très fort, le premier chapitre est glaçant. Puis nous faisons la connaissance d'Annabelle et de toute sa famille. J'ai aimé l'amour qui les unit, la tendresse qu'ils n'hésitent pas à partager. Les personnages sont vraiment attachants. Et puis tout va basculer brutalement et on prend conscience de la fragilité du bonheur, de la vie. Sophie Renouard a beaucoup de talent. Alors que tout semble normal, elle parvient à distiller l'angoisse. D'une plume pleine de délicatesse et de sensibilité, elle nous raconte une histoire, avec des mots simples. En l'espace de quelques secondes, elle nous fait plonger dans l'horreur. Quel est le mobile de l'agression ? Celui de l'enlèvement et de la tentative de meurtre ? Aucune rançon n'est demandée. Au soir d'une journée de fête, Annabelle a disparu et on partage la douleur et l'incompréhension de Zélie, de Gaspard son mari, de sa famille... L'auteure nous dépeint admirablement la psychologie de ses personnages. Cela pourrait être nous. Et c'est poignant, bouleversant, la douleur des proches est tellement bien rendue.

Parallèlement nous suivons le sauvetage d'Annabelle, amputée de ses souvenirs, sa lente reconstruction. Nous faisons la connaissance d'Émile et de son chien "Va t'en". C'est un sacré personnage. Solitaire qui ne parle qu'à son chien, on ne sait pas trop s'il souffre d’Alzheimer ou de misanthropie aigüe. Il va sauver et recueillir Annabelle, la cacher pour la protéger dans sa bergerie qui n'a pas l'électricité mais possède malgré tout l'eau courante. Émile est un sage et sa manière d'exister nous transmet une sérénité, ce qui est une chose plutôt rare dans un thriller. Il a pour seule famille un neveu, Iban, un autre beau personnage.

Même si on commence à comprendre et à deviner qui se cache derrière ce crime, Sophie Renouard parvient à maintenir le suspense jusqu'à la fin. L'angoisse augmente et elle maîtrise à la perfection l'art du page-turner jusqu'à la fin où elle nous réserve quelque surprise.

Vous l'aurez compris, j'ai adoré ce livre et je compte bien suivre cette auteure. Je vous recommande "On n'efface pas les souvenirs". Une fois terminé, on n'oublie pas ses personnages tant ils nous ont touché.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Science-Fiction, #Fantastique, #Suicide, #Quête

Résumé :

Trois jeunes gens d’époque et de lieux différents meurent. Une vestale romaine, un Japonais des années 30 et un Allemand des années 2020 : leur seul point commun est qu’ils se sont tous suicidés. Tous les trois se retrouvent dans un lieu étrange : le monde d’Ether, un système constitué de gigantesques anneaux concentriques : terre, air, eau, feu et métal. Quel est donc ce monde où semblent s’être réunis les jeunes de toutes les époques ayant mis fin à leur jour ? La réponse est au centre du système, mais pour y arriver ils devront franchir tous les anneaux et rejoindre le centre. Seuls ceux qui atteignent le but auront une réponse. Un seul clan gagnera et ils sont nombreux à vouloir tenter l’aventure.

Mon avis :

Addictif ! Un univers tout à fait original et des personnages atypiques.

D’habitude je ne suis pas très science-fiction mais le résumé m’avait vraiment intriguée et je ne regrette absolument pas d’avoir cédé à ma curiosité. Après s’être suicidé, Mutsuo, un Japonais des années 30, reprend conscience dans un monde étrange où il se retrouve seul. Décidé à en finir une bonne fois pour toutes, il se fait hara-kiri avec son katana qu’il a trouvé auprès de lui mais il reprend de nouveau conscience dans le même monde étrange. Opimia, une Vestale (environ 235 ans avant Jésus-Christ), s’est ôtée la vie dans le temple de Vesta par pendaison. Elle ne comprend pas où elle se trouve mais conserve l’espoir de découvrir d’autres ombres comme elle. Luther, à Cologne né en 2012, après avoir perdu la partie dans un jeu vidéo, a décidé d’en finir et pour cela a trafiqué sa console afin d’être tué par une gigantesque décharge électrique. Il décide lui aussi de partir à la découverte de ce monde inconnu. Tous trois vont finir par se rencontrer et ils découvriront ensemble cet étrange univers.

Ce qui est fascinant d’emblée c’est la variété d’émotions et de réactions de nos trois personnages. Nicolas Bouchard les fait réagir en fonction de leur époque et c’est passionnant de voir leurs différentes croyances se confronter. Ils ont également conservé tous leurs défauts et mauvaises habitudes. De même, ils s’expriment dans leur langue natale ce qui constitue un frein à leur communication. Si Mutsuo connaît quelques mots d’allemand qui lui permettent de communiquer avec Luther, aucun des deux ne comprend ce que dit Opimia.

Mutsuo est un criminel violeur et tueur en série, antipathique au possible. Malheureusement pour lui, il ne peut plus tuer personne, l’une des caractéristiques du monde d’Etherna étant que ces jeunes humains reviennent immédiatement à la vie avec de nouveaux tatouages correspondant aux plaies causées. Lors de leur périple, ils rencontreront Béatrix, une bourgeoise du 18ème siècle, également meurtrière en série, Jonas un soldat sudiste de la Guerre de Sécession, Dilo né en 1459 à Florence qui sait s’exprimer en latin ce qui leur permettra de comprendre Opimia. Ils vont s’unir pour former le Clan des Têtes Folles. Une seule chose est commune à tous les humains se retrouvant sur Etherna, ils se sont tous suicidés et je n’en ai trouvé aucun de réellement sympathique. Mais le talent de l’auteur est tel que je n’avais qu’une envie, savoir comment ils en étaient arrivés là et comment ils allaient s’en sortir.

Nicolas Bouchard a créé un univers tout à fait fascinant et déroutant. Ce nouveau monde est constitué de plusieurs anneaux concentriques correspondant à la Terre, l’Air, l’Eau et le Feu avec au centre, l’Éther, qui fournit la lumière et que tous doivent rejoindre. Que se passera-t-il lorsqu’ils y parviendront ? Mystère ! Mais une chose est sûre, quand ils échouent, ils se retrouvent sur le premier anneau, celui de la Terre où ils ont atterri après leur suicide. L’auteur nous offre un monde plein de poésie avec des créatures étranges, les esprits des bois sur l’anneau Terre qui peuvent se révéler très dangereux pour qui les approche de trop près, les esprits de l’Air sur l’anneau du même nom, tous ces esprits ayant en commun une sensualité et une sexualité exacerbées mais aussi des peuples magiques et attachants, ils sont bien les seuls d’ailleurs.

Pour passer d’un anneau à l’autre, chaque clan construit une sorte de vaisseau capable de voler mais aussi de flotter. Les autres membres des clans sont encore pires que nos premiers personnages. La guerre entre eux est féroce et s’ils ne peuvent pas se tuer, du moins peuvent-ils faire souffrir et mourir lentement.

Un univers violent et étrangement addictif où on retrouve tous les maux de l’humanité : le mépris et l’asservissement de la femme, l’esclavage, la torture, le viol, la loi du plus fort, le nazisme, des méthodes dignes de l’Inquisition… Mais il y a ce peuple de l’anneau de l’Air terriblement attachant et le sacrifice consenti par un esprit pour sauver un humain et plus que tout la plume talentueuse de Nicolas Bouchard qui nous envoûte et nous rend accro. J’avoue que j’ai hâte de découvrir la suite.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Science-Fiction, #Anticipation, #Écologie, #Post-Apocalyptique, #Aventure, #Suspense, #Littérature

Résumé :

En 2100, Chris Nolan, accompagné seulement de Juliet, un système informatique qui lui sert de pilote et d’aide dans son quotidien, part explorer l’univers pendant douze ans à la recherche d’une vie civilisée. En 2112, il rentre sur terre bredouille.

Entre-temps, sept siècles se sont écoulés sur notre planète qui lui est devenue inhospitalière : les continents, les pays se sont déplacés. Le monde est pleinement sauvage et aucun vestige ni trace de vie humaine n’y subsistent.

Où est passée la Base Aérospatiale Internationale de Dubaï ? Pourquoi l’humanité a-t-elle disparu ? Y a-t-il des survivants ? Où se cachent-ils ?

Chris et Juliet forment un singulier couple héros/machine : deux « Êtres » improbables, l’un asocial et l’autre qui, bien qu’artificiel, sait se rendre indispensable à cet homme esseulé et taciturne.

Un roman d’anticipation et d’aventure, qui pose la question des limites de la civilisation, celles de l’Humain et de son inéluctable solitude. Un roman troublant, bien documenté, qui donne à réfléchir, sur fond de plaidoyer écologique.

Une invitation à s'interroger sur l'aventure humaine et son devenir...

Mon avis : ✯ ✯ ✯ ✯ ✯

Coup de cœur ! Retour aux sources.

Chris Nolan est asocial, c’est ce qui lui a permis d’intégrer le programme EDGE et durant 12 ans de parcourir la galaxie à la recherche d’une vie autre que terrestre. Alors que son voyage a duré 12 années, 700 ans se sont écoulés sur terre. Il a pour seule interlocutrice, Juliet, un système informatique qui l’appelle par son numéro matricule, 412, et qui lui sert de navigatrice, cuisinière, réveille-matin, système de guidage, pilote… De retour sur terre, c’est le choc pour Chris. Il n’y a personne pour l’accueillir et la Base Aérienne Internationale de Dubaï a disparu. L’axe terrestre s’est déplacé et il n’y a plus trace humaine sur la planète. Que s’est-il passé et que va devenir Chris Nolan ?

Tout d’abord je dis un grand merci à Anita Berchenko ainsi qu’aux Éditions du 38 pour l’envoi de ce Service Presse. D’habitude j’évite les livres de science-fiction car ce n’est pas trop mon domaine mais le sujet m’intéressait et me rappelait une vidéo vue il y a quelques années sur ce que deviendrait la terre sans les hommes. (Pour ceux que cela intéresse, j’ai mis les liens sur mon blog.) J’ai adoré Mitania Au cœur de la légende. Bernard Afflatet m’a complètement envoûtée. Il m’a fait rêver d’un monde où le mal n’existerait plus, où l’homme vivrait en paix au rythme de la Nature, dans le respect de celle-ci et des animaux.

Son héros est peut-être asocial, ce qui lui a permis de supporter sa solitude dans l’espace, il n’en demeure pas moins quelqu’un de profondément attachant et j’ai suivi passionnément ses aventures. N’ayant pas l’esprit scientifique pour deux sous, j’avoue que les explications plus techniques me sont largement passées par-dessus la tête mais cela n’a pas du tout gêné ma lecture.

Le suspense est superbe et je me suis facilement mise à la place du capitaine Nolan. Les descriptions que nous donne l’auteur sont magnifiques et j’ai été captivée de la première à la dernière page. Il m’est très difficile de parler de ce livre car je ne veux surtout pas spoiler. Je ne peux dire qu’une chose, n’hésitez pas à vous plonger dans Mitania. Vous serez emporté dans une aventure qui vous poussera à vous poser toutes sortes de questions sur la place de l’homme sur terre, sur notre responsabilité, sur l’écologie, la guerre, la société que nous avons créée avec notre course incessante au profit, notre soif de domination et de possession.

Un roman magnifique, bouleversant d’humanité, un des plus beaux livres post-apocalyptique que j’ai lus.

Quand le dernier arbre aura été abattu, quand la dernière rivière aura été empoisonnée, quand le dernier poisson aura été pêché, alors on saura que l’argent ne se mange pas.

Geronimo, grand chef Apache

« Mitania Au cœur de la légende » par Bernard Afflatet — Les Éditions du 38, Collection du Fou
Faucon pélerin

Faucon pélerin

Faucon pélerin

Faucon pélerin

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Policier, #Suspense, #Enquête, #Tibet, #Bollywood, #Cinéma, #Bouddhisme

Résumé :

Après Le talisman tibétain et Les évadés du Toit du Monde, pas de trêve pour nos enquêteurs, Gopika, jeune enseignante au Sikkim (Inde), et Doc Tenzin, médecin traditionnel tibétain !

Alors que les deux amis font tout pour faciliter la réalisation d’un film dans une vallée écartée de l’Himalaya, ils se trouvent confrontés à un mystérieux vol de manuscrit, puis à un double meurtre. Et sur les lieux mêmes du tournage, une jeune nonne vivant en ermite est menacée de mort.

Pourquoi s’en prendre à une nonne ?

Est-ce que ces événements sont liés ?

Et comment Gopika peut-elle garder l’esprit clair pour l’enquête alors qu’elle tombe amoureuse des deux jeunes acteurs du film ?

 

Entre traditions tibétaines, réalités indiennes et fantasmes de Bollywood, humour et dépaysement sont au rendez-vous de ce troisième roman de la série Crimes en Himalaya.

Mon avis : ✯ ✯ ✯ ✯ ✯

Coup de cœur ! Namasté !

Gopika est tout heureuse. Non seulement son amie Shirley est à Namdang mais en plus, le nouvel amour de cette dernière n’est autre que Kirtan Kapoor, un réalisateur célèbre qui a décidé de tourner son prochain film, “La montagne des trois amours”, dans les magnifiques paysages de l’Himalaya.

Une passerelle suspendue

Le lieu choisi appartenant à un monastère de religieuses bouddhistes, Gopika et surtout son ami, Doc Tenzin, sont chargés d’obtenir l’autorisation de l’abbesse. Tout irait donc pour le mieux si un précieux manuscrit n’avait été dérobé au couvent. Pire encore, une jeune nonne ermite a par deux fois échappé à des tentatives d’assassinat. Nos deux enquêteurs vont avoir fort à faire, d’autant plus qu’ils vont devoir résoudre deux meurtres. La situation est encore plus complexe pour Gopika qui va tomber amoureuse des deux jeunes et beaux acteurs principaux de “La montagne des trois amours”.

Un grand merci à Anita Berchenko ainsi qu’aux Éditions du 38 pour ce service presse. Je me suis régalée avec ce troisième tome de « Crimes en Himalaya ». Je suis définitivement accro aux aventures de la jolie Gopika et de Doc Tenzin. Bernard Grandjean nous offre une nouvelle intrigue pleine de jolies surprises. Humour, amour et amitié sont au rendez-vous d’une enquête qui va nous entraîner des fastes de Bollywood au dépouillement de l’ermitage d’une nonne bouddhiste, de la bibliothèque d’un monastère

tibétain aux somptueux paysages d’une vallée himalayenne, de l’inquiétante majesté des yaks à la sauvagerie de meurtres…

Comme toujours l’auteur est extrêmement bien documenté ; « La vallée du yak sauvage » m’a permis d’en apprendre toujours plus sur les traditions et la médecine tibétaines, mais aussi sur la pensée bouddhiste,

Machig Lagkyi Drönma

sur les populations qui vivent dans le Sikkim, leurs conditions de vie, leurs croyances et leurs coutumes. J’ai été transportée sur les routes dangereuses de l’Himalaya par la magie de la plume de Bernard Grandjean, découvert et admiré l’imposante majesté des yaks et surtout, j’ai suivi Gopika. Son personnage s’affirme de plus en plus au fil des tomes et j’avoue que j’ai hâte de découvrir comment elle va résoudre son dilemme amoureux surtout par rapport à sa famille hindoue dont les usages divergent de ceux des Tibétains.

Conclusion : si vous aimez voyager, découvrir d’autres façons de vivre, de

penser, de prier, lire de bons romans policiers, alors « La vallée du yak sauvage » et plus généralement la série « Crimes en Himalaya » sont faites pour vous.

« Crimes en Himalaya Tome 3 La vallée du yak sauvage » par Bernard Grandjean — Les Éditions du 38 Collection 38, rue du Polar
Machig Lagkyi Drönma

Machig Lagkyi Drönma

« Crimes en Himalaya Tome 3 La vallée du yak sauvage » par Bernard Grandjean — Les Éditions du 38 Collection 38, rue du Polar

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Thriller, #Thriller psychologique

Résumé :

Malheur à quiconque provoque la colère de Léa, trentenaire parisienne qui ne supporte pas l'incivilité. Un soir, en quittant sa salle de sport, elle entend l'appel au secours d'une femme enfermée dans les toilettes du sous-sol. Mais quand la prisonnière s'impatiente au point de devenir odieuse, Léa explose et part en l'abandonnant à son sort. Le lendemain la femme est retrouvée morte...

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Coup de cœur !

Léa Delclos, 33 ans, graphiste célibataire sans enfant, a un caractère de feu. Elle ne se laisse pas monter sur les pieds et n'hésite pas à remettre à leur place ceux qui font montre d'incivilité. Rodolphe, veuf, est le père de Gabin, 7 ans, petit orphelin devenu mutique depuis la mort de sa mère. Adeline est furieuse après Rodolphe et jure de se venger ; elle a eu une aventure d'un soir avec lui et refuse sa décision de ne pas donner suite à leur rencontre. Enfin nous avons Jérôme, l'amant de Léa ; c'est un homme marié qui ne la respecte pas vraiment. Léa, Rodolphe, Adeline, Jérôme : quatre personnages qui se sont croisés ou vont se croiser et dont les destins vont se conjuguer... pour le meilleur et pour le pire !

Je ne connaissais pas Stéphanie Exbrayat et je l'ai découverte grâce à un concours. Je la remercie chaleureusement pour l'envoi de son livre

accompagné d'un sac tout à fait original. Elle nous offre un thriller psychologique addictif, avec des personnages attachants, enfin presque tous et dans tous les cas très intéressants. Elle joue avec nos nerfs, tout particulièrement avec la femme enfermée dans les toilettes et retrouvée morte après la grosse colère de Léa. Les chapitres sont courts et alternent les points de vue.

J'ai dévoré ce livre et l'ai lu d'une traite tant l'intrigue me passionnait. Comment ne pas être bouleversée par Gabin et sa fragilité, par Léa et son cœur d'or, sa sensibilité. Bien qu'elle ne supporte pas qu'on l'agresse et qu'elle réagisse avec vigueur, on ne peut lui en vouloir et j'aimerais avoir son courage et son répondant. Quant à Adeline, c'est une garce de première qu'on adore détester. Plus on avance dans la lecture, plus le suspense augmente, le nombre des victimes également, jusqu'à l'apothéose de la fin.

Au final, une magnifique histoire. Stéphanie Exbrayat multiplie les surprises jusqu'à la fin et bien qu'il s'agisse d'un thriller, elle nous offre de très beaux moments d'émotion et de tendresse. Un livre dont je vous recommande la lecture durant vos vacances, par exemple. En ce qui me concerne, j'ai vu que l'auteure sortait un nouveau titre, « Personne n'a oublié » le 13 juin 2019 et il est dans ma PAL :-)

« Colère assassine » de Stéphanie Exbrayat — France Loisirs

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Humour, #Romance, #Divorce, #Nounou, #Enfants, #Famille

Résumé :

« Laurette est pleine de vie, rigolote et un brin excentrique. Pour elle, passer de conseillère en cosmétiques à pharmacienne, c’est du tout cuit. On cherche une nounou ? Elle est partante aussi. Mais qui dit nounou, dit petits diablotins, et Laurette est loin d’imaginer que les enfants ne seront pas les seuls à lui mettre les nerfs en pelote. Car si Simon Ferry est certes un papa célibataire un peu dépassé, il incarne surtout exactement son idéal masculin.
Seul hic : Laurette n’est pas tout à fait standard, dans son genre. »

Mon avis :

Coup de cœur ! Un petit bijou d’humour et de tendresse !

Laurette est une jolie jeune femme douée d’un heureux caractère et d’une silhouette pulpeuse. Pleine de charme et d’humour, fantaisiste, elle accueille la vie et ses aléas avec générosité. C’est ainsi qu’elle se retrouve à postuler comme nounou auprès de Simon Ferry, jeune père divorcé de trois enfants. Et quels enfants : de vrais petits diables ! Laurette, nouvelle Mary Poppins, aura fort à faire avec tout ce petit monde.

J’ai adoré ce livre que j’ai dévoré. Christy Saubesty avec beaucoup d’humour et encore plus de tendresse nous plonge dans le foyer d’un jeune père absolument craquant, débordé par sa turbulente progéniture. L’auteur nous fait ressentir avec beaucoup de délicatesse la souffrance de ces enfants qui ne savent plus trop comment exprimer la douleur de cet abandon, les difficultés de Simon qui se retrouve bien souvent dépassé par l’imagination pleine de malice de ses enfants. Elle aborde également avec Laurette les difficultés que rencontrent toutes les femmes dont la silhouette ne correspond pas aux diktats de la mode, le manque de confiance en soi, les doutes quant à sa capacité de plaire…

Je l’avoue, j’ai eu un véritable coup de cœur pour cette jolie romance tellement plus profonde que ce à quoi on pouvait s’attendre. Sous les rires et les sourires, Christy Saubesty a su nous parler avec beaucoup de finesse de certains problèmes si courants de notre société. Et c’est un livre qui vous met en joie et vous procure du bonheur !

Mais voilà, on n’a pas toujours ce qu’on veut dans la vie… Raison pour laquelle Laurette était foncièrement positive, bravant les moqueries et les petits aléas du quotidien pour ne voir que ce qui était beau, coloré et drôle, quitte à en rajouter un peu de temps à autre.

page 10

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Gilles Milo-Vacéri, #Polar
Résumé :

« En randonnée dans les grandioses paysages corses, tout bascule. Un cri dans la nuit. Marc Risolini ne peut éviter l'accident. Et Claire va mourir s'il ne se dépêche pas. Au même moment, les diamants de la célèbre famille de Chazel ne sont plus une rumeur, ils sont devenus un butin.
Et alors qu'il court à perdre haleine dans le maquis, Marc va devoir faire face à un autre genre de danger, mêlé à un groupe hétéroclite : Luigi, Albert, Cendrine, Estelle... Une longue course, alors que Claire n'est qu'à quatre doses de la mort. »

 

Mon avis : ✯ ✯ ✯ ✯ ✯

Un suspense haletant, de très beaux personnages et un rythme endiablé !

Une fois de plus, je ressors bouleversée d’un roman de Gilles Milo-Vacéri. Promis, la prochaine fois que j’en lis un, je mets du mascara waterproof !

Fabrice et Sophie ne savent plus quoi faire face aux incartades de leur fille de 17 ans, Claire. Ils font appel à leur fils Marc, officier commando de Marine, pour lui annoncer une nouvelle qui risque de la bouleverser. Marc emmène sa sœur randonner sur le GR20. À la révélation qu’il lui fait, choquée, Claire part en courant, et c’est le drame : elle fait une chute. Grièvement blessée, asthmatique et diabétique, Claire ne peut être déplacée et elle n’a plus que quatre doses d’insuline pour vivre. Commence alors une course contre la montre pour Marc.

Estelle, pour retrouver la paix du cœur après une rupture douloureuse, a également décidé de faire le GR20.

Luigi le Corse et Albert-l’Étrangleur viennent de cambrioler le joaillier de Chazel pour la somme d’un million cinq cent mille euros de diamants et ont pris sa fille Cendrine comme otage. Ils ont décidé de se cacher dans le maquis corse, le temps de se faire oublier.

Le décor est planté et la Corse, avec ses magnifiques paysages, est un personnage à part entière. Alors que le temps lui est compté, Gilles Milo-Vacéri ne ménage guère Marc, ne lui épargnant aucune difficulté ni contretemps. Mais il se relève toujours, ne baisse jamais les bras et se montre un homme d’honneur et de principes mais également d’une humanité émouvante. J’ai envie de qualifier Luigi de bandit d’honneur : en effet, c’est un malfrat à l’ancienne qui obéit à certains codes d’honneur. Quant à Estelle, elle est d’une générosité rare.

Et je n’en dirai pas plus sinon que la fin est bouleversante et que ce livre est encore une grande leçon d’humanité. Alors un grand merci à Gilles qui nous rend le monde si beau.

– avec Gilles Milo-Vacéri, Gilles Milo-Vacéri et Les éditions du 38.

 

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Romance, #Comédie, #Humour

Résumé :

Moi, c’est Lola. Petite (pas tant que ça). Grosse (aucun commentaire). Et (presque) mariée (enfiiiiin !).

Vous y croyez ? Moi, Lola, je vais me marier. Et pas avec le premier venu, non, avec mon Sexy-Fossettes rien qu’à moi, l’homme le plus hot de toute la planète. En plus du mariage à préparer, j’ai aussi décidé d’ajouter : un déménagement de New York à Montpellier, un bébé qui me transforme en grosse baleine et… la rencontre officielle de Jerry et de mes parents. Un homme normalement constitué se tirerait en vitesse pour échapper à tout ça – et surtout à ma famille de dingues –, mais, heureusement,  mon futur mari est tout sauf un homme comme les autres !

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥

Hilarant ! Un régal !

Je remercie NetGalley et les Éditions Harlequin HQN pour ce service presse que j’ai adoré.

Lola et Jerry quittent New-York pour Montpellier. Jerry va ainsi faire la connaissance de toute la famille « de dégénérés » (ainsi les nomme-t-il en pensée) de Lola.

J’ai ri d’un bout à l’autre du récit. Les mésaventures de Lola, enceinte, et de Jerry confronté à son futur et terrifiant (pour lui) beau-père sont désopilantes. Les réflexions de Lola lorsqu’elle essaie de se glisser dans des vêtements devenus trop étroits sont à mourir de rire. Et je gage que je ne serai certainement pas la seule à me remémorer certains épisodes personnels : que celle qui n’a jamais tenté de rentrer dans un pantalon trop étroit lui jette la première pierre ! Heureusement Jerry, monsieur Sexy-Fossettes, est là pour l’aider à ne pas sombrer à la suite de ses combats contre des vêtements récalcitrants. Et que dire de Raspoutine le chat, surnommé Catzilla par Jerry qui a beaucoup de mal à se faire accepter par le félin ? Sans oublier Chewbacca le spitz nain des parents de Lola, avec lequel il ne s’entend pas mieux. Cela dit, il y a quand même une ombre au tableau : il semblerait que Jerry cache de lourds secrets qu’il se refuse à révéler à Lola.

Louisa Méonis nous offre des dialogues pleins d’humour avec des répliques impayables et tout un tas de situations cocasses. Je n’ai pas lu la saison 1 de Lola mais je suis bien décidée à combler cette lacune.

Conclusion : une histoire récréative très agréable. Seul bémol : je n’aime pas les livres qui multiplient les saisons et les épisodes, je préfère un seul recueil, donc en ce qui concerne la saison 2, j’attendrai qu’elle soit complète pour découvrir la suite.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Policier, #Fantastique, #Vaudou, #Candomblé, #Surnaturel, #Suspense

Résumé :

Irma et Adriel, après leur aventure en Ecosse, partent au Brésil pour tenter de démêler les fils d'une étrange affaire. Dans la petite communauté Haitienne de Humberto de Campos, "où il n'y a que de la poussière", Rosa rêve de noms, et ces noms forment une étrange liste de morts stupides, dignes des Darwins Awards ! Mais à Humberto de Campos, on pense que Rosa, grande Prêtresse Candomblé, est responsable. Les menaces fusent. Adriel et Irma vont étudier ces cas un par un, aidé de Gabrielo, un vieil original. Ils apprennent l'existence d'une autre liste : celle d'enfants disparus, qui pourrait bien être en rapport avec la première. Mais rien n'est vraiment comme ça en a l'air... D'un mort à l'autre, d'une liste à l'autre, la vérité s'enfonce entre magie, trafic d'humains et meurtres. Nos deux journalistes vont enquêter jusqu'au fin fond d'une horrible vérité. Adriel va-t-il guérir de Joanna ? Irma va-elle trouver l'amour ? Vous le saurez en lisant Orisha Song !

Mon avis :

Waouh ! Un livre vraiment surprenant ! Dépaysant ! Addictif !

Alors qu’Adriel se remet très difficilement de sa dernière enquête en Écosse et de la mort de Joana, lui et Irma s’envolent pour le Brésil où les attend  un nouveau reportage. À l’âge de 10 ans, João a disparu alors qu’il se trouvait à peine à 40 mètres de l’école où il se rendait et n’a jamais été retrouvé. Sa mère, Rosa, 10 ans après, fait des rêves que l’on pourrait qualifier de prémonitoires, elle rêve de noms et tous les noms de sa liste trouvent une mort soit naturelle, soit par accident mais comme aucune autopsie n’a été pratiquée, impossible de savoir s’il y a eu crime ou pas. Certaines de ces morts sont vraiment étranges.

Il existe également une autre liste douloureuse, celle des enfants disparus Parmi eux, se trouve le fils du commissaire Felix Rosario qui va confier le dossier des enquêtes à Irma et Adriel.

L’ambiance est lourde et oppressante, le suspense soutenu. Azel Bury dénonce les enlèvements d’enfant pour trafic d’organes, l’esclavage ou la prostitution, le taux de meurtres très élevé au Brésil qui naît de la violence sociale due aux inégalités et à la misère. Elle nous fait découvrir la religion candomblé, ses rituels et ses divinités appelées Orishas mais également les pratiques occultes du vaudou. L’enquête d’Irma et Adriel n’est pas simple.

J’ai eu un peu de mal à m’y retrouver au début, il faut dire que j’ai commencé par le volume 2 des enquêtes d’Irma et Adriel. Mais très vite, je me suis laissée emporter par l’ambiance et l’originalité de ce récit. De plus, au fil de la lecture je me suis attachée à Irma, Adriel, Felix, Marieta… et la liste est loin d’être exhaustive.

Au final, un livre que je vous conseille de lire ou de mettre dans votre PAL. Quant à moi, j’ai bien l’intention de découvrir les autres livres de l’auteur et de suivre les enquêtes d’Irma et Adriel.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Thriller psychologique, #Thriller, #Suspense, #Enquête, #Enlèvement

Résumé :

Vous reconnaîtriez votre enfant entre mille, n'est-ce pas ? 

Heidi et Jason ne forment pas un couple ordinaire : elle a perdu sa petite fille, il cherche désespérément son fils, Barney, enlevé cinq ans plus tôt. Ces drames les ont rapprochés. Un jour, en déplacement pour son travail, Heidi aperçoit dans une arrière-boutique un garçon qui pourrait bien être Barney. Emmené sur place, Jason refuse d’y croire. Mais Heidi n’en démord pas. L’intuition vire à l’obsession, et la jeune femme se plonge dans une enquête qui fragilise son couple. Jason lui cache-t-il quelque chose ? L’impossible deuil de sa fille a-t-il rendu Heidi paranoïaque ? À qui peut-elle se fier ? Mais surtout, qui est cet homme trouble qui accompagne le petit garçon partout ? Une adrénaline de chaque instant, jusqu’au dénouement, dérangeant et moite.

Mon avis :   ♥ ♥

Très surprenant !

Alors qu’elle fait des courses dans une épicerie, Heidi aperçoit un petit garçon de huit ans et est persuadée qu’il s’agit de Barney, le fils de son mari Jason, qui a disparu depuis trois ans. Mais Jason ne le reconnait pas. Jason et Heidi forment un couple atypique, tous deux ont chacun perdu un enfant qui a été kidnappé. Mais à la différence de Barney qui n’a jamais été découvert, le corps de Lauren qui aurait douze ans maintenant a été retrouvé. Malgré la réaction de Jason et bien qu’elle ne l’ait vu qu’en photo, Heidi est sûre et certaine que le petit garçon de l’épicerie et Barney ne font qu’un. Et elle va tout faire pour le prouver, rien ne l’arrêtera…

Je remercie Netgalley ainsi que les Éditions Presses de la Cité pour l’envoi de ce service presse. J’avoue avoir été déçue. Ce qui commençait comme un excellent thriller psychologique s’est révélé au fur et à mesure de ma lecture ennuyeux et d’une longueur interminable. Et je suis d’autant plus déçue que l’histoire était excellente et offrait beaucoup de possibilités. Je n’ai ressenti aucune empathie pour les personnages. Heidi agit en dépit du bon sens et a même parfois un comportement incohérent. Elle se met en danger de manière stupide et la relation qu’elle noue avec Tommy est difficilement crédible. Quant à la fin, elle est incompréhensible et assez choquante.

Deborah O’Connor nous offre un thriller psychologique très surprenant. Bien qu’elle ait une plume agréable, je ne suis pas parvenue à entrer dans cette histoire, ce que je regrette. Mais il s’agit de mon avis personnel, donc subjectif. Je vous invite donc à vous faire votre propre avis.

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog