Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Les livres de Goéwin

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Essai, #Psychologie, #Psychiatrie, #Psychanalyse, #Témoignage, #Médecine

Résumé :

« - Et vous, qu'est-ce que vous faites dans la vie ? - Eh bien, je suis psychiatre. Très souvent, j'observe que mon interlocuteur a un léger mouvement de recul... »

Les psychiatres suscitent de la méfiance ; ne sont-ils pas un peu manipulateurs ? Et puis, comment être sûr de choisir le bon ?

Avec beaucoup de bienveillance et de pédagogie, le docteur Sylvie Wieviorka donne des clefs pour ouvrir les bonnes portes : quelles sont les questions importantes à se poser avant de consulter ; à qui s'adresser (psychiatre, psychothérapeute, psychanalyste...) ; les avantages et les limites des différentes thérapies.

Au travers de cas pratiques vécus, elle nous fait entrer dans le huis-clos fascinant entre le psychothérapeute et son patient, et dans sa propre tête, ses questionnements, ses doutes et les solutions trouvées.  

Un livre dont la lecture fait déjà du bien.

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥

Un livre qui peut répondre à certaines questions.

Tout d'abord, je remercie Babelio Masse Critique ainsi que les Éditions HumenSciences pour l'envoi de ce livre en service presse.

Que l’on recherche un psy ou que l’on en rencontre un, le premier réflexe n’est pas celui d’une confiance illimitée. Le ou la psy intrigue, inquiète, il semble être en possession d’un savoir mystérieux qui nous rendrait totalement vulnérable et transparent à ses yeux. Le Dr Sylvie Wieviorka remet les pendules à l’heure avec beaucoup de finesse.

Cela paraît bête à dire mais derrière un psy se trouve d’abord un être humain avec sa vie et ses croyances. Sylvie Wieviorka est médecin psychiatre, formée à la psychothérapie familiale et spécialisée dans les soins aux toxicomanes. J’ai énormément apprécié tout ce qu’elle nous a partagé sur sa vie personnelle. Dès les premières pages, nous découvrons la femme qu’elle est et le chemin qui l’a menée à devenir psychiatre.

Elle nous explique ensuite les différences entre psychologue, psychiatre et psychanalyste ; elle nous aide également à nous retrouver entre les diverses psychothérapies — nous retrouvons des noms célèbres tels Freud, Bernheim, Charcot, Dolto, etc. — et nous précise les questions à nous poser avant d’opter pour une méthode et de choisir de suivre une psychothérapie. Elle nous dresse un tableau historique des différentes méthodes, de leur évolution. Elle nous offre même un chapitre très intéressant sur le développement personnel et la méthode Coué. Et puis, surtout, elle nous donne des exemples, elle nous partage son vécu, ses rencontres avec certains patients, ce qui rend la lecture passionnante.

La plume de Sylvie Wieviorka est précise, ses mots bien choisis, le ton juste et frappant. Le vocabulaire n’est pas trop spécialisé, encore qu’un dictionnaire ne soit pas inutile. Elle dépeint à merveille la psychologie de ses patients et a su choisir ses exemples pour que nous nous sentions concernés et nous faire réfléchir. Le lecteur découvrira en particulier qu’il n’est pas nécessaire d’être malade pour consulter et qu’une psychothérapie peut être entreprise pour aider à supprimer ou soulager une souffrance. Elle nous parle également de l’importance de l’empathie.

Pour conclure, un livre très intéressant qui m’a touchée. C’est une sorte de guide pratique qui intéressera non seulement ceux qui envisagent de consulter mais aussi tous ceux qui s’interrogent sur le métier.

■ Date de parution : 06/01/2021

■ Collection Quoi de neuf en sciences?

■ EAN : 9782379313202

■ Nombre de pages : 208

■ Prix Broché : 18.00 €

■ Prix Kindle et epub : 12,99 €

Il y a un dicton qui dit : « On sait ce que l’on perd, on ne sait pas ce que l’on trouve. » Cet adage se vérifie en thérapie : la souffrance est ce qui pousse les patients à vouloir un changement, mais la crainte de ce même changement est ce qui les en empêche.

Dans la tête de ma psy et comment choisir le sien, p 32

Mon travail consiste pour partie à remettre en mouvement les capacités des personnes qui s’adressent à moi, d’augmenter la palette des choix possibles, de sortir de la répétition sans jugement de valeur.

Dans la tête de ma psy et comment choisir le sien, p 38

L’importance de l’empathie. Même un chien peut être thérapeutique, si sa présence console de la solitude et de la tristesse.

Dans la tête de ma psy et comment choisir le sien, p 89

L’empathie, qui est la reconnaissance et la compréhension des sentiments et des émotions des autres individus, est une qualité utile pour être un thérapeute convenable. Cela ne s’apprend sans doute pas : il y a des empathiques nés. Mais les expériences vécues en formation peuvent contribuer à développer les capacités empathiques des étudiants. Se mettre à la place de l’autre participe de ce processus. Le travail sur soi, qu’il soit mené en thérapie ou en formation, va aider le futur psy à ne pas se vivre comme étant d’une nature différente des personnes qu’il aura en charge et à mieux appréhender ce qu’elles pensent et ressentent.

Dans la tête de ma psy et comment choisir le sien, p 117

Il reste ce que l’on appelle la « manipulation vertueuse ». Cela consiste à utiliser les techniques connues de manipulation pour le bien de celui auquel elles s’appliquent. À l’acmé de l’épidémie de Covid, on peut considérer que l’intense communication fondée sur la peur s’est apparentée à de telles pratiques. Égrener tous les soirs la litanie des morts et des malades en réanimation, montrer à la télévision des services hospitaliers débordés a largement contribué à faire accepter au plus grand nombre les rigueurs du confinement pour sauver des vies.
Pour un psy, le fait d’avoir pour mandat et pour objectif de soulager la souffrance autorise le recours à des techniques de psychothérapie que l’on peut considérer comme manipulatoires.

Dans la tête de ma psy et comment choisir le sien, p 136-137

Pourquoi changer si cela doit vous obliger à occuper une place qui ne vous convient pas ? La souffrance est pénible mais elle apporte son lot de bénéfices secondaires — prise en charge par les autres, possibilité de refuser les responsabilités, être celui qu’on plaint — auxquels il peut être difficile de renoncer.

Dans la tête de ma psy et comment choisir le sien, p 152

Ce n’est pas la même chose que le sentiment d’incurabilité d’une personne dépressive, qui ne met pas en cause les capacités du psy mais est en rapport avec la profondeur du vécu dépressif.

Dans la tête de ma psy et comment choisir le sien, p 163-164

Un livre, un morceau de musique, une odeur peuvent nous apporter l’apaisement et nous donner le courage d’affronter les difficultés.

Dans la tête de ma psy et comment choisir le sien, p 165

Je ne crois pas que l’absence de contrainte soit synonyme de liberté. La liberté consiste à choisir les contraintes que l’on s’impose.

Dans la tête de ma psy et comment choisir le sien, p 192

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Romance MM, #Homosexualité, #Amitié, #Amour, #Loup, #Loup-garou, #Homophobie, #Fantasy, #Romance contemporaine

Résumé :

Yanaël est un jeune loup-garou particulier : ses dons, tout autant que sa personnalité, le rendent unique. Exclu de son clan, il se retrouve seul et livré à lui-même. Il ne peut compter que sur Loup, son alter ego lupin, qu’il adore et avec qui il partage un lien inaltérable. Après deux ans passés à tenter de se construire une nouvelle vie, un changement dans son ancienne meute vient bouleverser son existence.

Adam, Second de l'Alpha, semble prêt à tout pour l’aider à trouver sa place parmi les siens. Pourtant, les dangers rodent, sournois et impitoyables.

Ses talents et le soutien de ses nouveaux amis seront-ils suffisants pour lui permettre de relever et remporter les défis qui jalonnent sa route ?

Texte déjà publié sous le titre "Loup"

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Coup de cœur ! L’amour de deux loups d’exception, la rencontre de deux âmes sœurs au sein d’une meute extraordinaire, j’ai adoré !

J’ai découvert Nathalie Marie avec Loup, ce premier tome des Lopcande et j’ai immédiatement eu un coup de cœur. Depuis, j’ai lu presque tous ses livres publiés et c’est toujours un coup de foudre quand ce n’est pas un méga coup de cœur. J’adore la plume de cette auteure, toute de délicatesse, de tendresse et d’humanité. Je ne m’en lasse pas.

Yanaël est un jeune homme courageux qui tente de survivre au mieux depuis qu’il a été chassé injustement de sa meute. Une rencontre imprévue avec Adam, le nouveau Second de son ancienne meute, lui offre la possibilité de renouer avec sa famille, son ami Siam, de retrouver sa vie. Mais rien n’est simple, une partie de ceux qui sont responsables de son bannissement est toujours présente. De plus, le monde des loups est sauvage et violent. Le danger est partout.

J’ai adoré ce premier tome des Lopcande. Yanaël ne ressemble à personne, il possède des dons qui le mettent à part ainsi qu’une sensibilité qui font de lui un être unique. Adam ne croyait pas qu’un être comme lui pouvait exister, « ni soumis ni dominant, sans véritable violence, juste dévoué au bien de la meute et de chacun de ses loups. » Et comme si cela ne suffisait pas, il semblerait que Yanaël soit plus qu’un loup de la meute, qu’un lien tout à fait spécial existe entre lui et Adam. De plus, chacun d’eux a une relation particulière, exceptionnelle avec son loup.

Je suis tombée amoureuse de Loup, l’alter ego lupin de Yanaël. Leurs dialogues et leurs interactions sont savoureux. Loup a un caractère aussi affirmé que Yanaël et ses commentaires sont à mourir de rire, tout particulièrement son « miam » quand il parle d’Adam. C’est plein de tendresse, d’humour et il n’hésite pas à botter les fesses de Yanaël quand il le faut. Il ne le laisse pas fuir la réalité et l’oblige à faire face à ses sentiments, ses désirs.

Adam est également un personnage passionnant et attachant, un loup d’envergure avec tous les dons d’un Alpha et encore bien plus : un homme d’une profonde bonté, intensément masculin, hyper-protecteur et possessif avec Yanaël, mais aussi très respectueux et attentionné. Il joue un rôle de première importance au sein de la meute. Le repas d’Adam avec Yanaël, leurs échanges sont un régal. Leur relation promet, ils ont chacun du caractère et Yanaël n’a pas l’intention de se laisser faire et Adam le dominant va devoir apprendre à compter avec lui.

Un autre loup exceptionnel, c’est Siam, l’ami de Yanaël. Leur amitié est belle à voir ; leur délicatesse l’un envers l’autre, le respect de l’autre, de ses sentiments, mais aussi l’honnêteté de leur relation amicale, sans faux-semblants. C’est simple, on ne peut que rêver de vivre une telle relation.

Et que dire de Sihat, leur Alpha à tous ? Il est d’une telle humanité et sagesse, le bien de ses loups, de sa meute, sont sa priorité. Quant aux « méchants », eh bien, ils sont vraiment méchants et je n’ai eu aucun mal à les détester et à me réjouir de leur sort.

Tout m’a plu dans ce livre, en commençant par la couverture qui est superbe. Chaque chapitre est introduit par quelques vers qui donnent le ton, c’est très plaisant. J’ai énormément apprécié les relations qui unissent les différents protagonistes, leur amitié, le respect qu’ils se montrent et l’humour de leurs répliques.

Nathalie Marie a une plume addictive. Il m’a été presque impossible d’arrêter ma lecture, chaque chapitre donnant envie de lire le suivant. L’intrigue est superbe et j’ai énormément aimé les valeurs portées par les différents personnages.

Au final, je me répète, mais je n’ai qu’un mot ou plutôt deux : j’ai a-do-ré. Je ne peux que vous conseiller cette lecture pour vous faire votre propre opinion en espérant que comme moi, vous succomberez à la magie Nathalie Marie et au charme de ses loups.

■ kindle et ebook : 5,99 €

■ broché : 17 €

Le destin se manifeste comme bon lui semble. C’est sa liberté et son droit de le faire. Nous n’avons pas notre mot à dire là-dessus.

§ 3 Loup Les Lopcande Tome 1 Yanaël

Il avait oublié que son devoir résidait dans la protection de ses loups, de tous ses loups. Faire du mal à un soumis était impensable, négliger Yanaël et ses dons l’était tout autant. Les personnes rares devaient être défendues, au péril de sa vie si nécessaire. Elles étaient un atout irremplaçable, une richesse.

§ 4 Loup Les Lopcande Tome 1 Yanaël

Nous sommes des frères, nous sommes une famille, il ne devrait pas y avoir de distance. L’autorité devrait toujours s’imposer avec respect. Elle est parfois arbitraire, violente, mais ne devrait jamais être mépris.

§ 4 Loup Les Lopcande Tome 1 Yanaël

La confiance ne se construit pas en un jour, pour personne.

§ 8 Loup Les Lopcande Tome 1 Yanaël

Les insultes sont l’arme des faibles.

§ 9 Loup Les Lopcande Tome 1 Yanaël

L’homosexualité n’est pas une tare, encore moins un signe de faiblesse. J’exige de chacun d’entre vous de l’ouverture d’esprit. Nous sommes au vingt-et-unième siècle, je ne tolérerai pas que l’on martyrise qui que ce soit sous prétexte qu’il est différent.

§ 17 Loup Les Lopcande Tome 1 Yanaël

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ferrari F12 Berlinetta, la voiture d'Adam pour se rendre en Espagne

 

Grenade — Espagne

 

Quartier de l'Albaicìn, Grenade, où se réfugie Adam après avoir été blessé.

 

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Thriller, #Vengeance, #Trahison, #Cataphilie

Résumé :

Mutée depuis peu à la Criminelle de Lyon, le commandant Nathalie Lesage, mise à l'écart par sa supérieure, va devoir se battre pour trouver sa place…
Très vite, une série de meurtres atroces va la plonger dans les entrailles et les arcanes de la Ville des Lumières, lui réservant de bien sombres surprises…
Un thriller haletant où vont s'entrechoquer assassinats violents, sociétés secrètes, Histoire et sciences dans un Lyon ésotérique…

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥

Vengeance et trahison au cœur d’un Lyon ésotérique

Tout d’abord, je remercie Joël et les Éditions Taurnada qui m’ont envoyé « Une Arête dans la gorge » en service presse au format numérique. Grâce à eux, j’ai découvert une face mystérieuse de la Ville des Lumières, Lyon.

Après un an et demi d’absence, le commandant Nathalie Lesage reprend du service à la Criminelle de Lyon et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle n’est pas vraiment la bienvenue. Sa nouvelle commissaire, Pauline Clément, une véritable peau de vache, n’apprécie guère son arrivée et ne se gêne pas pour le lui faire sentir. Elle a décidé de la tenir à l’écart des deux brigades existantes et de lui confier une jeune recrue sortant tout juste de l’école, le lieutenant Cyrille Savage.

Heureusement pour elle, dès le premier jour, elle est appelée sur une scène de crime. Un médecin généraliste a été sauvagement massacré. Et ce premier meurtre sera suivi d’autres tout aussi horribles. Nathalie Lesage va se retrouver plongée dans une enquête difficile ; en plus de ses difficultés d’intégration, elle devra faire face à des sociétés secrètes mais aussi découvrir le Lyon historique, sans oublier le souterrain, avec ses catacombes et ses arêtes de poisson.

Une fois de plus, Christophe Royer m’a bluffée par son important travail de recherche, ce qui rend la lecture passionnante. Son écriture est fluide, efficace. Le rythme est soutenu et le suspense ainsi que les révélations durent jusqu’à la fin. C'est simple, une fois qu'on a terminé un chapitre, on n'a qu'une envie, lire le suivant.

Le commandant Nathalie Lesage est une femme de caractère, très intéressante par ses fragilités. J’ai énormément apprécié son attention et sa gentillesse envers son co-équipier, le lieutenant Cyrille Savage, sa manière de lui apprendre le métier. Quant à Cyrille, c’est un estomac sur pattes et une personnalité attachante. Malgré sa jeunesse, il est d’une redoutable efficacité et son implication dans son travail vont faciliter l’intégration de Nathalie. Ils forment un duo de choc et Cyrille apporte une note de légèreté à l'enquête.

Et puis, il y a la ville de Lyon, qui est un « personnage » à part entière avec ses catacombes, le mystère de ses « arêtes de poisson ». L’auteur nous décrit cette ville de manière tellement vivante qu’on a l’impression d’y être. De plus, ses descriptions sont captivantes et donnent envie de découvrir par soi-même la Ville des Lumières et ses mystères.

J’ai été surprise de mon ressenti envers le meurtrier. Paradoxalement et malgré l’horreur de ses actes, il m’a touchée et je n’ai pu m’empêcher de le plaindre, non que j’approuve ses crimes mais sa détresse ne m’a pas laissée insensible.

« Une Arête dans la gorge » est le second opus où apparaît le commandant Nathalie Lesage. Même s’il peut se lire séparément, je pense qu’il vaut mieux d’abord lire « Lésions intimes » pour mieux l’apprécier. En conclusion, un thriller addictif impossible à lâcher que je recommande à tous ceux qui aiment les bons thrillers.

10,95 € - Format papier - 384 pages - ISBN 978-2-37258-082-3
6,49 € - Format EPUB / KINDLE - ISBN 978-2-37258-083-0

Lyon

 

Lyon

 

Hôtel de Police Marius Berliet

 

Le Vieux Lyon et ses traboules

 

Les traboules

 

La franc-maçonnerie à Lyon

 

 

 

 

Souterrain de l'Intrépide

 

Arête de poisson

 

Feuilles de coca

 

Véhicule blindé

 

La Croix-Rousse

 

La Bodeguita Cubana

 

La Bodeguita Cubana

 

Les Sarrazinières

 

L’église Saint-Bernard

 

L'église Saint Bernard

 

le réseau des Fantasques

 

Le Gros Caillou

 

La galerie du Gros Caillou

 

Le souterrain des ossements

 

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog