Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Les livres de Goéwin

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Thriller, #Polar nordique, #Fantastique

Résumé :

Surgie des tourbières scandinaves, une nouvelle voix du polar nordique.

Pour travailler à sa thèse de biologie, Nathalie retourne vivre dans sa région natale, au cœur d'une Suède humide et reculée. Dans la petite maison qu'elle habite en forêt, elle se laisse rappeler à son enfance douloureuse, à l'époque où la disparition de la jeune Tracy avait inauguré une succession de drames. Un jour, un cadavre est retrouvé dans la tourbière. Dix années auparavant, déjà, une jeune fille momifiée avait été découverte au même endroit. Bientôt, de nouveaux cadavres affleurent. Alors que la police se met en quête d'un serial killer, Göran, ancien professeur de physique, est convaincu que l'endroit est peuplé de revenants. Cette théorie intrigue aussi Maya, photographe judiciaire. Les trajectoires de Nathalie et de ces deux enquêteurs de l'ombre vont se mêler... et de nombreux secrets seront déterrés.

Angoissant et précis, un thriller atmosphérique à la rare puissance suggestive, qui conjugue tentations surnaturelles, croyances populaires, explications scientifiques et fines analyses psychologiques.

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Un nouveau polar nordique fascinant et envoûtant !

Nathalie est biologiste. Pour les besoins de sa thèse, elle loue une petite maison non loin d'une tourbière, appelée autrefois la Tourbière des Sacrifices. Il s'agit pour elle d'un retour aux sources après quinze ans d'absence. On pressent un mystère, un drame. Dix ans auparavant, le cadavre momifié d'une jeune fille, datant de 300 ans avant Jésus-Christ a été découvert dans cette même tourbière. Malgré sa misanthropie, Nathalie s'est liée d'amitié avec un étudiant en art, Johannes qui, quel que soit le temps, fait un footing. Lors d'une sortie, il se fait agresser dans la tourbière et est sauvé par Nathalie qui le retrouve grièvement blessé. Alors que la police enquête, un nouveau cadavre est découvert et d'autres vont suivre. Nathalie va retrouver un ancien voisin, Göran Dahlberg qui a beaucoup compté dans son enfance et qui lui dit que beaucoup de personnes ont disparu. Pour lui la tourbière est un lieu où les revenants abondent. Elle va aussi croiser le chemin de Maya, une photographe de police. Tous trois vont enquêter et faire revivre le passé.

Je remercie Babelio Masse Critique ainsi que les Éditions Presses de la Cité pour l'envoi de ce service presse. J'ai ainsi découvert une nouvelle auteure, Susanne Jansson. Ce qui m'a frappée d'emblée, c'est la poésie qui imprègne tout le texte. L'auteure a un don pour nous faire ressentir physiquement l'atmosphère, les paysages. La tourbière est un personnage à part entière, elle est même LE personnage principal ce qui donne une atmosphère étrange, envoûtante à tout le récit. J'ai eu l'impression de me trouver en dehors du temps. Le contraste est grand entre Nathalie et ses recherches scientifiques où tout est mesuré et mesurable et la tourbière avec tous ses mystères : lieu de sacrifices autrefois, lieu qui conserve les corps, lieu de légendes et de superstitions, « un océan d'esprits damnés » et pour Göran le lieu où les fantômes « sont à la recherche du corps et de l'âme qui leur manquent ».

Vous l'aurez compris, avec « Les Âmes englouties » Susanne Jansson nous offre un thriller intense, surprenant avec une touche de fantastique. Sa plume délicate et poétique est d'une précision clinique pour brosser la psychologie de ses personnages. Elle nous embarque dans un monde où les crimes du passé et du présent se rejoignent, où science et superstitions se mêlent. Un magnifique premier roman !

Tourbière

 

Homme des tourbières

 

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Littérature allemande, #Autobiographie, #Tabac

Résumé :

On n'oublie jamais sa première fois : la sensation de chaleur dans la bouche, le léger picotement de la langue et l'inévitable accélération du rythme cardiaque... La première montée de nicotine est une révélation. Pour Gregor Hens, l'ivresse entraînée par la Kim distribuée par sa mère est un plaisir auquel il ne renoncera pas. Même lorsqu'il fumera sa dernière cigarette. Car à chaque bouffée correspond son souvenir, le vestige incandescent d'une vie qu'il convient de raconter avant qu'il ne parte en fumée.

Mon avis : ♥ ♥ ♥

Nicotine, quand tu nous tiens...

Dans "Nicotine", l'auteur qui a arrêté de fumer nous offre une autobiographie originale puisque tous les souvenirs qu'il nous partage sont liés à la cigarette. Je remercie Masse Critique Babelio ainsi que les Éditions Autrement pour l'envoi de ce service presse.

Le résumé m'avait intriguée et j'étais curieuse de découvrir ce livre. Tout d'abord, il ne s'agit pas d'un ouvrage pour arrêter de fumer. Quant à Gregor Hens, bien qu'il soit parvenu à ne plus fumer, il considère que sa personnalité est celle d'un fumeur. Et à le lire, on ne peut lui donner tort tant il reste imprégné de la cigarette. Pas un souvenir qui ne lui soit relié ! Pas une réminiscence qui ne le ramène à elle ! Elle est le fil rouge de son existence. Avec un certain humour, l'auteur nous convie à un voyage au pays de la nicotine. Il nous partage son addiction, nous fait entrer dans son obsession, nous démontre son "utilité" : elle peut être un remède à l'ennui, selon le moment un calmant ou un excitant. En ce qui le concerne, elle est certainement un aide-mémoire.

Pour parler de cette drogue qu'est la nicotine, l'auteur nous offre un récit plein de nostalgie. À travers elle, il revit son enfance, puis son adolescence et enfin sa vie d'homme. Il nous fait rencontrer les membres de sa famille, partager ses voyages. Tout est disséqué et toute une époque surgit de sa plume élégante.

En refermant mon livre, je me suis demandé si l'auteur parviendrait à ne pas replonger dans son addiction, la cigarette étant tellement présente à son esprit.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Romance, #Romance historique, #Fantasy, #Fantasy médiévale, #Amour, #Suspense, #Historique

Résumé :

Après avoir failli périr dans l’incendie de son château, Deijan de Bucail se remet lentement de ses blessures et se prépare à mener les batailles les plus importantes de son existence : d’abord, traquer ceux qui ont enlevé sa femme, afin de la retrouver. Puis, surtout... la reconquérir.
Mais sera-t-il capable de s’affranchir du passé ? Car ce n’est pas l’amour, qui rend aveugle. C’est la peur de l’amour.

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

 
Coup de cœur ! Passionnant, totalement addictif.
 
Ifhoras le Ciseleur, l'écumeur, quitte le château de Bucail avec sa troupe de bandits et Guilendria qui demeure sa prisonnière. Mais avant cela, il fait enfermer tous les habitants du château dans une pièce sans fenêtres, clouer la porte et mettre le feu. Il ignore qu'il existe un passage secret qui va leur permettre d'échapper au sort affreux auquel il les a condamnés. Le retour à la santé et à la vie est douloureux pour Deijan. Conscient de tout ce que sa conduite a eu d'odieux envers Guilendria mais aussi envers ses gens et ses vassaux, il souhaite guérir au plus vite afin de délivrer sa femme et se venger. Mais plus que tout, il souhaite la reconquérir. Y parviendra-t-il ?
 
J'ai retrouvé avec joie l'univers envoûtant de Nordie et ses héros. Guilendria est vraiment un magnifique personnage de femme. Fragile et forte à la fois, sa douceur et son courage forcent l'admiration. Malgré tout ce qu'elle a souffert par Ifhoras et ses sbires, elle se refuse à les croire totalement perdus pour le Bien. « Peut-être que quelque part au fond d’eux survivait encore une part de l’enfant qu’ils avaient été ? Fermant les yeux, je priai Esca que ce fût le cas, et que la déesse me donne assez de force et d’amour pour le découvrir. [...] Toutefois je me souvins de la promesse que je m’étais faite : les écumeurs prendraient peut-être ma vie, mais ils n’auraient pas ma haine. Ils auraient ma compassion. Et mon pardon. » Pendant ce temps, Deijan qui est en convalescence, ne rêve que de vengeance et châtiments. Le moins qu'on puisse dire c'est qu'il n'est pas un patient docile ; ses démêlés avec les sœurs d'Esca qui le soignent sont un régal. Ifhoras se révèle bien plus complexe dans ce second tome et malgré toutes les horreurs commises, je me suis surprise à éprouver de la sympathie pour lui.
 
Cécile Ama Courtois nous offre un récit captivant. Le monde qu'elle a créé est brutal, cruel et tous les sentiments sont exacerbés. Elle dépeint à merveille la psychologie de ses personnages, qu'il s'agisse d'Ifhoras confronté à la grossesse de Guilendria, de Deijan aux prises avec ses remords, ou encore des trois face à l'amour qu'ils éprouvent par exemple... Tout est d'une grande justesse et sa plume empreinte de délicatesse nous émeut et nous transporte. L'intrigue est passionnante et l'auteure ne cesse de nous surprendre par des retournements de situation. Elle nous fait ressentir les émotions de Guilendria, Deijan, Ifhoras. Nous souffrons avec eux, nous espérons avec eux et nous tournons fébrilement les pages avec l'espoir que tout se finira bien pour eux. Malgré la gravité des situations, l'humour est très présent et il apporte une note de légèreté à l'ensemble. Nous suivons pas à pas le retour de Deijan à la santé ainsi que ses réactions au fur et à mesure qu'on lui dévoile la vérité. Il est très différent du Deijan du premier tome et c'est un homme nouveau qui devra faire face à Guilendria. Parviendront-ils à se retrouver ?
 
J'ai été totalement séduite par ma lecture ponctuée d'émotions, de suspense et qui multiplie les surprises jusqu'à la fin. Un magnifique roman d'amour qui vous emportera très loin et qu'on a du mal à quitter. Je me réjouis de retrouver prochainement l'univers de Nordie dans une nouvelle partie.

Peut-être que quelque part au fond d’eux survivait encore une part de l’enfant qu’ils avaient été ? Fermant les yeux, je priai Esca que ce fût le cas, et que la déesse me donne assez de force et d’amour pour le découvrir. [...] Toutefois je me souvins de la promesse que je m’étais faite : les écumeurs prendraient peut-être ma vie, mais ils n’auraient pas ma haine. Ils auraient ma compassion. Et mon pardon.

Nordie Tome 2 Deijan

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog