Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Les livres de Goéwin

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Romance, #Romance contemporaine, #Enquête

Résumé :

À New York, Clara mène une vie parfaite. Fiancée à l’un des hommes les plus influents du pays, son bonheur est de courte durée, car David n’est pas celui qu’elle croit ; il cache de noirs secrets.

Alors qu’elle est sur le point de découvrir l’ampleur de ses trafics, David la menace et la brutalise. Apeurée, elle se réfugie chez ses parents, en France.

Mais Clara est victime d’une grave agression. Avant de sombrer, elle comprend que les malfrats étaient là pour la tuer. Elle.

Aux portes de la mort, elle rencontre Will, celui qui bouleversera son existence.

Il l’a sauvée d’une mort certaine, mais réussira-t-elle à le sauver de lui-même ?

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Une belle histoire d’amour mais également une enquête aux multiples rebondissements.

Alors qu’elle est avec sa famille et se prépare à passer une soirée tranquille, Clara est victime d’une tentative de meurtre et découvre qu’elle fait l’objet d’un contrat. Bien que très grièvement blessée, elle parvient à téléphoner aux secours, sauvant ainsi ses parents et son jeune frère, également blessés lors de l’agression. Elle se raccroche à la vie grâce à Will, un pompier, qui va tout faire pour qu’elle s’en sorte. Jusqu’à ces dernières semaines, elle menait à New-York, la vie d’une riche jeune femme aux côtés de l’homme qu’elle aimait, David, un richissime chef d’entreprise. Jusqu’à ce qu’elle découvre que David n’était plus l’homme chaleureux, spontané et rebelle qui l’avait attirée.

Élodie Costet nous offre une romance aux rebondissements multiples et aux personnages torturés. Elle nous conte plusieurs histoires à travers ses différents protagonistes et surtout une belle histoire d’amour. J’ai eu un peu de mal avec Clara que j’ai trouvée assez pénible, à la limite caractérielle. Elle se montre dure, pleine de morgue lorsqu’il s’agit du monde dans lequel elle évolue, capricieuse, colérique, refuse de paraître faible et essaie de sauvegarder les apparences à tout prix. Heureusement elle évolue au fil des pages et j’ai énormément apprécié sa révolte, son courage face à la réprobation et la colère de sa famille et de son fiancé David. Ce dernier, je l’ai détesté d’un bout à l’autre du récit. Tout comme j’ai détesté les valeurs particulières de la bourgeoisie et du monde des affaires auxquels ils appartiennent. Par contre j’ai adoré Will ainsi que sa jumelle Sarah, son beau-frère le lieutenant Marty Mars et leur adorable petite fille Erin, une véritable enchanteresse.

« À cœur ouvert » est une romance addictive qu’il est difficile de lâcher. Au fur et à mesure que l’on avance dans le récit, les choses se compliquent, on découvre les failles des personnages, ce qui se cache derrière les apparences et on veut savoir la suite. Élodie Costet nous tient en haleine du début à la fin.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Nouvelles, #Fête, #Repas

Résumé :

13 à table !
5 ans, ça se fête !

 

Ont participé : Philippe BESSON • Françoise BOURDIN • Maxime CHATTAM • François d'EPENOUX • Éric GIACOMETTI • Karine GIEBEL • Philippe JAENADA • Alexandra LAPIERRE • Agnès MARTIN-LUGAND • Véronique OVALDÉ • Romain PUÉRTOLAS • Jacques RAVENNE • Tatiana de ROSNAY • Leïla SLIMANI • Alice ZENITER

Un livre acheté = 4 repas distribués

Illustration de Plantu

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Un livre acheté = 4 repas distribués !

Comme tous les ans depuis 2014, les Éditions Pocket publient un recueil de nouvelles au profit des Restaurants du Cœur. Quinze auteurs ont participé à cette dernière édition. Chacun d’eux a écrit dans son style une nouvelle autour du repas et de la fête. Pour chaque livre acheté, au prix de 5 euros, quatre repas seront distribués aux Restos du Cœur.

Ce petit recueil se dévore car les nouvelles sont toutes plus addictives les unes que les autres. Vous y rencontrerez Lilybeth qui souhaite trouver enfin son âme sœur, un SDF et son compagnon Sam, vous y découvrirez des repas qui virent au fiasco et même au drame malgré tout le soin apporté à leur élaboration. Et bien d’autres encore…

N’hésitez pas à vous procurer ce livre, non seulement vous retrouverez certains de vos auteurs favoris et en découvrirez d’autres, mais en plus vous ferez une bonne action.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Roman, #Suspense, #Surnaturel

Résumé :

En terminant sa longue tournée de concerts, Norianna se voyait déjà sur une plage paradisiaque à siroter des cocktails, mais ceci étant sans compter que Bradley, son manager, avait d’autres projets pour elle.
Sur le trajet qui la mènera à l’aéroport, Nina de son véritable nom recevra un coup de téléphone auquel elle n’aurait pas dû répondre.
Pourquoi le sort s’acharne-t-il sur elle ?
Un chauffeur de taxi, lui ouvrira les yeux sur les signes que la vie nous envoie sans que l’on y prête attention.
En suivant son conseil, Nina quittera New-York pour se retrouver dans un petit village normand, où elle finira par découvrir une mystérieuse maison.
Pourquoi les signes l’ont-ils conduite jusqu’à cette ferme ?
Pourquoi les habitants du village tentent-ils à tout prix à l’en éloigner ?
Nina réussira-t-elle à percer le secret de ce lieu ?
Une chose est certaine, elle devra s’armer de courage pour surmonter ses peurs et les douleurs du passé.

Mon avis :  ♥ ♥

Un roman empli de mystères.

Après une tournée de concerts épuisante qui a duré deux ans, Norianna s’apprête à savourer deux mois de vacances bien méritées. Mais son manager Bradley en a décidé autrement et a signé pour elle un contrat pour une série télévisée. Ayant surpris au téléphone une conversation qu’elle n’aurait jamais dû entendre, Norianna de son vrai prénom Nina s’enfuit et s’envole pour Paris. Là, une série de circonstances troublantes vont l’amener à suivre une piste de signes qui lui font penser qu’elle est téléguidée par le Destin. C’est ainsi qu’elle va se retrouver en Normandie, dans le petit village de Carmanville. Elle va avoir un coup de foudre pour une maison isolée à la réputation sinistre, en haut d’une falaise. Nina va tout tenter pour découvrir ce qu’elle cache malgré l’opposition des gens du village.

Je remercie Marika Daures grâce à qui j’ai eu accès à ce service presse publié aux Éditions du Sentier du Livre. Le résumé de « La maison oubliée » ainsi que sa magnifique couverture m’avaientt intriguée et j’ai ainsi pu découvrir un nouvel auteur, Cédric Bruneaux. « La maison oubliée » est son troisième roman. Le récit est très original et est construit autour des signes que suit Nina. L’auteur nous distille les informations au compte-gouttes et entretient le mystère jusqu’au bout. Au fur et à mesure qu’on avance dans la lecture, on en apprend un peu plus, mais toujours par petites touches. L’auteur maintient le suspense et on tourne les pages les unes après les autres car on veut savoir. Il multiplie les fausses pistes et les coups de théâtre.

Son style est foisonnant et j’avoue que j’ai eu du mal à suivre par moments. J’ai trouvé un peu confus. C’était certainement voulu par l’auteur mais je n’arrivais pas à discerner ce qui était réel de ce qui ne l’était pas. Nina avait-elle rêvé ou plutôt fait un cauchemar ? Était-ce une vision, une hallucination ? Il y avait quelque chose d’inachevé. Par ailleurs, je ne suis pas parvenue à éprouver de sympathie pour Nina, beaucoup trop sarcastique à mon goût,  et Bradley. Ils sont beaucoup trop enclins à se moquer des autres et de leurs faiblesses.

Conclusion : je n’ai pas vraiment apprécié cette lecture même si l’auteur a su entretenir l’intérêt jusqu’au bout. Cependant, n’oubliez pas que mon avis est totalement subjectif et d’ailleurs « La maison oubliée » a eu d’excellentes critiques. Je vous engage donc à vous faire votre avis par vous-mêmes.

Voir les commentaires

Résumé :

Abandonné à la naissance, Antoine Boulan fuit l’orphelinat et tente de survivre en restant sur le droit chemin pour tenir une promesse. Rattrapé par l’époque, il sombre dans les cambriolages et se voit condamné au bagne par erreur. Quand la guerre éclate, il revient en France pour prendre les armes et traversera le conflit en courant désespérément après son pardon. Du bagne de Saint-Laurent-du-Maroni aux plages de Dunkerque, à Paris puis dans le Loiret et enfin à Auschwitz Birkenau en Pologne, vous allez suivre pas à pas le destin d’un orphelin à qui la vie n’a fait aucun cadeau et qui deviendra, malgré lui, un héros de guerre.

(juillet 1942 - décembre 1944)

Traqué par la Gestapo, Antoine fuit Paris et se réfugie auprès du groupe de Gustave Jandart, Honneur du Loiret. Il en devient vite le lieutenant et s’installe dans la ferme abandonnée où transitent les candidats au passage de la ligne de démarcation. Cependant, les arrivées massives de Juifs, internés dans les camps de Beaune-la-Rolande et de Pithiviers, l’interpellent. Le jeune résistant mène alors une enquête qui le conduira aux portes de l’enfer…

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Jusqu’au bout de l’inimaginable, de l’indicible… Un livre déchirant mais qui devrait être lu par tout le monde !

Sa tête mise à prix, obligé de rester caché, Antoine ne chôme pas. Mais malgré tout ce qu’il apporte au réseau de Gustave dans le Loiret, il se désole car pour lui rien ne vaut le terrain. Il cherche plus que jamais la rédemption. Non seulement il ne parvient pas à se pardonner ses fautes anciennes mais il se sent de plus responsable de la mort des êtres aimés. Il se pose également beaucoup de questions et cherche à comprendre pourquoi les nazis continuent à traquer et arrêter les Juifs alors qu’ils sont vainqueurs et pourquoi les femmes et les enfants… et sa quête de vérité l’entraînera loin, très loin, jusqu’aux portes de l’enfer.

Dans ce troisième tome, Antoine est de plus en plus fou au sens de téméraire, rien ne l’arrête ni ne le fait reculer. Il a toutes les audaces. Et plus que jamais, il prend toutes les responsabilités sur lui et s’accuse des morts de ceux qui l’entourent. Il a perdu son innocence, désormais il ne recule pas devant une exécution et lorsqu’il le fait, il montre une froideur, un détachement glaçants. Il se montre absolument impitoyable. La deuxième version des Larmes de Satan est encore plus dure que la première et les sentiments qu’il éprouve sont poussés à leur paroxysme. Antoine est d’une grande humilité, il n’a aucune conscience d’être devenu un héros, il s’en veut plus que jamais et pour trouver une réponse à ses questions, il décide d’aller à Auschwitz pour savoir ce qui s’y cache. (Il a également d’autres raisons mais ce sera à vous de les découvrir en lisant le livre.) Et il a un plan complètement dingue !

Gilles Milo-Vacéri ne le ménage pas et nous non plus par la même occasion. Il nous offre un suspense diabolique. À partir du moment où Antoine part pour Auschwitz, la situation se détériore encore plus, j’en ai perdu le souffle et j’ai tremblé pour lui tout du long, même si je connaissais déjà l’histoire, tant c’est intense. Antoine se montre d’un sang-froid à toute épreuve, ce que je traduirai par complètement cinglé ! Il est bluffant. Mais en même temps, je ne pouvais m’empêcher de le plaindre, il était tellement loin de s’imaginer la réalité des camps. Et sa réaction lorsqu’il découvre ce qu’est réellement Auschwitz est déchirante. L’auteur arrive à nous faire ressentir sa douleur et c’est vraiment atroce. Il nous fait basculer au plus profond de l’horreur. Mais il y a également quelques pépites, des témoignages d’amitié, de soutien, admirables. De plus, Antoine, quelles que soient ses souffrances, reste un homme d’honneur. Il reste fidèle à lui-même, n’hésitant pas à désobéir aux ordres pour sauver un blessé.

Ce dernier tome a été le plus dur, le plus éprouvant à lire tant on bascule dans l’horreur des camps, de la Shoah, tant la barbarie des hommes est insoutenable et la souffrance ressentie intense ; et puis j’ai senti comme jamais la solitude de l’homme face au Mal, à l’inimaginable. La prière d’Antoine m’a fait verser des larmes et m’a broyé le cœur, je me suis sentie impuissante comme jamais. Et ce d’autant plus, qu’aujourd’hui encore, la barbarie, l’horreur, règnent en maître dans tellement de pays. On aurait pu croire que l’expérience nous aurait servi de leçon, mais non, les génocides continuent, les guerres aussi et l’humanité déborde d’imagination lorsqu’il s’agit de faire souffrir, de torturer, d’assassiner…

Le retour d’Antoine à Paris est bouleversant. Le contraste est tellement énorme avec la violence des combats, la barbarie et ses retrouvailles avec un Paris libéré. J’ai eu l’impression d’avoir du mal physiquement, émotionnellement, à m’habituer. La transition était trop brutale et c’est tout le talent de Gilles Milo-Vacéri de nous faire vivre les émotions de ses personnages et de nous faire changer quelque part. Il nous a relaté les quatre années de l’Occupation et des combats d’Antoine et j’ai eu l’impression qu’une éternité s’était écoulée. Je ne vois plus les choses de la même façon qu’avant, quelque part il m’a fait grandir. Il y aurait encore énormément à dire et je me sens incapable de rendre réellement justice à ce roman. Je ne peux que vous engager à le lire.

Gilles, tu es un grand auteur. Tu nous offres des personnages inoubliables et tellement humains qu’ils en sont bouleversants et qu’ils nous transforment. Tu donnes vie à ce que tu écris. « Les Larmes de Satan » sont un témoignage. Bien que ce soit une fiction, c’est de l’Histoire à l’état pur. Ce livre nous rappelle tous ces morts oubliés, ces héros anonymes, à qui nous devons notre liberté. Il fait mémoire de cette abomination qu’a été la Shoah, ces cinq à six millions de Juifs qui ont été exterminés uniquement parce qu’ils étaient juifs et ce, au mieux dans l’indifférence générale, au pire avec notre complicité. « Soit les deux tiers des Juifs d'Europe et environ 40 % des Juifs du monde ». Rien que pour cela et malgré la dureté des faits, il devrait être lu par tous.

Il y a bien des manières de résister, Myriam. La guerre est une horreur et nous y perdons tous notre âme.

Les Larmes de Satan Tome 3 Aux portes de l'enfer

Quelque chose ne tournait pas rond et son instinct lui dictait de prendre la fuite. Depuis longtemps, il avait appris que l’affolement paralysait les réflexes et, par conséquent, il se forçait à respirer profondément pour apaiser son angoisse.

Les Larmes de Satan Tome 3 Aux portes de l'enfer

Il y a un temps pour tout et la guerre était incompatible avec un sentiment amoureux.
[...] Antoine, ce n’est pas parce que ça s’est mal passé une fois que ça risque de se reproduire. Je sais parfaitement que tu veux me protéger, que tu as peur, mais je suis une grande fille. Et ce n’est pas à toi que je vais t’apprendre que…
Elle se pencha et lui fit un baiser léger.
— La peur n’évite pas le danger.

Les Larmes de Satan Tome 3 Aux portes de l'enfer

Il ne devait pas céder à ce mirage qui risquait de les tuer tous les deux. Aimer était devenu une interdiction, la guerre n’était pas finie et il fallait descendre de ce nuage trop beau pour l’enfer.

Les Larmes de Satan Tome 3 Aux portes de l'enfer

Je crois surtout que la guerre est le meilleur révélateur de la nature profonde des âmes humaines, car en temps de paix, on ne peut en mesurer toute la pourriture

Les Larmes de Satan Tome 3 Aux portes de l'enfer

En faisant ça, sombre idiot, tu ne vaux pas mieux que les Boches. Tu es là pour défendre ton pays et rendre justice à tes frères d’armes, mais certainement pas pour torturer nos compatriotes, même si ce sont des collabos ou des traîtres !

Les Larmes de Satan Tome 3 Aux portes de l'enfer

Dans son esprit, un principe demeurait gravé comme une règle d’or. Plus c’était gros, dingue, absurde et farfelu, mieux ça fonctionne !

Les Larmes de Satan Tome 3 Aux portes de l'enfer

Ne dis rien de plus. L’amour, c’est peut-être la seule arme qui te permettra de venir à bout d’Auschwitz, de la guerre et de ton destin. Je pense avoir compris quelle force t’animait.

Les Larmes de Satan Tome 3 Aux portes de l'enfer

Tu vas vraiment venir avec moi ?
— À ton avis ? Je n’ai pas oublié la petite Arlette dans ce bus de malheur. Pour nous sauver, elle a donné sa vie, sans hésiter. C’est la plus belle leçon de courage que l’on m’ait donnée. Alors oui, mon vieux, on rentrera dans cet enfer et on en reviendra ensemble.

Les Larmes de Satan Tome 3 Aux portes de l'enfer

Il fut ravi de retrouver son arme fétiche [...] Ce pistolet avait été de toutes les opérations jusqu’à présent et quand on n’a plus rien, dans la vie comme dans la guerre, on se rattache à n’importe quoi.

Les Larmes de Satan Tome 3 Aux portes de l'enfer

— Je ne sais même plus me signer… je ne me souviens plus des prières… J’ai tout oublié. Je suis désolé… Ils ont tué votre fils, à vous aussi, alors vous devez pouvoir me comprendre et si vous existez, alors ma mère, Alice sont avec vous.
Il reprit son souffle et s’éclaircit la voix.
— Je viens devant vous trois pour faire une prière. Je sais… Je ne le fais pas assez souvent, mais ai-je vraiment eu le choix ? Vous le savez, vous qui voyez tout… Ils m’ont déjà tué tant de fois… Sa voix s’était brisée sur les derniers mots.
Tête basse, les larmes du combattant serpentaient sur ses joues marquées de cicatrices.
— Il faut m’écouter, je vous en conjure ! Par pitié, faites que je les retrouve vivantes et que je puisse les sortir de cet enfer, ne les abandonnez pas. Protégez mes amis, ce sont des braves et ils ne méritent pas de payer mes fautes. Je suis le seul coupable !
Son visage se releva vers la Vierge.
— Et s’il vous faut une vie, alors, prenez la mienne… moi, j’ai déjà tout perdu, ce n’est pas grave. Je suis déjà mort…
Puis Antoine s’accroupit avant de se rouler en boule sur le pavage glacial de la chapelle. La tête réfugiée sous ses bras, on n’entendait plus que ses sanglots et des paroles Un nom, un seul restait audible… Maman. Devant l’horreur, le combattant de l’ombre, redevenu l’enfant qu’il n’avait jamais pu être, implorait sa mère disparue, avec des mots déchirants incompréhensibles.
Un nom, un seul restait audible… Maman.
Devant l’horreur, le combattant de l’ombre, redevenu l’enfant qu’il n’avait jamais pu être, implorait sa mère disparue, avec des mots déchirants.

Les Larmes de Satan Tome 3 Aux portes de l'enfer

Jacek contempla ses hommes s’affairer alors qu’ils rassemblaient le matériel nécessaire. C’était sans doute pour cela qu’ils finiraient un jour par gagner la guerre. Ils n’avaient pas la puissance de feu de l’ennemi, ils étaient bien moins nombreux, mais tous avaient ce petit plus qui faisait la différence. Au fond de leur cœur, ils avaient tous ce courage si particulier de se battre pour la liberté, cette rare abnégation et l’oubli total de soi pour que le bien triomphe du mal. [...] Cette cohésion altruiste était la meilleure preuve que leur engagement ne serait jamais vain

Les Larmes de Satan Tome 3 Aux portes de l'enfer

Pasteur Martin Niemöller (1892-1984)

 

Denise Vernay, née Jacob (1924-2013)

 

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog