Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Les livres de Goéwin

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Seconde Guerre mondiale, #Littérature, #Historique, #Occupation, #Résistance, #Gilles Milo-Vacéri, #Guerre

Résumé :

Abandonné à la naissance, Antoine Boulan fuit l’orphelinat et tente de survivre en restant sur le droit chemin pour tenir une promesse. Rattrapé par l’époque, il sombre dans les cambriolages et se voit condamné au bagne par erreur. Quand la guerre éclate, il revient en France pour prendre les armes et traversera le conflit en courant désespérément après son pardon. Du bagne de Saint-Laurent-du-Maroni aux plages de Dunkerque, à Paris puis dans le Loiret et enfin à Auschwitz Birkenau en Pologne, vous allez suivre pas à pas le destin d’un orphelin à qui la vie n’a fait aucun cadeau et qui deviendra, malgré lui, un héros de guerre.

(juin 1917 - juillet 1940)

Antoine est un adolescent qui a appris à souffrir en silence. Grâce à sœur Charlotte, sa mère de substitution, il survit à ses premières années au sein de l’orphelinat. Quand il fuit les Enfants Trouvés, il multiplie les métiers et pour manger à sa faim, devient un voleur réputé sur Pigalle. Jugé à tort pour meurtre, la justice le condamne au bagne. Quand la guerre éclate, il saisit sa chance et revient en volontaire sur les plages de Dunkerque…

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Le premier tome d’une trilogie puissante, bouleversante, à lire absolument !

Gilles Milo-Vacéri a le don de donner vie à des personnages inoubliables et Antoine Boulan est sans conteste l’un des plus attachants et bouleversants. J’avais lu la première version éditée de « Les larmes de Satan » et j’avais été très touchée par ce livre dont l’action se situe pendant la Seconde Guerre mondiale, plus particulièrement durant l’Occupation, et qui nous rappelle le devoir de mémoire afin que plus jamais ça ! Mais justement, ayant aimé ce texte, je suis plus que ravie que l’auteur l’ait repris et complètement réécrit en mettant l’accent sur Antoine qui en devient encore plus humain et réel. Il pourrait tout à fait avoir existé. De plus l’auteur a développé la narration, rendant son texte encore plus frappant. La trame est la même mais c’est encore mieux, encore plus émouvant et c’est édité en trois tomes.

Dans sa préface, Gilles Milo-Vacéri nous explique pourquoi il a écrit « Les larmes de Satan ». Il nous rappelle le devoir de mémoire qui est le nôtre pour que tous ceux qui sont morts au nom de la Liberté, soldats, déportés, Juifs, résistants, ne soient pas morts en vain. Personnellement j’ajouterai qu’on en a besoin aujourd’hui plus que jamais au vu de certains faits d’actualité et paroles de gouvernants. Puis il a mis en exergue un extrait du magnifique Chant des Partisans (j’ai ainsi appris que les paroles françaises étaient de Joseph Kessel et Maurice Druon) ainsi qu’un extrait du Discours du transfert des Cendres de Jean Moulin au Panthéon prononcé par André Malraux.

Ensuite, nous entrons dans l’histoire de la vie d’Antoine et dès les premières lignes, nous avons le cœur serré par la douleur de cette mère obligée d’abandonner son enfant. En quelques phrases, Gilles Milo-Vacéri ressuscite un temps où il ne faisait pas bon s’écarter du chemin d’une stricte morale et où une fille-mère était systématiquement condamnée et rejetée. À l’Hôpital

Hôpital des Enfants Trouvés

des Enfants Trouvés, la supérieure Sœur Evelyne est un vrai chameau. Heureusement il y a la douce Sœur Charlotte ; c’est elle qui fournira son identité à Antoine Boulan, qui l’aimera et lui donnera une forte éducation avec des valeurs d’honneur. C’est grâce à elle qu’il survivra à seize années d’orphelinat qui n’ont été qu’une suite de brimades et d’injustes corrections car Sœur Evelyne — maudite soit-elle ! — en a fait son souffre-douleur. À 16 ans, Antoine, surnommé respectueusement Le Silencieux par ses camarades, fuit l’Hôpital et commence à travailler en tant qu’apprenti boulanger. Hélas, la mort de Sœur Charlotte lui brise le cœur et il laisse tout tomber. Commence alors pour lui une vie de misère. Pour ne pas mourir de faim, malgré son désir de devenir quelqu’un de bien pour que Sœur Charlotte soit fière de lui, il devient cambrioleur mais il ne vole que les riches et ne porte pas d’arme. Antoine aurait pu continuer longtemps sa vie de voleur s’il n’avait pas été rattrapé par sa promesse faite à Sœur Charlotte et les valeurs d’honnêteté, justice, solidarité et respect de l’humain qu’elle lui a inculquées. Victime d’une

Cayenne - Bagne de Saint-Laurent-du-Maroni

lamentable erreur, il est accusé d’un meurtre qu’il n’a pas commis et condamné aux travaux forcés à perpétuité au bagne de Cayenne. Quand la guerre éclate, sa rencontre avec le directeur du bagne, le colonel Pierre de Maranches, qui lui propose de rentrer en France pour défendre son pays contre l’Allemagne et qui va être le premier à croire à son histoire et à son innocence, va lui permettre de reprendre sa vie en mains et d’entamer son chemin de rédemption.

Disons-le de suite, « Les larmes de Satan » c’est de l’émotion à l’état pur.  Gilles Milo-Vacéri nous offre un roman d’une grande puissance. C’est un roman mais les faits qu’il raconte se sont effectivement passés. Au fil de la narration, j’ai été émue par la bonté de certains de ses personnages ; j’ai eu envie de prendre Antoine dans mes bras et de le serrer fort pour le consoler, le protéger, le défendre ; j’ai maudit l’auteur lors de sa condamnation. Une malchance pareille, un tel enchaînement de circonstances et je ne vous dis pas tout… Et combien j’ai aimé Pierre de Maranches pour avoir cru à son innocence et lui avoir tendu la main ! Le récit de la bataille de Dunkerque est

Dunkerque

d’un réalisme incroyable et Antoine a un comportement exemplaire dès le début. L’auteur nous le rend encore plus attachant et humain ; ce n’est pas un surhomme mais il montre le vrai courage des âmes bien nées, celui qui vous fait agir malgré la peur parce que c’est ce qu’il faut faire. Et cela va le mener très loin. Il ne renonce jamais, quel que soit l’obstacle ou la difficulté. Antoine, c’est l’honneur, le respect de la parole donnée, le sens du devoir. Son moteur, c’est l’amour et la recherche de la rédemption car il ne se pardonne pas son passé de voleur. Dans la France de l’Occupation, il va découvrir les horreurs de la guerre et du comportement des nazis. Combien de fois me suis-je demandée si les exactions rapportées étaient vraies tant j’étais révulsée par ce que je lisais tout en sachant que l’auteur ne disait que la vérité et me demandant avec lui où était Dieu à ce moment-là, que faisait-il ? Antoine, devenu un combattant de l’ombre à 23 ans a toute la fougue de la jeunesse et ses idées pour remplir une mission… Waouh ! c’est quelque chose ! Et je peux vous certifier que vous en oublierez de respirer.

Conclusion : lisez « Les larmes de Satan », même si vous avez lu la première version. C’est un livre magnifique, avec des personnages bouleversants, des valeurs qui vous feront chaud au cœur. Prévoyez néanmoins quelques mouchoirs car je ne doute pas que vous serez ébranlés, touchés, émus, affligés… De l’émotion à l’état pur je vous dis !

La guerre efface le respect dû aux morts, de la même manière qu’elle plonge dans l’oubli, les identités, les visages, les souvenirs de chacun. Une monstruosité.

Chapitre VI 29 mai 1940 France - Au large de Dunkerque, Mer du Nord - À bord de La Martinière

Le courage frôlait parfois l’héroïsme et la témérité ne se mesurait pas au grade ou selon l’âge. Antoine contempla longuement ces soldats qui donnaient leur vie pour que d’autres puissent survivre et un profond sentiment de respect naquit en lui. C’étaient des hommes d’honneur, des braves et il se promit de les imiter pour en avoir la même trempe.

Chapitre VI 29 mai 1940 France - Au large de Dunkerque, Mer du Nord - À bord de La Martinière

Bombardements et mitraillages étaient devenus si fréquents que l’on ne se demandait plus qui ou comment, mais plus simplement quand viendrait son tour. Encore une triste leçon pour Antoine qui fit sienne, une devise qu’il n’entendait que trop souvent : va où tu veux, meurs où tu dois. Si ce fatalisme, teinté d’un réalisme sordide, n’évitait pas la mort, au moins, il permettait de moins subir sa peur.

Chapitre VII 30 mai 1940 France - Mer du Nord - À bord de La Martinière

Ainsi, l’amour d’une mère ne souffrait pas le retard, ne connaissait ni la peur ni le déséquilibre et pouvait affronter toutes les armées du monde.

Chapitre VII 30 mai 1940 France - Mer du Nord - À bord de La Martinière

— Ne t’écoute pas. Tu n’as pas mal et tout va bien. Maintenant, marche ou crève, soldat ! s’encouragea-t-il. Les premiers pas furent hésitants, puis la force de la jeunesse prit le dessus sur l’épuisement. Le sergent avançait. Lentement, en serrant les dents, mais il marchait à nouveau.

Chapitre VIII 31 mai 1940 France - Mer du Nord - Sur une plage inconnue

Il savait déjà qu’Alice serait importante dans sa vie et sans tergiversation, il décida de tout lui raconter, même si certains épisodes de sa vie n’allaient pas le mettre à l’honneur. Dire la vérité est toujours une bonne chose ! répétait inlassablement sœur Charlotte et il avait déjà compris qu’il ne cacherait jamais rien à Alice.

Chapitre XVI 26 juin 1940 Paris IXe - Quartier Opéra - Palais Garnier

On n’abandonne jamais un homme derrière soi.

Chapitre XVII 27 juin 1940 Paris IXe - Quartier Opéra - Palais Garnier

Pourtant, ça pourrait bien fonctionner, votre truc ! C’est dingue et plus c’est dingue, mieux ça marche.

Chapitre XXIII 31 juillet 1940 Loiret - Sainte-Madeleine - Ferme des Jandart

Alors, Antoine se dit que chacun avait ses raisons de s’engager dans la Résistance et de porter des coups à l’ennemi, en fonction de ses moyens. Toutefois, si l’on grattait le vernis, si l’on oubliait les apparences ou les vérités trop vite proclamées, on comprenait qu’au fond, la seule vraie raison de se battre relevait de l’attachement à de vraies valeurs et, par-dessus tout, au respect de la Liberté de tous.
À chacun sa croix, souvent trop lourde et pour tous ces braves, le sentiment absolu de devoir défendre la patrie au péril de sa vie. Telle était l’étrange alchimie de ces combattants anonymes, perdus dans l’ombre de la clandestinité, ne recevant ni honneur ni gloire, et qui pourtant donnaient tout, sans jamais réfléchir ni hésiter.

Chapitre XXIII 31 juillet 1940 Loiret - Sainte-Madeleine - Ferme des Jandart

Hôpital des Enfants Trouvés

 

Rue Pigalle

 

 

Le La Martinière

 

Guyane - Cayenne - Bagne de Saint-Laurent-du-Maroni

 

Bagne de Saint-Laurent-du-Maroni - Cellule

 

Bataille de Dunkerque

 

Dunkerque : embarquement des troupes

 

Amiens sous les bombes

 

Amiens sous les bombes

 

Carte de démembrement de la France sous l'Occupation allemande

 

Deux enfants juifs

 

L'exode

 

Exode de civils français sur une route de campagne. 1940

 

Quartier Pigalle

 

Ausweis

 

Des drapeaux nazis accrochés à la façade du Palais Garnier

 

Hitler à Paris

 

Paris sous l'occupation

 

Une colonne de soldats Allemands marche dans Paris

 

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Science-fiction, #Anticipation, #Aventure, #Suspense

Résumé :

La Pangée fut le dernier supercontinent. L’Amasie sera le prochain. 

Sous le grand Dôme Central, une révolte gronde.

Brad Bury, l’ancêtre, est régénéré après un sommeil long de deux cents millions d’années. 

Un roman de SF et d’anticipation, une aventure en deux tomes.

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Deux cents millions d'années après… Fascinant, addictif, hâte de m'y replonger !

Voilà une chronique très frustrante à faire car je ne peux pratiquement rien dire de l'histoire si je ne veux pas vous gâcher le plaisir de la découverte. Quand j'ai vu le nom de Brad Bury, cela a fait immédiatement tilt dans mon esprit et pourtant je n'ai pas lu « Les Chroniques Martiennes ». Mais j'ai lu « Fahrenheit 451 » qui a profondément marqué l'amoureuse des livres que je suis. Je n'ai jamais pu l'oublier. De plus, même si généralement j'évite les livres de science-fiction, « Chroniques Amasiennes » étaient écrites par Bernard Afflatet, un auteur que j'ai eu la chance de rencontrer dans un Salon du Livre à Toulouse. C'est quelqu'un d'adorable et j'avais énormément aimé un autre de ses livres : « Mitania Au cœur de la légende ». Je remercie Anita Berchenko ainsi que Les Éditions du 38 pour m'avoir fait confiance et envoyé ce service presse que j'ai drôlement bien fait de demander. J'ai trouvé l'histoire géniale et j'attends la suite avec impatience. Bon, je l'avoue les explications scientifiques me sont passées un peu au-dessus de la tête mais j'ai vraiment adoré l'intrigue et les personnages.

Après plusieurs millénaires - 200 millions d'années - Brad Bury reprend conscience et possession de son corps. Dans le même temps, la révolte gronde à Sol-Phasis. Le peuple souffre de la faim et manque de tout. De plus, la population est victime d'une épidémie due à un mystérieux virus, la Deimonite.

L'humanité a bien changé, normal me direz-vous, il s'est quand même écoulé 200 millions d'années. Le monde tel qu'il est devenu a certes fait un incroyable bond en avant côté scientifique et est sans commune mesure avec le nôtre. Mais Bernard Afflatet nous le décrit de telle sorte qu'il est très facile de se le représenter et de s'y plonger. De plus cette Société avec ses croyances est fascinante. L'auteur a un véritable don pour créer un univers futuriste incroyable. Les personnages principaux tels que Brad Bury, en hommage au grand-maître de la Science-fiction Ray Bradbury, Qae Wï-Lorf et Gotty Zë-Henn sont attachants et j'ai hâte de découvrir la suite de leurs aventures. Ce qui ne va guère tarder car le second tome est sorti. L'auteur aborde les thèmes de l'amour et du sentiment amoureux, de la liberté. Malgré le temps écoulé et toute leur évolution, les citoyens de Sol-Phasis nous ressemblent par leurs aspirations.

J'ai adoré ce premier tome et je vous recommande la lecture de « Chroniques Amasiennes » même si comme moi vous n'êtes pas spécialistes de Science-fiction. L'auteur a une écriture fluide et agréable, j'ai envie de dire très visuelle. Je verrais bien un film et (à part les explications scientifiques) je me représentais très bien les scènes. Brad Bury est un personnage plein d'humour que je me réjouis de retrouver ainsi que Qae Wï-Lorf et Gotty Zë-Henn.

La Pangée

 

L'Amasie

 

Ray Bradbury

 

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog