Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Les livres de Goéwin

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Littérature, #Roman, #Famille, #Amour, #Amitié, #Suspense, #CETRO, #Drame, #Deuil

Résumé :

Soyez prêts à vivre d'intenses moments de lecture en immersion totale. Retenez votre souffle, économisez-le... car vous allez en manquer ! Nostalgie, sourires, rires, chagrins et peines, prenez dès aujourd'hui rendez-vous avec vos sentiments les plus profonds et puissants, retrouvez-vous face à vous-même.


"Nostalgie, puissance évocatrice des souvenirs.
Après dix ans d'absence, me voici de retour sur les terres qui m'ont vu naître, pour accompagner mon père dans ses derniers instants.

Tout revient peu à peu avec une force inouïe. Mes joies d'enfant aimé et heureux, mais aussi mes terribles peines, celles que j'aurais préféré voir rester enterrées à jamais.

Qu'est-ce qui m'a forcé à partir, voilà maintenant dix ans?

Qu'ai-je donc fui?"

Mon avis : ✯ ✯ ✯ ✯ ✯

Coup de cœur ! De l’émotion à l’état pur.

À dire vrai, je n’étais pas vraiment emballée à l’idée de lire « Je reviendrai hier ». Le résumé ne m’avait pas vraiment attirée, un homme qui revient dix ans après dans sa famille pour assister aux derniers moments de son père et qui se remémore ses souvenirs d’enfance, en règle générale, je fuis ce genre de littérature susceptible de me rappeler des moments que je préfère oublier. Seulement, c’est du Cetro et ça fait toute la différence.

Lire Cetro, c’est plonger dans un maelström d’émotions, les ressentir sans garde-fou. Pas de place pour la tiédeur ! L’auteur est un amoureux de la

Nature et il sait nous faire partager son émerveillement devant la splendeur d’une orchidée sauvage, la beauté d’un étang sous le soleil. Il nous rappelle combien le temps nous est compté ainsi que l’importance d’être présents pour nos proches et de leur dire notre amour tant que nous le pouvons, tant qu’ils sont encore présents.

Ses descriptions de la nature sont d’une telle précision et délicatesse que j’ai eu l’impression de me retrouver aux côtés de Franckie et de voir par ses yeux. J’entendais presque l’accent du sud-ouest en lisant les dialogues. L’amour qui unit ses parents, mais également celui qu’il éprouve pour eux m’a bouleversée, cet amour qui se cache pudiquement derrière l’humour et que Cetro sait tellement nous partager.

Cetro

Derrière les phrases, j’ai senti battre le cœur de l’auteur.

J’ai fondu devant l’image du gosse mal dans sa peau qui compensait sa solitude dans la contemplation de la nature et j’ai ri à ses frasques. Cetro se fait poète pour revivre ses joies d’enfant, ses mésaventures avec son meilleur ami Didier, dit Didou, la tendresse et l’innocence de son premier amour pour Fanny, sa Fanette comme il l’appelle, la complicité avec son frère Chris. Et puis il y a son amour d’amitié pour Jules, le frère de Fanny. De retour auprès du lac qui a bercé ses aventures, Franckie se remémore le passé au point de lui donner vie et j’ai cru voir danser les fées d’eau de l’étang dans un rayon de soleil.

Petit étang entre Pauillac et Cissac

Comme souvent avec Cetro, le malheur et la souffrance ne sont jamais loin. Il aborde les thèmes de l’enfance maltraitée et dénonce la différence qui suscite le rejet et fait de celui qui en est l’objet un coupable idéal. Il m’a fait passer de l’attendrissement à l’émerveillement, du rire aux larmes. J’ai été révoltée par l’injustice de certaines situations. Jusqu’à l’apothéose du final qui m’a laissée complètement sonnée.

« Je reviendrai hier » est pour moi le livre le plus abouti de l’auteur, le plus bouleversant. Cetro est un magicien, il nous prouve qu’il peut tout écrire. C’est également un maître manipulateur qui nous surprend, nous retourne. Il passe de l’univers magique de l’imaginaire d’un enfant à ce qu’il peut y avoir de plus sordide chez l’être humain, il nous parle d’amour avec pudeur et délicatesse, sa plume se fait poésie, magie puis il nous plonge dans l’impensable.

Conclusion : je ne peux que vous recommander ce livre qui est d’une richesse insondable, d’une beauté bouleversante. Il vous parlera de la vie, de l’amour et de l’amitié, de la famille et de tellement plus…

Pauillac

Pauillac

« Je reviendrai hier » de Cetro — Auto-édition
« Je reviendrai hier » de Cetro — Auto-édition

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Fantasy, #Prophétie, #Inquisition, #Sorcière, #Amour, #Famille

Résumé :

Je m’appelle Catherine.

L’Inquisition m’a pris ma mère. Ils l’ont tuée afin de prouver son innocence. Je suis devenue orpheline. Je n’ai plus rien. J’ai dû m’exiler, loin du village où je suis née, où j’ai grandi. Je dois désormais refaire ma vie et prendre ma place au sein d’une famille que je ne connais pas. Le tout en cachant au monde qui je suis et ce dont je suis capable, sous peine d’y perdre la vie.

Mon avis : ✯ ✯ ✯ ✯ ✯

Coup de cœur ! Un merveilleux roman de fantasy et plus encore d’amour.

Avant toute chose, je veux remercier Lily Chagnon pour sa confiance ; elle

Lily Chagnon

m’a proposé de lire son livre en Service Presse par l’intermédiaire de Simplement Pro. Je ne regrette qu’une chose, c’est de ne pas l’avoir lu immédiatement, il faut dire qu’il s’agit d’un livre de 757 pages, je craignais un peu de m’y plonger et le résumé ne rend vraiment pas justice au texte. Quelle sotte j’ai été ! J’ai adoré ma lecture et honnêtement je n’en supprimerais aucune page. D’ailleurs je me réjouis de retrouver des extraits inédits, des bonus, sur le site de l’auteure.

Orpheline, Catherine Dubois, 14 ans, traverse le pays pour se rendre chez sa tante Alice qu’elle ne connaît pas et qui est la sœur jumelle de sa mère Marie qui a été tuée par l’Inquisition avec sa cousine Victoria. Catherine a tout vu et toute sa vie, elle a dû vivre cachée. Elle appréhende énormément de rencontrer ces membres de sa famille qu’elle ne connaît pas. Et elle va se découvrir une famille merveilleuse et aimante qui va l’accueillir à bras ouverts, surtout sa tante Alice et sa fille Amélia qui va devenir une sœur pour elle. Une seule exception, la tante Corine qui est une véritable peste.

Je suis littéralement tombée amoureuse de cette famille et de tous les personnages de ce livre, sauf Corine bien évidemment. Lily Chagnon nous les décrit avec une telle minutie que j’ai eu l’impression de me trouver avec eux et de partager leur vie, les jeux de Catherine et de la petite souris Amélia. J’ai été captivée dès le début et j’ai suivi passionnément leur évolution. Les descriptions du village, des lieux sont empreintes de poésie et de magie. J’ai ri aux facéties d’Amélia, une petite fille adorable et pleine de malice, la petite souris avec des oreilles de lapin et j’ai souffert de sa fragilité, me suis inquiétée pour elle. Je me suis attachée à Catherine même si parfois j’ai eu envie de la secouer ; vu tout ce qu’elle a vécu, j’ai compris ses tergiversations. Elle possède un don dangereux qui s’il était connu la ferait condamner comme sorcière. C’est une jeune fille généreuse avec un cœur d’or et elle forme avec Amélia un duo redoutable dès qu’il s’agit de vivre à fond et d’expérimenter de nouvelles bêtises. Alice est une femme merveilleuse et d’une grande sagesse. L’auteure a pris le temps de bien décrire ses personnages, leur psychologie et ce faisant elle a su les rendre vivants. Elle nous raconte avec simplicité leur vie, leur passé, leurs espoirs.

C’est aussi l’histoire d’un amour qui commence et qui va s’approfondir dans les épreuves traversées. Il s’agit également de fantasy mais cet aspect ne sera développé qu’une fois les divers protagonistes bien campés. L’auteure avance doucement, paisiblement, et cela donne une atmosphère de sérénité au roman. Elle nous fait vivre les bonheurs de chaque jour. C’est pour cela que je n’ai pas vu défiler les pages. Il y a tellement d’amour, de tendresse, de joie encloses en elles que c’était un plaisir de les goûter.

Un roman que je recommande chaudement en cette période d’Avent. Je crois que cela ferait un très joli cadeau au pied du sapin.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Littérature, #Saga, #Historique, #Famille, #Guerre, #Guerre de 14-18, #Amour, #Policier, #Enquête

Résumé :

1920. Sur le site minier de Faymoreau en Vendée, un coup de grisou a provoqué l’effondrement d’une galerie. Apprenant la tragédie, Isaure Millet, la fille des métayers du château, s’est précipitée sur les lieux. Thomas Marot, l’homme qu’elle aime depuis toujours, fait partie des mineurs pris au piège. Les secours s’activent. Thomas est sauvé mais le soulagement d’Isaure est de courte durée : le jeune homme est déjà fiancé à une ouvrière polonaise. Comment pourra-t-elle se résoudre à renoncer à lui ?
Les suites de la catastrophe prennent une tournure inattendue: l’une des victimes retrouvées sans vie au fond de la mine a, en fait, été assassinée d’une balle dans le dos… L’enquête bute sur le mutisme des témoins. La belle Isaure, qui lutte pour dissimuler les sentiments qu’elle voue à Thomas, en sait-elle plus qu’elle ne prétend ? Quel secret cache la petite communauté de gueules noires ?


Marie-Bernadette Dupuy est l’auteur d’une œuvre extrêmement riche et variée, traduite jusqu’en Russie, qui lui a permis de conquérir le cœur de nombreux lecteurs. Elle revient avec une époustouflante saga, dédiée au monde de la mine, sur les pas d’une héroïne extraordinairement attachante.

Mon avis : ✯ ✯ ✯ ✯ ✯

Le début d’une belle saga.

Nous sommes le 11 novembre 1920 en Vendée. Suite à un coup de grisou,

Mine de Faymoreau

la mine de Faymoreau s’est effondrée tuant 3 mineurs et retient prisonniers Thomas et Pierre, un jeune garçon de 15 ans, frère de Jolenta, la fiancée de Thomas. Lorsqu’elle découvre le drame dans un journal, Isaure qui aime passionnément Thomas en secret depuis des années quitte son emploi et prend le premier train pour se rendre sur place. Or il apparaît très vite que l’un des mineurs n’a pas été tué par l’effondrement de la galerie : Alfred Boucard, contremaître, a été assassiné d’une balle dans le dos. L’inspecteur Justin Devers va devoir faire la lumière sur ce meurtre et se heurter au silence de tous.

Je remercie NetGalley ainsi que les Éditions Calmann-Lévy pour ce Service Presse. Marie-Bernadette Dupuy

Marie-Bernadette Dupuy

nous offre une nouvelle saga qui se déroule en Vendée et nous fait découvrir le monde des gueules noires. Comme d’habitude l’auteure s’est extrêmement bien documentée et ses personnages sont attachants, tout particulièrement Isaure. C’est une jeune fille ravissante, un peu perdue. Privée d’affection depuis sa naissance, elle cherche sa place dans le monde et a reporté tout son amour sur Thomas qui la considère comme une petite sœur. Elle va faire la connaissance de l’inspecteur Justin Devers qui ne restera pas insensible à son charme et à sa beauté. Nous sommes en 1920 et l’auteure nous rappelle les conséquences qu’a engendrées la terrible guerre de 14/18 avec ses morts mais aussi ses blessés revenus du front terriblement marqués dans leur chair et leur esprit.

Un début de saga qui dresse le portrait des mineurs mais aussi des survivants de la Grande Guerre et raconte la vie de leurs familles. S’y ajoute une enquête difficile et pleine de rebondissements.

Mineurs au puits

Mineurs au puits

« La galerie des jalousies Tome 1 » par Marie-Bernadette Dupuy — Éditions Calmann-Lévy
« La galerie des jalousies Tome 1 » par Marie-Bernadette Dupuy — Éditions Calmann-Lévy
Les gueules noires

Les gueules noires

« La galerie des jalousies Tome 1 » par Marie-Bernadette Dupuy — Éditions Calmann-Lévy
« La galerie des jalousies Tome 1 » par Marie-Bernadette Dupuy — Éditions Calmann-Lévy
Puits de la Centrale de Faymoreau

Puits de la Centrale de Faymoreau

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog