Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Les livres de Goéwin

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Roman historique, #Policier, #Énigmes, #Jeu de piste, #Sciences occultes, #Aventure

Résumé :

« Automne 1503, trois alchimistes sont retrouvés assassinés dans des circonstances dramatiques. Convaincue qu’un terrible complot se trame à l’ombre de la Couronne, la reine Anne de Bretagne lance sur la piste des suspects le plus improbable des duos d’enquêteurs : le baron de Comballec, un soldat rude et autoritaire, accompagné d’Héloïse Sanglar, une séduisante jeune femme experte en apothicairerie.

Pour déjouer l’incroyable machination conçue par un esprit dérangé, ils devront décrypter les énigmes d’un mystérieux parchemin et récolter des indices en différents hauts lieux symboliques du Royaume. Mais les apparences sont souvent trompeuses. Dissimulés en coulisses, les véritables ennemis sont bien décidés à contrecarrer les efforts de nos héros. Dans ces conditions, le chasseur peut rapidement devenir gibier à son tour…
Vitrail aux pouvoirs mortifères, sciences occultes, disparitions mystérieuses… les menaces ploient sur la jeune Héloïse, bien décidée à venir à bout des adversaires du roi. Mais les temps sont difficiles quand on est une femme, et afin de survivre, il lui faudra l’aide de tous ses alliés. Peut-être même devra-t-elle faire appel à son amour de jeunesse, le chevalier Bayard. À moins que l’attrait grandissant que Comballec exerce sur elle ne bouleverse ses plans… »

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥

Un roman historique passionnant aux intrigues machiavéliques !

Je remercie tout d’abord NetGalley et les Éditions J. C. Lattès qui m’ont envoyé ce livre en sp. Je ne connaissais pas l’auteur et n’avais donc pas lu le premier tome mais cela ne m’a pas gênée du tout.

Cela commence très fort : Maître Barello, alchimiste, a conçu pour de mystérieux commanditaires un verre d’un rouge flamboyant qui possède le pouvoir de tuer. Il est assassiné par un homme albinos qui après l’avoir poignardé grave sur son front un énigmatique message. Or Maître Barello est le troisième alchimiste à disparaître de la sorte. La Reine Anne de Bretagne, persuadée qu’il s’agit d’un complot mettant le Royaume en péril fait appel à deux enquêteurs : Henri de Comballec, baron  de Conches et capitaine des archers, est un homme rude totalement dévoué à sa reine ; Héloïse Sanglar, apothicaire de 24 ans, est une jeune femme au caractère bien trempé d’une grande beauté et d’une intelligence plus grande encore.

Tous deux vont se lancer dans une enquête difficile et à hauts risques. La découverte d’un mystérieux parchemin au texte en vers  sibyllins va les conduire dans un jeu de piste riche en énigmes, embuscades, assassinats qui va les mener de Bourges à Reims en passant par Autun. Durant leur périple, Héloïse et Henri vont apprendre à se connaître puis à s’apprécier. Héloïse profondément éprise du chevalier Bayard succombera-t-elle au charme d’Henri de Comballec ? Parviendront-ils à temps à la cathédrale de Reims pour sauver le roi Louis XII ?

Éric Fouassier nous offre un magnifique roman historique doublé d’une enquête policière tout à fait palpitante. Il maintient le suspense jusqu’à la fin et il est bien difficile de savoir qui sont vraiment les alliés et les ennemis des enquêteurs royaux. Qui est le chasseur et qui est le gibier ? Il est tellement facile de passer du rôle de prédateur à celui de proie. Il a su donner vie à cette époque du XVIème siècle et utiliser un vocabulaire correspondant à l’époque. Grâce à l’alternance des chapitres concernant les aventures de Bayard d’une part et d’Héloïse d’autre part, nous avons une description passionnante de la vie à la Cour, des champs de bataille et des guerres en cours et de la vie quotidienne du peuple en ce temps-là. Il nous fait rencontrer des figures historiques comme Anne de Bretagne, la douce reine Jeanne de France, le chevalier Bayard, la comtesse Louise de Savoie mère du futur François Ier.

Ses personnages sont attachants. J’ai bien aimé l’évolution d’Henri de Comballec : de taciturne et désagréable — au début il a bien du mal à supporter Héloïse qu’il considère comme une « femelle effrontée » — il ne va pas tarder à succomber à son charme. Héloïse est un très beau personnage de femme qui ne s’en laisse guère conter. Magnifique rousse aux yeux verts, c’est une jeune femme courageuse et pleine de ressources. À une époque où les femmes n’ont guère de droits et surtout pas celui de posséder une apothicairerie, grâce aux enseignements de son père qui lui a donné l’éducation généralement réservée aux hommes et à l’appui de la reine, Héloïse est une apothicaire reconnue pour son talent et ses vastes connaissances. C’est grâce à elle et à son esprit qu’Henri de Comballec peut avancer dans son enquête. Et puis nous avons Bayard, le « chevalier sans peur et sans reproche » héros des guerres d’Italie. Amoureux d’Héloïse et aimé d’elle, c’est avec grand-plaisir que j’ai vu ce personnage historique prendre vie sous la plume d’Éric Fouassier.

Ce roman est encore l’occasion de découvrir la médecine telle qu’elle se pratiquait alors, l’utilisation des plantes médicinales et de leurs principes actifs mais aussi une évocation de l’alchimie, sorte de science occulte qui cherchait à fabriquer de l’or par la transmutation des métaux et à rendre l’homme immortel. C’est également l’opportunité d’en apprendre davantage sur l’art du vitrail avant que les maîtres-verriers ne soient supplantés par les peintres.

« Le piège mortel » ravira tous les amoureux de romans historiques mais également tous ceux qui aiment les enquêtes policières et résoudre des énigmes.

Son père lui avait transmis non seulement les secrets de son métier, mais aussi et surtout le goût de la liberté. Quelles que soient les circonstances, elle entendait agir en femme indépendante et peu soucieuse des convenances.

« Le piège de verre», page 30

Il estimait que les médicaments ne servent qu’à soutenir la nature dans sa tâche, mais ne peuvent jamais se substituer à elle.

« Le piège de verre », page 297

Commenter cet article