Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Les livres de Goéwin

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Nouvelles

Résumé :

« Kaléidoscope

Lui revient en mémoire, les pogroms en Russie, en Pologne, en Ukraine, les camps d’extermination nazis et naturellement l’amoureux de sa grand-mère refait surface comme si elle avait retrouvé un frère d’armes et pas de petit Jean pour lui sécher ses larmes.

Mosaïques

Alexandra lisait une histoire aux enfants quand un bruit de chaise que l’on tire lui fit lever les yeux, il s’était assis à côté d’Esteban, il avait fait couper ses cheveux mais le même regard bleu, chaud, qui l’enveloppe de tendresse et son sourire qui ouvre son cœur ; Alexandra pensa à Fitzgerald « il me sourit avec une sorte de complicité qui allait au-delà de la complicité. L’un de ces sourires singuliers qu’on ne rencontre que cinq ou six fois dans une vie, et qui vous rassure à jamais ».

Mon avis :

Frustrant !

J’avoue être bien embarrassée pour chroniquer ces deux nouvelles. D’ailleurs l’éditeur a dû rencontrer le même problème que moi puisqu’il a résolu la chose en citant deux extraits du livre. Le problème, c’est que ces deux extraits en donnent une fausse idée : pogroms, camps d’extermination nazis m’ont fait penser à la Seconde Guerre Mondiale. Quant au second extrait, l’ambiance qu’il décrit ne correspond pas à celle du livre.

Alors un kaléidoscope est un tube avec plusieurs miroirs ainsi que de petits objets colorés qui forment des dessins variés. Quant à la mosaïque, c’est un « assemblage de petits cubes ou parallélépipèdes multicolores (marbre, pâte de verre, etc.) juxtaposés de façon à former un dessin, et retenus par un ciment ». Donc ces deux nouvelles sont un assemblage de moments de vie d’Emma que nous suivons ainsi de l’enfance à l’âge adulte.

L’idée de départ est excellente. La narratrice Emma se remémore des moments de son enfance, de son adolescence jusqu’à sa vie adulte. Dans la deuxième partie, « Mosaïques », nous retrouvons Emma, employée d’un cabinet médical, retrouvant un ami d’enfance Florian, médecin, qu’elle n’a pas vu depuis 6 ans. Dans la suite du récit, nous ferons la connaissance de son amie Christine, d’Alexandra qui elle n’est pas une amie et Emma va nous partager sa vie de femme amoureuse puis d’épouse.

L’ensemble de la deuxième partie m’a laissée sur ma faim. J’ai trouvé que les réactions de Florian et d’Emma manquaient de crédibilité, de profondeur ce qui m’a empêchée d’adhérer à leur histoire. Alors que dans « Kaléidoscope », l’auteur nous présente une Emma qui fait front et tient bon, à l’âge adulte elle se conduit comme une adolescente coléreuse qui fuit dès qu’il y a un problème. Mais c’est un avis qui n’engage que moi.

Carole Beckez-Sianouk traite de plusieurs sujets comme le harcèlement scolaire, l’infidélité, le pardon qui auraient mérités d’être approfondis. Je sais bien qu’il s’agit d’une nouvelle qui par définition se doit d’être courte mais je suis restée sur une impression d’inachevé. Peut-être aurait-il été préférable de ne s’attacher qu’à un seul problème ou peut-être que je n’ai rien compris.

Comme je l’ai déjà dit plus haut, il s’agit d’un avis personnel qui n’engage que moi. D’autres tomberont sous le charme de ces instants de vie.

Commenter cet article