Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Les livres de Goéwin

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Romance, #Séparation, #Dépression, #Saphisme, #Nature, #Rêve

Résumé :

Pour Paula, photographe animalier new-yorkaise, tout s'écroule lorsque l'homme qu'elle aime la quitte brutalement. Au bord de la dépression, elle décide d'accepter un reportage sur la faune canadienne, espérant calmer la douleur de cette rupture par l'éloignement et le dépaysement. C'est là, au milieu des majestueuses forêts du Manitoba, qu'elle rencontre Katie, jeune femme spontanée et troublante qui l'attirera dans son univers, simple et réconfortant, doux et onirique, comme un attrape-rêves...

Mon avis :

Une lecture toute de légèreté et de tendresse, de poésie et de magie… sauf la fin !

Paula, 26 ans, photographe animalière, est au bord de la dépression : Jon vient de lui annoncer qu’il ne l’aime plus et qu’il la quitte. Elle est envoyée à Manitoba pour faire un reportage sur les rongeurs : marmottes, écureuils, opossums et même écureuils volants. Alors qu’elle se rend au lac Caribou pour faire des repérages, elle oublie d’éteindre les phares de son véhicule et ne peut repartir car la batterie est à plat. Elle a la chance d’être secourue par Katie qui l’invite dans son chalet.

Je suis tombée sous le charme de cette nouvelle. Léa Viler a une écriture magique et elle nous transporte véritablement dans cette partie du Canada où nous partageons la chaleur des habitants, la magie de cette Nature si riche. C’est plein d’humour et la relation qui s’instaure entre Paula et Katie est pleine de tendresse et de respect. Seul bémol mais il est d’importance : j’ai vraiment détesté la fin.

L’attrape-rêves

Chaque nuit je fais un rêve
Qui au matin disparaît
Mais je suis sûre d’avoir rêvé
Puisqu’au matin je me souviens ;
C’est un rêve chaud et doux
Comme un soleil caressant
C’est un rêve surprenant
Comme la lune se levant
C’est un rêve fou riant
Comme courir sous la pluie
C’est un rêve rassurant
Comme une main sur mon ventre.
Mais c’est un rêve fuyant
Qui me quitte dès l’aube.
Hier soir, au-dessus de mon lit,
J’ai accroché l’attrape-rêves :
Mon rêve s’y est pris
Et ce matin tu me souris.
K.

Commenter cet article