Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Les livres de Goéwin

Publié le par Goéwin
Publié dans : #CETRO, #Thriller
Résumé :

« Fruit du croisement de la violence et la haine, né dans la souffrance et la froideur, il est différent.
Rien, dans son bagage génétique ou acquis, ne le prédestine à connaître les sentiments inhérents au genre humain.
Pour lui, la vie n'a aucune valeur, et lui-même n'a aucune existence légale.
Il se souvient de tout, au-delà des simples souvenirs d'enfance, jusqu'à ce qu'il a vécu dans le ventre de sa génitrice, comme une vie avant naissance.
Cependant, lorsque d'horribles crimes sont commis dans son entourage, sa mémoire se fait étrangement aléatoire. »
 

Mon avis :

Un thriller ébouriffant, bluffant où l’auteur ne cesse de nous manipuler pour le meilleur et pour… l’horreur !

Dès le début, c’est comme se prendre un coup de poing : on est sonné ! Le narrateur nous partage ce qu’il a vécu dans le ventre de sa mère puis son enfance. Le père est une véritable abomination, la mère ne vaut guère mieux. Le seul amour qu’il connaîtra sera celui de son frère Ernest de cinq ans plus âgé, déficient mental léger, qui lui donnera le nom de Fregory et de sa chienne Dolly qui lui procurera chaleur et premiers soins si l’on peut dire.

Fregory va survivre, il n’a pas d’existence légale mais il est très intelligent. C’est un autodidacte, il n’éprouve peut-être aucun sentiment mais il s’est marié pour se donner l’apparence de la normalité. Sa vie est jalonnée de meurtres dont il se souvient et d’autres dont il n’a gardé aucun souvenir. Et tout le talent de Cédric Veto est là : d’abord, bien qu’il soit un meurtrier, j’ai éprouvé de la tendresse pour son Fregory et j’ai passé toute ma lecture à espérer que ce ne soit pas lui le tueur en série.

Et puis il y a Julie jeune bibliothécaire qui a échappé de peu à un tueur en série appelé l’empailleur, son petit ami Quentin qui lui a sauvé la vie lors de cette agression et est DJ. Ils forment un petit couple adorable. Nous faisons également connaissance avec Eglantine une vieille dame assez antipathique, querelleuse et pilier de la bibliothèque ; Alceste un SDF haut en couleurs ; Camille et Mandy, deux étudiantes pétulantes, adeptes de l’amour vache en paroles ; Sébastien le beau gosse rencontré par Mandy au QI pas très élevé. Nous retrouvons le regard plein de tendresse de Cetro sur tout ce petit monde, les dialogues sont ciselés et débordent d’humour virant au noir parfois.

Avec Fregory, Cetro nous livre une critique acide de Facebook et dénonce le danger de se dévoiler permettant à n’importe quel prédateur de tout connaître de notre vie. « Facebook est mon informateur à domicile, mon fournisseur d’accès à la vie des autres, le google map du cambrioleur et le meetic de l’assassin. »
Il dénonce notre société individualiste où chacun vit pour soi et a peur de son ombre, où l’altruisme a disparu. Il pose la question dérangeante de notre obsession morbide pour les monstres, les démons. Et je me suis demandée ce que cela faisait de moi cette fascination pour les thrillers mais je renverse également la question : qu’est-ce qui pousse un auteur à les écrire ?

Donc un roman très très riche comme toujours avec Cetro et très bien écrit ; un thriller où on est au-delà de l’horreur avec un père qui n’a d’humain que le nom, un tueur en série tellement monstrueux qu’on a du mal à l’imaginer et à travers toute cette horreur des pépites d’amour comme celui d’Ernest pour Fregory, de Quentin et de Julie, des dialogues et des réflexions qui sont des petits bijoux d’humour avec des répliques hilarantes. Et un Cetro en grande forme qui nous mène où il veut et nous fait douter de tout et même du nombre de tueurs, un Cetro qui nous fait passer par toute une gamme de sentiments allant du sourire aux larmes, de l’angoisse au rire, de l’envie de vomir à l’émerveillement… Ce livre est en même temps déchirant à cause de toutes ces âmes perdues, déchues de leur humanité à cause d’une enfance, d’une adolescence fracassées ou d’une rencontre avec l’insoutenable.

– avec Cédric Veto, http://www.cetro.fr/ et https://www.facebook.com/Le-ptit-monde-de-Cetro-717729394922284/.

 

 

Commenter cet article