Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Les livres de Goéwin

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Historique, #Littérature
Résumé :

« Helena Jans van der Strom n’est pas une servante comme les autres. Quand elle arrive à Amsterdam pour travailler chez un libraire anglais, la jeune femme, fascinée par les mots, a appris seule à lire et à écrire. Son indépendance et sa soif de savoir trouveront des échos dans le cœur et l’esprit du philosophe René Descartes. Mais dans ce XVIIe siècle d’ombres et de lumières, leur liaison pourrait les perdre. Descartes est catholique, Helena protestante. Il est philosophe, elle est servante. Quel peut être leur avenir ?
En dévoilant cette relation amoureuse avérée et méconnue, Guinevere Glasfurd dresse le portrait fascinant d’une femme lumineuse, en avance sur son temps, et révèle une autre facette du célèbre philosophe français.
Un roman de passion et de liberté qui nous plonge dans une fresque envoûtante des Pays-Bas au « siècle d’or », à la manière de La Jeune Fille à la perle. »

 

Mon avis :

Un premier roman envoûtant, bluffant !
Il ne fait pas bon être une femme au XVIIème siècle aux Pays-Bas comme pratiquement partout ailleurs. A partir de quelques faits historiques incontestables,- Helena a bel et bien existé, elle savait lire et écrire, elle a eu une petite fille que Descartes a reconnue - Guinevere Glasfurd nous dresse le portrait d’une jeune femme passionnée, éprise de liberté qui a appris à lire et à écrire seule, qui collectionne les mots, qui a soif d’apprendre et qui est servante chez un libraire qui va loger le philosophe René Descartes. Leur rencontre va donner vie à une relation qui va durer jusqu’à la mort du philosophe.

L’auteur m’a fait découvrir un nouveau visage de Descartes, plus humain et assez loin du philosophe de mes livres d’étude. D’une plume fluide et élégante elle a donné vie à ce couple improbable : un Descartes amoureux prudent, un père ayant à cœur d’instruire sa petite fille, un scientifique et mathématicien passionné et partageant ses découvertes avec sa servante. Grâce au talent de Ginevere Glasfurd c’est toute une époque qui se révèle. J’ai admiré chez Descartes cette ouverture d’esprit qui lui fait passer outre les préventions de son époque : il offre des plumes, du papier et de l’encre à Helena alors que cela lui était refusé par son maître, il la fait participer à ses expériences, il ne considère pas comme une barrière leurs religions différentes, ils s’écriront pendant des années. Helena est un très beau personnage de femme et je remercie l’auteur qui nous l’a fait connaître.

Au final, un roman que l’on dévore et qu’on ferme à regret tant cette plongée dans le « siècle d’or » était passionnante.

– avec Guinevere Glasfurd et Préludes Éditions.

Commenter cet article