Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Au-pays-de-Goewin.over-blog.com

Les livres de Goéwin

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Romance contemporaine, #Mariage, #Littérature sentimentale

Résumé :

Lena et Paul s’apprêtent à vivre le plus beau jour de leur vie. Alors que l’organisation de l’événement prend forme, Cameron, le témoin et demi-frère de Paul, rejoint les futurs époux afin de les accompagner dans les préparatifs.

Si le destin sonnait à votre porte au moment le moins opportun, le laisseriez-vous entrer dans votre vie ?

Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥

Une belle romance qui sent bon l’été et le goût des choses simples.

Lena aime Paul. Ils sont ensemble depuis cinq ans et même si l’amour fou du début s’est calmé pour devenir plus routinier, elle prépare avec joie leur mariage prochain. Diplômée en secrétariat, elle n’a pas encore trouvé un emploi qui lui convienne sur Biarritz et occupe ses loisirs forcés en écrivant. C’est son jardin secret, elle n’en a rien dit à Paul. Il est avocat et de plus en plus pris par son travail. Lena en souffre. Il se désintéresse complètement des préparatifs du mariage, se déchargeant sur elle pour tout gérer. C’est alors que Cameron, le demi-frère de Paul, qui sera leur témoin les rejoint pour les aider dans les préparatifs. Il est comme une bouffée d’air pur dans la vie de Lena qui va commencer à se poser des questions.

J’ai adoré cette romance écrite par la talentueuse Blandine P. Martin. Je me suis très vite attachée aux différents personnages, sauf à Paul (et à sa riche famille) qui manque singulièrement de délicatesse dans ses remarques envers Lena. C’est vraiment un butor et il n’en a absolument pas conscience, sûr de son charme. Petit à petit, au contact de Cameron et de son groupe de musiciens rock, les Dark Alchemy, Lena prend conscience de tout ce dont elle s’est éloignée au cours de sa vie avec Paul : les plaisirs simples, le partage des sentiments, la joie d’apprécier le moment présent, le goût de la vie tout simplement. Grâce à Cameron, Spencer, Miles et tout particulièrement Daisy, elle va comprendre à quel point elle s’est éloignée de ses propres désirs pour se couler dans un moule qui ne lui correspond pas. Paul la comprendra-t-il ?

Une belle romance qui nous rappelle l’importance de ne pas renoncer à nos rêves et à ce que nous sommes.

Tout était donc question de choix. Il suffisait de devenir acteur de sa vie, et non plus spectateur. De se dire un beau jour, j’arrête tout ça, ce n’est pas moi. Cela semblait si simple. Ça l’était sans doute, lorsque l’on n’avait rien à perdre. Ce n’était pas mon cas.

Une vie sans amour n’est pas une vie, c’est un poids. Personne ne peut vivre sans ce soutien infaillible de quelques proches, prêts à tout pour égayer notre existence. Une touche de bleue s’avère essentielle à toute toile trop grise.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Science-Fiction, #Fantastique, #Suicide, #Quête

Résumé :

Trois jeunes gens d’époque et de lieux différents meurent. Une vestale romaine, un Japonais des années 30 et un Allemand des années 2020 : leur seul point commun est qu’ils se sont tous suicidés. Tous les trois se retrouvent dans un lieu étrange : le monde d’Ether, un système constitué de gigantesques anneaux concentriques : terre, air, eau, feu et métal. Quel est donc ce monde où semblent s’être réunis les jeunes de toutes les époques ayant mis fin à leur jour ? La réponse est au centre du système, mais pour y arriver ils devront franchir tous les anneaux et rejoindre le centre. Seuls ceux qui atteignent le but auront une réponse. Un seul clan gagnera et ils sont nombreux à vouloir tenter l’aventure.

Mon avis :

Addictif ! Un univers tout à fait original et des personnages atypiques.

D’habitude je ne suis pas très science-fiction mais le résumé m’avait vraiment intriguée et je ne regrette absolument pas d’avoir cédé à ma curiosité. Après s’être suicidé, Mutsuo, un Japonais des années 30, reprend conscience dans un monde étrange où il se retrouve seul. Décidé à en finir une bonne fois pour toutes, il se fait hara-kiri avec son katana qu’il a trouvé auprès de lui mais il reprend de nouveau conscience dans le même monde étrange. Opimia, une Vestale (environ 235 ans avant Jésus-Christ), s’est ôtée la vie dans le temple de Vesta par pendaison. Elle ne comprend pas où elle se trouve mais conserve l’espoir de découvrir d’autres ombres comme elle. Luther, à Cologne né en 2012, après avoir perdu la partie dans un jeu vidéo, a décidé d’en finir et pour cela a trafiqué sa console afin d’être tué par une gigantesque décharge électrique. Il décide lui aussi de partir à la découverte de ce monde inconnu. Tous trois vont finir par se rencontrer et ils découvriront ensemble cet étrange univers.

Ce qui est fascinant d’emblée c’est la variété d’émotions et de réactions de nos trois personnages. Nicolas Bouchard les fait réagir en fonction de leur époque et c’est passionnant de voir leurs différentes croyances se confronter. Ils ont également conservé tous leurs défauts et mauvaises habitudes. De même, ils s’expriment dans leur langue natale ce qui constitue un frein à leur communication. Si Mutsuo connaît quelques mots d’allemand qui lui permettent de communiquer avec Luther, aucun des deux ne comprend ce que dit Opimia.

Mutsuo est un criminel violeur et tueur en série, antipathique au possible. Malheureusement pour lui, il ne peut plus tuer personne, l’une des caractéristiques du monde d’Etherna étant que ces jeunes humains reviennent immédiatement à la vie avec de nouveaux tatouages correspondant aux plaies causées. Lors de leur périple, ils rencontreront Béatrix, une bourgeoise du 18ème siècle, également meurtrière en série, Jonas un soldat sudiste de la Guerre de Sécession, Dilo né en 1459 à Florence qui sait s’exprimer en latin ce qui leur permettra de comprendre Opimia. Ils vont s’unir pour former le Clan des Têtes Folles. Une seule chose est commune à tous les humains se retrouvant sur Etherna, ils se sont tous suicidés et je n’en ai trouvé aucun de réellement sympathique. Mais le talent de l’auteur est tel que je n’avais qu’une envie, savoir comment ils en étaient arrivés là et comment ils allaient s’en sortir.

Nicolas Bouchard a créé un univers tout à fait fascinant et déroutant. Ce nouveau monde est constitué de plusieurs anneaux concentriques correspondant à la Terre, l’Air, l’Eau et le Feu avec au centre, l’Éther, qui fournit la lumière et que tous doivent rejoindre. Que se passera-t-il lorsqu’ils y parviendront ? Mystère ! Mais une chose est sûre, quand ils échouent, ils se retrouvent sur le premier anneau, celui de la Terre où ils ont atterri après leur suicide. L’auteur nous offre un monde plein de poésie avec des créatures étranges, les esprits des bois sur l’anneau Terre qui peuvent se révéler très dangereux pour qui les approche de trop près, les esprits de l’Air sur l’anneau du même nom, tous ces esprits ayant en commun une sensualité et une sexualité exacerbées mais aussi des peuples magiques et attachants, ils sont bien les seuls d’ailleurs.

Pour passer d’un anneau à l’autre, chaque clan construit une sorte de vaisseau capable de voler mais aussi de flotter. Les autres membres des clans sont encore pires que nos premiers personnages. La guerre entre eux est féroce et s’ils ne peuvent pas se tuer, du moins peuvent-ils faire souffrir et mourir lentement.

Un univers violent et étrangement addictif où on retrouve tous les maux de l’humanité : le mépris et l’asservissement de la femme, l’esclavage, la torture, le viol, la loi du plus fort, le nazisme, des méthodes dignes de l’Inquisition… Mais il y a ce peuple de l’anneau de l’Air terriblement attachant et le sacrifice consenti par un esprit pour sauver un humain et plus que tout la plume talentueuse de Nicolas Bouchard qui nous envoûte et nous rend accro. J’avoue que j’ai hâte de découvrir la suite.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Fantasy, #Magie, #Quête, #Loup, #Fantastique, #Aventure

Résumé :

Vous qui tenez ce livre, Êtes-vous en quête de rêve ? De péripétie ? De magie ? De Féérie ? De complot ? d'intrigue ? Si non, posez-le. Ce livre n'est pas pour vous. Lors de ce récit, vous suivrez Algorn, un jeune homme dont le sang est imprégné des plus grands pouvoirs que ce monde ait vu naître : celui des dragons. Entrez à Neptusa ! Accompagnez Algorn dans ses quêtes et ses rencontres aussi bien merveilleuses que maléfiques. Découvrez le monde à ses côtés ! Mais veillez à rester sur vos gardes. Entrer dans ce monde ne garantit pas d'en sortir.

Mon avis : ♥ ♥

Un univers très riche et plein de féérie.

Algorn est un magnifique jeune homme de 17 ans, d’une vive intelligence, doué de pouvoirs encore méconnus. Malgré l’interdiction, il continue à s’exercer comme mage. Courageux et même téméraire, il ne supporte pas l’injustice ce qui va l’entraîner dans des aventures périlleuses. Grâce à lui, nous allons découvrir un univers de magie avec des créatures enchantées mais également le secret de ses pouvoirs.

Je remercie les Éditions Librinova ainsi que NetGalley qui m’ont permis de découvrir un nouveau jeune auteur, Ben David, grâce à ce Service Presse pour lequel j’avais postulé, attirée par la magnifique couverture de ce livre et par le résumé. L’auteur a créé un univers magnifique avec des créatures magiques d’une grande beauté et sagesse. J’ai adoré suivre Algorn qui est un personnage attachant et plein de qualités. Il a passé les premières années de sa vie dans une famille aimante et les relations qu’il entretient avec ses frères et sœurs sont emplies de tendresse et d’humour. Je suis totalement tombée sous le charme du Crylace qui n’est autre qu’un loup mais pas n’importe lequel : un esprit du Nord doué d’une grande sagesse et d’énormes pouvoirs. Il va jouer un grand rôle dans la vie d’Algorn à qui il sauvera la vie et qu’il introduira dans sa nouvelle vie.

Je ne peux que vous conseiller ce livre qui ravira tous les amateurs de fantasy, tous les amoureux des loups et des dragons mais aussi des fées. Ben David a une écriture fluide et limpide. Ne vous laissez pas refroidir par le prologue qui est un peu déroutant tant il est rempli d’informations. Ne vous inquiétez pas, la suite vous éclairera. C’est un premier roman attachant, plein de fantaisie, d’aventures et de rebondissements. Je l’ai dévoré en quelques heures et j’ai hâte de connaître la suite. Seul petit bémol : il reste encore beaucoup de fautes d’orthographe, d’accords, mais cela n’enlève rien à la qualité de l’intrigue.

Voir les commentaires

Résumé :

Lucide et sans mièvrerie, porté par une écriture pleine de poésie, un témoignage bouleversant sur les mécanismes de la dépression et les liens uniques qui se nouent avec nos animaux de compagnie.

Julie Barton a 22 ans lorsqu'elle se retrouve paralysée d'angoisse sur le sol de sa cuisine new-yorkaise. Sa mère qui l'aide à faire ses bagages et la ramène auprès des siens, dans l'Ohio. Personne ne comprend ce qui lui arrive, elle-même ne se reconnaît pas. Le diagnostic tombe : c'est la dépression. Commence alors un long et douloureux cheminement pour comprendre et recouvrer la santé... Psychanalystes, psychiatres, parents, tous désespèrent de la voir sortir de cet état d'autodestruction qui la tient prisonnière. C'est l'adoption de Bunker, un golden retriever, et l'amour inconditionnel qui l'unit très rapidement au chiot, qui va changer son destin, modifier sa perception d'elle-même et des autres, et lui permettre de comprendre la cause refoulée de son mal-être.

Un témoignage bouleversant, qui fouille la prégnance des traumatismes infantiles, démontre la nécessité du pardon et la capacité de l'humain à surmonter les plus difficiles épreuves. Un texte plein d'espérance, qui dépeint le combat acharné d'une jeune femme pour vivre.

Mon avis :

Coup de cœur ! Ce livre est une merveille.

Avant toute chose je veux remercier les Éditions Belfond ainsi que NetGalley pour ce Service Presse bouleversant. Dog Médecine c’est l’histoire de Julie, 22 ans, qui un soir s’est effondrée sur le sol de son appartement totalement submergée par des idées dépréciatives et suicidaires, incapable de réagir. Par chance, elle a réussi à joindre sa mère qui aussitôt a pris la route pour venir la chercher. Jusqu’à ce que sa dépression soit diagnostiquée, tous se sentent désarmés et ne savent pas trop comment l’aider. La jeune femme va se battre pour s’en sortir mais n’y parviendra réellement qu’après l’adoption d’un adorable chiot golden retriever. Immédiatement c’est le coup de foudre entre Bunker et Julie. Tous deux, aidés de psychiatres vont entamer un long chemin de reconstruction.

Merci à Julie Barton pour ce témoignage d’espoir et à sa famille qui a autorisé sa publication. L’auteur a un véritable talent pour nous faire partager les pensées qui l’animent. On ressent tout son désespoir, son mal-être et cette terrible incapacité à s’en sortir malgré l’aide de ses proches. La réaction des parents dans le passé est difficilement compréhensible : très présents à leur fille sauf dans le cas des violences exercées par son frère devant lesquelles ils sont complètement dépassés et ne savent comment réagir. Julie Barton est une enfant rêveuse, pleine de magie. Ses descriptions de la Nature, des animaux sont empreintes de poésie. Son frère l’a totalement démolie et pas que physiquement ce qui a entraîné une relation malsaine avec les hommes qui avaient toute latitude de la traiter comme une serpillère.

Le parallèle qu’elle établit entre tous ces jours où elle ne trouve le soulagement que dans l’hypersomnie et les premiers jours de chiot de Bunker est saisissant. J’ai été bouleversée par son récit de la vie et de la mort des différents chiens qui ont partagé sa vie durant son enfance dans sa famille. Sa rencontre avec Bunker est poignante et il se révèle un magnifique éducateur de vie. Grâce à lui, nous assistons  à la difficile reconstruction de Julie toujours à la merci d’une rechute. C’est particulièrement dramatique lorsqu’elle rencontre un homme bien qu’elle peut aimer et qui l’aime et qu’elle cède à ses réflexes autodestructeurs.

Julie Barton dans ce livre nous montre ce qu’est la dépression, une maladie encore trop souvent considérée comme honteuse et dont on parle peu. Elle nous révèle également l’importance d’être soutenue par la famille, les amis mais aussi par des professionnels de la santé et des médicaments qui aujourd’hui ont faits leurs preuves. Et puis elle rend un hommage touchant à nos animaux dits de compagnie dont l’amour sans faille nous aide sur ce chemin difficile. Je crois que je me souviendrai longtemps de Bunker. La zoothérapie encore bien trop décriée commence à être étudiée sérieusement.

Un livre courageux et plein d’espoir qui peut aider non seulement ceux qui souffrent de dépression mais aussi ceux qui les entourent. Un livre à mettre entre toutes les mains.

Julie et Bunker

Julie et Bunker

« Dog Médecine » de Julie Barton — Belfond
« Dog Médecine » de Julie Barton — Belfond
« Dog Médecine » de Julie Barton — Belfond

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Thriller, #Gilles Milo-Vacéri, #Suspense, #Littérature, #Policier, #Vengeance, #Enquête, #Mafia

Résumé :

Un autobus de la ville de Marseille est pris pour cible par deux terroristes. Fabian Galardino, commandant de la Crim, se rend sur les lieux et retrouve parmi les victimes le corps de son ex-femme. Deux jours après ce drame, Stan, le tueur en série qu’il avait arrêté, parvient à s’évader.

Pourquoi un tel carnage a-t-il été perpétré dans un bus ?

Comment Stan a-t-il pu disparaître si facilement et sans laisser de traces ?

Entre l’attentat, un deuil douloureux, Stan en cavale, plusieurs tentatives d’assassinat et un singulier trafic de stupéfiants, aidé par Sonia, une journaliste d’investigation, Fabian Galardino devra mener de front deux enquêtes difficiles et dangereuses qui le mèneront des bas-fonds marseillais jusqu’en Asie.

Alors que les apparences n’ont jamais été si trompeuses et les périls si nombreux, comment Fabian réussira-t-il à faire éclater la vérité ?

Après tout, on ne meurt qu’une fois...

Mon avis : ♥ ♥

Un thriller percutant et mortellement addictif.

Tout commence en France par le rendez-vous entre un mystérieux Libanais et deux Asiatiques pour parler d’une non moins mystérieuse opération nommée Cheval de Troie. Deux jours plus tard à Marseille, le commandant Fabian Galardino tout heureux s’apprête à revoir son ex-femme Isabelle dont il est toujours amoureux. C’est alors que tout le service est mobilisé sur le lieu d’une fusillade dans un bus. Fabian découvre Isabelle parmi les victimes. Complètement dévasté, il refuse d’être écarté de l’enquête. Mis en congés obligatoires par son divisionnaire, Fabian commence malgré tout ses recherches. Isabelle était la dernière personne à tuer et les meurtriers ne se doutent pas de ce qu’ils ont déclenché. Un de ses indics apprend à Fabian qu’un nouveau groupe de malfrats tente d’infiltrer Marseille et qu’il soupçonne la mafia chinoise. Lors de ce rendez-vous avec son contact, il fait la connaissance de Sonia Vecchia, une journaliste indépendante qui enquête depuis 6 mois sur l’arrivée de la mafia chinoise. Tous deux décident de coopérer et d’échanger leurs informations. Dans le même temps Stan, le plus prolifique des tueurs en série français s’évade alors que Fabian l’avait arrêté après une année de folie pour le capturer. Et comme si cela ne suffisait pas, voilà que lui et Sonia sont victimes d’une tentative d’assassinat.

Dans ce thriller qui est une réédition et qui a été entièrement revu, Gilles Milo-Vacéri ne nous laisse pas souffler un seul instant, aucun temps mort. Stan est un thriller haletant, percutant, intense, qui s’empare de vous et vous fait passer par tous les sentiments. Au début je me suis retrouvée le cœur broyé par la souffrance ressentie par Fabian lorsqu’il découvre Isabelle assassinée. L’auteur a un don pour nous faire vivre les émotions de ses personnages et j’ai partagé cette douleur inimaginable que l’on éprouve face à la disparition d’un être aimé tant la réaction de Fabian est poignante, bouleversante.

Je me suis attachée aux principaux protagonistes de Stan. Ce tueur en série n’est pas n’importe qui, il n’est autre que le « capitaine Sergueï Stanislas Djezensko, attaché au 2e REP et commandant la Compagnie d’Éclairage et d’Appui, instructeur de la section des commandos parachutistes ». Après la mort de sa fille Anastassia suite à une overdose et le suicide de sa femme Natacha, fou de douleur, il s’est transformé en impitoyable justicier et s’est mis à tuer tous les dealers qu’il considérait comme responsables. Arrêté par Fabian, il vient de s’évader et il se fait l’ange gardien du commandant et de Sonia, mais un ange gardien de l’apocalypse. Mieux vaut être dans le même camp que lui. Gilles Milo-Vacéri maintient le suspense et jusqu’à la fin du livre, nous nous demandons le pourquoi de cette évasion. Stan fait froid dans le dos et nous avons de la chance, l’auteur ne nous donne pas tous les détails des interrogatoires qu’il fait subir à ses proies. C’est un prédateur sans pitié et j’avoue qu’à la fin, lorsqu’il met la main sur les deux responsables de la tuerie du bus, j’en ai oublié de respirer et j’ai dû me trouver une « lecture à l’eau de rose » pour me changer les idées et pouvoir m’endormir. En même temps, l’auteur a su me le rendre sympathique par son sens de l’honneur, du devoir et même de son humour. Comment ne pas comprendre sa croisade, sa soif de vengeance alors qu’il a tout perdu, qu’on lui a enlevé les seuls êtres qu’il aimait.

Autre personnage attachant : Fabian Galardino. C’est un véritable tsunami cet homme. Il entre dans des colères volcaniques mais qui ne durent pas. C’est quelqu’un de profondément humain, un être courageux qui ne cède pas à sa peur. J’aime énormément Fabian, ce n’est pas un surhomme, il a peur, a les jambes en coton mais il montre le véritable courage qui consiste à agir malgré tout. Et puis toujours l’humour : Gilles Milo-Vacéri arrive toujours à nous faire rire et sourire même dans les situations les plus dramatiques. Durant la majeure partie de l’enquête, Fabian a l’impression — et nous avec — d’être une marionnette dont les fils sont activés par des forces inconnues. L’auteur nous tient en haleine du début à la fin.

Nous avons deux personnages féminins : la journaliste Sonia Vecchia et Li-Mei Wang. Toutes deux sont des femmes de caractère qui ne s’en laissent pas compter et voir Fabian victime de leur humour est très amusant. Sa première avec Sonia est assez explosive, j’ai envie de dire qu’ils ont aussi mauvais caractère l’un que l’autre et malgré leur coopération, ils gardent chacun leurs secrets. Au fur et à mesure que nous avançons dans l’intrigue, nous ne cessons de nous demander qui est véritablement Sonia ? Menacée, la jeune femme après avoir sauvé la vie de Fabian devra aménager chez le jeune homme qui refuse de la laisser sans protection. J’ai bien ri devant la réaction du capitaine Guy Larboise, ami et collègue de Fabian lorsque lui et Sonia n’en font qu’à leur tête : « Nom de Dieu ! j’avais déjà un dingue à surveiller, maintenant j’en ai deux sur les bras. Vous êtes aussi cinglés l’un que l’autre, ma parole ! Et moi, je fais quoi ? Je vais à l’église allumer un cierge et j’attends votre retour, tranquillement assis sur mon cul ! » Ou encore lorsqu’il essaie de jouer les entremetteurs. Guy et son épouse Christelle sont les meilleurs amis de Fabian et leur amitié fait chaud au cœur. Li-Mei Wong est une autre femme extraordinaire et l’aide qu’elle va leur apporter à tous est primordiale.

Comme toujours, le récit est extrêmement bien documenté et les notes sont un plaisir à lire et très instructives. L’auteur nous fait voyager de Marseille à Beyrouth au Liban puis il nous emmène en Corée du Sud, à Séoul, pour finir à Shanghai en Chine, et en Australie pour certains d’entre eux. La plume précise et élégante de Gilles Milo-Vacéri déroule devant nos yeux de magnifiques paysages et nous fait rêver. Quant à sa description des spécialités culinaires libanaises, elle m’a vraiment mis l’eau à la bouche.

Conclusion : un thriller violent, addictif, où les intrigues et les rebondissements se succèdent sans temps mort, avec un suspense maintenu jusqu’au bout et des révélations jusqu’à la fin, avec de beaux personnages attachants très humains sans oublier l’humour toujours présent et une belle écriture. Du Gilles Milo-Vacéri pour tout dire !

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Policier, #Enquête, #Thriller psychologique

Résumé :

Une superbe jeune femme est retrouvée assassinée chez elle, au pied de sa table dressée pour un dîner romantique. L’inspecteur Antoinette Conway, de la brigade criminelle de Dublin, est chargée de l’enquête avec Stephan Moran. Il est son seul allié dans un quotidien fait de mesquineries et d’humiliations – pas facile d’être une femme flic en Irlande.


Tout condamne a priori le nouveau petit ami de la victime, et les autres inspecteurs font pression sur Antoinette pour qu’elle le mette derrière les barreaux, or elle résiste, persuadée que l’affaire n’est pas si évidente que le laissent présager les apparences. C’est alors que le crime prend une tournure bien moins banale…

 

Mon avis :

Un polar très noir à l’atmosphère étouffante.

Il ne fait pas bon être une femme flic en Irlande. L’inspecteur Antoinette Conway a pour seul allié son équipier Stephan Moran. Tous deux se voient chargés d’une enquête à priori simple, un cas classique de violence conjugale : une jeune femme a été retrouvée morte chez elle et tout semble indiquer que c’est son petit ami, Rory, le coupable. Sauf que le commissaire leur a adjoint un inspecteur plus ancien pour les épauler, Breslin, qui va tout mettre en œuvre pour faire condamner Rory. Il va se montrer tellement insistant qu’il va éveiller les soupçons d’Antoinette dont la vie à la brigade est une succession de moqueries et humiliations de la part de ses partenaires masculins à l’exception de Stephan.

Je remercie NetGalley ainsi que les Éditions Calmann-Levy pour ce Service Presse. Depuis longtemps j’avais envie de découvrir cet auteur mais je dois avouer que je suis déçue. J’ai eu beaucoup de mal à terminer ce livre qui fait quand même plus de 500 pages. Et pendant plus de 400 pages, l’enquête piétine et surtout j’ai trouvé que le personnage principal, Antoinette, était dure, aigrie, agressive, dénuée d’empathie et de compassion. Et je ne parle même pas de l’inspecteur Breslin qui est tout à fait déplaisant. La manière dont ils voient le suspect est malsaine, irrespectueuse. Le seul qui se montre humain, c’est Stephan, le co-équipier. Par contre lorsqu’ils auditionnent le véritable coupable, tout le talent de Tana French se découvre. Le meurtrier se révèle féroce lors de son interrogatoire mais je n’ai pas pu m’empêcher d’avoir mal pour lui quand il découvre à quel point il a pu être abusé.

Nous avons donc une enquête dans laquelle nous sommes immergés et que l’auteur nous fait vivre comme si nous y étions. Elle a un don pour l’étude psychologique de ses personnages qui sont très fouillés.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Dark Romance, #Viol, #Enlèvement, #Domination, #Soumission, #BDSM, #Romance MM, #Érotisme

Résumé :

Il s’était cru libre jusqu’à devenir leur proie.

Mais peut-être était-il enchaîné sans le savoir.

Peut-être l’ont-ils libéré…

AVERTISSEMENT : cette série contient des scènes érotiques explicites entre hommes, à deux ou et à plusieurs, et à caractère BDSM. Elle s’adresse à un public averti.

 

Mon avis :

De la révolte à l’acceptation…

« Il s’était cru libre jusqu’à devenir leur proie. » ne veut pas dire qu’il s’agit de vampires. Ceux qui s’attendaient à lire une histoire de vampires se sont trompés, ils n’ont pas bien lu le résumé ou n’ont pas lu le livre. Certes Kellian s’est demandé s’il n’avait pas été enlevé par « des cinglés jouant à être des vampires » mais dès la fin du chapitre 3, nous savons qu’il s’agit d’incubes et que cela se passe dans une autre dimension.

Ensuite l’avertissement : ce livre s’adresse à un public averti, il n’est pas à mettre entre toutes les mains. Il contient des scènes érotiques explicites entre hommes, à deux ou à plusieurs et à caractère BDSM. J’insiste sur le « à caractère » qui fait toute la différence. Vous ne trouverez pas de contrat ou d’accord passé entre soumis et dominants. Par ailleurs, cette histoire se déroule dans une autre dimension, les règles qui s’appliquent ne sont donc pas celles de notre monde.

Enfin, si le MM ou le BDSM ne sont pas votre came, ne vous forcez surtout pas à en lire un, il y a de grandes chances que cela vous déplaise et dans ce cas, ne vous en prenez qu’à vous-mêmes. À moins d’être masochistes, je ne vois pas l’intérêt de se lancer dans une lecture que d’emblée vous savez ne pas aimer.

En ce qui concerne « Tu baisseras les yeux » je pense que soit on aime, soit on déteste. Dans ce dernier cas, il est primordial de vous rappeler que l’auteur est un être humain sensible, il a passé des heures à donner vie à ses personnages et le minimum est de respecter son travail. Que vous aimiez ou pas, respectez son livre ! Et le fait que vous n’aimiez pas n’enlève rien aux qualités d’un livre, à son écriture, son scénario, ses personnages, la créativité, etc…

Kellian qui vient de se faire plaquer par Kevin se rend à une invitation à laquelle ils devaient aller tous les deux. Il n’a pas vraiment lu le carton et se retrouve dans une soirée consacrée au BDSM. Il est immédiatement repéré par Camer et Ethaniel, deux prédateurs qui le violent avant de l’enlever. Il se retrouve captif d’incubes dans une autre dimension. Commence alors une longue lutte entre Kellian qui refuse de céder et de reconnaître qu’il aime et prend du plaisir aux humiliations, corrections, relations forcées et ses ravisseurs. En fait, champion de la mauvaise foi, Kellian est un soumis qui s’ignore et les incubes avec leurs dons particuliers ont su discerner sa véritable personnalité. Mais Kellian l’acceptera-t-il ?

En ce qui me concerne, j’ai passé un excellent moment en compagnie de Killian et de ses ravisseurs mais je ne suis pas une experte en BDSM donc le fait que ce soit « à caractère de » me suffit amplement. J’ai aimé que Killian résiste et se révolte et il n’est pas le seul, d’autres soumis avant lui ont donné du fil à retordre à nos incubes et quels incubes ! J’avoue avoir une préférence pour le charismatique Inadrel. Et puis Blood Angel a créé un univers original, un monde où ne vivent que des incubes et elle nous offre une belle histoire où l’amour et la tendresse, la solidarité et l’amitié trouvent toute leur place. Alors c’est vrai, c’est hard, c’est dark, il y a beaucoup de scènes de sexe, c’est chaud bouillant mais sans aucune vulgarité.

Au final une dark-romance MMM à caractère BDSM surprenante, intense, très bien écrite et pleine de fantaisie mais à réserver à un public averti.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Fantasy

Résumé :

Le jour de sa majorité, les sombres pressentiments de la princesse Erina se réalisent. Son frère Erik, le roi, est détrôné par un de ses féaux, qui s'est allié aux envahisseurs. Leur plus farouche conquérant, le duc Dambre, lance ses armées contre les terres du Nord.

Après s'être miraculeusement échappée du château familial, Erina, contrainte à l'exil, entame un long périple accompagnée d'un gabarier et d'un chef de bande. Mais un assassin impitoyable, Morsange, soudoyé par ses ennemis, s'est lancé à sa poursuite.

En chemin, la jeune femme découvrira la destinée tragique de ses parents, et peu à peu révélera sa véritable nature. Pendant ce temps, le tyran qui règne sur le territoire des Ombres attend son heure...

 

Mon avis :

Des aventures menées tambour battant.

Alors que la princesse Erina s’apprête à fêter son anniversaire, 16 ans, âge de la majorité, le royaume est attaqué par leur vieil ennemi de toujours, le duc Dambre bras droit du roi de la Terre des Ombres. Son frère le roi Erik se retrouve emprisonné suite à la trahison de leur vassal, Talbernot qui les a livrés au duc Dambre mais Erina parvient à s’enfuir. Désireuse de rejoindre les terres de sir Argun au Nord, elle va entamer un long périple au cours duquel elle va se découvrir d’immenses pouvoirs qu’elle va devoir apprendre à maîtriser. Les rencontres, bonnes et mauvaises, vont se succéder. Dans son exil, elle sera aidée par Nohlan le batelier et Barbe Lame, un chef de brigands totalement acquis à sa cause. Ils devront lutter contre Morsange, un assassin lancé aux trousses de la princesse et chargé de la ramener morte ou vive.

Ce premier tome du Cycle des Tempêtes est une succession d’aventures et de rebondissements. Brice Milan multiplie les intrigues, les coups du sort, les retournements de situation. Les chapitres, courts, contribuent à donner un rythme endiablé au livre. On ne s’ennuie pas une seule seconde et on tourne les pages les unes après les autres. J’avoue avoir hâte de découvrir la suite des aventures d’Erina et je remercie l’auteur pour ce Service Presse.

Les personnages sont nombreux et pour la plupart attachants. Je pense en particulier à Erina qui a bien du mal à ne pas se laisser emporter par son caractère et à dominer ses pouvoirs ; à Erik, prince malchanceux qui ne se laisse pas abattre par les coups durs ; à Nohlan le batelier amoureux de sa princesse ; à Barbe Lame, le bandit au grand cœur qui veille sur Erina comme sur la prunelle de ses yeux ; à Silveira, la Semeuse de rêves et sa louve blanche Shania. Par contre, j’ai détesté l’infâme traître Talbernot, le monstrueux roi des Ombres et le duc Dambre.

Chaque médaille ayant son revers, l’auteur a voulu aller un peu trop vite et certaines scènes, certains personnages auraient mérité d’être un peu plus approfondis mais vu qu’il y aura deux autres tomes, il est fort possible qu’on y trouve les réponses. Par contre, une relecture portant sur les noms des personnages serait nécessaire. À cinq reprises au moins, l’auteur s’est trompé dans le prénom du personnage ce qui fait assez bizarre.

Au final, une belle découverte, un récit de fantasy totalement addictif.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Littérature, #Solitude, #Deuil, #Amitié, #Drame, #Famille

Résumé :

Un roman lumineux qui fait la part belle à l’amitié et l’espoir.

A 104 ans, Mlle Ona Vitkus pensait en avoir fini avec les sentiments. Mais l’arrivée dans sa vie si ordonnée d’un jeune garçon pas comme les autres va tout chambouler.

Du jour au lendemain, la vieille dame se trouve embringuée au cœur d'une famille en plein tourment, et même dans un road trip inattendu et burlesque. Chemin faisant, elle découvre que la vie lui réserve encore bien des surprises, et, surtout, qu'elle a encore beaucoup à offrir à ceux qui croyaient avoir tout perdu…

 

" Plein de charme, bouleversant… tout simplement magnifique. "

Psychologies

 

Mon avis :

Mademoiselle Ona Viktus, 104 ans, est une vieille dame assez revêche. Tous les samedis, un jeune scout, à condition qu’elle ne le renvoie pas car elle se montre assez difficile, vient nourrir ses oiseaux et lui tenir compagnie. Or elle est tombée sur “l’oiseau rare” avec le garçon (durant toute l’histoire il ne sera jamais fait mention de son nom), un enfant de 11 ans passionné par les records Guinness et les listes de 10. En l’espace de quelques semaines, il va tout bouleverser. Et lorsqu’après sa mort, son père viendra pour le remplacer, Ona va se laisser apprivoiser par Quinn. Tous deux vont cheminer ensemble grâce au garçon : Ona va découvrir que la vie a encore bien du charme et qu’elle peut encore éprouver des sentiments comme l’amitié, la compassion ; Quinn quant à lui va percevoir tout ce qui faisait la richesse de son fils qu’il a plutôt négligé de son vivant et Belle, la femme qu’il aime toujours mais dont il est divorcé, va trouver le courage de continuer à avancer.

Je remercie NetGalley ainsi que les Éditions Kero pour ce Service Presse. Je dois avouer que vu la couverture et le résumé, je m’attendais à une lecture plus légère et il m’a fallu plusieurs jours pour venir à bout de ma lecture. C’est très bien écrit et Monica Wood décrit toutes les émotions avec beaucoup de délicatesse et de sensibilité mais c’était beaucoup trop long. Et puis malgré les touches d’humour, j’ai trouvé l’ambiance pesante : Quinn plus préoccupé de ses concerts et de sa musique est passé totalement à côté de son fils et de ce dont avait besoin son épouse. À présent divorcé, il espère toujours qu’ils pourront se remettre ensemble mais elle a rencontré quelqu’un d’autre. Belle est totalement détruite par la mort brutale de son fils et est en pleine dépression. Ona n’a pas eu une vie heureuse non plus mais j’ai été désagréablement surprise par son manque d’affection lorsqu’elle rend visite à son fils Laurentas. La liste des records Guinness au début m’a amusée mais à la fin je trouvais lassant même si je reconnais l’importance de ces records dans la vie d’Ona. Les enregistrements sur sa vie étaient intéressants mais un peu trop superficiels. Et puis pourquoi n’avoir mis que ses réponses ? Je sais bien que le garçon est mort mais l’auteur en ne lui donnant jamais son prénom, en ne mentionnant pas ses questions en fait un personnage inconsistant alors qu’il est à l’origine de tout.

Au final une lecture qui pour moi manquait de dynamisme, à côté de laquelle je suis passée et qui m’a ennuyée.

Voir les commentaires

Publié le par Goéwin
Publié dans : #Romance, #Feel Good, #Résilience, #Famille

Résumé :

Bretagne, été 2016

Simon a 23 ans, il a troqué son pull sur les épaules pour un tee-shirt au slogan éloquent « L’été c’est le pied ». Par quel caprice du destin ce jeune aristo carriériste se retrouve-t-il à vendre des chichis sur les plages ?

Le temps d’une saison, il va rencontrer des baigneurs aux personnalités aussi diverses qu’affirmées : des adolescents faussement blasés, des grands-parents débordés, un couple de quinquas branchés et surtout, une mystérieuse brune toujours plongée dans un roman... Simon va-t-il réussir à attirer son attention ?

Imaginez-vous allongé(e) sur le sable chaud, à épier, en sociologue amateur, vos voisins de serviettes. Quitte parfois, comme Simon, à vous laisser tromper par les apparences.

Un vrai feel good breton qui laisse un goût iodé sur les lèvres.

Mon avis :

Quand amour et résilience marchent de pair…

Simon Penhanscoët de Trémaloir dit Moumoune, le roi du chichi, futur ingénieur, passe ses vacances d’été sur la plage Sainte-Anne où il exerce ses talents comme vendeur de beignets. Il est tombé sous le charme de Louise Le Doyen, petite brune aux yeux clairs, toujours plongée dans un roman. Victime d’un accident dont elle est réchappée de justesse, elle garde une jambe couverte de cicatrices et poursuit une rééducation difficile. Ses parents, oncles, tantes, neveux et nièces profitent eux aussi des vacances sur la plage et gardent un œil jaloux sur elle. Simon parviendra-t-il à apprivoiser la belle ? Et Louise mal remise d’un chagrin d’amour parviendra-t-elle à lui faire confiance et à aimer de nouveau ?

Je dis un grand merci à Anita Berchenko ainsi qu’aux Éditions du 38 pour ce Service Presse de la Collection Corail. J’ai ainsi pu découvrir la plume de Joëlle Sancéau et son premier roman publié Plage Sainte-Anne. Disons-le tout de suite, c’est une réussite. L’auteur a écrit un roman plein d’humour et de tendresse. Dès le début, je me suis attachée à ses personnages : Simon qui loge chez sa redoutable grand-mère, Cyprienne de Penhanscoët de Trémaloir, ne se laisse guère impressionner par elle. Les dialogues entre eux sont hilarants et les remarques de la douairière m’ont bien amusée. Louise est touchante dans sa vulnérabilité, blessée dans son cœur et dans son corps, couvée par sa famille, appelée par sa mère « son cerveau sur pattes », est pleine d’humour mais après sa désastreuse expérience avec son ex, elle se montre acide dans ses réparties avec Simon qui est désarmant de tendresse et de bonne humeur. Et puis nous avons la famille Le Doyen, les trois frères et leurs épouses. Joëlle Sancéau les croque avec talent et justesse, c’est un plaisir de les côtoyer. L’auteur évoque avec beaucoup de sensibilité et de délicatesse plusieurs problèmes de société, difficultés relationnelles dans un couple, résilience après un drame, angoisse pour faire confiance après une trahison et tous ses personnages pourraient faire partie de notre propre famille.

J’ai lu cette romance d’une seule traite, c’est un livre que vous adorerez lire sur une plage ou à la montagne ou encore chez vous lors d’une pause. Une romance feel good bouleversante de sensibilité, d’amour et de tendresse.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>